Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le seul espoir pour l’Occident de rester puissant est-il... de s’allier avec la Russie ?

Et si l'Europe et la Russie se rejoignaient pour faire face à l'Asie ? Deuxième épisode de notre série "Occident : comment rester puissant ?".

Occident : comment rester puissant ?

Publié le
Le seul espoir pour l’Occident de rester puissant est-il... de s’allier avec la Russie ?

Et si on changeait de stratégie ? Crédit Reuters

La Guerre froide est terminée depuis la fin des années 1980. Le Mur de Berlin n’est plus qu’un lieu touristique dans une Allemagne réunifiée. La Chancelière, Angela Merkel, elle-même ancienne ressortissante de la RDA communiste, dirige une coalition de centre-droit qui a toujours combattu le communisme. Vladimir Poutine est l’héritier politique de Boris Eltsine, l’homme qui a aboli l’ex-Union soviétique. Pourtant, du côté euro-américain comme du côté russe, les représentations liées au vieux monde de la guerre froide sont encore présentes chez les dirigeants et faiseurs d’opinion. Et l’Occident continue de considérer la Russie post-soviétique comme un danger.

Et vice-versa d’ailleurs. A part les positions - assez rares en Europe - de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, de son prédécesseur Jacques Chirac ou de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, et jadis bien sûr le général De Gaulle, attachés à l’alliance euro-russe, la plupart des chefs d’Etats occidentaux semblent adhérer à un « néo-containment » tourné non plus contre l’ex-URSS défunte, mais contre la nouvelle Russie nationaliste.

« Puissance panoccidentale » versus « Impuissance européenne »

La prise de conscience « panoccidentale » du 11 septembre 2001, qui avait inauguré une lune de miel surprenante entre Washington et Moscou, a cédé la place, surtout depuis la seconde guerre du Golfe en 2003, aux vieux réflexes de guerre froide visant à refouler le plus possible la Russie en dehors des frontières de l’Occident, tout en promouvant, d’ailleurs, ce qui peut paraître paradoxal, l’intégration de pays non-occidentaux comme la Turquie néo-ottomane... La raison pour laquelle l’Occident préfère la Turquie, ancien ennemi historique de l’Europe, à la Russie, ancien allié majeur de la France et lui aussi ennemi séculaire de l’Empire turc-ottoman, tient au fait que l’Europe, depuis sa création, en 1957, n’a pas été conçue comme un projet de puissance, mais comme une simple tête de pont de “l’empire américain”, maître de l’Otan et leader incontesté de l’Occident. Or cet ensemble n’est pas défini par les stratèges comme un espace géocivilisationnel et culturel, mais comme un vaste marché commun universel (but du FMI), chargé d’endiguer l’ex-Bloc russo-communiste et ses alliés, adeptes d’un monde multipolaire hostile à “l’Empire” et au démantèlement des souverainetés et identités nationales. Depuis ses origines donc, l’Union européenne est un pion majeur de l’échiquier économico-stratégique atlantiste, dont la vocation n’est autre que de contenir la progression russe vers l’Ouest, d’où la guerre contre l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Bref, l’Europe demeure un « no man’s land » géopolitique composé de nations plus vraiment souveraines mais incapables d’y substituer une vraie souveraineté supranationale. Bref, un empire mou caractérisé par son « impuissance volontaire » et qui prétend ne plus avoir d’autre d’identité que celle, trop abstraite pour emporter les masses, de droits de l’homme et du culte des minorités.

L’Occident ne peut être fort que s’il assume son identité et défend sa civilisation

Pour paraphraser le grand philosophe Emmanuel Levinas, l’«Occident », c’est « la Bible plus les Grecs », c’est-à-dire l’ensemble des pays d’origine européenne marqués par la pensée grecque, hellénistico-romaine et par l’apport monothéiste judéo-chrétien. À cet égard, l’argument selon lequel le monde russe ou « post-byzantin » ne serait pas « occidental », car situé en partie en Asie, ne tient pas. Ensuite, sur le plan des intérêts, les destins respectifs des Européens, des Russes et des Américains sont inextricablement liés par l’Histoire, la culture et les nouvelles menaces communes (islamisme, concurrence déloyale chinoise, etc), pour rendre plausible une opposition durable entre l’Occident catholico-protestant (« nous ») et le monde russo-orthodoxe (« eux »).

L’Europe de l’Ouest, la Russie et les Amériques participent d’une même civilisation judéo-chrétienne, certes largement laïcisée, mais dont l’influence est encore palpable. Russie, UE et Amérique sont les trois composantes d’un même ensemble géocivilisationnel certes divisées sur un certain nombre de valeurs (droits de l’homme, place des minorités, conception de la liberté et gestion politique), mais unis par ce qui compte et rapproche le plus : les appartenances de civilisation. D’où la nécessité d’arrimer la Russie à ce que j’ai appelé le « Panoccident », c’est-à-dire l’ensemble géocivilisationnel qui unit des peuples de culture européenne devant faire face aux mêmes ennemis extérieurs et aux mêmes défis intérieurs (démographie, immigration, problèmes sociaux-économiques). De plus, en période de raréfaction des énergies fossiles - peur du « peak oil » - et de la trop forte dépendance énergétique envers les pays du Golfe, parrains du totalitarisme islamiste, la Russie peut à la fois apporter au futur bloc panoccidental des ressources fossiles dont elle regorge, ainsi que sa formidable profondeur stratégique et sa « force de frappe » militaire et spatiale.

La Russie avertit l’Occident…

Mais un autre élément, encore plus fondamental, doit également être pris en compte : la fierté d’être soi, le sentiment national, cible principale du politiquement correct, et raison pour laquelle la Russie est autant détestée et violemment critiquées dans les médias occidentaux. Certes, la Russie n’est pas le meilleur exemple de démocratie. Mais elle n’a pas toujours tort sur tout ! En l’occurrence, elle rappelle aux Occidentaux que leur prétention à l’universalisme les pousse à l’autodestruction, car la démocratie libérale occidentale n’est plus caractérisée par la loi de la majorité et la défense de l’intérêt du peuple souverain, mais par une “médiacratie” démagogique, tyrannique à sa manière, de plus en plus minée par des Ligues de vertus qui se placent au-dessus des lois et qui terrorisent psychologiquement, médiatiquement et juridiquement tous ceux qui osent défendre une conception enracinée de l’identité. La Russie a-t-elle tort lorsqu’elle rappelle qu’une nation ne survit que si elle se défend contre ceux qui menacent de l’intérieur ou de l’extérieur son mode de vie? La Russie n’est pas anti-occidentale ou anti-européenne. Elle appelle simplement à renoncer à un universalisme dangereux et à lui substituer la simple défense des propres intérêts nationaux dans le cadre d’un monde multipolaire. A ce propos, il est intéressant de réécouter cet extrait d’un discours de Vladimir Poutine tenu le 4 février 2013 devant la Douma : "En Russie vivent les Russes. Toute minorité, d'où qu'elle soit, si elle veut vivre en Russie, travailler et se nourrir en Russie, doit parler Russe et doit respecter les lois Russes. S'ils réfèrent la Sharia, nous leur recommandons de se rendre dans les pays où la Sharia est la loi de l'Etat. La Russie n'a pas besoin des minorités. Les minorités ont besoin de la Russie, nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux ou n'essayerons pas de changer nos lois pour satisfaire leurs désirs, quels que soient leurs hurlements à propos de la discrimination. Nous devons apprendre du suicide de l'Amérique, de l'Angleterre, de la Hollande et de la France si nous voulons que la Russie survive comme une Nation".

Ce que l’on peut retenir de ce discours du président russe, qui reflète en fait l’opinion de l’écrasante majorité des Russes - et mêmes des Occidentaux “lambda” - est que le pire ennemi de l’Occident est son auto-reniement et sa morbide pulsion autodestructrice. La Russie nous invite à revenir à la Realpolitik, à s’occuper de nos propres affaires (et de notre survie), plutôt que de donner des leçons d’universalisme et de repentance au monde. Il ne s’agit pas d’écraser les minorités, mais entre le fait de défendre les droits individuels de chacun, et donc aussi des membres des minorités pris en tant qu’êtres humains comme les autres, et le fait de donner des droits exorbitants et exceptionnels à chaque minorité jusqu’à remettre en question les règles élémentaires du vouloir-vivre ensemble, il existe un juste milieu. La Russie ne doit pas toujours être uniquement présentée sous ses visages les plus noirs ou négatifs. Elle pourrait apporter à l’Occident, si celui-ci comprenait qu’elle en est “membre de droit”, une vision décomplexée de l’identité et une vision non impérialiste des relations internationales. Et le « patriotisme intégrateur » qu’elle propose, qui consiste à accepter l’autre chez soi à condition que celui-ci s’adapte, est peut-être la clef de notre survie face à l’ouverture des frontières et à l’immigration de masse : notre identité, notre terre et notre histoire vous sont ouvertes, mais à conditions que vous la respectiez et les fassiez vôtres. On est jamais autant respecté par l’autre que lorsque l’on se respecte soi-même et inversement… Elle qui a souffert du totalitarisme communiste et s’en est libérée, la Russie peut apporter à l’Occident une fierté collective auxquels semblent avoir droit aujourd’hui les seuls non-européens. De l’extérieur, les Russes reconnaissent dans le terrorisme intellectuel qui détruit de l’intérieur les pays occidentaux - dont les citoyens sont de moins en moins libres de s’exprimer et sont exposés en permanence au contrôle et au lynchage idéologico-médiatico-judiciaire - l’équivalent de ce qu’ils ont connu avec le marxisme soviétique qui envoyait aux goulags les opposants traités de « bourgeois » ou de « fascistes ». Déjà… Les Russes savent très bien d’où vient le virus de la haine de soi et du politiquement correct, car ils en ont été les premières victimes lorsque, sous l’Union soviétique, empire à prétention universelle comme l’UE, ils n’avaient pas le droit d’être fiers de leur identité russe, diluée dans la pseudo identité idéologique soviétique. Les pays occidentaux expliquent qu’ils se « repentent » pour leur « intolérance passée » et accordent pour cela des droits exorbitants « réparateurs » aux minorités, mêmes les plus tyranniques et les plus réfractaires à leurs valeurs. Ils estiment ainsi « expier des fautes » du passé en persécutant leur propre histoire, leur religion, en niant leur identité. Mais les Russes nous rappellent que les totalitarismes méprisent par-dessus tout la faiblesse... Ils nous renvoient une image de nous-même, capitularde, lâche, méprisable, qui est, certes, caricaturale. Mais dans toute caricature, il y a souvent un fond de réalité.

Avec la Russie en son sein, l’Occident serait plus à même de défendre ses intérêts civilisationnels, notamment face à l’islamisme radical, qui se nourrit de notre faiblesse et se pose en alternative à « Mc World », l’empire marchand anglosaxon mondialisé dont l’Europe n’est qu’une « tête de Pont », selon le grand stratège américain Zbigniew Bzjezinski. Avec la Russie et la requête d’un monde multipolaire que celle-ci émet, l’Occident serait non seulement au complet, plus achevé, mais surtout plus équilibré et moins universaliste au sens donneur de leçon de morale du terme. Il récupérerait son « poumon » orthodoxe ou « post-byzantin », donc ses racines les plus lointaines, hélas méconnues, car Moscou est, selon l’expression consacrée, la « troisième Rome », l’héritière de l’empire byzantin gréco-romain. Et grâce à l’expérience de ceux qui ont subi puis démantelé le totalitarisme soviétique, qui est avant tout un virus révolutionnaire destiné à créer un « homme nouveau » et à détruire pour cela toute identité traditionnelle, l’Occident, devenu « PanOccident », serait plus à même de combattre ses démons intérieurs, les pires, qui ont la même origine philosophique et idéologique que le marxisme, si bien vu encore dans nos médias et universités...

A lire, du même auteur : Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ledevois - 06/08/2013 - 09:22 - Signaler un abus relation diplomatique

    hollande à tout pourri , -- pourtant il y a tant à faire dans ce grand pays - après on viendra nous expliquer qu'il ni ya pas de travail -

  • Par Glop Glop - 06/08/2013 - 09:31 - Signaler un abus @ ledevois - 06/08/2013 - 09:22

    Attention de ne pas s'enfermer dans une vision à court terme, François Hollande n'est qu'un contretemps dans la longue Histoire française. La Russie ainsi que les accords de partenariat qu'elle pourrrait signer ne se feront pas en deux ou trois ans, c'est une jeune nation ressuscitée mais c'est un vieux monde qui ne fera pas les choses sur un claquement de doigt. Pour le moment, la Russie observe ce qui se passe autour d'elle tout en remettant encore de l'ordre dans ses placards.

  • Par Geneviève - 06/08/2013 - 09:35 - Signaler un abus S'allier à la Russie

    Je pense que c'est envisageable mais avec prudence toutefois. les Etats Unis sont des déstabilisateurs internationaux et je suis profondément déçue de voir qu'ils ne reculent devant rien pour poursuivre leur guerre énergétique.

  • Par Pierre29000 - 06/08/2013 - 09:41 - Signaler un abus Tres bon article

    Tres bon article, merci.

  • Par patho - 06/08/2013 - 09:50 - Signaler un abus Russie vs Chine

    Sur le fond, je suis plutôt d'accord. Il ne faut pas oublier que la Russie est le plus grand pays d'Asie (le sous-titre de l'article, Russie face à l'Asie est bizarre pour un géopolitologue !), mais aussi le plus grand pays d'Europe et le plus grand pays du monde ! Je pense qu'un conflit Russie-Chine est possible (schématiquement immenses ressources naturelles russes vs besoins chinois; espace sibérien +/- vide et Russie totale seulement +/- 150 millions de personnes vs Chine de +/- 1500 millions et surtout le fait que la Russie s'est construite contre les empires mongols/chinois/asiatiques).

  • Par Ganesha - 06/08/2013 - 10:45 - Signaler un abus Humanité

    "La Russie n'a pas besoin des minorités" : voilà qui devrait faire plaisir à Marine Le Pen. Hier, on nous proposait l'alliance avec les USA... A vrai dire, l'urgence pour la France, c'est de remettre de l'ordre chez elle ! D'après les sondages, il y aurait encore de nombreux français qui imaginent que le petit Sarko serait capable de tout résoudre, et, encore plus grotesque, une dame affirmait ici hier que selon son fils de douze ans, notre avenir c'est la délocalisation et la désindustrialisation... Les élections européennes, dans moins d'un an, sont notre prochain rendez-vous décisif : à court terme, ne rêvez pas d'abattre François Hollande : en fait Manuel Barroso est notre véritable ennemi et il est encore bien plus néfaste et redoutable ! C'est lui la clef qui bloque notre avenir ! Personnellement, je suis beaucoup plus ambitieux : je nous vois, nous français, ou si possible, les européens, créer un nouveau modèle économique qui apporte une réponse originale à ce dont rêve toute l'Humanité !

  • Par laïcité - 06/08/2013 - 11:00 - Signaler un abus Tout est dit dans votre article très lucide !

    C'est un réel plaisir de lire chacun de vos articles. J'espère que de nombreux "journaleux" et politiques, tendance "gauche-bobo" vont le lire...et même certains politiques du centre et de droite qui veulent eux-aussi rester dans la "tiédeur" du politiquement correct pour continuer d'être bien vus de la part des "journaleux" islamophiles. Toute la collabosphère médiatico-politique aura des comptes à rendre, ça c'est une certitude et il ne faudra pas être clément envers ceux qui consciemment ou pas auront voulu détruire notre Nation et sa Civilisation.

  • Par ledevois - 06/08/2013 - 11:31 - Signaler un abus j'ai bossé en Russie

    la Russie un pays que je connaiis bien ainsi que l'Ukraine d'ailleurs , il y a une immigration plus importante qu'en France et c'est sur qu'ils en ont besoin éta

  • Par winnie - 06/08/2013 - 11:39 - Signaler un abus Notre salut

    Il viendra de la notre salut ,de s'allier avec quelqu'un d'intransigeant qui a des valeurs. Car ce n'est pas sur les US d' Obhama qu'il va falloir compter pour défendre notre civilisation

  • Par vaclav olmac - 06/08/2013 - 11:42 - Signaler un abus L'alliance russe est un trompe-l'oeil (1).

    Méfiance, la Russie a une vieille tradition impériale. Finlandais, Polonais, Géorgiens, Arméniens, …et plus récemment Hongrois, Tchèques, Baltes, s’en souviennent. Le fond de la politique russe est de « finlandiser » l’Europe occidentale, de la neutraliser, l’empêcher d’être puissante et de rayonner, voire de la contrôler (en fait, son objectif ultime est de mettre la main sur sa technologie). Les Russes cherchent aussi des alliances pour contrer l’influence turque sur ses frontières sud où elle se sent menacée et en perte d’influence. Nous, Européens de l’ouest, avons tout intérêt à ne pas nous mêler de cette rivalité russo-turque et à ne pas prendre parti. Nous avons tout intérêt d’ailleurs à ce qu’elle continue.

  • Par ledevois - 06/08/2013 - 11:47 - Signaler un abus la Russie

    un pays qui a besoin d'immigration mais n'est pas russe qui veut -- un pays qui est en train de se construire et de s'élever culturellement , et ce qui est certain c'est qu'ils aiment les Français ,l'immigration est très importante en Russie et ils ont besoin de bras - j'ai bossé suffisamment longtemps à Moscou et à Kiev pour comprendre la vie là-bas , il m'est arrivé de croiser Medvedev et poutine --des gens plus simple que ce que peuvent penser les Français -- c'est un pays qu'il faut respecter ou le quitter sans aucune alternative -! ça fonctionne de cette façon , -- ça change de nos nianias Français -!

  • Par ledevois - 06/08/2013 - 11:47 - Signaler un abus la Russie

    un pays qui a besoin d'immigration mais n'est pas russe qui veut -- un pays qui est en train de se construire et de s'élever culturellement , et ce qui est certain c'est qu'ils aiment les Français ,l'immigration est très importante en Russie et ils ont besoin de bras - j'ai bossé suffisamment longtemps à Moscou et à Kiev pour comprendre la vie là-bas , il m'est arrivé de croiser Medvedev et poutine --des gens plus simple que ce que peuvent penser les Français -- c'est un pays qu'il faut respecter ou le quitter sans aucune alternative -! ça fonctionne de cette façon , -- ça change de nos nianias Français -!

  • Par vaclav olmac - 06/08/2013 - 11:48 - Signaler un abus L'alliance russe est un trompe l'oeil (2).

    Il n’y a pas de similarité civilisationnelle entre la Russie et l’Europe occidentale. En Russie, il y a les Russes, homogènes sur les plans ethnique, religieux et culturel, massivement majoritaires et les autres. En Europe, la diversité et la mixité sont anciennes. Nous n’avons pas les mêmes points de vue. La Russie doit se débarrasser de son nationalisme mythique comme l’Europe l’a fait après bien des malheurs. Son insertion plus grande dans la mondialisation et la diversification de son économie, qui passe par la fin de la prédominance de la rente gazo-pétrolière, devraient l’y aider. C’est dans cette direction que nous devons entraîner les partenaires russes. Non pas réactiver le nationalisme européen mais désamorcer le nationalisme russe.

  • Par laïcité - 06/08/2013 - 12:11 - Signaler un abus @ vaclav olmac

    je crois que vous vous trompez d'ennemi. vous devriez de toute urgence faire ce que je me suis donné la peine de faire, c'est à dire lire la biographie non édulcorée et pas édifiante du tout de mahomet, lire les traductions non édulcorées du coran et des principaux hadiths...si je répète volontairement le mot "édulcoré" c'est qu'il existe maintenant en France et en Europe des traductions bien édulcorées de ces textes sacrés de l'islam qui ne mentionnent pas les passages violents appelant au meurtre des non musulmans etc...une fois de plus, il y a là une volonté de manipulation des Occidentaux !....Et bien quand vous aurez effectué cette lecture longue et fastidieuse vous rejoindrez peut être ma vision du monde à savoir que pour moi le fascisme islamique est mille fois plus dangereux que tous les autres dangers potentiels existant sur cette planète, Russie comprise bien sûr !!!

  • Par ledevois - 06/08/2013 - 12:50 - Signaler un abus faut pas confondre

    nationalisme et patriotisme -- !! la Russie est une chance pour l'Europe et ma

  • Par gilou20 - 06/08/2013 - 13:01 - Signaler un abus Ça n´arrivera pas,

    malheureusement. Regardez cet entretien, il vous expliquera que nous sommes fichus et que notre gouvernement n´est qu´une marionnette. http://www.prorussia.tv/Libye-Syrie-la-France-agent-de-la-CIA-et-du-Qatar-%E2%80%94-Maitre-Marcel-Ceccaldi_v74.html J´ai commencé à comprendre (ou plutôt confirmer) combien nous étions manipulés quand Fox News a montré les "émeutes contre Poutine" avec des images... de la Grèce! et la BBC la foule en liesse après la chute de Khadafi avec des images... d´Inde!

  • Par enfer - 06/08/2013 - 13:34 - Signaler un abus La Russie? Oui mais

    C'est vrai les russes sont très francophiles, mais jusqu'à quand? Pour travailler avec eux (matériel pour bâtiments d'élevage) j'ai du me délocaliser en Belgique, excédés des commentaires de la presse Française sur leur pays, sur Poutine, le soutient inconditionnel de nos médias à quelques opposant ne représentant qu'eux même et pas si nets que ça, de nombreux décideurs nous avaient mis en quarantaine, malgré une technologie supérieure et des couts normaux. M. Le Pen sera t'elle notre Poutine?Je l'espère et j'en doute, notre démocratie est bien trop faisandée, par des fonctionnaires inamovibles, des médias serviles, et des population exogènes qui sont devenues la référence.

  • Par le14ecossais - 06/08/2013 - 13:42 - Signaler un abus Certitude

    C'est une certitude , si l'occident ne veut pas périr sous l'islamisation rampante qui est en train de se réaliser seule l'alliance avec la Russie nous permettra de vivre , pour ne pas dire survivre dans les années futures. Le seul souci , c'est que nous sommes dirigés par une oligarchie médiatico-intello--politique qui s'imagine que tout le monde il est beau , tout le monde il est gentil.et que, de ce fait , l'islam se dissolvera dans la République . Or c'est tout le contraire qui risque de se produire.

  • Par ghisse - 06/08/2013 - 13:46 - Signaler un abus le mur ...

    après la chute du mur Khol a essayé de plaider pour une europe continentale, il a fait un discours dans ce sens en proposant un plan afin de structurer l'europe continentale avec une pensée vers l'est. tatcher l'a carrément menacer de mort ...mitterrand l'a menacé d'une guerre ( sic ! )avec les us en arrière plan. bush père était passé, favorable, lui, à l'empire financier "hors sol" de tatcher etc cie ! le monde que nous avons actuellement et qui est une horreur économique et humain et civilisationnelle, vient de cette après chute du mur. khol a lâché , il n'était pas de gaulle . la russie est une évidence que ces marins d'anglais ont tout fait pour nous ôter de la tête ( 2 guerres ) et ils feront tout et n'importe quoi pour que cela n'advienne pas ! pourtant c'est la seule chose à faire car c'est le continent qui doit flotter et non le petit bateau anglais, bateau qui pirate le monde depuis plusieurs siècles ...cette ineptie de sainte alliance il faudrait qu'elle coule définitivement . allons tenir compagnie à depardieu avant qu'il ne boive toute la vodka ! ce n'est pas par hasard s'il a choisi la russie ...et pas uniquement pour la bibine. ce geste a été dénaturé par l'opinion.

  • Par Nana de la falaise - 06/08/2013 - 14:15 - Signaler un abus Ok sauf que :

    1- Il faudrait que les Russes cessent de soutenir des états totalitaires simplement pour jouer dans le registre est-ouest et montrer qu'ils sont encore une hyper puissance. 2- Il faudrait ne plus avoir besoin de pétrole !

  • Par de Kercohan - 06/08/2013 - 15:02 - Signaler un abus l'Occident ?

    Il y a deux occidents : l'un européen, l'autre américain. L'un gréco-romain et chrétien, l'autre judéo-protestant. Même si les deux s'interpénètrent de plus en plus, au détriment d'ailleurs de l'européen, ce n'est pas le même, politiquement, culturellement, socialement. Et la Russie actuelle est un rempart de l'Occident européen.

  • Par tatouzou - 06/08/2013 - 15:22 - Signaler un abus Enfin une vraie vision géopolitique

    Ceux qui brocardent la Russie et son nationalisme devraient se souvenir que, malgré l'incurie des dirigeants communistes de l'URSS, c'est bien le peuple Russe, soutenu par sa foi séculaire dans la très Sainte Russie, qui a fourni, par son acharnement à ne pas céder, l'effort décisif pour libérer le monde d'Hitler et du nazisme. Et cela malgré le massacre par millions des "untermenschen" slaves par l'envahisseur hitlérien, malgré un énorme retard technologique et des élites décimées et découragées par le communisme. A l'échelle de l'histoire, la civilisation judéo-chrétienne européenne a fait la démonstration de son efficacité et de son adaptabilité. Pourquoi devrait-elle aujourd'hui désespérer de son avenir? En fait, ce qui dérangerait le plus l'imperium des Etats-Unis serait que se constitue effectivement l'Europe de l'Atlantique à L'Oural. C'est pourquoi, maintenant que la Russie n'est plus communiste, il convient de la dénigrer systématiquement en présentant les Russes comme des nationalistes ringards et assimilationnistes et à des valeurs chrétiennes archaïques, tandis qu'on nous vante le multiculturalisme et l'Islam tolérant et moderne.

  • Par gilou20 - 06/08/2013 - 16:01 - Signaler un abus @tatouzou

    Absolument d´accord avec vous. J´ai découvert le site (francophone) www.prorussia.tv, où il y a le journal hebdomadaire, des entretiens et des docs avec des gens à qui on ne donne pas le droit de parole dans nos medias (et en rien des farfelus, comme on essaie de nous le faire croire ici. Par exemple, une interview de Xavier Kemlin, homme extremement cohérent mais un peu naïf, qui fait un procès à V. Trierweiler et a été ridiculisé dans les journaux). Un reportage aussi sur la manif pour tous (témoignages de manifestants arrêtés). A vrai dire, tout est intéressant. Je vous conseille aussi d´assister, pour ceux qui auraient des doutes sur la manipulation des medias, à la cérémonie des Bobards d´Or 2013, qui montrent la désinformation que nous subissons. J´en profite pour vous donner le lien d´un reportage fait par un journaliste russe qui a accompagné l´armée syrienne, regardez la différence avec ce que l´on nous a montré (pour justifier une intervention occidentale, heureusement que les Russes et les Chinois l´ont empêché jusqu`à présent!): http://www.youtube.com/watch?v=MgiGBKsYA1Y

  • Par prochain - 06/08/2013 - 16:03 - Signaler un abus Vaclav Olmac pragmatique

    Il y a des pays qui cherchent les partenaires qu'ils peuvent dominer mais n'ont plus les moyens de leurs ambitions. Cherchez la cause du déclin de l'Empire romain et des autres... Il faut se donner les moyens de ses ambition, sinon on ne voyage pas en première avec un billet de seconde, hélas.

  • Par Karamba - 06/08/2013 - 17:43 - Signaler un abus la résistance

    La Russie de Poutine hermétique à la dictature des marchés mondialisés maintient sa souveraineté contre vents et marées. Nous c'est foutu, on est lessivés, désarmés. Plus d'identité, plus de famille, plus de culture. Juste des consommateurs apathiques sous perfusion. En cela il n'y aura pas d'alliance possible avec la Russie, nos dirigeants ont capitulé. Le symbole c'est un peu Snowden (je n'irai pas jusqu'à dire Depardieu) qui a trouvé refuge en pays libre. Il faut le faire quand même...

  • Par Benvoyons - 06/08/2013 - 18:11 - Signaler un abus vaclav olmac - 06/08/2013 - 11:48 Mais alors pourquoi accepter

    le Nationalisme Musulman?????

  • Par Benvoyons - 06/08/2013 - 18:22 - Signaler un abus vaclav olmac - 06/08/2013 - 11:42 Ta vision est ancienne et ne

    correspond plus à la réalité du monde et donc du nationalisme Russe de maintenant. Beaucoup sur le site veulent revenir à un Nationalisme Franco Français alors qu'il faut un Nationalisme Européen pour résister aux autres plaques du Monde. Le Monde sera d'ici30 ans par plaque géopolitique, économique et non plus par pays.Donc la notion d'appartenance se modifiera de même. Donc une Europe comprenant aussi la Russie est parfaitement louable. Maintenant le puzzle se met en place et toutes les petites persistances Nationalistes de pays restent encore un frein à l'Europe. Mais cela est normal nous n'en sommes que dans le début de cette transformation.

  • Par ledevois - 06/08/2013 - 18:23 - Signaler un abus islamique

    il y a un tas de pays comme la Turquie ou le kazastan et d'autres pays islamistes dont les populations immigrent vers la Russie , -- faut pas s'imaginer que tout est interdit -- près de mon appart à 3 stations du Kremlin il y a même une Mosquée -- la Russie n'est pas fermée à d'autres ethnies et elle a pas une paire d'oeillères comme certains le pensent -- ils ont une façon de vivre , une moralité à eux et ne désirent pas en changer , -- tout comme moi qui a aucune envie qu'un minaret remplace le clocher de mon village -- le problème Français c'est le laissé allé des politiques envers certaines ethnies et dont ils n'ont aucun respect pour nous Français -- en Russie c'est différent et ils ont le droit de vivre et de se faire respecter et c'est bien pour cela que je trouve qu'ils sont courageux ! prenez le cas du Maroc qui acceptent pas les pédophiles -- chez nous en France jamais cela à fait de vagues pourtant souvent avec la mort d'enfants -- tout est minimisé dans ce pays et faut pas que ça fasse de vague --

  • Par Sophile - 06/08/2013 - 19:11 - Signaler un abus Il y a eu le Gal de Gaulle

    Moi et ensuite Marine LePen pour demander un rapprochement avec la Russie

  • Par Sophile - 06/08/2013 - 19:15 - Signaler un abus Je continue

    Car c'est en 2001 que j'avais écrit à Chirac pour le lui demander. Il m'avait répondu par une longue lettre mais qui escamotait la réponse. En 1983, j'ai fait enseigner le russe à ma fille. Dès l'arrivée de Gorbatchev, j'ai dit l'urss est morte. Vive la Russie. Pays grand dans tous les sens, mais qui a besoin de nous comme nous allons avoir besoin d'elle. Et je remercie infiniment Marine LP de s'y être rendue.

  • Par Advena - 06/08/2013 - 20:39 - Signaler un abus article pro-russe sans fondement

    "la Russie peut à la fois apporter au futur bloc panoccidental des ressources fossiles dont elle regorge" oui, en échange d’accepter l’ingérence de la Russie dans la politique intérieure, comme elle le fait avec les anciens états de l’Empire Soviétique. "Il ne s’agit pas d’écraser les minorités" Le sort des minorités vous est bien méconnu. Cherchez sur Internet: Russie agressions étrangers "Elle qui a souffert du totalitarisme communiste et s’en est libérée" Non, elle l’a seulement transformé. Le communise a été utilisé par les russes pour donner une justification à leur impérialisme multiséculaire. Ils sont revenus au nationalisme russe et ont crée la CEI pour continuer la soumission de quelques peuples. "les pays occidentaux - dont les citoyens sont de moins en moins libres de s’exprimer " Oui, dans la Russie de Poutine la parole est très libre. Si bien sûr on ne le critique pas. Le rêve pour tout extrémiste, FN ou Mélenchonien. "Les pays occidentaux expliquent qu’ils se « repentent » pour leur « intolérance passée »" Oui, à la différence de la Russie qui n’a pas le moindre regret pour l’occupation brutale des pays de l’Est et leur exploitation sans vergogne.

  • Par sheldon - 06/08/2013 - 20:52 - Signaler un abus Mais la Russie ne veut pas s'arrêter à l' Oural !

    Arrêtons donc de fantasmer sur une Russie "occidentale" ! D'ailleurs, même en terme de christianisme, les orthodoxes sont beaucoup plus intellectualisés que les cathos et réformateurs (rôle du Saint Esprit entre autre)

  • Par vangog - 06/08/2013 - 22:34 - Signaler un abus Oui, beaucoup de choses ntéressantes et un

    souffle lyrique certain, mais lorsque DEL Valle conclut sur "le Marxisme, si bien vu dans nos médias et nos universités", il oublie que le problème n'était ni Marx, ni même le Marxisme, mais ce qu'ont fait les idéologies de cet "apport économique", en le couplant au dogmatisme, à l'intolérance et à la politique du parti unique! Del Valle oublie aussi de dire que le peuple Russe, par ses velléités expansionnistes, a été un des artisans les plus actifs de la colonisation de nos médias et de nos universités par cette idéologie passéiste et mortifère, qu'il nomme communisme, mais qui est plus proche du "socialisme vrai", étape idéologique qui n'a jamais été, dans aucun pays, au bout de son parcours, car elle ne peut être que totalitariste et inviable économiquement. Del Valle oublie encore de nous révéler ce qui, de l'âme Russe, qui nous plaisait tant chez Tolstoi et Dostoievsky, a subsisté après le laminage socialiste, chez ces descendants de la Nomenklatura socialiste qui se sont habilement partagés la dépouille de l'URSS: plus aucun gêne de créativité, tous partis dans les camps de la mort socialistes, plus aucune éthique intellectuelle , l'art du mensonge et de la dissimulation..

  • Par vangog - 06/08/2013 - 22:52 - Signaler un abus Suite...

    ...l'art du mensonge et de la dissimulation poussés à leur extrême par le Trotskysme de manipulation, qui se retrouve dans les relents Poutiniens de parti unique, et l'élimination moderne des opposants par une Justice aux ordres du ministère du Budget, quand on voir débarquer ces oligarques Russes sur nos côtes, descendants des socialistes qui ont habilement accaparé les monopoles de leur futile pouvoir financier, on se dit que les Russes ont besoin de l'Occident, plus que l'inverse... Et si les Russes n'avaient pas insufflé à l'Occident le souffle nauséabond du Socialisme, car il faut bien appeller les choses par leur nom, l'Occident aurait pu profiter d'un immense progrès dans tous les domaines qui réclament de la Liberté, à laquelle le Socialisme est si allergique: L'art, la littérature, le cinéma, le Théâtre, l'innovation technologique, l'entreprise individuelle, toutes choses qui faisaient la richesse de l'âme Russe avant sa maladie socialiste, et qui menacent de disparaître d'occident, lui aussi frappé par l'épidémie socialiste déstructurante qui a, maintenant, franchi l'Atlantique et menace les USA.

  • Par bp50lecture - 06/08/2013 - 23:41 - Signaler un abus La Russie et l'Europe

    Bel article qui remet les pendules à l'heure du 21ème siècle: Les Russes sont pragmatiques et voient le Monde autrement que les Français qui croient toujours aux Lumières de la révolution française et qui ne se sont pas aperçu que nous étions passés en oligarchie socialiste avec la célèbre langue de bois longtemps apanage des communistes ( Le sabotage caché de Brétigny par exemple)Stigmatiser la Russie comme état totalitaire est une ânerie d'universitaires de gauche, idem pour la Syrie: Ces pays sont dans la sphère européenne, défendent une culture dont les racines sont le christianisme et nous devons nous référer à la vision du général de Gaulle qui voyait l'Europe de l'Atlantique à l'Oural et considérer notre politique étrangère, et notre politique économique dans cette optique si nous voulons exister sur l'échiquier mondial. Pas de reprise économique sans passer par le développement de la Russie. Le renouveau viendra de l'Est y compris sur le plan spitituel.

  • Par sheldon - 07/08/2013 - 00:16 - Signaler un abus Je ne suis pas intellectuel : les romans russes c'est chiants !

    Interminables, dès qu'il y a le frémissement d'une action : stop et le démire reprend sur un sujet très annexe.

  • Par Beaumanoir - 07/08/2013 - 07:51 - Signaler un abus bp50lecture fait une remarque profonde

    "nous devons nous référer à la vision du général de Gaulle qui voyait l'Europe de l'Atlantique à l'Oural et considérer notre politique étrangère, et notre politique économique dans cette optique " Quelle merveille, dans la meme veine de "La France de Dunkerque a Tamanrasset"

  • Par pemmore - 07/08/2013 - 08:52 - Signaler un abus c'est une évidence,

    les russes nous sont identiques et la dictature ne tiendra pas.

  • Par vaclav olmac - 07/08/2013 - 11:08 - Signaler un abus Une obsession fantasmée ne fait pas une vision stratégique (1).

    Del Valle continue à nous bassiner avec son obsession antimusulmane. On ne construit pas une vision stratégique avec des obsessions fondées sur des fantasmes. Le monde occidental serait mis en danger par les Musulmans ? Comme si ces derniers représentaient tous ensemble une force organisée, cohérente, unifiée, dotée d’un projet agressif s’appuyant sur des capacités militaires surdéveloppées rivalisant avec l’Occident. Je m’excuse, mais la Russie pourrait très vite être plus proche de cette posture qu’un soi-disant « monde musulman » aujourd’hui encore plus divisé qu’hier et surtout en pleine crise interne.

  • Par vaclav olmac - 07/08/2013 - 11:08 - Signaler un abus Une obsession fantasmée ne fait pas une vision stratégique (2).

    Ce serait pure folie que de constituer une alliance euro-russe contre cette réalité diverse appelée commodément « Islam ». Comme si l’Europe occidentale pouvait se couper de ses sources d’approvisionnement énergétique du Moyen-Orient pour tomber sous la dépendance russe. Comme si les pays d’Europe centrale et orientale trouveraient ça génial. Comme si nous pouvions ignorer la géopolitique interne de l’Europe occidentale peuplée aussi d’Européens musulmans. Bonjour la vision stratégique !!!!! Si vous voulez faire de Marseille un nouveau Beyrouth en guerre civile, n’hésitez pas, mettez Del Valle au Quai d’Orsay ! Comprenez-moi bien : la Russie n’est pas notre ennemie, elle n’est pas non plus notre alliée par nature.

  • Par ledevois - 08/08/2013 - 17:11 - Signaler un abus nous avons besoin de la russie

    oui nous en avons besoin pour nos échangent commerciaux dont la Russie à besoin , -- et je trouve dommage que notre diplomatie aille pas dans le bon sens car nos usines en ont besoins , poutine disait qu'il lui faudrait bien plus qu'un litre de vodka pour comprendre hollande -- je pense à plus d'un litre tellement cet homme est incohérent , --que voulez vous que je dise sinon que les Russes aiment la France -- ! ils l'adorent mais vont passer les vacances en Espagne ou ils sont mieux reçus - !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc), il intervient pour le groupe Sup de Co La Rochelle et des institutions patronales et européennes et est chercheur associé au CPFA (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment auteur des livres Le Chaos Syrien, printemps arabes et minorités face à l'islamisme (Editions Dhow 2014), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (Editions du Toucan).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€