Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le “serious game”,
le jeux vidéo intelligent
dont les entreprises raffolent

Les "serious games" seront à l'honneur les 23 et 24 mai lors de la conférence "e-virtuose" à Valenciennes. Le premier de ces jeux vidéo à dimension utilitaire servait à l'origine d'outil de recrutement pour l'armée américaine. Le concept s'avère aujourd’hui efficace par bien des aspects pour les grandes entreprises et bientôt peut-être les PME.

L'utile et l'agréable

Publié le

Atlantico : Qu'est ce qu'un "jeu sérieux" ? Depuis quand les entreprises s'intéressent-elles à ce type de concept ?

Julian Alvarez : De manière simple, un Serious game est un jeu vidéo dont l’objectif premier n’est pas de divertir mais de viser une dimension utilitaire : transmettre un message, dispenser un entraînement, collecter des données…

Le premier Serious game tel que nous le concevons dans la mouvance actuellement date de 2002. Il s’agit d’America’s Army. Ce titre commandité par l’armée étasunienne vise à mettre en avant les valeurs de l’armée US, à permettre aux recrues de s’entraîner à différentes missions militaires en s’opposant au vivier d’internautes et à faire office d’outils de recrutement.

Ce jeu, qui a toutes les caractéristiques d’un jeu commercial à gros budget est distribué gratuitement. Plus de 11 millions d’internautes l'ont téléchargé depuis son lancement. Il est selon l’armée US, le meilleur outil de recrutement auprès des 16 à 24 ans, devant les autres outils de communication.

Cependant, il existe aussi des ancêtres du Serious game. Là, nous pouvons remonter aux années 50 avec des titres comme OXO, Tennis For Two ou encore Hutspiel… Le Serious game n’est donc pas une révolution technologique, mais s’inscrit dans une dynamique amorcée il y a au moins 60 ans.

De quelle manière les entreprises utilisent les "jeux sérieux" ?

Dans le domaine des Serious games pour le milieu de l’entreprise, nous trouvons plusieurs titres phares comme Agent Surfire, Suez Ambassador, Renault Academy, Safe Metal, HandiCohésion. Ces applications explorent respectivement divers aspects du monde l’entreprise : lutter contre l’espionnage industriel, recruter ou faciliter l’intégration de nouveaux salariés, former à l’entretien client, sensibiliser les employés à la sécurité, faciliter l’insertion de personnes handicapées… La manière d’utiliser ces jeux varient. Il s’agit soit de les utiliser dans le cadre de formations ou bien des périodes de temps libres…

Qui utilise le "jeu sérieux" aujourd'hui dans son entreprise ?

Pour l’instant les grands groupes sont les premiers à faire usage de telles applications. En effet, il faut pouvoir s’offrir de telles applications dont les budgets de développement varient de 10 000 à 500 000 euros selon les technologies utilisées et la richesse du contenu. Maintenant, des studios proposent de plus en plus des solutions sur étagère visant à réduire ces tarifs. Le cœur de cible visé par ces applications sont les PME et constitue un marché potentiel important.

Qui sont les leaders de la recherche dans le domaine ? Où se situe la France ?

La recherche s’intéresse fortement au Serious game. Des applications sont recensés dans plusieurs domaines comme l’enseignement, la santé, la communication, la politique, la culture…

De ce fait plusieurs disciplines, sciences de l’information et de la communication, de informatique,  de l’éducation, des neurosciences, de la psychologie, etc… se mobilisent pour étudier l’objet et voir comment en optimiser la conception et le développement. Au niveau mondial, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, la Grèce, le Japon, l’Italie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède comptent des acteurs de talent tant sur le plan de la recherche que sur le plan de la production. Bien entendu, les USA, par leur taille et par leur histoire, restent leader dans ce domaine et représentent 70% du marché mondial.

La France, se classe dans le top 5 mondial des chercheurs et producteurs de Serious Games. L’Hexagone recense une famille très dynamique comme en témoigne les réalisations et les témoignages évoqués dans le cadre de manifestations comme les e-virtuoses qui se tiennent chaque année au mois de mai à Valenciennes. (Pour 2012, les e-virtuoses se tiennent les 23 et 24 mai).

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julian Alvarez

Julian Alvarez est Docteur en science de l'information et de la communication.

Il est responsable développement/recherche Serious game/Jeu vidéo à la CCI Grand Hainaut/Supinfocomgroup.

Julian Alvarez est chercheur associé au laboratoire CIREL - Trigone (Université de Lille) et chercheur TIC/TICE (Serious game) à Ludoscience.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€