Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des continents poubelles, peuplés de plastiques et autres détritus, émergent au coeur des océans

Des déchets qui s'accumulent en quantités telles qu'elles commencent à composer un nouveau continent ... ce n'est pas de la science-fiction. Ces amas plastiques perdus au coeur de l'Atlantique ne sont pourtant toujours pas pris en compte et la situation s'aggrave. Et s'il ne s'agissait là que de la partie émergée de l'iceberg ?

Une bouteille à la mer

Publié le

Quels sont les dangers du micro / macro plastique pour la faune et la flore marine ?

Au début des recherches sur le septième continent, on s’est rendu compte que la présence de micro plastique était exponentielle même si le nombre tant à diminuer aujourd’hui. A titre de comparaison certaine zones de la méditerranée en France sont plus touchés (250 milliards de micro-plastiques flottants) détiennent une plus grande densité de micro plastique que les zones de convergences (mille tonnes de micro-plastiques flottants). La production mondiale étant de 250 millions de tonnes de plastique. Il est par ailleurs important d'éviter la confusion entre le nombre de déchets et le poids. Pendant très longtemps ont s’est attaché à regarder les contaminants chimiques associés et l’ingestion de ces déchets.

Des scientifiques ont montré qu'outre les ingestions connues de déchets par les tortues, certaines espèces de poissons vivant dans le plancton ingèrent les micro plastiques. Ce sont des poissons de petites tailles qu’on n’a peu de chance de manger. Ceci limite donc le risque de retrouver ces plastiques dans nos assiettes.

L’océanographe Charles Moore a découvert le septième continent en 1999. Pourquoi avoir mis autant de temps à prendre conscience de ce problème ?

C’est le problème de l'information. Je vous suggère d’ouvrir le livre de Jules Verne dans le chapitre « la mer des Sargasses », il explique l’arrivée des déchets qui viennent du Mississipi et qui s’accumulent en mer. Cela correspond déjà à une description du septième continent, en 1869, il y a presque 150 ans. Cela ne concernait pas le plastique à l'époque mais le phénomène était déjà là. De même qu’il y a des déchets depuis des millénaires dans les fonds marins qu’on appelle des amphores et qui ont maintenant une valeur patrimoniale ! Depuis les années soixante-dix, d’autres travaux scientifiques on décrit l'accumulation de plastiques dans les bassins océaniques. Charles Moore a su donner au final une dimension d’aventure et a suggéré un lien entre le septième continent et les courants marins.

Propos recueillis par Charles Rassaert

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 27/05/2012 - 12:30 - Signaler un abus BRAVO A ATLANTICO

    ...pour faire réguliérement des articles à ce sujet, aussi grave que la pollution par les hydrocarbues ou le nucléaire. Je remarque que pendant la campagne présidentielle pas une fois les Verts (ou soi disant tels) n'ont abordé ce sujet!

  • Par léonard simon - 27/05/2012 - 19:55 - Signaler un abus Vive la

    Vive la

  • Par léonard simon - 27/05/2012 - 19:58 - Signaler un abus Vive la croissance !

    Vive la croissance ! Texarkada je vous suggère d'aller voir aussi le site sciences2 et le blog écolo du Monde.

  • Par titine - 27/05/2012 - 20:03 - Signaler un abus Et oui :

    On comprend plus encore que les "verts" ou dits "écolos" ne servent strictement à rien...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Galgani

François Galgani est un océanographe résponsable de projet à l'IFREMER.

Il est résponsable du groupe technique européen en support à la mise en oeuvre de la directive européenne stratégie marine pour les déchets marins.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€