Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Sentinelles : la tribu isolée depuis 60 000 ans sur "l’île la plus dangereuse" au monde

Exilés sur une île de 72 km2 au cœur de l'océan Indien, les Sentinelles sont l'un des peuples les plus sauvages de la planète. Leur façon de vivre n'a connu aucune évolution depuis plusieurs milliers d'années et seule une poignée d'hommes civilisés a pu les approcher en 1991, alors qu'ils tentaient leur chance depuis 1967. Que sait-on réellement de ce peuple primitif qui repousse les visiteurs avec des arcs ?

Lost

Publié le - Mis à jour le 3 Août 2015

Le Tsunami et les Sentinelles

Située près des îles Andaman et Nicobar, la North Sentinel est en partie placée sous l'autorité de l'Inde. Selon Survival France, l'administration des îles Andaman aurait instauré la cessation de tout contact avec les Sentinelles et mis un terme au braconnage autour de l'île. Elle ne le sait pas, mais la tribu autochtone est protégée par ceux qu'elles pourraient considérer comme des ennemis. Son intimité et sa survie préoccupent les autorités indiennes qui reconnaissent leur droit de vivre en paix, sans être dérangée par des curieux. En 2004, lorsque le Tsunami frappa l'océan Indien, de nombreuses craintes que le peuple ait péri s'étaient alors manifestées.

Des hélicoptères avaient survolé la zone pour les secourir, mais l'accueil qu'ils reçurent les rassura : les autochtones étaient encore assez vivants pour brandir leurs arcs vers le ciel.

Les spéculations sur la disparition du Boeing 777

En mars 2014, lorsque le Boeing 777 de la Malaysia Airlines est porté disparu après seulement 1 heure de vol alors qu'il reliait Kuala Lampour à  Pékin, des recherches ont aussitôt été entreprises dans l'océan indien. Des images aériennes prises par la Nasa montrant d'importantes traces de fumée s'échapper de l'île ont semé le trouble : et si le Boeing s'était écrasé sur la North Sentinel ? Le site drroyspencer.com a notamment évoqué cette possibilité le 14 mars 2014, soit 6 jours après que l'avion ait disparu des radars, mais les autorités ont démenti publiquement cette hypothèse.

Le mode de vie patriarcal des Sentinelles reste un mystère. Jamais un peuple ne s'était montré si hostile, mais la tribu a prouvé au cours des nombreuses visites qu'elle a reçues sur les dernières décennies, qu'elle ne cèderait pas : aucun lien ne sera établi avec le reste du genre humain. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cremone - 01/08/2015 - 12:32 - Signaler un abus Foutons-leur la paix

    Foutons-leur la paix

  • Par langue de pivert - 01/08/2015 - 17:59 - Signaler un abus ????

    Ils ne dérangent personne et ne loupent rien ! Comment peuvent-ils résoudre - si ils y parviennent - la consanguinité ? 60 000 ans ça fait un paquet de générations ?

  • Par Bretondesouche - 02/08/2015 - 12:05 - Signaler un abus Grace a eux

    La planète se réchauffe un peu moins vite

  • Par langue de pivert - 02/08/2015 - 17:18 - Signaler un abus Retranchés !

    Bon ça fait pas 60 000 ans qu'ils sont sur cette ile ! J'avais mal lu !

  • Par Le gorille - 03/08/2015 - 02:29 - Signaler un abus Retranché

    Euh Atlantico ? Pourquoi ai-je été retranché ? En quoi ai-je failli aux règles de bienséance ? En plus cet article n'apprend rien de plus que ce qui a été observé aux siècles précédents et le commentaire vidéo parle des îles Andaman qui ne sont pas du tout dans la même mer...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€