Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous vous sentez fatigué, voire vidé, en présence d'un collègue, d'une relation ou un parent ? Vous êtes victime d'un vampire psychique

N’avez-vous jamais eu le sentiment d’avoir été « vampirisé » par une collègue, un inconnu, une relation ou un parent ? Vous vous sentez alors fatigué, voire vidé. Vous finissez par comprendre que vous êtes utilisé par cette personne. Vous êtes victime d’un(e) vampire psychique. Extrait du livre "Les vampires psychiques" de Stéphane Clerget, aux éditions Fayard (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Vous vous sentez fatigué, voire vidé, en présence d'un collègue, d'une relation ou un parent ? Vous êtes victime d'un vampire psychique

Le vampirisme clinique est rarement décrit et l’est généralement en lien avec une maladie mentale (schizophrénie, psychoses diverses, paraphasie, psychopathie, pathomimies). Il est néanmoins possible que des cas chez des personnes non psychotiques et bien insérées socialement restent méconnus. D’ailleurs, des cas de vampirisme, heureusement très rares, ont été décrits chez des individus dérobant du sang humain, par exemple dans des laboratoires stockant du sang destiné aux transfusions.

C’est d’une tout autre espèce de vampires que je vais vous parler dans ce livre. Ceux-ci ne se nourrissent pas de sang, mais de votre énergie. Et ils sont loin d’être rares.

Je les nomme les « vampires psychiques ».

L’être humain, comme les mammifères en général, n’est pas fait pour vivre seul. De tout temps, les humains ont été plus forts à plusieurs. Entouré, l’homme développe mieux ses compétences. Les autres répondent aux besoins qu’il ne peut satisfaire seul. Or ces autres peuvent aussi être un obstacle à son développement, à ses progrès, à son épanouissement et donc à son bien-être. Si le mythe du vampire existe depuis la nuit des temps dans toutes les sociétés, c’est bien qu’il correspond à un archétype humain qui a toujours existé. C’est ce vampire-là que je qualifie de « psychique ». En consommant une partie de son énergie, sous quelque forme que ce soit, il peut altérer le fonctionnement d’un autre individu et nuire à la dynamique de son développement.

Je m’intéresserai essentiellement ici au vampirisme psychique entre deux personnes, l’une étant le ou la vampire psychique, l’autre, sa victime, ou son hôte. De façon schématique, on verra à diverses occasions que le vampire psychique va « pomper » des ressources énergétiques chez l’individu hôte. Les conséquences en seront un nouvel essor, vitalisant pour lui, et, en revanche, une baisse d’énergie, une dévitalisation pour la victime ou l’hôte. Bien entendu, quand les « prises » sont répétées par différents vampires ou s’inscrivent dans la durée, les conséquences sont plus pénibles encore pour l’hôte. Celui-ci est alors soumis à un stress qui va lui permettre de l’alerter sur la perte de ses réserves d’énergie.

Cependant, dans une autre mesure, l’acte de vampirisation n’est pas sans conséquences négatives pour le vampire lui-même. Surtout s’il est jeune. En effet, se nourrir exclusivement du flux énergétique d’autrui met en suspens ses propres mécanismes vitaux. À l’extrême, le néo-vampire, trop dépendant des ressources extérieures, ne pourra développer les siennes et finira par devenir toujours plus dépendant d’autrui.

Nous verrons aussi combien l’apparence, la façon d’être de ces vampires psychiques, qui existent, on n’en doute pas, en tous pays et dans toutes les cultures, sont plurielles. Leurs tactiques varient beaucoup. Il en est de même des situations, du cadre d’action dans lesquels le vampirisme s’établit entre deux individus.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par spiritucorsu - 10/02/2018 - 15:32 - Signaler un abus Le vampirisme:"en marche"

    Un bel exemple,la secte" vampiriste":"en marche,avec son grand "gourou"aux dents qui rayent le parquet".Avec pour première victime,les retraités qui viennent de subir une sérieuse saignée,et ce n'est qu'une mise en bouche..

  • Par kelenborn - 11/02/2018 - 15:12 - Signaler un abus Une solution

    Faut demander une antidote à Hogatha la sorcière!!! Elle a une potion imparable !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Clerget

Stéphane Clerget est médecin pédopsychiatre. Il partage son activité entre les consultations et la recherche clinique. Ses champs d’étude concernent notamment l’adolescence, les troubles émotionnels et les questions d’identité. Il a mis en place à l’hôpital l’une des premières consultations d’aide à la parentalité. Il est l'auteur de Nos garçons en danger (Flammarion) et Les vampires psychiques (Fayard).

Les vampires psychiques de Stéphane Clerget

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€