Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sécurité des centrales nucléaires : la France a besoin de rigueur et de professionnalisme, pas d’idéologie et de sensationnalisme

Plusieurs tentatives d’intrusion dans l’enceinte de centrales nucléaires françaises de la part d’éco-activistes ont été récemment perpétrées. Deux tentatives ont été stoppées, à Cattenom en octobre et Cruas en novembre. Deux fois, les militants ont été arrêtés sans avoir pu pénétrer dans les bâtiments nucléaires.

Attention danger

Publié le
Sécurité des centrales nucléaires : la France a besoin de rigueur et de professionnalisme, pas d’idéologie et de sensationnalisme

Les auteurs de ces tentatives arguent qu’elles sont destinées à faire prendre conscience aux Français des lacunes du système de sécurité. Disons-le tout net : ce sujet est trop sérieux pour être galvaudé, voire instrumentalisé au nom d’une idéologie anti-nucléaire. Quelques éléments méritent donc d’être rappelés, sans complaisance, d’un côté comme de l’autre. La France dispose de 58 réacteurs nucléaires actifs, tous à eau pressurisée, la technologie la plus sûre. En termes de sécurité, plusieurs acteurs, privés et publics, agissent tout au long de la chaîne pour s’assurer que le système est toujours dans un mode optimal par rapport aux menaces qui pourraient le frapper.

Au niveau des centrales elles-mêmes, la sécurité est assurée par de multiples enceintes de confinement au niveau du réacteur et des matériaux fissibles ou issus de la réaction. Ces enceintes ont été conçues pour résister à des impacts massifs et à des évènements sismologiques importants. La question du survol des centrales par des drones est sérieuse. Elle ne peut cependant en aucun cas représenter une menace d’attaque sur le réacteur. Les drones disponibles sur le marché civil ont une capacité d’emport de quelques kilos, et sont incapables de causer une quelconque brèche dans l’enceinte. Toutefois la peur du drone véhiculée par le cinéma est parfois développée ad nauseam. De la même manière, la peur du hacker est volontairement entretenue avec le fantasme d’un cyber-Armageddon provoqué par un terroriste ou un geek depuis le garage de ses parents. Là aussi une confusion est entretenue entre la cyber protection des centrales nucléaires françaises – très avancée – et des attaques passées comme Stuxnet (IRAN), laquelle reposait à la fois sur la combinaison des savoir-faire des services de renseignement de deux Etats (Israël et les Etats-Unis) et d’une complicité interne. En outre Stuxnet n’a fait qu’endommager le fonctionnement des centrifugeuses d’enrichissement d’uranium, sans aucune contamination nucléaire. Point d’attaque venue des confins du Net pour provoquer l’Apocalypse, car tout exploitant d’infrastructure critique, en France EDF, sait bien que les réseaux doivent être cloisonnés pour éviter tout risque.

Ajoutons que les centrales sont protégées par des forces spécialisées, à commencer par les gendarmes et policiers du Commandement Spécialisé pour la Sécurité Nucléaire (COSSEN), véritable unité spécialisée dans l’anticipation et l’action contre les menaces visant les sites nucléaires. La création du COSSEN et le renforcement de son action, se situent dans la lignée des mesures prises pour lutter contre le terrorisme et les menaces protéiformes qui ciblent notre pays. L’action du COSSEN s’appuie sur des unités d’élite, les Pelotons Spécialisés de Protection de la Gendarmerie (PSPG), basés sur chaque centrale nucléaire et assurant la sécurité de ces sites, 24h/24h et 7j/7. De plus, à l’image de l’ASN pour les questions de sureté, l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire), institut public dépendant de plusieurs ministères dont les Armées, la Transition écologique et solidaire et la Santé, est actif sur les questions de sécurité. En cas de manquement ou de soupçon de laisser-aller, il peut, comme l’ASN, alerter les autorités.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bruno alomar - 06/12/2017 - 12:02 - Signaler un abus Evidemment

    Le nucléaire est l'un des exemples, parmi d'autres, de ces domaines dans lesquels l'hystérie et l'idéologie ont remplacé la raison. Il faut être très fermes sur les questions de sécurité, et au moins aussi fermes avec les irresponsables qui ont trouvé dans l'environnement - qui doit être protégé - un nouvelle cause après le marxisme moribond

  • Par Ex abrupto - 06/12/2017 - 12:55 - Signaler un abus Sécurité

    suite à intrusions: tirs à vue sans sommations, dès la première enceinte.

  • Par hermet - 06/12/2017 - 13:01 - Signaler un abus Le problème est ailleurs, mais...

    Le nucléaire peut potentiellement devenir un problème majeur, existentiel; l'hypothèse d'attaques extérieures est complexe et peu probable, par contre une attaque intérieure n'est pas à exclure ni pour aujourd'hui et surtout pour demain vu le niveau d'islamique dans ce pays, du sous traitant à l'ingénieur au poste de commande tous deviendra possible...

  • Par vangog - 06/12/2017 - 21:35 - Signaler un abus C’est bizarre cette propension qu’a la gauche...

    de créer des problèmes qui n’existent pas, à seule fin de développer une psychose chez les plus crédules et les plus faibles! La seule chose qui menace le nucléaire français, c’est l’absence d’investissements pour conforter la sécurité de nos centrales, et l’abandon par la gauche de la recherche nucléaire...un vrai danger de régression!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Mazzucchi

Nicolas Mazzucchi est géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est chercheur associé à l’IRIS, fondateur du cabinet Polemos Consulting et professeur associé à l’Ecole de Guerre Economique, HEC et Sciences-Po Lille.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€