Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sécurité au quotidien : le redoutable défi dont peine à s’emparer le gouvernement

Aveu : l'auteur allait débuter cet article en s'inquiétant du côté effacé du ministre de l'Intérieur ; d'une possible fragilité, gênante pour dompter le plus rude des ministères. Eh bien, l'auteur avait tort.

A prendre en main

Publié le
Sécurité au quotidien : le redoutable défi dont peine à s’emparer le gouvernement

Car - coup de tonnerre dans un ciel bleu - voilà que, suite aux "dysfonctionnements graves" à leur préfecture, suivis de l'assassinat de deux étudiantes à la gare Saint-Charles de Marseille, M. Collomb limoge sec le préfet du Rhône et son secrétaire général.

Virer un poids-lourd de la préfectorale ! Annoncer des sanctions et sévir ensuite ! Inouï. Pas une seule fois, un tel châtiment n'est tombé sous le mollasson M. Hollande. Et si un préfet sautait sous M. Sarkozy, c'était par énervement présidentiel, suite à quelques sifflets.

Qu'on pardonne à un criminologue de citer des criminels : jadis, les Brigades rouges signaient ainsi leurs textes : "Tues-en un, tu en effrayes cent". On imagine l'effroi des hauts fonctionnaires. Un ministre doté d'autorité ! On en avait perdu l'habitude.

Or de l'autorité, il en faudra au ministre de l'Intérieur, car en France, a sécurité au quotidien est mauvaise et ce que vivent les Français en matière de crime, inquiétant.

D'abord, le discours officiel sur la sécurité. Avant même son élection, M. Macron affirme que la police de proximité est la panacée. Nulle offre de preuve, c'est ainsi. D'où vient ce diagnostic ? De quelles données ? Au bout du compte, la police de proximité répond-elle bien aux besoins de la France ? Mystère.

Or ce qui provient du terrain, ce qui remonte des tribunaux, commissariats, casernes et prisons ; les données criminologiques disponibles, suggèrent un autre diagnostic, une autre perspective. Voyons d'abord les éléments criminologiques ; puis les pistes possibles.

• Les infractions les plus traumatisantes, en France métropolitaine

Commençons par observer le réel criminel, dans ce qu'il a de plus grave.

VOLS AVEC ARME ("braquages"). En réalité, il s'en commet en France 10 000 par an : tout est braqué dans la France de 2017, même des maisons de retraite ! L'Intérieur dit ± 8 000, mais au quotidien, maints braquages (des crimes) sont "dévalués" en vol avec violence, délits perdant ainsi leur juste place dans la statistique. 10 000 par an, c'est énorme - deux fois plus par an, montrent les statistiques Eurostat, que chez nos voisins à taille et population comparable (Allemagne, Royaume-Uni, etc).

Selon les données récentes de notre base documentaire, 57% de ces braquages sont commis par plusieurs individus et relèvent bien du crime organisé (groupe stable, partage des tâches et du butin). A noter aussi les attaques d'hôtels voisins d'aéroports (surtout Roissy) par des bandes prédatrices, pour y piller des touristes circulant en autocar.

VOLS AVEC VIOLENCE, à jet continu, notamment les arrachages de montres de luxe et de bijoux, dans les beaux quartiers de Paris, sur la Côte d'Azur, etc.

BRAQUAGES À DOMICILE ("home jackings"), parfois plusieurs par nuit, dans le Nord et l'Ouest de la France : pillage de domiciles (biens de valeur, voitures, etc.).

VOLS PAR RUSE (ou "à la fausse qualité") explosion de ces vols ciblant des gens âgés ou fragiles. Faux policiers, faux agents de l'EDF, des douanes ou des eaux, faux plombiers , etc. Ils frappent chaque jour, partout en France aussi bien à Paris, Nantes ou Limoges que dans de petites villes (récemment : Flers, Chamalières, Château-Thierry, etc.).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Raymond75 - 17/10/2017 - 09:48 - Signaler un abus Contrôle des zones dites de non droits

    Il y a quelques années, ce phénomène se développait au Japon, pays traditionnellement de grande discipline collective. La réaction a été rapide et efficace : dans chaque petits groupe de bâtiment, des petits commissariat, protégés mais disposant d'une large baie vitrée ou été créés dans des rez-de-chaussées, ouverts 24 h / 24, avec des policiers qui surveillaient les alentours à la jumelle. Il y avait aussi des patrouilles, et des forces d'intervention mobilisables immédiatement. Le problème a été éradiqué très rapidement. En France, on en parle depuis trente ans ...

  • Par Semper Fi - 17/10/2017 - 19:18 - Signaler un abus Vous avez raison M. Raufer...mais

    Vous oubliez le paramètre "contrôle du terrain" (contrôle de zone en terme tactique-mili)... et l'exemple de Raymond75 est parlant. Pour reprendre le contrôle des zones de non droit, il faut 3 choses : un renseignement efficace pour désigner les cibles, une présence permanente (postes fixes = commissariat + patrouilles mobiles) et enfin une action positive en direction de la population neutre afin de l'amener à collaborer avec les forces de police. Sans la combinaison de ces 3 éléments, toute réponse est vouée à l'échec. M. Raufer, je me permettrais de vous conseiller de relire les enseignements de la bataille d'Alger, ainsi que la théorie de la contre-insurrection de David Galula... Le renseignement criminel offensif est nécessaire mais n'est pas une condition suffisante du succès.

  • Par Semper Fi - 17/10/2017 - 19:52 - Signaler un abus J'oubliais un 4e élément....

    et bien sûr que derrière tout cela, la justice fasse correctement son travail pour mettre à l'ombre les délinquants ! c'est peut-être d'ailleurs le point qui pêche le plus actuellement, et c'est celui sur lequel tout le reste repose !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€