Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sébastien Chenu : "Marine Le Pen ne propose ni la guerre ni des choses indécentes, elle se situe dans le cadre républicain. Nous pensons juste qu’il est possible de faire autrement"

Le Rassemblement national fait sa rentrée ce weekend à Fréjus. Sur fonds de difficultés financières, le parti s'organise en opposition à Emmanuel Macron et en vue des élections européennes de 2019.

Entretien politique

Publié le
Sébastien Chenu : "Marine Le Pen ne propose ni la guerre ni des choses indécentes, elle se situe dans le cadre républicain. Nous pensons juste qu’il est possible de faire autrement"

 Crédit DENIS CHARLET / AFP

Atlantico : C’est la rentrée officielle de Marine Le Pen ce week-end, même si on l’a déjà vue un peu bousculée dans le Var plus tôt cette semaine. À défaut d’avoir convaincu vos adversaires que vous aviez changé en changeant de nom comme l’a mis en lumière cet épisode, pensez-vous que la greffe du Rassemblement national a pris auprès des militants ? Pas de nostalgie du FN ?

Sébastien Chenu : Vous me parlez de la visite de Marine le Pen dans le Var, je vous parle de la visite qu’elle a effectuée à Châlons-en-Champagne où elle a été extrêmement bien accueillie. Evidemment, ça défraie toujours moins la chronique dans ce sens-là.

Mais, il faut quand même rappeler cet épisode.

En ce qui concerne le Rassemblement National, nous avons construit un nouveau parti politique, reste à lui donner de la chair. C’est-à-dire qu’on a changé de nom, changé les statuts, changé l’organisation interne. Maintenant, et c’est la deuxième étape, on avait dit que l’élection européenne nous le permettrait, on va mettre la chair. C’est-à-dire que nous allons rassembler, faire venir à nous, des gens qui n’ont pas toujours combattu à nos côtés mais qui partagent notre analyse globale de la situation et les propositions que l’on peut faire pour redresser la France.

C’est évidemment cette deuxième étape qui est importante et elle ne permet pas de nourrir une quelconque nostalgie. L’idée c’est de regarder l’avenir, ainsi il n’y aucune nostalgie du FN.

En revanche, il y a des enjeux. Il y a encore des challenges à mener pour que le RN soit cette structure dans laquelle il y a une diversité de profils, une diversité d’engagements, une diversité de vécus politiques. Et c’est les élections européennes, à travers la liste que présentons, qui pourra en donner le témoignage.

Quelles thématiques le RN entend-il porter en cette rentrée ?

Bien sûr, le discours de rentrée de Marine Le Pen va poser les jalons du programme des élections européennes. C’est évidemment une base structurante de l’offre politique que nous faisons.

Outre ce thème principal, elle en abordera d’autres. Certains seront classiquement ceux que le RN depuis longtemps tel que le refus d’une Europe noyée sous une déferlante migratoire mais également des thèmes qui sont peut-être plus neutres tel que celui de l'écologie au sens large.

A ce titre, elle s’interrogera sur le monde dans lequel on souhaite vivre. Est-ce plutôt un monde de producteurs et de consommateurs ou au contraire, est-ce que notre engagement politique nous pousse à proposer un modèle différent aux Français ?  En fin de compte, ce sont deux choix de sociétés qui vont s'affronter. C’est-à-dire celui qui est porté par Emmanuel Macron dont on connaît les tenants les et les aboutissants placés sous l’égide de l’Europe ultra-libérale, fédéraliste. Et puis le nôtre dans lequel les nations sont libres, indépendantes, travaillent les unes avec les autres mais dans lequel nous ne sommes pas que des producteurs ou que des consommateurs. Ce sont deux visions du monde, de la société françaises qui vont se structurer.

Marine Le Pen abordera aussi l’un des grands classiques de la rentrée : les protections de nos compatriotes. Nous considérons que le rôle d’un chef d’Etat est de protéger les siens : les protéger économiquement, socialement, physiquement contre les insécurités. Or, Marine Le Pen va dans ce cadre rappeler les missions que l’on est en droit d’attendre d’un chef de la République.

Pour ma part, je dirai qu’il y a deux types de chefs d’Etat au monde : ceux qui protègent les leurs, leur économie, leur sécurité. C’est-à-dire des gens comme Trump, Poutine, Netanyahou. On peut ne pas être d’accord avec eux et les politiques qu’ils mènent à l’interne mais force est de constater que ces dirigeants protègent leur population.

De l’autre côté, il y a un autre type de chef d’Etat à la Macron, Merkel, Trudeau qui exposent les leurs. Les exposent à tous les dangers sociaux, migratoires, sécuritaires. Ce sont deux visions du monde qui s’affrontent. Or, Marine le Pen va rappeler qu’elle est là pour protéger les Français.

S’il y avait une chose (ou plusieurs) à garder de la politique d’Emmanuel Macron, laquelle serait-ce ? Et à l’inverse, quelle est la politique mise en œuvre qui vous paraît Ia plus dommageable pour le pays ?

Pour l’instant, je ne garderai pas grand-chose de la politique d’Emmanuel Macron. En effet, même sur les points qui auraient pu être intéressants, le chef de l’Etat n’est pas allé jusqu’au bout.

Je pense, par exemple, aux politiques pour sauver le patrimoine. A l’origine, il y avait la bonne volonté de Stéphane Bern. Bonne volonté qui a été immédiatement ruinée par le groupe LREM qui a voté, dans le cadre de la loi Elan, un retrait des architectes des bâtiments de France sur les projets. Donc, demain on pourra construire ou détruire un certain nombre de quartier sans l’autorisation des Bâtiments de France. Et donc même dans cette politique-là, que j’aurai bien aimé regarder avec bienveillance, Emmanuel Macron est en capacité de ruiner les meilleures volontés dont celle de Stéphane Bern.

La réalité c’est le bilan nullissime d’Emmanuel Macron un an et demi après. Et c’est surtout la déconstruction petit à petit de l’édifice français. Il ne s’agit pas d’une mesure en particulier. Emmanuel Macron a décidé de s’attaquer avec dextérité à la déconstruction de notre pays. Il le déconstruit socialement, il s’attaque aux droits du travail et ce sans pour autant créer d’emplois.

Il le déconstruit aussi en termes d’équilibre, c’est-à-dire qu’il ne protège pas les Français. Il met moins de budget pour les protéger, il met moins de budget sur l’immigration clandestine. Il le déconstruit sur l’agriculture, la PAC au niveau européen va baisser, or Emmanuel Macron vient de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires pour les saisonniers. Une énième mesure qui pénalise encore les agriculteurs..

Dans tous les domaines il déconstruit le modèle français. Evidemment qu’il y a besoin de réformes en France. Mais, il y a besoin de réformes qui nous renforcerons, nous protégerons et nous donnerons la capacité de conquérir le monde, pas de réformes qui déconstruisent un modèle par petits bouts. En fait, c’est cette vente à la découpe permanente de la France qui est le marqueur principal de sa politique.

Rentrée à minima ce week-end, difficultés à financer des actions politiques : votre parti aura-t-il les moyens de faire campagne voire même d’exister si la justice confirme la saisie des sommes qui devaient vous être versées au titre des aides publiques ? Avez-vous envisagé la création d’une autre structure de secours ?

Alors, deux choses. Tout d’abord, ce n’est pas un hasard, la difficulté financière ça ne tombe pas du ciel. Ce sont des juges qui ont des engagements en politique à l'extrême gauche qui ont décidé de confisquer notre subvention publique. Ce qui n’arrive évidemment à aucun autre parti. Nous ne sommes pas condamnés, et le procès sur les assistants parlementaires n’est pas instruit.

D’autre partis politiques, tel que le Modem, ont exactement les mêmes reproches qui leur sont fait par l’Union Européenne. Pour eux, aucun problème : leur subvention publique sera versée. Elle est versée à tous les autres partis y compris à ceux qui sont très endettés comme les Républicains. Il y a donc bien une volonté politique de nous faire plier.

Pour le reste, oui, rassurons-nous nous n’allons pas nous laisser assassiner en silence. Nous sommes touche-touche avec LREM dans les sondages pour les européennes, nous sommes en tête de toutes les oppositions. Donc on voit bien qu’il y a cette volonté, parce qu’ils ne parviennent pas à nous faire plier électoralement, de nous faire plier par d’autres moyens.

Evidemment, nous serons présents aux élections européennes. Evidemment, le budget de l’élection européenne n’a rien à voir avec le budget de fonctionnement du RN à l’année. Donc qu’il n’y ait pas de confusions, nous serons bel et bien là. Nous avons construit un parti nous ne sommes pas décidés à nous faire assassiner. 

Indépendamment de cette épée de Damoclès judiciaire, comment expliquez-vous que malgré ses bons scores électoraux lui garantissant des subventions publiques conséquentes, le RN semble aussi mal géré et flirte régulièrement avec la cessation de paiement ? Il y a quand même de quoi en concevoir quelques doutes sur la capacité du parti à gouverner, non...?

Nous n’avons aucune condamnation, nous sommes en conflit avec l'administration européenne, qui n’est pas une juridiction. Il n’y a aucune condamnation, nous ne sommes donc pas mal gérés. Nous contestons ce qui nous ai reproché et nous revendiquons la présomption d’innocence.

Nous n’avons d’ascenseur à renvoyer à personne. Nous combattons un système qui permet d’unir des médias, des banques, des groupes et des politiques. Ce sont ces gens qui se soutiennent les uns et les autres, ce sont ces gens qui font front contre nous parce qu’ils n’ont aucun intérêt à nous voir arriver au pouvoir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 16/09/2018 - 13:52 - Signaler un abus Europe

    ultra libérale et fédéraliste : Beurk .! Libérale suffit, ultra libérale veut dire loi de la jungle, SDF qui meurent dans les ruisseaux, immigration non souhaitée et imposée car sans doute elle est utile à une infime minorité qui est loin de "ruisseler " .

  • Par Ganesha - 16/09/2018 - 14:30 - Signaler un abus CNews

    Ce dimanche, retransmission, apparemment intégrale, du discours de Marine Le Pen à Fréjus, sur CNews.

  • Par Ganesha - 16/09/2018 - 14:52 - Signaler un abus Horaire

    de 15h à 16h30

  • Par vangog - 16/09/2018 - 15:29 - Signaler un abus En direct de Fréjus...

    Théâtre du Forum plein à craquer! Il s’est rempli d’un coup ...Au bout d’un quart d’heure, heureux présage, non!

  • Par vangog - 16/09/2018 - 15:34 - Signaler un abus Très sympa Fréjus de David Rachline!

    Plein d’animations pour les enfants, beaucoup de familles! Je n’ai croisé que deux voilées avec poussettes, enceintes jusqu’au cou, mais c’est supportable...à part ça, beau soleil, magnifique discours de rentrée de Marine...bonne journée à tous les patriotes français!

  • Par Ganesha - 16/09/2018 - 16:26 - Signaler un abus Résumé

    Après avoir fait le bilan de la première année d'Emmanuel Macron, Marine Le Pen a consacré la moitié de son discours à décrire la menace que représente l'immigration. Elle a terminé en disant que la politique ''Mondialiste'' de la Commission Européenne faisait de cette organisation, l'ennemie de l'Europe.

  • Par Ganesha - 16/09/2018 - 16:33 - Signaler un abus Laurent Wauquiez subventionne l'Immigration ! ! !

    Dans son discours, Marine est revenue sur sa tentative de visite du petit village provençal de Châteaudouble, où 72 migrants ont été installés dans une ancienne maison de retraite. Elle a confirmé que le Conseil Général dirigé par Laurent Wauquiez a bien subventionné l'association ''Cosi'' qui a procédé à cette implantation. Marine n'a pas cité le montant du soutien financier, mais il aurait été de 90 mille euros pour 2017. Pour information complémentaire, Laurent Wauquiez a également doublé sa subvention à la LICRA. (de 50 mille euros à cent mille !)

  • Par l'enclume - 17/09/2018 - 10:36 - Signaler un abus J'attends avec impatience votre réponse

    Ganesha - 16/09/2018 - 16:33 - Imbécile, il ne subventionne pas l'immigration, il aide les localités auxquelles l'état a donné l'ordre de recevoir ces migrants. D'autre part, aux baveux qui soutiennent Orban, ce dernier a oublié, le gros très gros effort qu'ont fait les pays de l'Ouest pour accueillir les Hongrois qui fuiaient les chars soviétiques en 1958.

  • Par Ganesha - 17/09/2018 - 12:01 - Signaler un abus Quelle est la faute la plus grave ?

    J'attendais avec impatience les premières réactions des ''fans de Wauquiez'' à cette nouvelle stupéfiante : cette petite crapule ne serait donc qu'un ''fieffé menteur'', tout comme l'ensemble des arrivistes et des démagogues de cette répugnante organisation maffieuse, très justement dénommée les Ripoux-blicains ? Mais, en bon catholiques, je ne doute pas de vos prouesses en matière d'hypocrisie ! Personnellement, je vous propose : ''Wauquiez, en tant que Valet du Grand Capital, est certes un islamophile, immigrationiste. Mais, est-ce vraiment pire que les prêtres qui se livrent à la Pédophilie, ou que les gynécologues qui pratiquent l'avortement ou la PMA ?''

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sébastien Chenu

Sébastien Chenu est député (FN) dans la dix-neuvième circonscription du Nord. Anciennement chargé de l'exception culturelle au sein de l'UMP, il est le fondateur de l'association GayLib, association de défense des droits LGBT au sein du parti.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€