Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des scientifiques parviennent à faire vivre des vers de terre plus longtemps avec des bactéries : prochaine étape , les humains ?

Le prcessus de vieillissement reste la barière la plus tenace contre l'immortalité. Mais une étude montre que la production d'acide colanique par certaines cellules souches pourrait changer la donne.

Supervivant

Publié le - Mis à jour le 23 Juin 2017
Des scientifiques parviennent à faire vivre des vers de terre plus longtemps avec des bactéries : prochaine étape , les humains ?

Atlantico : Selon une étude menée par le docteur Meng Wang du Baylor College of Medicine, certaines souches de E. Coli seraient capable de produire de l'acide colanique permettant de rallonger la longévité. Jusqu'ici, les expériences ont été menées sur des vers.  Mais pourquoi ces résultats peuvent être enthousiasmants?

Stéphane Gayet : Le processus de vieillissement est schématiquement le même pour la plupart des êtres vivants animaux constitués de nombreuses cellules (métazoaires) organisées en tissus, organes et appareils. Chacune des cellules d’un métazoaire porte dans son génome (patrimoine génétique : les chromosomes) des informations concernant le déroulement de son vieillissement naturel et la survenue de sa mort plus ou moins précisément programmée. Cette longévité d’espèce est imprécise, car elle varie selon les individus et leurs conditions de vie.

Mais elle s’inscrit le plus souvent à l’intérieur de limites connues empiriquement. C’est ainsi que pour un très grand nombre d’espèces animales, on connaît la longévité moyenne.

En ce qui concerne l’espèce humaine Homo sapiens, la longévité augmente régulièrement du fait de l’amélioration des conditions de vie et la prévention de nombreuses maladies et accidents. Il n’en reste pas moins vrai que nous commençons toutes et tous à vieillir à partir de l’âge de 25 ans, et cela quoi que l’on fasse, et que notre espérance de vie semble - selon différentes études - théoriquement incapable de dépasser l’âge de 150 ans, qui serait donc la limite extrême impossible à repousser. Cette notion va bien sûr à l’encontre du discours transhumaniste séduisant qui nous promet à moyen terme une espérance de vie à plus de 500 ans, ce qui est contraire à nos connaissances de biologie cellulaire. C’est l’occasion de préciser que, lorsqu’un individu âgé de 50 ans renouvelle comme tout un chacun son épiderme, les cellules « jeunes » qui naissent de la couche germinative basale de son tissu épidermique ont en fait, malgré leur apparence juvénile, un âge génétique de 50 ans. C’est vrai de toutes nos cellules. Ainsi, certes nos tissus se renouvellent sans cesse, mais pas en formant des cellules réellement jeunes. Les expériences de clonage animal ont permis de corroborer cette notion.

Beaucoup de travaux de recherche sont menés sur le vieillissement cellulaire et tissulaire et sur la façon dont on pourrait le ralentir. Car l’amélioration de notre niveau de vie, l’essor technologique phénoménal qui y contribue, les progrès spectaculaires de la médecine et de l’hygiène – c’est-à-dire la prévention et non pas la propreté – sont autant d’incitations à nous pousser à chercher comment vieillir moins vite et vivre plus longtemps. Aujourd’hui, une personne âgée de 80 ans qui a réussi à se maintenir en bonne santé, qui conserve une vie autonome et active - avec des facultés intellectuelles et physiques satisfaisantes – n’est pas très enthousiaste à l’idée de mourir dans dix ans. Elle peut légitimement espérer vivre encore 20 ans et pourquoi pas plus, ne serait-ce que pour écrire, lire, partager ses expériences, s’adonner à ses passions et voir grandir ses petits-enfants. D’où le grand intérêt suscité par les substances qui pourraient faire reculer l’âge de la mort. Ce qui réussit à un ver nourrit donc un espoir pour l’homme, même s’il est faible.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 22/06/2017 - 20:31 - Signaler un abus Panique les mecs!!!

    panique à bord!!! vs imaginez 2050 avec les frères Duhamel et Apathie !!! Chauve qui peut!

  • Par Stéphane Gayet - 23/06/2017 - 11:27 - Signaler un abus Loin des prédictions à sensation des transhumanistes

    Nous parviendrons sans aucun doute à trouver des moyens pour allonger l'espérance de vie, tels que des molécules de ce type ou d'autre nature. Mais nous sommes loin des prédictions à sensation des transhumanistes qui délirent un peu, si je puis me permettre. Il semblerait que notre possibilité d'allonger l'espérance de vie soit limitée à l'âge de 150 ans, ce qui paraît honnêtement déjà bien.

  • Par poil à gratter - 05/07/2017 - 01:58 - Signaler un abus Allo! Y'a des correcteurs dans la salle?

    "prcessus de vieillissement reste la barière ...." Aïe! Ça pique les yeux!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€