Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le scénario noir de l’avenir des médias et les pistes pour tenter d’y échapper

Dans sa keynote annuelle sur le futur du journalisme, Amy Webb, experte du Futur Today Institute, a tenu une conférence sur l'avenir du journalisme, dans laquelle elle exprime toute son inquiétude quant à l'avenir du métier qu'elle décrit comme incapable de s'adapter face aux évolutions technologiques. Notamment dans le domaine de l'IA, du son ou de l'informatique visuelle.

Démocraties en danger

Publié le
Le scénario noir de l’avenir des médias et les pistes pour tenter d’y échapper

Atlantico : Peut-on dire que les "médias" ont déjà échoué à s'adapter comme elle le prétend? Si oui, en quoi ont-ils échoué?

Benoît Raphaël : Les médias ont du mal, mais on ne peut pas dire qu'ils ont échoué. En tout cas pas tous. Aux Etats-Unis notamment, le New York Times et le Washington Post commencent à bâtir des modèles solides autour du payant et innovent beaucoup en terme d'expérience utilisateur, et des pure-players comme Buzzfeed, Vox ou Quartz se développent rapidement. Quartz a toujours été un modèle inspirant en termes d'innovation et a d'ailleurs développé sa propre IA. Tout comme le Washington Post. Le problème majeur c'est la difficulté qu'ont les médias traditionnels à se positionner rapidement, à se mettre en mode projet, et à investir.

L'autre problème c'est la toute puissance des plateformes sociales qui fragilisent les modèles économiques et  freinent la prise de risque, notamment chez les médias d'information générale. Les réseaux sociaux ont été trop souvent perçus comme des plateformes de distribution, alors qu'elles nécessitent une approche spécifique.

Modèle économique viable, tournant vers la vidéo, multiplication des plateformes d'accès, familiarisation à l'IA et vérification de l'information… D'après vous quelles réformes sont les plus urgentes dans notre métier et quels obstacles empêchent les médias de franchir le pas ?

La première priorité c'est de recréer de la confiance chez l'audience. Il faut donc travailler en priorité le lien avec la communauté, et développer des "'liens forts" en opposition aux liens faibles qui se créent sur les réseaux sociaux. Les plateformes sociales sont indispensables pour toucher la plus forte audience le plus vite possible mais l'enjeu est aujourd'hui de fidéliser en misant sur la qualité, l'expérience sociale et la data.

La seconde priorité c'est de se doter des moyens d'investir et de se mettre en mode projet. Rénover un média d'un bloc est impossible, personne n'a jamais réussi. Par contre, on peut rassembler des talents, casser les silos et se mettre en  mode startup lorsque l'on se focalise sur des petits projets, à mettre le plus rapidement possible sur le marché.

Face au défaut et d'intérêt/compétence des médias (dirigeants et journalistes) quant aux questions liées aux nouvelles technologies, n'est-il pas raisonnable de s'inquiéter lorsque l'on voit le développement de nouvelles technologies de superposition de voix sur images de synthèse ultra réaliste? Quelles solutions pour lutter contre ce phénomène ?

Ce n'est pas le phénomène le plus inquiétant. La principale menace c'est la toute puissance des algorithmes de distribution de l'information qui favorisent le développement des "fake news" (fausses informations) et des "bulles de filtres" (dites bulle de personnalisation qui enferment l'utilisateur dans son cercle d'amis). Ces phénomènes rendent l'audience plus volatile et altèrent la confiance parce qu'on finit par ne plus savoir qui dit la vérité. On passe d'une info à une autre sans réelle implication ou prise de recul. Pour lutter contre ce phénomène il faut maîtriser la technologie pour mieux comprendre, mieux toucher et mieux fidéliser l'audience. C'est en renforçant le lien avec leurs communautés, par tous les moyens possibles (en conversant avec elle, en jouant la transparence, en lui apportant des armes pour mieux comprendre, en la rencontrant sur les réseaux ou même physiquement), que les médias pourront mieux les prévenir des phénomènes de fausses informations ou de manipulation de la vérité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Le gorille - 11/10/2017 - 09:08 - Signaler un abus Euh ? Bien noir en effet !

    Tenez... Rien que le l'introduction. Une "keynote", qu'est-ce que c'est ? Faut d'abord écrire en français. L'"IA", qu'est-ce que c'est ? Les sigles doivent être explicités avant usage... Et puis... Est-ce que les "technologies" remplacent l'homme, l'humain ? Doivent-elles le remplacer ? Certes non : c'est l'homme qui commande, et les technologies ne sont que son porte-plume, c'est tout. Donc baser l'avenir sur une adaptation à l'outil, c'est un contre-sens. Reste l'article à lire... je crains le pire !

  • Par Le gorille - 11/10/2017 - 09:17 - Signaler un abus Ouf ! Voir le dernier paragraphe !

    Il sauve l'article. Mais il m'a fallu arriver jusqu'à lui pour savoir que "IA" ici, c'était l'intelligence artificielle. Ailleurs, dans le monde, I et A peuvent signifier tout autre chose. Ceci dit, je vois que seul le problème financier est abordé, pas le contenu. Et confier le contenu à l'IA.... j'en frémis ! Bref, ce n'est pas tant le principe qui est concerné, que la présentation et sa diffusion. Bon, là, je dois dire que le problème est assez coton ! Et ce n'est pas le charabia de la première page qui m'a éclairé !

  • Par gerint - 11/10/2017 - 13:06 - Signaler un abus Il n’y a pas que l’IA informatique

    Les progrès dans les Sciences Cognitives aident à manipuler les esprits et les médias ne s’en privent pas. Ils ont toujours été des moyens de manipulation mais ils sont de plus efficaces et les groupes d’intérêt puissants les contrôlent de plus en plus et Les multiplient (écrits, images et son). Ces groupes ont à peu près un mode de pensée unique conforme à leurs intérêts et façonnent la société selon leurs critères. Quant à l’IA je crois qu’elle va de plus en plus servir à dominer même en le servant le commun des mortels qui ne sauront plus rien faire sans elle (c’est déjà un peu le cas), au début sous contrôle de ses promoteurs mais en imaginant qu’un jour même lointain elle devienne consciente d’elle-même que se passerait-il ?

  • Par vangog - 11/10/2017 - 20:21 - Signaler un abus Exactement comme Le Gorille!

    Beaucoup de mots et abréviations incompréhensibles, qui s'adressent, manifestement, à un microcosme. Eh bien! Restez entre microcosmes...

  • Par Deudeuche - 11/10/2017 - 21:21 - Signaler un abus IA ou IA

    Information Assurance ou Intelligence Artificielle ou... Article pédant résumé par les 5 dernières lignes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Raphaël

Benoît Raphaël est expert en innovation média, co-fondateur du Post.fr et du Lab d'Europe 1, créateur de Flint (http://flint.media) un média collaboratif entre humains et intelligence artificielle.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€