Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Savez-vous que Danièle Obono est bibliothécaire ? Et vous voulez peut-être savoir quel profit elle a tiré de sa profession ?

La député de la 17e circonscription de Paris est omniprésente dans les médias. Pourtant, on ne sait pas tout d'elle.

Une femme et des livres…

Publié le
Savez-vous que Danièle Obono est bibliothécaire ? Et vous voulez peut-être savoir quel profit elle a tiré de sa profession ?

Nous n'allons pas nous acharner sur Danièle Obono . C'est un exercice trop facile bon pour la foule. Et nous aimons la difficulté. En outre  -et ce n'est pas négligeable- ça nous évitera les foudres de Jean-Luc. Mélenchon. En effet dès que l'on touche à sa protégée, le leader de la France Insoumise brandit des mots qui sont l'équivalent de Vade retro satana : "raciste, misogyne". Il n'y a aucun doute sur le fait que Danièle Obono est noire. Il est manifeste également qu'elle est une femme…

Qu'on ne compte donc pas sur nous pour se moquer de sa dernière sortie quand elle a comparé les militantes de la Manif pour tous aux terroristes islamistes.

Non, nous nous refusons à évoquer ici les images terrifiantes des forfaits commis par les djihadistes femelles de Sens Commun. Nous laissons ça aux sites identitaires et d'extrême droite qui, eux, ne reculent devant rien.

Comme nous sommes allés à l'école à une époque où l'on y apprenait encore le français (et même si nous avons été un élève plutôt médiocre) nous nous contenterons de nous intéresser à son langage. Il y avait en France, il y a toujours, des langues régionales et quelques patois. Désormais, il y a aussi un "parler Obono ". Incultes que vous êtes, vous ne parlez pas l'Obono ! Il est grand temps de vous y mettre.

La député de la France Insoumise, la Jeanne d'Arc promise au bûcher par les racistes et les misogynes, avait, il y a une semaine, accouché d'une très belle formule concernant un chauffeur de bus d'une grande piété qui n'avait pas voulu prendre un volant souillé par les mains d'une femme : "Il a un  préjudice contre les femmes". Je tiens à préciser ici, et dans son langage pour que Danièle Obono me comprenne bien, que je n'ai aucun "préjudice" contre les femmes et contre les Noires.

Avant-hier elle a donné une nouvelle preuve de sa très grande imagination sémantique. Interrogée sur les riches qui auront à payer l'IFI. (à la place de l'ISF) Danièle Obono  a lancé : "ça ne va pas les mettre sur la paille de fer" ! Il faut du génie pour passer ainsi de la paille pour chevaux à celle qui sert à gratter les planchers. Les surréalistes, pourtant inventifs, n'auraient jamais trouvé ça.

Un ami (il ne l'est plus depuis !) a ricané : "Elle n'a pas dû dépasser le CM2". Pensant qu'elle avait eu avoir une scolarité chaotique, je suis allé me renseigner pour clouer le bec de cet affreux raciste et misogyne. Et sur la notice biographique qui lui est consacrée, j'ai découvert qu'elle était diplômée de la Sorbonne et bibliothécaire de profession.

Une bibliothécaire, ça travaille dans une bibliothèque. Dans une bibliothèque, il y a des livres. Mais manifestement Danièle Obono se gardait bien d'y toucher. Sur certains d'entre eux il y avait peut-être de la poussière. Et ça aurait pu porter préjudice  -oui préjudice !- à son hygiène personnelle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 11/10/2017 - 15:32 - Signaler un abus Elle est la honte

    des africains francophones qui parlent un français parfait. Peut-être parle-t-elle un des nombreux dialectes du Gabon profond. Quand aux africains qui ont étudié en France, cela ne veut rien dire. Que ce soit dans le civil ou dans l'Armée, ils repartent chez eux diplômés. Quand j'ai passé l'examen pour avoir une spécialité dans l'Armée, il y avait un sénégalais qui travaillait très bien (comme les français) et il avait de bonnes notes. Il y avait aussi un gars du Bénin qui était complètement largué. Normalement c'est un autre qui devait être à sa place; il avait tout préparé, prêt pour la France. Seulement, au dernier moment, il a été débarqué et le notre l'a remplacé, pistonné par un parent bien placé. Le jour de l'examen, il a rendu les feuilles blanches, ce qui ne l'a pas empêché de "réussir" et d'obtenir haut la main son diplôme. Alors, notre Obono est certainement dans le même cas. Quand le ministère de Affaires Etrangères envoie des musulmans en stages (j'ai connu ça il y a plus de 20 ans), ils tournaient le dos et n'écoutaient pas si l'instructeur était une femme. Cette dernière, sans se démonter, faisait son cours et s'en allait. Nos stagiaires "réussissaient tous".

  • Par JLH - 11/10/2017 - 16:04 - Signaler un abus @assougoudrel

    c'est très vrai, les africains, noirs ou blancs d'ailleurs apprennent un français parfait. je n'ai aucun "préjudice" contre Senghor, et sa langue française (normalien, cothurne et ami de Pompidou), quand il affirme "l émotion est nègre comme la raison est hélenne" magnifique alexandrin, bien compréhensible quand on s’intéresse deux minutes à la musique mandingue, au statuaire africain, au Jazz de l'immense Manu Dibengo. L'afrique nous aidera bientôt, mais Mme Obono n'a ni raison, ni émotion.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/10/2017 - 17:02 - Signaler un abus De quel droit refuserait-on à

    De quel droit refuserait-on à une femme noire la possibilité d'être aussi con.e.s qu'une femme blanche ou qu'un homme noir ou blanc ! (désolé je ne pratique l'écriture inclusive que depuis peu). Par contre, elle est peut-être handicapée...mentale, et là c'est une excuse valable......!

  • Par cloette - 11/10/2017 - 17:49 - Signaler un abus Le problème de D Obono

    C 'est qu'elle dit absolument n'importe quoi, , elle aligne les phrases, à s'en couper le souffle, des phrases qui n'ont aucun sens, avec des mots dont il semble qu'elle ignore parfois le sens . Elle se prend au sérieux, elle a "le melon " elle aussi, le gros melon !

  • Par JG - 11/10/2017 - 17:52 - Signaler un abus Virer une femme noire d'un mouvement politique ?

    Vous n'y pensez pas @abracadarixelle !! Cela serait du racisme non ?

  • Par assougoudrel - 11/10/2017 - 18:47 - Signaler un abus @JLH

    Senghor, Pompidou et Aimé Césaire formaient un beau trio lors de leurs études et c'était un plaisir de les écouter quand ils s'exprimaient. Le calédonien aussi à un français agréable à l'écoute comme Tjibarou. Ces temps derniers, je suivais les émissions de Christian Carambeu et j'aimais l'écouter. Sans vouloir être méchant, il n'était pas dans la même école que Ribéri. En plus du français, beaucoup de calédoniens parlent l'anglais couramment. Je ne regarde plus depuis longtemps les émissions de variété et autre de la télé et de la radio, car c'est catastrophique, sans compter les termes anglo-saxons qui donnent à croire qu'on est cultivé. Quand à Obono, c'est l'exception, car elle ne vient pas de la City, mais de la cité (de par son comportement et ses propos).

  • Par vangog - 11/10/2017 - 20:25 - Signaler un abus La Sorbonne...ce n'est pas l'école...

    qui enseignait aux khmers rouges comment lobotomiser le cerveau des vietnamiens en douceur et sans chirurgie?...

  • Par Yves3531 - 12/10/2017 - 08:19 - Signaler un abus Sa page Wikipedia vaut son pesant de cacahouètes...

    Extrait, entre autres: « Elle exerce le métier de bibliothécaire à la médiathèque Marguerite-Yourcenar[10] (15e arrondissement de Paris), tout en étant militante associative[11]. Titulaire d'une maîtrise en histoire (2002)[12], elle prépare depuis 2003 une thèse de doctorat en science politique, portant sur les mouvements sociaux et démocratiques au Nigeria[4], à l'Institut des mondes africains[13]. » allez consulter, il y d’autres perles énormes !

  • Par Joly Maurice - 12/10/2017 - 09:34 - Signaler un abus Ha ha!

    Très drôle! De grand matin! De quoi me mettre de bonne humeur pour la journée! Pour encore prolonger ces moments de bonheur, je vais suivre les indications de "Yves" et aller me balader sur sa page Wikipédia.

  • Par Mario - 12/10/2017 - 10:32 - Signaler un abus diplômée de la Sorbonne? ça

    diplômée de la Sorbonne? ça ferait peur si le niveau scolaire en France n'était pas si catastrophiquement bas.

  • Par ISABLEUE - 12/10/2017 - 10:50 - Signaler un abus pourquoi cela ne m'étonne pas ...

    préjudice - préjugé. alors la paille de fer... elle doit être bouchée à l'émeri..... elle parle banlieue ??? non elle se fout de notre langue, elle a trouvé un boulot dans une bibliothèque !!!! RISIBLE ET LAMENTABLE. Pauvre fille....

  • Par kelenborn - 12/10/2017 - 11:02 - Signaler un abus ouais Assou+JLH

    Ouais, zêtes des correcteurs indulgents !!! Regardez celle la , non pour l'image mais pour les commentaires ...https://www.youtube.com/watch?v=Adyx96hvbn4...Très manifestement, ils ont eu Obono comme institutrice!

  • Par Deudeuche - 13/10/2017 - 07:33 - Signaler un abus Is it about prejudice ?

    Ou parle t’on de préjugé, ...curieux personne ne se mélange la langue avec Vorurteil!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€