Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sauver le service public ou le saboter en nous apprenant à nous en passer... qui sait encore à quoi vont servir ces grèves ?

Un petit coup d’œil sur la plupart des titres de presse suffit à brosser un portrait très particulier des événements qui ne manqueront pas d’arriver dans les prochains jours.

D'utilité publique

Publié le
Sauver le service public ou le saboter en nous apprenant à nous en passer... qui sait encore à quoi vont servir ces grèves ?

Si vous lisez un peu, mais distraitement, la presse quotidienne, vous n’aurez pas pu louper l’évident battage qu’elle réalise actuellement pour bien faire passer un message clair : ce mois-ci sera celui de la grève, globale, générale, totale et complète des services publics, et qu’elle est évidemment soutenue par le peuple.

Un petit coup d’œil sur la plupart des titres suffit à brosser un portrait très particulier des événements qui ne manqueront pas d’arriver dans les prochains jours.

On aurait pu avoir droit à la présentation sobre et objective des différents mouvements de grève qui vont se succéder pendant tout le mois d’avril et une bonne partie du mois de mai. Entre la SNCF, Air France, certaines Universités, certains éboueurs et d’autres services publics, tout indique que les syndicalistes du pays se sont coordonnés pour fêter aussi bruyamment que possible le cinquantenaire des événements de mai 1968 dans une espèce de grande sausage-party et un énième barbecue de merguez cégétistes que le pays a trop souvent subi.

Oui, le lien avec mai 68 est assez clair tant il est difficile de ne pas voir le désir humide de révolution et autre printemps « à gauche de la gauche » qui transpire grassement tant des revendications des syndicats que du calendrier ou des domaines concernées. Tous les organes (ou presque) d’une presse largement favorable à ce genre de petites excitations printanières sont déjà turgescents d’excitation devant les dates (nombreuses) et les services publics (toujours les mêmes) touchés par ces mouvements. Le Monde, Libération, Le Nouvel Obs, Le Huffington, tous se relaient pour transmettre la « bonne nouvelle » syndicaliste : cinquante ans après mai 1968, la France se réveille à nouveau pour bouter les élites ultra-néo-libérales et turbocapitalistes hors du pouvoir et regardez, là, là et là, le peuple est prêt à prendre la rue pour régler ses comptes, si si !

Malheureusement, quelques éléments sont cependant suffisamment différents de mai 1968 pour que les médias ne puissent pas relayer la joyeuse montée de sève révolutionnaire de la même façon. Pensez donc ! Certains citoyens pourraient concevoir une gêne à cause de ces mouvements de grève et il faut donc adapter le message pour qu’il passe mieux auprès de certaines populations délicates.

Que voulez-vous, le pays a tout de même évolué depuis 50 ans : ceux qui défilaient à l’époque avaient un espoir d’une société meilleure dont ils ont amplement bénéficié, la majeure partie d’entre eux étant maintenant à la retraite. Ceux qui ont lancé des pavés à l’époque pouvaient compter avec une économie florissante et un État encore efficace parce que restreint à ses fonctions régaliennes.

À présent, la jeunesse peut surtout s’enorgueillir d’avoir du mal à lire, écrire et compter correctement, de « bénéficier » de perspectives d’emploi médiocres dans un pays rongé par le chômage, l’insécurité, le terrorisme, des déficits colossaux et, pour tout dire, l’absolue certitude que leur retraite (celle dont jouissent les soixanthuitard actuels) sera minuscule si elle existe encore lorsqu’ils la prendront.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mymi - 03/04/2018 - 08:53 - Signaler un abus Bien vu ! Comme d'hab H16

    Bien vu ! Comme d'hab H16 bravo pour votre regard toujours juste et pertinent et j'adore les pointes d'acidité que vous savez y glisser. Pour autant je rêverais de vous lire dans une ode à une France motivée, déterminée hors des crapules qui la souillent et là détruisent. Mais,hélas !! Je rêve.

  • Par Ganesha - 03/04/2018 - 12:46 - Signaler un abus Pas 1968, 1980 !

    Article complètement ''à côté de la plaque''. Le mouvement actuel n'a rien à voir avec Mai 1968 ! C'est, enfin, une révolte contre le Libéralisme qui nous appauvrit et nous écrase depuis 1980 !

  • Par morsang - 03/04/2018 - 15:29 - Signaler un abus gréve ou prise d'otages

    Tant qu'un soi disant mouvement de grève sera dans sa réalité une prise d'otages ses victimes (usagers) et objet du chantage (Etat) resteront désarmés et finiront par céder parce que le chantage sous forme de prise d'otages dans tous les domaines et surtout contre l'Etat est un mal absolu.Tant que l'Etat acceptera ce chantage sans réagir il perdra.C'est comme ça que le monstre SNCF est inréformable contrairement à Air France,les PTT,la construction arienne,gaz de France ,le secteur pétrolier,l'ORTF,Renault etc... qui sont aujourd'hui des entreprises dynamiques.La réddition en rase campagne du gouvernement est donc inscrite dans la nature des choses même si on camoufle le recul sous quelques bobards et alors qu'il ne reste déja plus grand chose de ce projet de réforme sauf qu'il faut à la CGT une victoire dont elle a besoinCe qui reste étonnant c'est la passivité des usagers que l'on constate dans la diffusion des multiples "micro trottoirs" oû on entend essentiellement des remarques anodines un peu gégnardes généralement ne dépassant pas le problème lié à sa petite personne(à moins que les chaines censurent les propos qui seraient désobligeants à l'égard de la sacro sainte CGT)

  • Par KOUTOUBIA56 - 03/04/2018 - 18:32 - Signaler un abus très bon article. au lieu de

    très bon article. au lieu de sortir des conneries du style le libéralisme nous appauvrit mets ton pif dans l'évolution du pib mondial et tu y verras le contraire de tes affirmations dignes du benêt Krasucki

  • Par cloette - 03/04/2018 - 19:16 - Signaler un abus Un mai 68 se prépare

    qui fera sauter Macron ?

  • Par 2bout - 03/04/2018 - 19:55 - Signaler un abus Quelle drôle d'idée que de partir en vacances à la maison.

    Une idée de gens qui n'habitent ni à Trappes, ni à La Courneuve. Et faire du Couchsurfing chez des voisins quand on réside à Gennevilliers ou Mantes la Jolie, se trouver une magnifique chambre en Airbnb à Chanteloup les vignes, ou découcher dans un Hotel Formule1, boules Quiès fournies, sur le bord de l'A6 à Evry, et cela toujours à proximité de son domicile. Huffington Post, le journal fait pour des gens qui vivent ailleurs.

  • Par vangog - 04/04/2018 - 00:00 - Signaler un abus Avec H16, le sévice public prend tout son sens...

    même très masochiste, le sévice du pal...

  • Par zelectron - 05/04/2018 - 02:53 - Signaler un abus le sévice publique ?

    VAE VICTIS !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€