Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La santé des femmes en danger : pilule, grossesse, hormones... L'impact dramatique des dernières polémiques

Le scandale des pilules de troisième et quatrième générations, ou encore la sortie de plus en plus précoce des mères après l'accouchement semblent perturber de très nombreuses femmes. Des polémiques qui les pousseraient à se mettre en danger.

"Sale temps pour les femmes"

Publié le
La santé des femmes en danger : pilule, grossesse, hormones... L'impact dramatique des dernières polémiques

Les femmes entretiennent une relation très cordiale avec leur gynécologue. Si méfiance il y a, c’est à cause des fausses polémiques. Crédit Flickr/Gnarls Monkey

Atlantico. Les récentes polémiques autour de la pilule, ou du suivi de la grossesse ont-elles mis la santé des femmes en danger, notamment en renforçant une certaine défiance vis-à-vis du corps médical ?

Odile Buisson : Les pharmaciens disent que la vente des pilules a baissé de 25%. Je pense que certaines jeunes femmes ont décidé d’arrêter leur pilule à la suite des alarmes du ministère de la santé s’inquiétant des risques d’accidents cardio-vasculaires ou de phlébite.

On peut par conséquent s’inquiéter de voir, en France, les mêmes drames qu'en Angleterre, en 1995. A l'époque, un vent de panique concernant les pilules de troisième génération avait entraîné une hausse de 15% des IVG sur l’année. C’était un organisme gouvernemental qui avait lancé une panique en interdisant aux médecins de les prescrire. Le problème fut revu et le gouvernement autorisa de nouveau la prescription des ces pilules, mais le mal était fait… Les mêmes causes ayant les mêmes effets, il y a de quoi s'inquiéter. Il faut savoir que d’une façon générale il est rare que les médecins préviennent des risques rarissimes des médicaments. Les gynécologues ont en effet donné moins de pilule de première et deuxième générations afin que les jeunes filles évitent d’avoir de l’acné ou une éventuelle prise de poids car tout ceci prend une place démesurée chez les (pré)adolescentes qui risquent alors d’abandonner leur contraception. Et puis il faut tout de même relativiser le risque d’accident cardio-vasculaire avec la pilule de troisième génération car il est faible : 4/10 000. Celui d’accident grave entraînant la mort lors de la pratique de l’équitation est de 300/10 000 chez les 5-14ans. Si l’on fait un haro sur la pilule, il faut faire un haro sur les poney club !

De toute façon, quel que soit le mode de contraception (pilule, stérilet, traitement hormonal), il y aura nécessairement des effets adverses.

Par ailleurs on peut dire que la gynécologie médicale n’a pas démérité et les chiffres sont là pour le démontrer. En France le taux d’hystérectomie est de 6% alors qu’il est de 20% en Angleterre et de 40% aux USA. Or il n’est pas anodin d’enlever un utérus en raison du risque secondaire de troubles de la sexualité. Enfin, nous avons le moins de cancer du col par rapport aux autres pays européens et notre taux de survie après cancer du sein est parmi les meilleurs !

 

Observe-t-on de manière parallèle un réel boom des méthodes de soins alternatifs ? Faut-il s'en inquiéter ?

Tout à fait car c’est dans l’air du temps de se méfier du médicament. Mais on peut recourir à des médecines alternatives que ce soit l’acupuncture ou l’homéopathie tant qu’il n’y a pas de pathologie grave. Par exemple, en ce qui concerne la contraception, j’ai vu conseiller sur des sites internet la méthode Ogino qui consiste à calculer à quel moment se produira l’ovulation. Mais celles qui sont tentées par cette méthode ne sont pas du tout à l’abri d’une grossesse. 

Même si elles ont tendance à chercher de nouveaux moyens pour soigner leurs maux, les femmes entretiennent une relation privilégiée avec leur gynécologue. Mais suite aux fausses polémiques concernant la pilule, on comprend qu’elles puissent se méfier !

 

Dans le même temps, peut-on dire que les pouvoir publics se désintéressent du suivi médical des femmes ?

Les pouvoirs publics ne s’intéressent qu’aux économies de santé. Ainsi restreindre la médecine, tout en favorisant les autres modes de soins sont une des options pour réduire les dépenses de santé. Les maisons de naissance par exemple. Les pouvoirs publics veulent promouvoir de l’ « accouchement naturel ». Mais l’accouchement naturel, c’est avant tout l’accouchement avec douleur. Une sage-femme est là pour suivre et accoucher la maman mais si par exemple la maman réclame une péridurale car elle ne supporte plus les douleurs de ses contractions, elle ne pourra pas en bénéficier. En France, près de 80% des femmes on une péridurale alors que les Hollandaises quant à elles n’en bénéficient presque pas, seules 10% en ont une. Ceci n’a pas échappé à la cours des comptes et je crains donc que dans les années à venir, les maisons de naissance ne soient le recours proposé majoritairement par les pouvoirs publics. Ce serait scandaleux car les femmes ont le droit de changer d’avis, de finalement préférer l'accouchement en douceur plutôt que la douleur des contractions !

Sous couvert d’accouchement naturel, qui respecte la femme et le bébé, on tait les douleurs de l’accouchement… Quelle hypocrisie. Il faut ajouter à ce constat que dans les maisons de naissance, il y a une sage-femme pour 50 accouchements alors que dans les grosses maternités de plus de 4500 accouchements, ce ratio est souvent autour de 1 sage-femme pour 800 accouchements. Pourquoi ce qui est possible dans les maisons de naissance ne l’est pas dans les maternités classiques ?

Autre exemple, en 2010, la sécurité sociale et les sages-femmes libérales ont signé un accord organisant le retour précoce à domicile des accouchées. C’est certainement une économie importante en termes de journées d’hospitalisation mais cela ne va pas dans le sens de la bonne santé des mères et des nouveaux -nés. Aujourd'hui, on compte environ 12% de dépression nerveuse chez les mamans qui viennent de quitter la maternité. Dire que rentrer chez soi est "plus humain" est un subterfuge qui ne vise qu'à faire avaler la pilule aux parents. Deux ou trois jours à la maternité au lieu de cinq jours minimum, ce n’est pas acceptable. Certaines femmes sont célibataires, d'autres ont déjà des enfants à charge. Pour elles, il est très difficile de retrouver le quotidien si vite, tant du point de vue physique que psychologique. Encore plus si elles allaitent… sachant que, parfois, la mise au sein va se réguler en cinq jours. De ce fait, 50% d’entre elles arrêtent, se trouvant seules et perdues avec leur bébé car une consultation de sage-femme n’est pas suffisante.

On pourrait aussi parler de l’absence de plan d’envergure nationale concernant la prévention des grossesses non désirées. On continue à faire une politique abortive sans faire un effort équivalent pour la politique contraceptive. Ceci est un mauvais message lancé à nos jeunes car la pilule abortive ou le curetage utérin ne sont pas des bonnes façons de débuter sa vie sexuelle. Il faut savoir que nous n’arrivons pas à diminuer le taux d’IVG. Or le seul département qui a réussi à infléchir de 50% son taux d’IVG est l’Alsace. Ceci est du au travail du Pr Israel Nisand et à son plan « info-ado ». En 2010, le collège français de gynécologie obstétrique (cngof) a émis le souhait que des dispositifs semblables soient déclinés sur tous les départements de France. Rien n’a été fait ! Par contre on a rendu l’IVG gratuite et doubler le forfait IVG pour les médecins qui les pratiquent, c’est bien mais on n’est plus du tout dans une politique de prévention. Je trouve dommage que le ministère de la Santé ne fasse pas plus confiance aux médecins et ne les écoute pas davantage.

 

Propos recueillis par Mathilde Cambour

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anemone - 08/03/2013 - 08:32 - Signaler un abus Pas grave

    Il suffira d'habiller les petites filles (excusez moi de l'injure) en bleu, de leur couper les cheveux et tout ira bien. Elles n'auront qu'à choisir le gender masculin (je peux encore l'écrire?) ! Ah bon, dame Nature n'est pas OK avec ça? Il va falloir enlever le mot Nature du dictionnaire et il n'y aura plus de problème. je suis certaine que nos zélites de gauche sauront faire cela très bien. Et puis le jour où il n'y aura plus que des couples de même genre, même plus besoin de méthode Ogino. L'est pas belle la vie en socialie?

  • Par kettle - 08/03/2013 - 14:18 - Signaler un abus Genocide de filles - chut !

    "Ministers' cover-up over the abortion of unwanted girls: Officials refuse to release list of ethnic communities more likely to have sex-specific terminations" --- http://www.dailymail.co.uk/news/article-2289972/Ministers-cover-abortion-unwanted-girls-Officials-refuse-release-list-communities-appear-likely-sex-specific-terminations.html

  • Par Scipio - 08/03/2013 - 14:49 - Signaler un abus Poney club

    Je ne sais pas où Mme Buisson a été pêcher ses statistiques hippiques, mais 3% d'accidents mortels dans les poney clubs, c'est de la pure invention. Il y a en France 6 ou 7 accidents mortels par an liés à l'équitation pour 600 000 licenciés. Et un ratio d'accident cardio-vasculaire de 4/10 000, ça fait 4 000 accidents en estimant à 10 millions le nombre de femmes qui prennent la pilule. 4 000 morts, ça mérite quand même un scandale sanitaire!

  • Par Alain Briens - 08/03/2013 - 15:50 - Signaler un abus Comment tuer un article...

    ...sérieux et qui pose un problème grave en utilisant des chiffres à l'emporte-pièce. Madame Buisson est obstétricienne, on peut donc supposer qu'elle a fait un peu d'arithmétique dans sa vie...elle devrait donc savoir que le nombre de décès parmi les membres des clubs d'équitation qui roulent au diesel se monte à 40 000 par an. Toutefois, on est incapable de dire combien de ces personnes seraient mortes de toute façon de la prise de la pilule de troisième ou quatrième génération, dont la nuisance est contrebalancée par le fait qu'elles évitent bon nombre d'IVG parmi les 70 000 victimes annuelles de viols. Sans compter celles qui seraient mortes d'un accident de voiture (diesel ou non) dont je rappelle que 60% sont dus à l'alcool, 50% à la vitesse excessive, 40% à l'assoupissement des conducteurs, 35% au mauvais état des véhicules, 25% au téléphone au volant, 15% au cannabis, 20% au défaut de ceinture et 30% à des causes diverses. Tout ça pour dire que je ne donne pas cher de la peau des femmes qui prennent la pilule de 3ème génération en se rendant en voiture diesel dans leur club d'équitation !

  • Par CN13 - 08/03/2013 - 18:13 - Signaler un abus Contraception ? Pilules ?

    Mais POURQUOI les femmes doivent-elles subir ? Et les hommes, alors ! pourquoi n'ont-ils pas ces inconvénients ? Il n'y a pas d'égalité : les femmes doivent toujours faire attention... prennent des risques énormes sans parler de leur santé. Les hommes n'ont pas ces inconvénients "pour leur santé", bien au contraire, ils ne font que "jouir" dans tous les sens du terme (sans parler des viols, une arme redoutable qu'est son sexe. Là aussi, ils n'ont aucun inconvénient pour leur santé.

  • Par CN13 - 08/03/2013 - 18:14 - Signaler un abus Contraception ? Pilules ?

    Mais POURQUOI les femmes doivent-elles subir ? Et les hommes, alors ! pourquoi n'ont-ils pas ces inconvénients ? Il n'y a pas d'égalité : les femmes doivent toujours faire attention... prennent des risques énormes sans parler de leur santé. Les hommes n'ont pas ces inconvénients "pour leur santé", bien au contraire, ils ne font que "jouir" dans tous les sens du terme (sans parler des viols, une arme redoutable qu'est son sexe. Là aussi, ils n'ont aucun inconvénient pour leur santé.

  • Par Ali ce - 09/03/2013 - 08:52 - Signaler un abus Rien n'a été fait

    En 2010, le collège français de gynécologie obstétrique (cngof) a émis le souhait que des dispositifs semblables soient déclinés sur tous les départements de France. Rien n’a été fait ! tout est dit, les ministres de la santé se suivent, les unes et les uns plus incompétents que les autres, droite ou gauche. Aujourd'hui nous avons le gros lot, en plus de son incompétence elle insulte le travail des médecins et les fait passer pour des nantis-fainéants avec l'aide de la presse, toujours vaillante pour croquer du nanti. Pour les lieux d'accouchement naturel, j'aimerai bien savoir quel gynéco va intervenir dans ces lieux, sa police d'assurance va exploser, dans un ou deux, les premiers procès.... On marche sur la tête, la première cause de décès des femmes dans le temps, était l'accouchement, les wonder womens d'aujourd'hui n'accoucheront pas plus facilement, les imprévus seront les mêmes, libres à elles de prendre des risques, mais qu'une ministre cautionne ça, c'est grave. son surnom de marifol ou mst n'est pas volé !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Odile Buisson

Odile Buisson est gynécologue-obstétricienne. Elle est également l'auteur de Qui a peur du point G et Sale temps pour les femmes aux éditions Jean-Claude Gawsewitch. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€