Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Santé et fiscalité, les zones d'ombre des retraités qui partent s'installer à l'étranger

Les retraités français qui s'installent à l'étranger représentent presque 10% du total des retraités. La plupart d'entre eux ne le font pas pour des raisons fiscales. En revanche, de nombreux retraités ayant travaillé en France reviennent dans leur pays d'origine. Une zone d'ombre demeure sur le montant de ces prestations retraites qui "manquent de fiabilité" selon la Cour des comptes,. d'autant plus vaste que ces dépenses ont augmenté de 1,7 milliard d'euros, soit une hausse de 35%, entre 2006 et 2015.

Expatriation

Publié le
Santé et fiscalité, les zones d'ombre des retraités qui partent s'installer à l'étranger

Atlantico : La Cour des comptes épingle régulièrement les fraudes des expatriés. Sur les prestations retraites, mais aussi sur la santé . Quels sont réellement leurs droits?

Paul Delahoutre : Sans assurance privée ou mutuelle en France, vous perdez vos droits et si vous revenez uniquement pour les soins en France et que vous projetez de repartir, l'assurance maladie vous refuser les droits à la Sécurité Sociale. Il faut avoir bien conscience que ce n'est pas parce que l'on est expatrié français qu'on sera pris en charge, y compris pour des problèmes graves de santé. Certains expatriés cherchent à contourner la législation parce qu'ils n'ont pas les moyens mais laissent leurs factures à la collectivité…C'est totalement illégal.De manière globale, les retraités doivent impérativement peser les coûts et les avantages de leur situation d'expatrié.

La santé d'un côté, les régimes fiscaux de l'autre -  moins d’impôts et un revenu quasi éxonéré du fruit de leurs placements.

La santé et l'accès aux soins est une question prioritaire dans l'expatriation des retraités français. Quels sont les éléments à prendre en compte?

L'aspect financier est une question majeure. D'une part il faut avoir conscience de son coût, qui sera nécessairement plus élevé quel que soit le cas de figure que vous choisissez. Garder une mutuelle en France, adhérer à la caisse des français de l'étranger ou prendre des assurances privées,  il y a un surcoût, même dans un pays européen qui a un accord de transfert de sécurité sociale, comme le Portugal. La médecine publique y est moins performante qu'en France, les délais sont plus longs etc. Quant aux pays comme la Thailande (2è destination des retraités français) et le Maroc (3è destination des retraités français), vous êtes soumis à des régimes de mutuelles chères et à des soins très onéreux car effectués dans des cliniques privées.  

>>> Lire aussi : Au soleil et pas cher : retraites à l’étranger, rêve ou mirage ? <<<

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 17/05/2018 - 12:25 - Signaler un abus Résumons donc,

    des français retraités partis s'installer ailleurs, des étrangers ayant travaillé en France et partis passer leur retraite dans leur pays. Où est le problème? Ah d'accord, beaucoup de travailleurs étrangers revenus au pays sont plus que centenaires? et même beaucoup plus? et ça augmente tous les jours? Meuuuhhhh non, c'est pas possible, on a la meilleure administration au monde....

  • Par pierre de robion - 17/05/2018 - 22:32 - Signaler un abus Pas tant de chichi

    pour les AME! Il est vrai qu'ils n'ont jamais travaillé!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Delahoutre

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€