Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 19 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sans le filtre des médias : tout ce que nous révèle l'étude des Google trends de ces dernières semaines sur la présidentielle 2017

Alors que Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron sont les candidats les plus recherchés sur Google, "comment voter blanc?" a été la question la plus posée en France sur le moteur de recherche selon les données de Google Trend. Petite analyse du comportement des Français sur internet.

Brut de brut

Publié le - Mis à jour le 21 Avril 2017
Sans le filtre des médias : tout ce que nous révèle l'étude des Google trends de ces dernières semaines sur la présidentielle 2017

Alors que les élections présidentielles approchent à grands pas, l'intérêt qu'y porte les Français semble, lui, de plus en plus important. Sur internet, comment cela se traduit-il? Quels sont les enseignements principaux de ces tendances ?

David Dieudonné : Effectivement, comme l'indique le graphique rendant compte de l'intensité (ci-dessous) des recherches pour l'élection présidentielle sur le moteur de recherche Google, YouTube et Google Actualité, le scrutin suscite un intérêt croissant depuis la rentrée politique, fin août, avec — jusqu’aujourd'hui — un pic maximal atteint le 1er avril, qui correspond notamment à la date du meeting d'Emmanuel Macron à Marseille.

Ce que révèlent ces recherches c'est un intérêt continu pour la campagne, particulièrement dans les moments clefs que sont les débats télévisés. L'instantanéité de la donnée Trends — qui rend compte de ces recherches en temps réel — montre qu'en même temps qu'ils suivent le débat à la télévision, les utilisateurs font probablement des recherches sur leur deuxième écran — c'est à dire le téléphone portable, leur tablette ou leur ordinateur — afin d'en savoir plus sur le profil d'une ou d'un des candidats, son programme, parfois même pour vérifier leurs déclarations.

Pierre Bréchon : en effet, les Français s’intéressent de plus en plus à une élection au fur et à mesure qu’on s’en approche. On observe le phénomène dans toutes les campagnes électorales depuis très longtemps. Internet enregistre aussi cette croissance même si les expressions sur internet ne sont souvent pas très représentatives de l’ensemble des Français. 

Les attentes des internautes sont de plusieurs ordres : certains veulent surtout une aide à leur décision électorale (mieux évaluer les programmes), d’autres veulent anticiper le futur (qui va gagner?), ce qui crée aussi l’intérêt pour les sondages, d’autres encore veulent des informations pratiques sur les candidats et les modalités de vote. L’arrivée en tête de la question « Comment voter blanc ? » est assez étonnante. Même si les débats sur le vote blanc sont nombreux dans le contexte actuel de défiance à l’égard des hommes politiques, on ne saurait en conclure que celui-ci sera très développé dimanche prochain.

Ces tendances ont elles évoluer au cours de ces derniers jours, dernières semaines, quels en sont les faits les plus marquants ?

David Dieudonné :  Les réponses les plus populaires ces 7 derniers jours sont : :

  • 1. Comment voter blanc ?
  • 2. Présidentielle 2017 pour qui voter ?
  • 3. Qui va gagner la présidentielle ?
  • 4. Comment voter ?
  • 5. Comment voter par procuration aux élections présidentielles 2017 ?

 

La nouveauté observée au cours des 7 derniers jours, c’est l’émergence de questions sur le vote blanc. “Comment voter blanc ?” a été la question en plus forte hausse sur l’élection présidentielle en France au cours de la semaine écoulée.

Pierre Bréchon : il est clair que les attentes bougent en fonction de l’actualité. Lorsqu’un débat entre candidats ou un meeting déclenche une polémique ou simplement suscite l’intérêt, cela peut entraîner des interrogations sur internet. Le citoyen électronique est souvent avide d’informations fraiches. Mais on voit bien que les demandes les plus fréquentes sur le long terme concernent les candidats que les sondages situent au plus haut niveau des intentions de vote, avec cependant un clivage entre Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et François Fillon, pour lesquels les interrogations sont nombreuses et Marine Le Pen et Benoît Hamon, beaucoup moins recherchés. Le fort nombre de demandes concernant Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron peuvent s’expliquer par leur percée, particulièrement importante chez les jeunes, qui utilisent beaucoup internet.

 

Quelles ont été les recherches les plus populaires lors de ces campagnes? Quels ont été les termes les plus fréquemment employés, et comment ont-ils évolué? Quels sont les thèmes de campagne qui intéressent le plus les français ?

David Dieudonné : L'application "Trends Election" conçue par Wedodata, en partenariat avec le News Lab de Google, montre que les sujets de recherches les plus associés aux principaux candidats depuis le dernier débat présidentiel sont les retraites et les impôts.

Pierre Bréchon : il est assez difficile d’interpréter ce qui ressort de ces données. On peut penser que si les impôts et les retraites sont des thèmes pour lesquels il y a beaucoup de demandes, c’est parce qu’ils sont très techniques, difficiles à bien appréhender, alors qu’ils concernent très directement le niveau de vie actuel ou futur de beaucoup de Français. L’intérêt pour un candidat comme Jean Lassalle pendant le débat télévisé traduit un manque d’informations pour un candidat jusque-là peu connu des internautes, mais qui tranche sur les habitudes gestuelles et élocutoires des hommes politiques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 19/04/2017 - 14:49 - Signaler un abus Nathalie Arthaud prof ....d'économie !!!!! Économie communiste

    Apres on s'étonne que cette trotskiste ne bourre pas les crânes de ses élèves. Elle l'a meme reconnu et l'EN ne réagit pas. Les profs pour la plupart de gauche prêchent partout le communisme ce qui explique pour beaucoup les manifs systématiques d'étudiants poussés par leurs enseignants.

  • Par J'accuse - 19/04/2017 - 15:53 - Signaler un abus Faire ses propres tests Google

    Tapez juste le nom du candidat et regardez ce que Google vous propose. Pour Fillon et Le Pen, c'est d'abord leur programme (logique et rassurant); pour Macron, c'est d'abord sa femme! Qu'en concluez-vous, MM. Bréchon et Dieudonné?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Bréchon

Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique à l’IEP de Grenoble, chercheur au laboratoire PACTE, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble, et auteur notamment de Comportements et attitudes politiques aux Presses universitaires Grenoble. Il a également dirigé l'ouvrage Les élections présidentielles sous la Ve République (Documentation française). 

Voir la bio en entier

David Dieudonné

Journaliste pendant 20 ans — dont 15 ans à l'Agence France-Presse (AFP) — j'ai rejoint Google en mars 2016 pour y conduire les activités du News Lab en France. Le News Lab est une unité de formation et de recherche destinée à favoriser l'innovation dans les rédactions en mettant à leur disposition des outils, des données et des partenariats. Spécialiste des nouveaux médias, j'ai développé une expertise particulière dans les sujets liés à l'immigration/discriminations/inégalités urbaines et possède une solide expérience en économie. J'ai obtenu, en mai 2013, un Master destinés aux professionnels en milieu de carrière à Columbia University Graduate School of Journalism.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€