Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sanctions américaines contre l’UE : ces raisons pour lesquelles l’Europe est particulièrement vulnérable à la guerre commerciale déclarée par Trump

Jeudi 31 mai, Donald Trump a décidé d'appliquer des tarifs douaniers supplémentaires sur les importations d'acier et d'aluminium européens, canadiens, et mexicains. Une nouvelle qui a de quoi inquiéter Bruxelles.

Déséquilibre

Publié le

Pour les Européens, cela devrait être une prise de conscience de la problématique. Parce qu'encore une fois, l'acier et l'aluminium ne sont pas les principaux secteurs d'exportation des européens vers les Etats-Unis, même s'ils touchent directement l'Allemagne. La menace réelle est portée par le secrétaire américain au commerce, Wilbur Ross, qui travaille actuellement sur des mesures de rétorsion concernant le secteur automobile, et là, clairement, c'est Berlin qui est encore en ligne de mire. Et les conséquences commerciales pourraient être bien plus importantes.

Et c'est bien là le problème, parce que l'Europe, et  en tête de proue l'Allemagne, sont particulièrement vulnérables à ce type de sanctions, parce que nous exportons plus vers les États-Unis que nous n'importons de produits et services américains. Nous sommes les vendeurs, ils sont les acheteurs, nous avons logiquement plus à perdre.

Mais cette guerre commerciale devrait également attirer l'attention d'autres pays. Parce que lorsque l'on regarde les échanges commerciaux de l'Allemagne, ses principaux clients, et surtout la liste des pays sur lesquels ses excédents se forment, on observe les chiffres suivants : un excédent de 50 milliards d'euros sur les États Unis, de 47 milliards sur la Grande Bretagne et de 41 milliards pour la France, soit 56% du total de l'excédent allemand qui a atteint 244 milliards en 2017. Pour ces pays, les intérêts commerciaux devraient être alignés pour peser sur la réticence allemande à consommer plus, et à équilibrer sa balance. Ce qui n'est pas le cas. La France présente d'ailleurs un déficit commercial vis-à-vis du reste du monde de 38 milliards d'euros, un chiffre inférieur à sa balance déficitaire vis-à-vis de l'Allemagne. 

​Comment peut-on imaginer la suite de cette guerre commerciale qui s'annonce entre États-Unis et Europe ?

La Commission européenne a déjà pu annoncer qu'elle pourrait prendre des mesures de tarifs douaniers à l'encontre des États Unis. Mais ce serait jouer avec le feu. On peut regretter la situation actuelle, mais ce sont les européens qui ne respectent pas réellement les règles du jeu du commerce mondial, en jouant, comme la Chine, un rôle de cavalier solitaire qui consiste à se servir de la croissance de ses partenaires commerciaux. De plus, ces menaces de tarifs douaniers ne sont pas une nouveauté du jour, les européens auraient pu faire essayer de corriger le tir. Mais la réponse allemande a été apportée par son nouveau ministre des finances, Olaf Scholz, qui a indiqué que l'objectif du budget allemand resterait à 0 déficit, c’est-à-dire qu'aucun effort de relance intérieure n'a été fait. D'autant plus que la demande expresse de Donald Trump, visant notamment l'Allemagne, de respecter les règles de financement du budget de l'OTAN ( 2% de dépenses par an) n'ont, encore une fois, pas été écoutées. Au contraire de la France. La menace était réelle, elle peut se comprendre du point de vue des Etats Unis, elle a été ignorée. 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par aristide41 - 01/06/2018 - 07:14 - Signaler un abus Encore l'Allemagne

    qui fait des siennes. Il n'y a que sur Atlantico que la situation est expliquée de cette manière. L'Allemagne avec sa mentalité de fourmi commence à être un sérieux problème pour l'Europe. Jusqu'à quand croît t'elle qu'elle pourra jouer ce petit jeu, de vendre sans rien acheter? Sommes nous atteints du syndrome de Stockholm? C'est l'Allemagne que Trump vise. Peut être qu'il est temps pour nous d'identifier le véritable ennemi. Peut être que nous sommes sous le quatrième Reich sans nous en rendre compte. Peut être serait il temps de nous désolidariser.

  • Par vangog - 01/06/2018 - 09:43 - Signaler un abus Oui! L’hégémonie allemande est LE problème de l’Europe!

    à l’heure ou les navets veulent nous faire croire que la démocratie italienne est le problème de l’UE, il devient de plus en plusieurs évident que l’hégémonie allemande est le vrai problème de l’Europe... Cela a commencé avec Mitterrand et sa diplomatie de phoques, et cette hégémonie allemande s’est aggravée avec tous les Présidents suivants...les Anglais et les Italiens ont compris le danger de cette construction bancale, les moutons français (que l’on mène à l’abattoir hallal...) commencent à comprendre le déséquilibre mortel, dans lequel les a entraînés le gauchisme...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.
 
Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€