Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sanctions contre l’Iran : le pied de nez de l’UE aux Américains

Alors que les Etats-Unis vont imposer des sanctions à l'UE si elle continue à commercer avec l'Iran, l'UE a annoncé aujourd'hui la création d'un espace d'échange avec l'Iran censé, précisément, permettre aux entreprises européennes de contourner ces sanctions.

Riposte

Publié le
Sanctions contre l’Iran : le pied de nez de l’UE aux Américains

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico : Pourquoi cette annonce est importante pour l'Union européenne ?

 
Thierry Coville : Cette annonce est importante car jusqu'à présent, l'Union Européenne, tout en affirmant sa volonté de préserver l'accord sur le nucléaire, avait été incapable de garantir à l'Iran que les échanges commerciaux entre l'UE et l'Iran seraient maintenus en dépit des sanctions américaines. Au contraire, les annonces successives de retrait du marché iranien de la plupart des grandes entreprises européennes donnaient le sentiment que l'UE avait "capitulé" face aux pressions américaines. On se dirigeait alors vers un scénario dangereux dans lequel le risque d'une sortie de l'accord de l'Iran était non négligeable.
Par cette décision, l'UE montre que, politiquement, elle est prête à prendre des mesures concrètes pour préserver l'accord. Il faut toutefois attendre les prochains mois (la deuxième vague de sanctions américaines étant prévue début novembre) pour savoir si ces mesures seront efficaces. 
 

Doit-on craindre des représailles de la part des Etats-Unis ?

 
Les États-Unis sont dans une phase dans laquelle ils mettent une pression maximale sur les entreprises européennes pour qu'elles ne travaillent pas en Iran. Il est clair que si le dispositif européen fonctionne bien et qu'il permet à l'Iran de vendre son pétrole à l'Europe et à des entreprises européennes de commercer avec l'Iran, nous pouvons nous attendre à des tensions diplomatiques entre les deux rives de l'Atlantique. Il faut rappeler toutefois qu'il n'est toujours pas sûr que l'Iran reste dans l'accord. On ne sait pas encore dans quelle mesure le système européen va être efficace et des pays comme le Japon et la Corée du Sud ont annoncé qu'ils allaient arrêter d'acheter du pétrole iranien.

 

Est-on certain que l'Iran accepte de commercer avec nous sachant que le pays est lui aussi victime des sanctions américaines ?

 
Oui, nous sommes certain que l'Iran va continuer de commercer avec l'Europe. Les États-Unis n'ont pas les moyens de sanctionner directement l'Iran. Ils l'ont fait au début des années 1980, au moment de l'affaire des otages, quand il y avait encore des fonds iraniens placés dans les banques américaines en bloquant ces fonds. Aujourd'hui, il y a très peu d'échanges économiques entre l'Iran et les États-Unis. C'est pourquoi l'efficacité des sanctions américaines contre l'Iran repose sur la capacité des Américains à contraindre les autres pays à arrêter de commercer avec l'Iran. Et c'est pour cela, entre autres, que l'Europe doit s'opposer à une telle violation du droit international.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Podoclaste - 26/09/2018 - 13:17 - Signaler un abus Géopolitique

    Les USA ne comprendront jamais le Moyen-Orient et ce n'est pas Trump (ou Banner d'ailleurs) qui va influer durablement sur les rapports entre l'Iran et le reste du monde (l'UE en particulier). La France, qui s'est toujours mouillée pour l'Iran (hébergeant le Shah comme l'ayatollah Khomeini) ne va pas se laisser dicter sa conduite par une Amérique à bout de souffle. Japon et Corée feraient bien de réfléchir car le pétrole n'a (presque) pas d'odeur, le Dollar quant à lui sent le sapin.

  • Par ISABLEUE - 26/09/2018 - 14:11 - Signaler un abus les collabos

    les descendants des pétainistes sont toujours là !! QUe ne ferait on pas pour l'argent;. Ecoeurant... de commercer avec ces enturbannés excités , qui pendent leur jeunesse et veulent rayer Israel de la Carte du Monde..

  • Par padam - 26/09/2018 - 16:05 - Signaler un abus @ISABLEUE

    Qu'est-ce qu'a à voir Pétain dans cette affaire? Vous etes vraiment trop drole! Soyez assuré qu'aujourd'hui les "Pétainistes" se comptent sur les doigts d'une main, et encore. Par contre s'il y a effectivement de nos jours d'innombrables collabos de tout poil, la pensée du Maréchal leur est totalement étrangère...

  • Par adroitetoutemaintenant - 26/09/2018 - 16:30 - Signaler un abus Extraordinaire cette photo !

    3 pedophiles ensemble !

  • Par tananarive - 26/09/2018 - 18:42 - Signaler un abus Le choix.

    L'entreprise ou une filiale qui vent à l'Iran ne vendra plus au Etats Unis, c'est un choix difficile. Et la loi Américaine peut condamner une entreprise qui ferait des affaires avec ces sociétés et viendrait vendre aux Etats Unis.

  • Par aristide41 - 27/09/2018 - 06:50 - Signaler un abus A Isableue

    Bien sûr, commercer avec l'Arabie Saoudite ne vous empêche pas de dormir...

  • Par Marie-E - 27/09/2018 - 07:21 - Signaler un abus en attendant

    les entreprises francaises se sont barrees de l'Iran parce qu'elles craignent les mesures americaines. Bizarre, monsieur Coville ne parle pas de la situation catastrophique del'Iran et de la revolte qui gronde. L'UE a mis 6 mois pour trouver le troc, les Usa vont appliquer de nouvelles sanctions en novembre .... on verra. Pour ceux qui penseraient que je prefere l'Arabie Seoudite, je me mefie de tout islam qu'il soit chiite ou sunnite et je critique aurtant les decapitations saoudiennes que les pendaisons iraniennes. La difference, c'est que pour le moment l'Arabie me fout la paix (car elle a besoin d'Israel ... et si on peut en profiter pourquoi pas) et les ayatollahs non seulement nous critiquent mais surtout nous menacent quotidiennement. L'Iran est un danger y compris pour l'Europe qui menee par Mogherini fait connerie sur connerie... Au fait changement de sujet, quelqu'un peut me dire ce que faisait et ce qu'a fait la fregate Auvergne si pres de la base russe vers Lattaquie en Syrie ?

  • Par ISABLEUE - 27/09/2018 - 08:40 - Signaler un abus Marie E

    Merci vous avez répondu pour moi aussi!

  • Par philippe de commynes - 27/09/2018 - 12:20 - Signaler un abus Les gesticulations anti-sionistes Iraniennes

    ne sont qu'un jeu de rôle : à usage externe, à defaut de pouvoir atténuer l'hostilité des dirigeants voisins, essayer de gagner les faveurs de leur peuples ; à usage interne, motiver les derniers attardés croyant encore dans la révolution : le régime a besoin d'eux , pour réprimer, dissuader les manifestations. Israël fait semblant d'être dupe de ce jeu pour pouvoir dire "regarder ces affreux Iraniens, il ne faut pas les laisser faire !" Ils sont trop intelligents pour être si crédules (pour la majorité). Là ou ils feignent de craindre que les engagements ne soient pas tenus, et que les concessions accordées au régime Iranien profitent in fine aux durs, ils craignent en fait au contraire que les engagements soient tenus, que la normalisation aie lieu et que l'Iran devienne la seule puissance régionale a même de rivaliser économiquement, scientifiquement, technologiquement avec Israël.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thierry Coville

Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays.
 
Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches sur l’Iran contemporain et a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur ce sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€