Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Salon Eurosatory de l’armement : ces cartes que sait très bien jouer la France pour vendre sa production

Depuis 2017, la France est le 3e vendeur d'armes mondial derrière les Etats-Unis et la Russie. Une progression qu'on peut notamment mettre à l'actif du quinquennat de François Hollande.

Made in France

Publié le
Salon Eurosatory de l’armement : ces cartes que sait très bien jouer la France pour vendre sa production

Atlantico : La France a fait son entrée sur le podium mondial des ventes d'armes en 2017. Avec 5,2 milliards de dollars de livraisons, la France se situe à la troisième place mondiale, derrière les Etats-Unis (26,9 milliards de dollars), et la Russie (7,2 milliards). Quels sont les facteurs qui expliquent cette progression ? 

Jean-Sylvestre Mongrenier : De longue date, la France est un grand vendeur d’armes, mais il est vrai que la progression des dernières années est forte et significative.  Si l’on compare la période 2013-2017 à celle de 2008-2012, la part de la France dans le marché mondial est passée de 5,8% à 6,7% (source : SIPRI/Stockholm). Aussi est-elle désormais devant la Chine et l’Allemagne, cette dernière connaissant un assez net recul de ses ventes (les « pudeurs » du Bundestag sur la scène internationale n’aident pas les industriels allemands).

Bien entendu, les Etats-Unis sont très loin devant, en valeur absolue comme en valeur relative (34% du marché mondial). La part de marché de la Russie est conséquente (21%) mais, en dépit du tapage autour des ventes de S-400, ses ventes d’armes ont reculé entre 2013 et 2017. Il est vrai que l’augmentation des dépenses militaires russes ont accru les ventes d’armes sur le marché domestique. Par ailleurs, la publicité faite autour de l’intervention militaire en Syrie, à défaut de produire tous les effets politico-diplomatiques escomptés, aura ses prolongements sur le plan des ventes d’armes. Outre la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite pourraient acheter des S-400. Cela dit, Riyad a menacé d’intervenir militairement contre le Qatar si ce dernier procédait à une telle acquisition. L’affaire est compliquée.

En net contraste avec l’absence de résultats de la présidence Sarkozy (2007-2012) sur ce plan, la progression des ventes d’armes françaises est à mettre à l’actif de François Hollande (2012-2017). En la matière, il y aura bien eu une « inversion de la courbe ». De prime abord, il importe de prendre en compte la toile de fond : une progression très forte des ventes d’armes dans le monde, sans équivalent depuis la fin de la Guerre Froide. Plutôt que de privilégier le coup d’éclat, François Hollande a confié le soin à son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de bien étudier les besoins des acheteurs potentiels et de privilégier des partenariats de long terme, en cohérence avec la politique étrangère de la France. La fermeté de Paris dans la question syrienne, manifeste au moment où Barack Obama renonçait à faire respecter « sa » ligne rouge sur les armes chimiques, ou encore dans la crise nucléaire iranienne, auront porté leurs fruits dans le domaine des ventes d’armes aux pays de la région (Egypte, Qatar, Etats du Golfe Arabo-Persique en général). La France, comme ses alliés occidentaux (ses concurrents en matière de ventes d’armes), est très engagée au Moyen-Orient. La Russie est plus présente en Asie (Inde, Chine, Vietnam), mais cherche à percer au Moyen-Orient.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par wwmat - 13/06/2018 - 09:28 - Signaler un abus Rien

    n'est à mettre au crédit de Hollande. La France vend des armes et a atteint la troisième place depuis qu'elle a réintégré le commandement de l'OTAN et les commandes du début de mandat de nullissime premier avait déjà toutes été passées sous Sarko

  • Par zelectron - 13/06/2018 - 17:26 - Signaler un abus les milliards perdus de Mitterrand (entre autres)

    rem. La Raison d'État film d'André Cayatte 1978, Jean Yanne, Monica Vitti, Michel Bouquet, François Périer, à ce moment là nous sommes le troisième marchand d'armes dans le monde ...mais au salon International de l’Aéronautique et de l'Espace au Bourget, Mitterrand fait désarmer les avions résultat : 80 milliard de francs d'annulations de commandes et des dégâts collatéraux inouïs; c'est ainsi que nous reculons à la 8ème place en quelques mois, c'est un cataclysme économique que les petites mains socialistes n'ont eu de cesse d'effacer les traces... Quant à Hollande je rejoint wwmat ... c'est un fake !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€