Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La rumeur numérique qui affirme que Christiane Taubira visite régulièrement son fils en prison en emprun­tant un hélicoptère

Aujourd'hui, la désinformation, aidée par Internet, serait partout, et la vérité nulle part. Pourtant, la désinformation n'est pas un concept récent : elle est utilisée pendant la guerre froide et accompagne la mondialisation, avant que le web et les réseaux sociaux ne lui ouvrent de nouveaux horizons. Extrait de "La désinformation - Les armes du faux" de François-Bernard Huyghe éditions Armand Colin 2/2

Bonnes feuilles

Publié le - Mis à jour le 15 Février 2016
La rumeur numérique qui affirme que Christiane Taubira visite régulièrement son fils en prison en emprun­tant un hélicoptère

Fabrication des simulacres

Désinformation impliquant fabrication, tout internaute a appris, parfois à ses dépens, combien il est facile de produire et de diffuser des informations truquées. Le faux est au cœur de la société de l'informa­tion, Internet court un risque perpétuel de tromperie : ces craintes cor­respondent à notre expérience quotidienne de l’incertitude.

Beaucoup d’entre nous ont retouché une photo, joué avec un logiciel qui déforme les visages, fait une farce ou emprunté une identité factice, bidouillé un document avec des extraits visuels ou sonores.

Nos lecteurs savent comment produire un texte par copié-collé, changer de pseudo, se faire passer pour qui l’on n’est pas, retoucher, même si nous ne doutons pas que la loi morale qui est en eux ait toujours empêché nos lecteurs de le faire.

Dupes ou pas, nous avons tous reçu le faux courriel d’un ami en per­dition dans la cordillère des Andes, d’invraisemblables images retouchées à la perfection, nous avons sans doute manqué d’aller sur un pseudo site bancaire ou failli relayer une rumeur, un « Hoax» : une fausse nouvelle en ligne, sorte de canular high tech…

Le cas le plus simple est celui de la rumeur numérique (A affirme en ligne à B qui le transmet à C qu’il tient X de source sûre, même si les médias mainstream n’en parlent pas et si les autorités font le silence). Une rumeur ne se caractérise pas forcément par la fausseté de son énoncé, car il y en a de vraies, mais par son mode de diffusion ; il est par définition parallèle aux circuits autorisés. Ici Internet intervient comme amplifi­cateur de ce qui, en d’autres temps, se serait dit de bouche à oreille. Il suffit d’un internaute prenant à son compte des affirmations douteuse et les introduise dans le circuit. Avec une régularité prévisible, reviennent des e-rumeurs comme celles qui suivent (exemples empruntés pour la plupart à Folles rumeurs, de M. Aron et F. Cognard) :

– Christine Taubira visite régulièrement son fils en prison en emprun­tant un hélicoptère ;

– des populations immigrées sont transportées depuis le 93 ;

– Martine Aubry est alcoolique et homosexuelle, la même rumeur courant sur J.-M. Le Pen, Marine Le Pen (qui aurait eu une aventure avec Brigitte Bardot) et probablement à peu près la moitié de la classe politique ;

– Anne Hidalgo a eu un enfant secret de François Hollande ;

– Carla Sarkozy a une liaison avec le chanteur Biolay, elle va divorcer ;

– il y a des noyades inexplicables dans la Garonne ;

– la fille de Christian Estrosi s’est convertie à l’Islam ;

– des étudiants disparaissent à Nantes ;

– des histoires de réseaux pédophiles, trafic d’organes, fausses morts et vraies résurrections nous sont dissimulées.

Ici, l’élément technologique relaie le « plus vieux média du monde », la rumeur. Les registres sont pauvres : tout tourne toujours autour de :

– qui couche avec qui ;

– quel crime ou danger – empoisonnement, épidémie, accident – on nous cache ;

– la corruption omniprésente ;

– quels scandaleux privilèges s’accordent les puissants ;

– leurs motivations (qui elles-mêmes peuvent tenir à leur famille, à leur sexualité, à leur religion cachées…) ou les accords qu’ils ont passé avec d’autres puissants.

Les personnages de ces dramaturgies sont également prévisibles : conspirateurs, notables, jeunes gens innocents.

La seule question qui puisse faire problème est le degré d’organisation / intentionnalité des lanceurs de rumeur. La fachosphère est souvent accusée d’être une usine à désinformation, même s’il semble assez logique que des gens qui se déclarent contre le système aillent chercher leur information hors médias mainstream. Il pourrait aussi y avoir lien entre attitudes politiques et prédisposition à croire les bruits plutôt que les grands médias, mais nous ne nous risquerions pas à parier là--dessus et, moins encore sur l’existence supposée de cellules « rumoristes » (de Sarkozy contre DSK, de Hollande contre Sarkozy, etc.) qui sont parfois évoquées.

La démocratisation du faux s’inscrit dans la logique du numérique ; par définition il permet de modifier ou reproduire l’information jusqu'à la composante « atomique » la plus imperceptible : le bit électronique. La virtualisation et la déréalisation constamment opérées par l’ordinateur nous condamnent au doute (Lévy, 1990). Si des logiciels d’apprentissage facile permettent de produire toutes les combinatoires d’éléments indiscernables, la désinformation est descendue à portée des nuls.

Pas besoin d’être grand stratège pour deviner que des malins essayent de refaire l’histoire en ligne (ou au moins leur biographie dans un but narcissique), qu’ils écrivent ce qu’ils veulent sur Wikipedia, que les forums d’avis favorables sont souvent truqués et qu’il circule de fausses nouvelles et fausses images… Même si des milliers d’internautes en ligne se précipitent pour contrer les tricheurs, et leurs affirmations douteuses, mal fondées ou mal intentionnées, comme il se trouve des milliers de braves gens pour corriger les simples erreurs orthographiques ou factuelles. La lutte du tricheur et de l’altruiste « rectificateur » prend une dimension inimaginable il y a dix ans.

Extrait de "La désinformation - Les armes du faux" de François-Bernard Huyghe, publié aux éditions Armand Colin, 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Monkeyman - 14/02/2016 - 12:34 - Signaler un abus La dernière et demi(e) ...

    (En fonction du vent orthographique/to et fique hollandiste) ! Me Fleur Pellerin aurait été débarquée par notre président du Monde parce celui-ci voulait se faire pardonner de ... en faisant plaisir à sa Belle ! Me. Julie Gayet et notre « Hédoniste » tulliste (V. dict. : Habitant de Tulle) n’aiment-ils pas beaucoup le cinéma ? ! N’est-ce pas dans ce milieu que leur première rencontre s’est produite ? ! Notre Guide, puisqu’il n’est pas capable de maîtriser son « réseau des émotions » (Il intègre le tube digestif !), aurait succombé à la demande de sa Belle qui est toute amitié avec Me Audrey Azoulay! Cette Dame est très branchée sur le cinéma. Elle rejoint en 2006 le Centre national du cinéma (CNC), d’abord à la direction de l’audiovisuel, puis comme directrice financière et juridique, et enfin, comme directrice générale déléguée ...

  • Par cloette - 14/02/2016 - 14:03 - Signaler un abus liste des rumeurs

    Bah dans cette liste il y en a bien deux ou trois ou quatre de vraies ! Mais pas toutes ! En effet tout croire ou ne rien croire relève de la même faille intellectuelle !

  • Par cloette - 14/02/2016 - 14:11 - Signaler un abus Il y a un peu plus de trente ans

    En 81 pour être exact une rumeur courait : Mitterrand aurait paraît il une fille illégitime , vile rumeur disait on , ben , c'était vrai !

  • Par vangog - 14/02/2016 - 16:20 - Signaler un abus C'est marrant...

    les rumeurs concernent, à 98%, la vie privée des hommes et femmes publics...l'obsédante rumeur serait-elle une des multiples facettes de notre voyeurisme, une ruse pour posséder virtuellement ce qui est caché et inaccessible ( carburant: érotisation)?

  • Par borissm - 15/02/2016 - 15:17 - Signaler un abus Rien d'étonnant

    à ce que des rumeurs viennent compenser l'opacité abyssale de la vraie vie de nos politiques. A ma connaissance, il n'existe pas de rumeurs de ce type dans les pays ouverts genre Danemark ou Suède.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François-Bernard Huyghe

François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris.
 
Il enseigne notamment au Celsa-Paris IV à l’Iris Sup, et anime le site http://huyghe.fr
 
Spécialiste des stratégies de l'information, il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont La Soft-idéologie (Robert Laffont ), L'Ennemi à l'ère numérique (Puf), Comprendre le pouvoir stratégique des médias (Eyrolles), Maîtres du faire croire de la propagande à l'influence (Vuibert), Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire (avc A. Bauer, Puf), et Terrorismes, Violence et Propagande (Gallimard) 
 
Son dernier ouvrage s'intitule: Désinformation Les armes du faux (Armand Colin 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€