Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Roumanie, Malte, Pologne... Ces pays pour lesquels l’Europe continue d’être une machine à générer de la croissance

Les pays entrés en 2004 ou 2007 étaient – et restent – plus pauvres que la moyenne de l’UE. Cependant, huit de ces douze pays réduisent leur écart et poursuivent donc leur "rattrapage" en dépit de la crise économique.

Jackpot

Publié le
Roumanie, Malte, Pologne... Ces pays pour lesquels l’Europe continue d’être une machine à générer de la croissance

La Roumanie a connu une croissance de 7% entre 2007 et 2011 Crédit Reuters

Considérons le PIB par habitant en standards de pouvoir d’achat (SPA) UE-27 base 100. Pour juger de l’impact de la crise économique engagée en 2008, comparons les données de l’année qui la précède – 2007 – et celles de 2011. En cinq ans, quels sont les nouveaux pays membres qui se sont appauvris ou enrichis de manière relative par rapport  à eux-mêmes et à la moyenne de l’UE ?

Notons d’abord que la crise économique a eu des conséquences néfastes pour la Slovénie (PIB par habitant en SPA UE base 100 : -4%), l’Estonie et la République tchèque(-3%), Chypre (-1, comme la France).

En revanche, huit des douze nouveaux États membres réduisent leur écart à la moyenne de l’UE de 2 à 11 points de pourcentage de 2007 à 2011.

Il s’agit des États suivants : Lettonie (+2%), Lituanie (+3%) ; Hongrie (+4%),  Bulgarie et Slovaquie (+5%), Malte et Roumanie (+7%), Pologne (+11%).   

La crise économique  n’a donc pas empêché  la poursuite du processus de "rattrapage" de  la majorité des nouveaux Etats membres par rapport à la moyenne de l’UE.

Les habitants des pays concernés le doivent d’abord à leur travail et ils ne sont en rien responsables de la gouvernance économique dans les anciens pays membres. Rappelons, cependant, que les nouveaux pays membres ont bénéficié durant toutes ces années des fonds européens qui avaient été prévus avant que la crise ne traverse l’Atlantique, en 2008. La Pologne est le premier pays bénéficiaire de la politique régionale de l’UE, compte tenu de sa superficie et de sa pauvreté relative (65% du PIB par habitant en SPA de l’UE base 100 en 2011).  Tout en amortissant les effets de la crise économique ces fonds peuvent  avoir contribué au "rattrapage".  A l’image des anciens Etats membres, les nouveaux Etats membres considèrent ces fonds comme un dû. Certains, par exemple en Hongrie, y voient une juste compensation des quatre décennies de communisme. Une posture qui mériterait un bon débat.

Quoi qu’il en soit, ces résultats – parfois surprenants – invitent à penser que l’UE peut encore être un facteur de croissance économique, à travers la reprise de l’acquis communautaire et un usage judicieux des fonds de la politique agricole commune et de la politique régionale qui constituent les deux principaux postes du budget actuel de l’UE. Il faudrait encore ajouter les Investissements directs étrangers, notamment allemands.

Voilà qui éclaire une partie de la bataille présente au sujet du prochain budget de l’UE. Les nouveaux Etats membres, qui reçoivent généralement plus qu’ils ne versent au budget, entendent bien préserver cette manne. La France – qui espère préserver la Politique agricole commune, voire la politique régionale dont les Départements et Régions d’Outre-mer bénéficient – peut être leur alliée. Singulier retournement de l’histoire, la France – réservée sur les élargissements de 2004 et 2007 – espère aujourd’hui trouver dans les nouveaux Etats membres un soutien… Deuxième retournement de l’histoire, le Royaume-Uni voire l’Allemagne qui ont milité pour les élargissements voudraient bienmaintenant réduire la facture.

L’étude complète est accessible sur Diploweb.com : Pierre Verluise, UE-27 : Crise mais rattrapage des Nouveaux Etats membres ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 23/11/2012 - 11:57 - Signaler un abus La France subventionne sa propre désindustrialisation

    grâce aux fonds Européens structurels ou de compensation, émanation de la social-démagogie mise en place par Mitterand-Delors-Lamy a l'échelle Européenne. En finançant les infrastructures des pays pauvres "entrants", sans leur demander de compensation sociale ni fiscale, les pays historiques dits"riches", subventionnent leurs propres délocalisations. L'argent qui revient a la France sous forme de PAC ne permet pas de compenser cette "perte industrielle", fait enrager les Anglais, et crée une distorsion de concurrence en matière agricole, préjudiciable a un épanouissement harmonieux de nos agriculteurs, pieds et poings liés aux subsides Européens! Notons que ces "usines à vases communicants", inventés par nos socio-démagogues Européens, ne font que préserver l'influence des anciens caciques des partis Socialistes des ex-dictatures, qui ont habilement conserve leurs postes de direction, malgré la chute du mur de la honte Socialiste! Pour préserver le revenu de nos agriculteurs, nous subventionnons notre désindustrialisation ainsi que des "piscines thermales", des "aéroports sans avions ni clients", des autoroutes qui conduisent directement a l'usine des ex-apparatchiks Socialistes..

  • Par kettle - 23/11/2012 - 16:39 - Signaler un abus Facile

    L'EU envoi ses usines dans les pays de l'Est. Juste un exemple, le thé Twinings est maintenant 100% made in Poland (delocalisation subventioné par l'EU). Dans le meme dans la Pologne envoi ses chomeurs toucher les allocs en Angleterre ou ils seront nourri logé et blanchi a l'oeil.

  • Par yoda - 23/11/2012 - 20:55 - Signaler un abus A générer de SOUS oui !!!!!

    pris aux autres pays qui agonisent !!!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Verluise

Pierre Verluise est Docteur en Géopolitique et enseigne la Géographie politique à la Sorbonne, au Magistère de relations internationales et action à l’étranger de l’Université Paris I. 

Auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages, il vient de publier avec G-F Dumont Géopolitique de l’Europe. De l’Atlantique à l’Oural aux Presses universitaires de France.
Directeur du site géopolitique Diploweb. Chercheur associé à la Fondation pour la Recherche Stratégique. Il est aussi membre associé aux Hautes études internationales (HEI) de l’Université de Laval (Québec) via le CQEG. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€