Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rohani à Paris : pourquoi il ne faut pas oublier que la révolution islamique iranienne est (aussi) un projet politique éminemment moderne

Depuis la révolution iranienne de 1979 dont le projet reposait sur la formation d'un modèle autonome alternatif aux modèles occidental et soviétique, l'Iran est traversé par des courants qui le poussent à réinventer le rapport à l'islam et à concilier islam et modernité. Le processus de modernisation est inéluctable et touche aujourd'hui toutes les classes de la société iranienne.

Paradoxe iranien

Publié le - Mis à jour le 29 Janvier 2016
Rohani à Paris : pourquoi il ne faut pas oublier que la révolution islamique iranienne est (aussi) un projet politique éminemment moderne

Atlantico: A l'origine, quel était le projet de la Révolution iranienne ? En quoi la révolution a favorisé l'émergence d'un processus de modernisation au sein de la société iranienne ?

Thierry Coville : Dans le cadre de la révolution iranienne,  différentes conceptions, toutes islamiques mais très différentes, de ce que devait être l'Iran se sont affrontées. Les observateurs extérieurs ont certainement eu du mal à saisir cette multiplicité de visions qui s'affrontaient: Mehdi Bazargan, l'un des architectes de la révolution iranienne, était pour un Iran démocratique avec une économie libérale mais il y avait également une gauche iranienne en faveur d'une économie nationalisée, des conservateurs qui voulaient préserver un ordre moral tout en développant le capitalisme et enfin des radicaux qui voulaient propager la révolution et défendaient un ordre très dur en Iran.

Ce sont ces mêmes groupes qui s'affrontent depuis la révolution.

Sous le régime précédent du Shah d'Iran,  la volonté de modernisation venait du haut: le Shah a imposé une société de consommation, un développement du secteur privé et même des évolutions culturelles dont l'idée sous-jacente était de faire moderne "coûte que coûte". Cette modernisation à marche forcée a braqué une partie de la société iranienne. Par exemple, la bourgeoisie du Bazar traditionnelle en Iran s'est sentie écartée et méprisée. De même, les déclassés, c'est à dire tous ceux qui venaient des campagnes, qui ont émigré dans les villes et qui étaient marqués par une culture très traditionnelle, ont été complètement déphasés par l'ordre social moderne qui leur était imposé. Ces parties de la société iranienne se sont opposées à cette modernisation qui venait d'en haut et qui leur semblait à l'antithèse des valeurs religieuses auxquelles ils croyaient. Elles ont joué un rôle très actif dans la révolution.

De façon un peu paradoxale, depuis la révolution, a émergé en Iran une modernisation de la société. Cette modernisation vient du bas, de la société iranienne et notamment des classes les plus traditionnelles. Comme tout le système était devenu islamique, les classes traditionnelles n'avaient plus de raisons de se sentir à l'écart. La modernisation post-révolution est très liée à la hausse du niveau d'éducation.  En effet, vu que le système était devenu islamique, les familles traditionnelles n'avaient plus de craintes et ont envoyé leurs filles faire des études supérieures, ce qui a profondément changé les rapports de force dans les familles.

En résumé, la révolution iranienne a été comme un choc, elle a mis en branle des dynamiques qui ont conduit à la modernisation.

Farhad Khosrokhavara: La révolution iranienne vient d'une manifestation des gauchistes, puis elle s'est transformée en un mouvement de masse, où la dimension gauchiste a été supplantée par la dimension islamique et le charisme de l'ayatollah Khomeiny. Il existait toutefois une convergence entre la gauche iranienne et les islamiques sur le rapport à l'Occident. Le projet de la révolution reposait sur la remise en cause de la domination occidentale et sur une volonté de construire un projet autonome.  Le slogan de la révolution iranienne "ni l'Est, ni l'Ouest: république islamique" est particulièrement évocateur.

Je pense aussi que la modernité iranienne se décline par le bas, c’est-à-dire par la constitution de ce que l'on pourrait appeler le noyau dur d'une société civile. Toute une génération d'intellectuels religieux réformateurs a tenté d'apporter une réponse à la modernité en remettant en cause la théocratie islamique. Des intellectuels iraniens ont ainsi essayé de formuler une réponse à la question "comment concilier islam et démocratie?" dans une perspective religieuse et non pas dans une perspective laïque. Dans ce contexte, ils ont tenté de rediscuter les fondements essentiels de l'islam, eut égard à ce qu'on pourrait appeler le pluralisme politique. Des formes d'affirmation de soi qui ne correspondent pas à la théocratie islamique mais qui correspondent à un islam spiritualisé et vécu de l'intérieur se sont ainsi développées. Cette volonté de  créer les fondements d'une société civile au nom des exigences religieuses de l'islam a été qualifiée de protestantisme islamique: il s'agit ainsi, au nom même de la religion, de tenter d'affirmer l'autonomie de la sphère civile par rapport au pouvoir politique.

De façon concrète, la modernisation en Iran s'est manifestée sous plusieurs formes. Tout d'abord, comme cela a été dit, la généralisation de l'école et de l'enseignement supérieur a joué un grand rôle: l'Iran a plus de 4 millions d'étudiants, ce qui représente la proportion la plus élevée au Moyen-Orient. La modernisation est également incarnée par un système de vote libre, par une exigence d'égalité dans les relations entre les hommes et les femmes, par une volonté de créer un système qui ne donne pas un pouvoir démesuré au chef religieux. Ces exigences se manifestent à chaque élection et cela s'exprime aussi par des revendications qui quelques fois aboutissent à des affrontements comme ça a été le cas du mouvement vert en 2009 à l'occasion de l'élection frauduleuse d'Ahmadinejad. 

La modernisation de la société iranienne n'est-elle pas source de tensions avec les forces religieuses conservatrices?  

Thierry Coville: La modernisation de la société iranienne touche l'ensemble des classes de la société, ce qui représente une différence majeure avec la période pré-révolution. La modernisation de la société est globale: même dans les coins les plus traditionnels comme  le sud-ouest de l'Iran on voit des femmes qui sortent, qui travaillent.

La lutte est davantage politique. Des groupes, parfois pour défendre des intérêts économiques parfois parce qu'ils y croient vraiment, veulent que le système politique actuel soit maintenu. Ces groupes s'opposent aux modérés qui eux veulent que le système politique soit plus en phase avec la société. Du côté du religieux, c'est pareil, c'est une lutte politique et non une lutte de classes. L'affrontement entre les religieux est politique pas religieux.

Farhad Khosrokhavara: Les tensions sont effectivement des tensions politiques. Les  réformateurs, c’est-à-dire le gouvernement de Rohani, s'opposent au Guide suprême et aux conservateurs qui ne veulent pas de réforme. Les réformateurs ont le sentiment que les conservateurs, dans une volonté de préserver leur hégémonie, veulent les exclure du jeu politique. L'invalidation des candidats réformateurs aux législatives par le Conseil des gardiens de la Constitution (aux mains des conservateurs) sur des critères ne reposant sur aucune substance confirme ce sentiment.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 27/01/2016 - 10:02 - Signaler un abus ce faux président reçoit ce sanguinaire aujourd'hui

    anniversaire de l'ouverture du camp d'Auschwitz. Tous les pauvres patrons qui sontPlusMalheureux que leurs salaries vont sucer les babouches pour du fric. Va-t-on cacher les statues des femmes nues comme en Italie ?? Y aurait t il du vin sur la table ??? A vomir.. Va -t-on entendre les journalistes comme lorsque Sarkozy avait reçu le lybien à l'Elysée ?? Ont ils les chiffres des assassinés par ce régime ? le nombre de jeunes ???

  • Par john mac lane - 27/01/2016 - 10:18 - Signaler un abus Dire qu'ils y en a qui s'offusquaient de la réception de Kadhafi

    Rohani était dirigeant du « Conseil des Affaires Spéciales » chargé d’orchestrer la campagne de terrorisme et d’assassinats mondiale d’Iran dans les années 1990. Le « Conseil des Affaires Spéciales » était chargé de choisir les pays, les bâtiments pour poser les bombes. Il a décidé 162 assassinats politiques entre 1979 et 1999. Il a été l'instigateur de la plus grande opération meurtrière des années 90 avec 85 morts et des centaines de blessés et mutilés. L’attentat AMIA. Son propre fils écœuré par les agissement de son père s'est suicidé.... http://lequidampost.fr/le-nouveau-president-iranien-un-cv-de-donneur-dordre-dattentats-terroristes/

  • Par de20 - 27/01/2016 - 16:34 - Signaler un abus LE LOUP reste LE LOUP même

    LE LOUP reste LE LOUP même lorsque qu il se pare du sceau du mouton. En 1984 ils envoyaient a l assault des tranchées Irakiennes des enfants de 7 ans...Que toute cette region s auto embrase et qu on en parle plus.

  • Par Texas - 27/01/2016 - 18:42 - Signaler un abus L' heure est...

    ....à la signature des contrats . La tendance consiste à ne pas voiler que les statues du musée du Capitole .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thierry Coville

Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays.
 
Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches sur l’Iran contemporain et a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur ce sujet.

Voir la bio en entier

Farhad Khosrokhavar

Farhad Khosrokhavar est Directeur d'études à l'EHESS et chercheur au Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Ses recherches portent sur la sociologie de l'Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l'islam en France mais également sur la philosophie des sciences sociales.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€