Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Roger Federer : le tennis plus que parfait

A bientôt 36 ans, le joueur suisse pratique son sport avec intelligence et grâce. Et ça gagne : il s’est imposé pour la 8ème fois à Wimbledon. En récitant un véritable hymne au (beau) jeu…

L'horloge suisse

Publié le
Roger Federer : le tennis plus que parfait

L’image va rester un long moment. Un joueur de tennis assis dans une chaise sur le bord du central du All England Club, à Wimbledon. Les yeux sont emplis de larmes. En ce dimanche 16 juillet 2017, le joueur vient de remporter son huitième tournoi londonien- jusqu’alors, il était à égalité de victoires finales avec l’Américain Pete Sampras. Suisse de Bâle, 36 ans le 8 août prochain, Roger Federer est passé professionnel en 1998, a été n°1 mondial pendant 302 semaines (5 ans, 9 mois et 2 semaines), a remporté 19 tournois du Grand Chelem (8 Wimbledon, 5 Open d’Australie, 5 US Open et 1 Roland-Garros), auxquels on ajoute 10 finales.

Cette année à Wimbledon, il aura joué tout le tournoi sans perdre un seul set- ce que seuls, auparavant, avaient réussi quatre joueurs dont le Suédois Björn Borg en 1976…

Tout cela, et tant d’autres résultats, vaut bien un hymne à Roger Federer. Au lendemain de sa victoire londonienne en forme de grand huit face à Marin Cilic, il remonte au classement et passe de la 5ème à la 3ème place mondiale- « ce n’est pas important pour lui, confie un de ses proches. Ce qui fait avancer Roger encore et toujours, c’est la victoire finale en tournoi… » Sur tous les courts où il a joué depuis son passage chez les professionnels à 18 ans, le Suisse a toujours reçu l’appui du public. Dans un tennis pro orphelin depuis si longtemps de maestros, dans un tennis où l’on croise plus que de raison des cogneurs et des bûcherons, Roger Federer fait exception. D’abord, c’est un joueur tout-terrain, aussi brillant sur terre battue que sur ciment ou gazon. Et puis, « Rodgeur », c’est le joueur du tennis plus que parfait. Des coups spectaculaires, nombreux sont les pros du circuit ATP à en réussir- mais il a suffi, la semaine passée à Wimbledon, de voir Roger Federer réussir, en huitièmes de finale, un retour amorti sur un premier service canon de Grigor Dimitrov ou encore, en quarts de finale, un retour monstrueux contre Milos Raonic pour comprendre, une nouvelle fois, ce qu’est le tennis quand il est ainsi pratiqué, joué.

Roger Federer, avec son mètre 85 et ses 85 kilos, ce n’est pas un gabarit phénoménal dans le monde du tennis. Il est droitier (c’est ordinaire), il joue le revers à une main (tant et tant depuis Borg le jouent à deux mains). Sur le court, il ne se laisse jamais envahir par un quelconque débordement- jamais de colère « à la McEnroe » mais jamais de mine renfrognée « à la Lendl ». Tous les joueurs du circuit professionnel le respectent, les journalistes et le public l’adorent… Ces cinq derniers années, il a couru après les résultats et les victoires- une vilaine blessure au genou l’a même, l’an passé, éloigné des courts pendant six mois, et lui a fait songer à la retraite anticipée. Et Roger F. est revenu en cette année 2017 : cinq victoires finales dont deux Grand Chelem (Open d’Australie en janvier et Wimbledon). Dans la foulée de la 8ème victoire sur l’herbe anglaise, la presse a une fois encore sorti les superlatifs- à l’exemple de « L’Equipe » qui, en « une », titre : « Divin » ou encore de « 24 Heures- Lausanne » qui assure : « Federer unique au monde ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par POLITQ - 18/07/2017 - 19:55 - Signaler un abus LUI C'EST UN JOUEUR DE TENNIS

    Pourrait-on dire, re-dire, rabâcher, répéter, assener, que l'ancien président de la FFT Philippe Chatrier, lorsqu'il dirigea le tennis mondial prit la décision INIQUE, sans doute "aidé" dans son idée par des fabricants de raquettes…, d'autoriser ce PUTAIN DE MOYEN TAMIS !!!! Ainsi, en quelques années, ceux-ci ont renouvellé le parc mondial en quelques années. Et LA, ÇA A FAVORISE LES BESOGNEUX DU TENNIS : tous les LIFTEURS. A l'époque, Connors, McEnroe et même Borg étaient furieux. Ce dernier étant le seul à avoir SU modifier son jeu de lift et l'adapter à Wimbledon. Heureusement, de temps en temps, on a des Sampras, Federer donc. Mais ON SE TAPE des Nadal, tous les autres Espagnols, des Thomas Muster, des Willander, des del Potro; au niveau français Tsonga, Gasquet, Montfils, Noah, Clément, (Santoro a été un éclair d'intelligence au style personnel). Si le jeu est plus rapide c'est en grande partie grâce au matériel dont le rendement des matériaux est ahurissant. Et p-être une préparation physique plus sérieuse. MAIS VIVE FEDERER !!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Bressan

Serge Bressan, journaliste depuis 1974, a travaillé pour, entre autres, Le Quotidien de Paris, L’Equipe (Foot2), Le Parisien, L’Express, TéléCable Sat Hebdo ou encore la RTS (Couleur3) et France5…

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€