Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Robert Oppenheimer, le père de la bombe atomique : "J’ai conçu cette arme diabolique pour une seule raison, mettre un terme à l’horreur nazie"

Série de l’été : Entretien avec ceux qui ont change le monde : les grands inventeurs de l’histoire. Aujourd'hui Robert Oppenheimer.

Atlantico Business

Publié le
Robert Oppenheimer, le père de la bombe atomique : "J’ai conçu cette arme diabolique pour une seule raison, mettre un terme à l’horreur nazie"

 Crédit AFP

Dans cette série de l’été consacrée à l’histoire des plus grandes personnalités scientifiques mondiales, nous avons choisi de vous les présenter sous la forme d’interview. Interviews imaginaires évidemment, mais pour le moins plausibles. Le plaisir du journaliste qui se fait plaisir en écrivant lui même les réponses ont consisté aussi à ne pas trahir l’historien qui lui, fait parler les écrits, les témoignages et les documents. Donc que l’historien nous pardonne quelques imprécisions. Notre intention est aussi noble que la sienne, faire connaître ceux qui ont changé le monde en profondeur par leur réflexion, leurs découvertes ou leur imagination.

Après avoir rencontré Christophe Colomb, Alexander Fleming, le père de la médecine moderne, après une visite chez le baron Haussmann et chez Marie Curie, Albert Einstein et Graham Bell, voilà aujourd’hui les confidences de l’un des scientifiques physiciens les plus controversés : Robert Oppenheimer, celui que le monde entier a appelé le père de la bombe atomique ...

Atlantico : Comment vit-on en étant ainsi désigné par une grande partie de l’opinion publique internationale comme étant celui qui a apporté la mort ? Parce que vous saviez dès le départ que vous alliez concevoir une arme terrifiante.

Robert Oppenheimer : Comment on vit ? On vit mal mais il faut rester sur les faits. La bombe atomique est évidemment l'invention la plus terrifiante de l'histoire, mais parce qu’elle était aux mains des Etats-Unis, elle a mis fin à la seconde guerre mondiale, c’est-à-dire à l’Allemagne nazie. Alors, j’imagine qu’aujourd’hui encore, les images des deux explosions atomiques à Hiroshima et à Nagasaki hantent encore tous les cerveaux normalement constitués, mais je n’ose pas imaginer les dégâts que cette bombe atomique aux mains de Hitler et de ses généraux nazis aurait pu entrainer sur la planète.

Nous avons créé la bombe parce que le gouvernement américain voulait prendre de vitesse l’Allemagne. C’était le projet Manhattan dont on m’a demandé de prendre la direction en 1942.

Alors comment découvre-t-on ce qu’on a appelé la bombe A ?

Robert Oppenheimer : On ne se réveille pas un beau matin en se disant qu’on a découvert une arme fatale. La bombe A est née à l’issue d’un processus de recherche assez long. Ce qu’on a appelé la bombe A ou la bombe nucléaire est un processus qui dégage une masse énorme et terrifiante d’énergie et c’est cette énergie qui est destructrice. Alors, on le savait depuis quelques années, notamment grâce aux travaux de Pierre et Marie Curie, grâce aussi aux travaux théoriques de Einstein sur l’infiniment petit, il y a eu beaucoup de scientifiques comme Otto Hahn ou Fritz Tasman qui étaient d’origine allemande, réfugiés aux Etats-Unis, mais il y avait aussi Robert Fris. Bref, on savait grâce à tous ces travaux faire l’hypothèse qu‘en bombardant des atomes d’uranium ou de plutonium, on provoquait des fissions et ces fissions dégageaient des masses d’énergie considérable.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 14/08/2018 - 09:29 - Signaler un abus Si vis pacem, para bellum

    Affirmer que la bombe a permis de mettre fin au nazisme est un peu gros, tout de même ! Le plus important à retenir est que ni lui ni Einstein n'ont compris la vraie nature de cette bombe: la dissuasion. On ne la fabrique pas pour déclencher ou gagner une guerre, mais pour l'éviter. S'il n'y a pas eu de troisième guerre mondiale, c'est certainement grâce à elle. Les "pacifistes" ne l'ont pas compris non plus.

  • Par gremmel - 14/08/2018 - 16:18 - Signaler un abus colette fidèle abonnée

    Bravo et merci Atlantico pour cette série de l'été, j'adore et je m'instruis sur des personnages que je ne connaissais de loin !

  • Par Olivier62 - 14/08/2018 - 19:26 - Signaler un abus Humanisme à la sauce Hiroshima

    Autrement dit, ce grand humaniste a permis aux USA de faire un grand massacre de Japonais. Bravo; à ce compte-là j'ai plus de sympathie pour des salauds authentiques. Quand à dire que les allemands étaient en retard sur la bombe atomique, disons qu'il y aurait beaucoup à dire sur la question. Rappelons qu'au "procès" de Nuremberg l'un des actes d'accusation était d'avoir fait mourir des déportés à coup de... bombes atomiques !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€