Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Robert Menard : "Tout est ouvert pour 2017 car les mêmes qui se seront "débarrassés" de Nicolas Sarkozy à la primaire seront tentés de le faire ensuite avec Alain Juppé"

Élection de Donald Trump aux États-Unis, espoir de changement en France, état de la droite actuellement en France, défi migratoire, élection présidentielle de 2017... Le maire de Béziers Robert Ménard, figure du Rassemblement Bleu Marine, se confie à Atlantico à l'occasion de la sortie de son nouveau livre.

Entretien politique

Publié le - Mis à jour le 18 Novembre 2016
Robert Menard : "Tout est ouvert pour 2017 car les mêmes qui se seront "débarrassés" de Nicolas Sarkozy à la primaire seront tentés de le faire ensuite avec Alain Juppé"

Atlantico : Vous publiez ce lundi un Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir. Mais qui est-elle, cette France qui ne veut pas mourir ? Si l'on suit votre raisonnement, il y aurait donc à l'inverse une France qui, elle, se laisserait mourir ?

Robert Ménard : La France qui ne veut pas mourir englobe tous les gens qui résistent, et c'est à eux que je m'adresse. Des paysans aux ouvriers, de l'habitant d'une petite ville moyenne à celui d'une zone rurale, c'est tous ceux qui sont attachés à la France, ses valeurs, ses traditions, ses mœurs, ses modes de vie, sa civilisation chrétienne, et qui n'entendent pas disparaître de la scène. Ce sont ceux qui, aux Etats-Unis, ont voté Donald Trump et qui, en France, espèrent que tout va changer dans six mois. Comme il y a urgence, je m'adresse à eux à travers ce livre qui est, au fond, un cri d'alarme.

L'histoire de notre pays est faite de chocs et de révolutions. En quoi y a-t-il plus de risques d'une disparition de la France aujourd'hui qu'en bien d'autres occasions de notre histoire ?

Tout simplement parce que nous sommes menacés de l'intérieur par une submersion démographique. Dans ce livre, je pars sans cesse de mon expérience de maire. Je ne suis pas un théoricien, je suis l’élu d'une ville de 75 000 habitants qui essaie de décrire le quotidien de sa gestion et d'en tirer des leçons qui vont au-delà de sa ville. Pourquoi la France est-elle plus menacée aujourd'hui ? Mais parce qu'elle est visée dans son essence même.

Quand les deux tiers des élèves des écoles publiques de Béziers sont d'origine immigrée, cela ne fait pas de Béziers une exception ou une ville en quelque sorte retardataire. Cela en fait, bien au contraire et  malheureusement, le visage prémonitoire de ce que pourrait être la France dans 20 ans. Et de cela, je ne veux pas, comme la majorité des habitants de ma ville.

Vous dites dans cet Abécédaire que l'immigration n'est plus une chance pour la France, comme au temps des Zola, Aznavour ou Platini. Que préconisez-vous face à la crise migratoire que nous vivons actuellement ?

Il faut diminuer de façon draconienne l'immigration, s'il n'est pas possible d'y mettre un terme. Nous ne pouvons plus intégrer de nouveaux arrivants. Nous avons dépassé les seuils de tolérance. C'est pour cela que j'ai pris position contre l'arrivée de migrants à Béziers. Nous disons "Stop, ça suffit, on n'intègre plus personne". Et je ne vous parle même pas d'assimilation... Il faut absolument s'arrêter là.

Et puis, il faut s'interroger sur la façon de gérer cette immigration qui est essentiellement musulmane. C’est la question de l'islam, qu'il faut prendre à bras-le-corps. Ce petit abécédaire est l'occasion de tracer des pistes - construites, encore une fois, à partir d’une expérience locale -  et de tirer la sonnette d'alarme en clamant qu'on ne peut plus continuer comme cela.

Je le dis sous cette forme-là car il y a une élite - ou prétendue telle - qui vit hors-sol et continue à faire sa loi. J'ai affaire en tant que maire à des responsables d'administrations centrales qui ne savent pas de quoi ils parlent. Prenons l'exemple de la politique de la ville, que je développe dans le livre. Elle a coûté des milliards d'euros depuis sa mise en place, or c'est un échec total ! On n'a jamais eu autant de ghettos qu'aujourd'hui. À Béziers, dans le quartier de la Devèze où j'ai passé mon adolescence, on a investi plus de 100 millions d'euros pour le réhabiliter. Or, on constate que ce quartier n'a jamais été aussi mono-ethnique. C'est un fiasco. Il faut repenser tout cela.

Dans votre ouvrage, vous pointez par ailleurs le décalage entre les attentes du peuple et l'attitude des élites au pouvoir, et l'intimidation morale pratiquée à l'encontre de ceux qui ne respectent pas un certain politiquement correct. Mais si l'on fait abstraction de ces "censeurs", le racisme, les discriminations ou les atteintes réelles à la démocratie ou au droit des minorités commencent où selon vous ?

Bien sûr que cela existe. Personne ne peut dire sérieusement qu'il n'y a pas des gens qui sont racistes. Mais ce racisme n'est pas que dans un sens. Ce n'est pas une invention de l'extrême-droite que de parler de racisme anti-blanc. Dans le cadre des "rappels à l'ordre" (lorsqu'un jeune citoyen fait une bêtise, mais pas suffisamment importante pour passer devant la justice), je reçois régulièrement des enfants à la mairie. Or, certains de ces gosses parlent de leurs copains en disant "sale Français", alors qu'ils sont eux-mêmes français ! C'est vous dire à quel point ce ne  sont que des Français de papier, pas des Français de cœur. Nous devons regarder les choses en face : le réel est peut-être terrible, mais il faut "faire avec".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fran6 - 13/11/2016 - 10:32 - Signaler un abus M Menard

    même si perso je suis prêt à voter FN, cela sera par dépit et sans penser qu'ils peuvent réussir à relever le pays, j'y crois pas une seule seconde, par contre, cela peut être un choc salutaire pour le pays comme pour l'Europe, Europe des peuples qui a été grugé en 2007 et dont l'on voit les effets terribles en ce moment dont j'ai entendu dans l'émission, de LCP ce matin, Europe Hebdo, que l'Europe s'effondrerait suite à la mise en place de la directive Bolkestein qui est contre les peuples de l'ouest, cela fut dit par un socialiste!!!!

  • Par clint - 13/11/2016 - 10:45 - Signaler un abus Se débarrasser de Sarkozy et Juppé : c'est voter Fillon !

    Et c'est une option qui devient de plus en plus possible, voire qui s'impose ! Sarkozy ne passera pas (pour diverses raisons) et Juppé c'est comme faire revenir Jospin ! On ne peut continuer à voter pour cette droite centriste qui va nous conduire tout droit dans les bras du FN. Si c'était encore dans ceux de Villers ça ne serait pas très grave !!

  • Par Benvoyons - 13/11/2016 - 10:54 - Signaler un abus Pauvre Ménard à quel point il en est dans son assurance

    politique pour s'autopersuader que Juppé va gagner la primaire. Voilà qu'il se laisse bercer par les sondages et intelligentzia Journalistique alors qu'il est aussi de la maison et connait parfaitement l'éthique et l'honnêteté .:)::))

  • Par vauban - 13/11/2016 - 11:26 - Signaler un abus Fillon

    Ou le chaos

  • Par Deudeuche - 13/11/2016 - 12:49 - Signaler un abus Tou celà est fort

    intéressant. Au delà de la présidentielle, et après les législative on voit bien un paysage politique nouveau et la disparition de la gauche étatiste/libertaire (tradition ) et de la gauche (et pseudo droite) libérale/libertaire (de Hollande à Juppé). Tout cela est vraiment intéressant.

  • Par vangog - 13/11/2016 - 13:33 - Signaler un abus Voila un homme de terrain et visionnaire!

    Robert Ménard incarne le pragmatisme contre l'idéologie mondialiste. Lorsqu'il dénonce les politiques de la ville qui ont échoué, et coûte fort cher, l'immigrationisme imbécile, le laxisme sécuritaire, il dénonce quarante années de politiques mêlées et alternatives UMPSECOLOCOCOs. Leur défaut? Être incapable de faire le constat de leur échec cuisant, résultat d'une alliance contre nature et d'une absence totale de vision. Pourtant, à l'aube du XXI mer siècle, la France avait tout pour réussir! Mais le gâchis est total, dans tous les corps de l'état et de la société. La droite mollassonne et tricheuse a voulu construire la France avec le centre, la gauche et l'ultra-gauche écolo-réactionnaire...elle a échoué! Alors, pourquoi réélire ceux qui n'ont même pas le courage d'avouer l'échec de cette union désastreuse, et qui se rejettent mutuellement les causes de leur échec commun?...

  • Par Ganesha - 13/11/2016 - 14:02 - Signaler un abus Tout faire comme notre ami américain ?

    Il va falloir vous y faire : dans les mois qui viennent, avec la victoire de Trump, les partisans de Marine Le Pen ''vont avoir la frite'', comme dit Sarko ! Le 20 Janvier, Donald Trump prêtera serment devant le Capitole à Washington. Nous commencerons alors à voir ce qu'il fait réellement en pratique. Mais en Avril-Juin, ce sera un petit peu tôt pour que ses premiers résultats influencent le vote des français. Marine Le Pen sera-t-elle enfin plus plus explicite sur son programme, prendra-t-elle les mesures de gauche que nous annoncent inlassablement les vieux croutons moisis de ce site, ou promettra-t-elle simplement de ''Tout faire comme notre ami américain ?''

  • Par Deudeuche - 13/11/2016 - 14:29 - Signaler un abus @Ganesha

    Et oui! That is the question!

  • Par lafronde - 13/11/2016 - 14:40 - Signaler un abus Rendre lisible les familles politiques.

    La catégorisation Gauche, Droite, Extrême Droite éclaire-t-elle vraiment l'opinion sur les enjeux ? Outre qu'elle ostracise un part croissante de l'électorat (faute de représentation au Parlement), elle n'informe pas sur les contenus programmatiques à Droite. Pas plus que "valeurs républicaines" n'augure des principes de l'action gouvernementales. Il existe pourtant une représentation parlante, qui fait appel aux principes dont se prévalent les partis politiques. Depuis la Révolution, le Progrès (par l'Etat et sa loi) a donné le Progressisme, comme le Social le Socialisme, les communs le Communisme, les Droits de l'Homme, l'humanitarisme. A l'opposé, les traditions et la volonté de conserver les meilleures, ont donné le Conservatisme, la Liberté le Libéralisme. Aujourd'hui en France comme en Occident, nous avons le camp progressiste qui inclus la Gauche, le Centre et "les républicains" du Front républicain et "politiquement correct", soit la moitié de ce parti. Cette offre politique progressiste est majoritaire en France, depuis le départ du Général. Reste les conservateurs, les patriotes, libéraux ou non. La Patrie, terre des pères est un principe éminemment conservateur.

  • Par chamouton - 13/11/2016 - 14:48 - Signaler un abus Ils sont tous Trump

    Il n'y a pas très longtemps, le slogan à la mode était "Je suis Charlie". Aujourd'hui c'est "Je suis Trump". De Marine Le Pen à Macron, en passant par Sarkozy et Balkany, chacun espère récupérer "l'effet Trump" Ce que ces gens ignorent, c'est que comme il n'y a pas de dynamique Trump, il n'y aura pas "'d'effet Trump". Pourquoi ? Parce que ce n'est pas Trump qui a gagné, c'est H Clinton qui a perdu. N'importe quel autre candidat gagnait face à elle, même Sanders, un vieux stalinien dusiècle dernier, a failli la battre. En France, mais pour d'autres raisons, notre Clinton s'appelle Hollande. Pas besoin d'être un fin stratège pour gagner contre lui, pour autant, cette victoire ne créerait pas de dynamique. Chercher à être l'incarnation de l'anti-système est aussi idiote qu'affligeante, surtout pour Macron, le dernier né du système médiatique. La seule leçon à tirer de cette élection américaine, c'est que la machine infernale qui manipule les électeurs n'a pas fonctionné. C'est une très bonne nouvelle, une grande victoire populaire !

  • Par lafronde - 13/11/2016 - 15:04 - Signaler un abus Prendre garde aux mutations du Progressisme.

    Naguère le Progressisme était marxiste. Il recherchait l'appropriation collective de la plus-value des capitaliste. Pierre philosophale du socialisme réel ou militant. Le Mur de Berlin s'est écroulé sur cette lubie. Changer le monde restant le dada du progressiste, il a inventé une autre société, pire que la précédente : la société multi-culturelle. Cette utopie avance à marche forcée avec la connivence active des dirigeants politiques français et européens. Si naguère vous pouviez critiquer le Communisme tant qu'il n'était pas maître du Gouvernement, aujourd'hui les critiques de la société multi-ethnique sont poursuivis par les tribunaux, au nom de la République, et sont condamnés comme racistes au nom du Peuple français. Depuis 1974 l'immigration du travail c'est 10%. Notre pays comme l'Europe n'a pas besoin de l'immigration. Encore heureux que la moitié aient pris un travail. C'est méritoire et c'est un discriminant individuel et objectif pour évaluer quelle immigré a rempli son contrat, en n'étant pas à charge du pays. Le citoyen-contribuable doit savoir que progressisme = immigration non-qualifiée, islam, polygame et marmailles, à charge à vie sur plusieurs générations !

  • Par lafronde - 13/11/2016 - 15:32 - Signaler un abus Y aura-t-il des majorité patriotes locales ?

    Au vu des sondages, pourtant fort bons pour les patriotes, ceux-ci ne forment pas pour l'instant, une majorité électorale au plan national. C'est très différent au plan local, comme l'ont montré les régionales. C'est pourquoi je crois que l'optimum, donc l'avenir du patriotisme, réside dans le principe de subsidiarité, qui appelle le fédéralisme. Après tout est-ce que ce Gouvernement central, parisien nous est utile ? indispensable ? Il ne l'est pas, c'est une contingence née de la Révolution. Pouvoir confisqué par les sections parisiennes, qui a aboli toutes les libertés de la province française. Il serait temps que celle-ci se réveille, comme le font nos amis corses, pour s'auto-gouverner : Législation, Justice, Police, fisc, école, solidarité, le tout en local, entre-soi, comme n'ont jamais cessé de la faire nos voisins suisses, ou allemands, et nos amis américains. L'élection-clé n'est donc pas la présidentielle, mais les législatives qui suivent. La Société civile patriote saura-t-elle s'organiser, pour que localement elle envoie à la Chambre, un Député à la fois patriote, fédéraliste, et praticien de l'économie réelle, celle de l'entreprise ? Il reste six mois.

  • Par l'enclume - 13/11/2016 - 15:46 - Signaler un abus Y en n'a maaaaaaare

    La majorité des Français est pour le changement. A condition que cela commence par le voisin.

  • Par Liberte5 - 13/11/2016 - 16:15 - Signaler un abus Tout faire pour que F. Fillon soit au 2èeme tour

    Ce matin j'ai continué à faire la propagande pour F. Fillon dans mon village. J'ai réussi à les convaincre qu'il fallait voter F. Fillon dès le 1er tour des primaires pour lui faire gagner ensuite le second tour. J'ai dit à des électeurs FN qu' à la présidentielle ils pourraient voter M. LE Pen, mais qu'en aucun cas il fallait que Juppé puisse y accéder. Ceux là vont voter Fillon aux primaires. Un repris de justice faisant une politique de gauche;;;insupportable..D'autre part j'ai pris connaissance sur des résultats presque définitifs du scrutin aux USA: Trump a maintenant et provisoirement 62 972 226 votes. Clinton : 62 277 750, soit 700 000 de plus pour Trump.* Mercredi dernier, Clinton avait 59 755 284 votes, selon CNN, soit 219 762 de plus que Trump. Mais CNN précisait que 92 % ont été comptés — et ça, les journalistes s’étaient empressés de l’oublier. Alors tous les journalistes et "experts" qui se gargarisaient sur le nombre de voix, vont encore une fois avaler leur chapeau. Depuis 4 jours je pleure. Je pleure de rire en voyant leurs mines déconfites. Quel plaisir!!!!

  • Par lafronde - 13/11/2016 - 16:16 - Signaler un abus Vers un coup d'Etat départemental ?

    Un coup d'Etat serait-il justifié au plan moral ? A certaines conditions : décentraliser le pouvoir de l'Etat, rendre son autonomie à la Société civile, rendre les libertés publiques aux citoyens, oui. La forme légale de ce coup d'Etat passe par une représentation politique majoritaire au plan local : municipalité, canton, circonscription, département, pour valider la volonté locale du Peuple. Puis un passage à l'acte par une grève locale de l'impôt et des taxes. Enfin par une prise de pouvoir locale et pacifique. Localement les institutions de la République voient leur autorité remplacée par celles de la collectivité locale qui prend son autonomie. Celle-ci hérite du gouvernement civil local. Est-ce justifié au plan moral et politique ? Oui, car nos gouvernements ont fait des coups d'Etat successifs. Budgétaire et clientéliste, avec le déficit chronique depuis 1981. Démographique avec l'immigration sans fin. Judiciaire avec la répression de l'opposition à cette colonisation. Cette République a cessé de garantir nos libertés publiques reconnues dans notre Déclaration des Droits de 1789. Pourquoi lui payer l'impôt ? Faire sécession de la République pour rester dans la Nation !

  • Par Deneziere - 13/11/2016 - 18:23 - Signaler un abus Ménard a une vision identitaire des chose

    Et sur le plan identitaire, le vote Le Pen est très concevable. Le problème est qu'un programme quel qu'il soit, identitaire ou autre, n'a aucune chance de réussir avec une politique économique de gauche. De ce point de vue, si on est fier d'être de droite, pourquoi voter pour une "fille de gauche", comme l'appelle Zemmour ?

  • Par Leucate - 13/11/2016 - 18:57 - Signaler un abus @Denezière

    Parce que pour vous, vouloir que les catégories les plus pauvres ne profitent pas un peu est être de gauche ? C'est ça l'imprégnation marxiste socialiste, faire croire que tout ce qui est commisération pour l'humanité souffrante est forcément socialiste. Alors que c'est une arnaque. Bien sur, la droite d'argent donne le bâton pour se faire battre avec ses discours sur le libéralisme dévoyé qui revient à dire "tout pour ma gueule et rein pour les autres". Le libéralisme, c'est pas cela; le libéralisme c'est la liberté encadrée par la loi. Comme le disait Benjamin Franklin, un des frères de la révolution américaine, "la Démocratie ce sont deux loups et un agneau qui votent sur ce qu'il; y aura au déjeuner; la Liberté, c'est l'agneau bien armé qui conteste le résultat du vote". Etre de droite, c'est vouloir le bien des tous y compris des plus humbles. Laissons l'amour du fric à la droite Louis-Philipparde.

  • Par moneo - 13/11/2016 - 19:20 - Signaler un abus votre conclusion est surprenante monsieur Ménard

    si Marine Lepen a un programme de Droite moi je suis évêque ;Elle été phagocytée d l'intérieur par la Gauche PSU .

  • Par Deudeuche - 13/11/2016 - 23:05 - Signaler un abus @Deneziere

    La question c'est la rupture. Marine incarne la rupture, la vraie. Dans notre pays inapte aux réformes et toujours en train de refaire une révolution parce que rien ne change. Fillon a un programme construit mais il n'incarne jusqu'ici pas la ...rupture!

  • Par lafronde - 13/11/2016 - 23:51 - Signaler un abus @Leucate

    Croyez-vous que le socialisme miterrandien ait profité aux classes sociales les moins bien loties ? Au vu du surcroît de chômage non ! N'est-ce pas ? Donc ce qui compte pour les pauvres ce sont les politiques qui fonctionnent, qui créent de la richesse dans les entreprises. Pour cela la collaboration des entrepreneurs et des investisseurs est indispensable. Toute l'Europe germanique le démontre, et aussi l'Asie de l'Est (hors RPC si vous voulez). pas d'emploi sans entreprise prospère ni entrepreneur qui s'enrichissent. Le citoyen doit choisir entre la tentation de la jalousie sociale, et sa prospérité. C'est un choix biblique ! Depuis la signature du Programme commun de la Gauche, notre pays préfère l'égalisation des conditions à la prospérité générale. Les chômeur en paient très cher le prix ! On attend des patriotes une offre politique qui garantisse et étende la Liberté dans le domaine de l'économie. Une offre complémentaire à celle du FN, en l'état pas assez convaincante.

  • Par vangog - 14/11/2016 - 00:08 - Signaler un abus @Lafronde La liberté dans le domaine économique

    sera renforcée avec le FN, mais à l'intérieur des frontières de la France. Cette liberté n'existera pas pour les pays importateurs super-pollueurs, exploiteurs d'enfants ou subventionnant leurs entreprises avec les devises amassées...elle n'existera pas, non plus, pour les dictatures Wahabites, dont la France deviendra indépendante, en recouvrant son autonomie énergétique. L'expulsion des trotskystes de l'éducation et de la Justice permettra une rénovation en profondeur de la France. Steeve Briois, à Hénin Beaumont fait revenir les investisseurs et les entreprises en abaissant de 20% la taxe d'habitation, bientôt la taxe foncière de 5%...vous avez dit "liberté économique"? Les patriotes le font dans leurs mandats électifs...

  • Par zouk - 14/11/2016 - 11:12 - Signaler un abus R. Ménard

    Oui, nous avons envie ET BESOIN d'un véritable renouveau. En commençant par nettoyer la classe politique si sûre d'elle même et surtout en nous débarrassant de toute l'engeance médiatique massivement polluée par la gauche et ses positions illusoires droit-de-l'hommistes. Mais je n'accepte pas Marine Le Pen, beaucoup trop simpliste, elle ferait bien d'écouter les opinions exprimées par J. M. Le Pen hors médias qu'ils se fait un plaisir de faire hurler.

  • Par lafronde - 14/11/2016 - 11:35 - Signaler un abus Principe de réalité

    @vangog Nos entreprises sont immergées dans les échanges commerciaux planétaires. Vouloir changer ceci par volontarisme politique peut faire de sérieux dégâts, dont souffriraient les travailleurs français. Ce que doit faire un vrai parti patriote arrivé aux affaires, c'est renforcer la compétitivité du site France. Baisser la fiscalité des entreprises pour qu'elles soient viables. Baisser la fiscalité personnelles des entrepreneurs et des investisseurs pour qu'ils entreprennent et investissent en France plutôt qu'à l'étranger. Simplifier la Code du Travail pour les artisans et les petites entreprises (

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Robert Ménard

Robert Ménard a été journaliste et fondateur de Reporters Sans Frontières (RSF).

Président de l'association de 1985 à 2008, il a dirigé un centre d'accueil pour les journalistes à Doha (Qatar) de 2008 à 2009.

Il a été élu en avril 2014 maire de la ville de Béziers

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€