Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Risques psycho sociaux à l’hôpital public : le ministère de la santé persiste dans l’injonction contradictoire

Le risque psycho-social, en partie induit par la poursuite d'objectifs financiers dans les services, est l'un des fléaux majeurs de l'hôpital public. Le ministère de la Santé vient d'inviter le CHU de Grenoble à mieux le prévenir... tout en annonçant plus d'un milliard d'économies nouvelles dans les hôpitaux. C'est ce qu'on appelle une injonction paradoxale: on augmente la pression financière, mais on demande aux managers de ne pas la faire sentir sur le terrain...

CHU de Grenoble

Publié le
Risques psycho sociaux à l’hôpital public : le ministère de la santé persiste dans l’injonction contradictoire

L'affaire vaut son pesant de cacahuètes! Le rapporteur du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2018, Olivier Véran, a présenté un budget avec de fortes économies nouvelles dans les hôpitaux publics. 

On notera par exemple que les hôpitaux doivent trouver 1,215 milliard € sous le titre: "Améliorer la performance interne des établissements de santé et médicosociaux".

Dans cette logique, on trouve l'optimisation des achats, mais aussi l'amélioration de la performance interne des établissements. Toutes ces expressions sont bien connues des personnels soignants, puisqu'elles riment avec une pression sur le terrain pour l'atteinte d'objectifs financiers. 

Le risque psycho-social au coeur de l'hôpital public

Le même Olivier Véran, au demeurant ancien député socialiste, est aussi salarié du CHU de Grenoble, où la mise en place des objectifs financiers se traduit par une pression forte sur le personnel. La pression est même devenue si forte que le ministère de la Santé, qui ordonne les réductions de dépense, a dû dépêcher une mission pour apaiser les esprits. 

Le rapport rendu par le ministère en dit long sur la mentalité des services centraux de l'administration, qui prennent des mesures drastiques mais invitent les managers de terrain à ne les appliquer que dans la joie et la bonne humeur. Les conclusions de ce rapport sont d'ailleurs sans appel: 

"Le style de management, qui maintient de manière permanente une certaine pression sur les équipes et qui priorise le résultat [...] doit s'infléchir", souligne-t-il, pointant son orientation prononcée "vers les problématiques budgétaires".

Faites des économies, mais sans pression sur le personnel!

Du coup, le député Véran qui fait adopter des économies dans les hôpitaux reprend sa casquette de médecin pour dire:

"cette situation pourrit la vie des soignants au quotidien".

Il ne fait décidément pas bon être manager dans l'hôpital public. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerard JOURDAIN - 10/01/2018 - 15:19 - Signaler un abus quand la stratégie est décidée.....

    il n'y a plus de choix possible.. pas de privatisation....donc, il faut optimiser les ressources d'état.... va pas faire bon tomber malade pendant cette décennie....

  • Par DANIEL74000 - 11/01/2018 - 08:47 - Signaler un abus cause et conséquence

    Le problème de l'hôpital publique est qu'il n'est pas géré comme tout ce qui est publique ! Priorité aux gaspillages des copains/coquins au lieu de l'investissement. Les cliniques privées ont des résultats. Ne pas chercher la cause ou la solution dans les pays étrangers !! La santé n'a pas de prix et doit être un droit pour tous mais elle a un coût et c'est le devoir de tous

  • Par vangog - 12/01/2018 - 22:44 - Signaler un abus Je me souviens d’un hôpital où tant de personnel

    avait été embauché, à la grande époque socialiste (Le directeur était sympathisant...), que, dans le service de biologie, le travail était largement terminé avant le café de dix heures, travail qui était effectué par un automate d’analyse de sang très coûteux...jusqu'à 17h00, heure de fermeture du service, tout le personnel se tournait les pouces, prenant cafés sur café... Dans d’autres services moins glorieux comme les urgences, les infirmières étaient débordées et en sous-effectifs, en butte avec une clientèle de plus en plus bigarrée et agressive...ceci illustre le désespoir de cette fonction publique hospitalière, gérée par des incompétents, serviles d’un pouvoir gauchiste lui*eme incompétent, pendant des dizaines d’années, et les personnels étaient (sont et seront) les premières victimes de cette incompétence. La deuxième victime, c’est les budgets qu’il faut maintenir d'année en année, coûte que coûte, afin de faire croire au ministère qu’il faut les maintenir...le pire du socialisme, quoi!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€