Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Risques d'instabilité politique, économie "pétrole-dépendante" et baby boom : les immenses défis qui attendent une Algérie déjà mal-en-point

Alors que le président Macron est en visite "express" en Algérie ce mercredi, le pays se trouve confronté à de multiples défis, sur le plan économique mais surtout social.

Challenge accepted ?

Publié le - Mis à jour le 7 Décembre 2017
Risques d'instabilité politique, économie "pétrole-dépendante" et baby boom : les immenses défis qui attendent une Algérie déjà mal-en-point

Atlantico : Ce 6 décembre, Emmanuel Macron se rendra à Alger pour rencontrer Abdelaziz Bouteflika et  "souligner la profondeur et la densité des liens entre l'Algérie et la France". Au-delà de cette rencontre entre les deux chefs d'Etat, quelle est la situation actuelle de l'Algérie, du point de vue économique et social ? 

Pierre Vermeren : La situation est incontestablement difficile même si les perspectives se sont un peu améliorées du fait de la légère remontée des prix du pétrole causée par les restrictions volontaires de l'Arabie Saoudite. Depuis la chute des prix il y a trois ans, l'Algérie a dépensé l'essentiel de son fonds souverain (réserves qui tournaient autour de 150 milliards de dollars), puis elle a dû tailler dans tous les programmes sociaux et d'investissement. Les salaires, pensions et allocations ont été réduits, et en janvier, normalement, le prix de l'essence à la pompe va être augmenté, ce qui inquiète les autorités : comment vont réagir les Algériens dans un pays où l'automobile est devenue reine?

Cette économie reste fondamentalement rentière dans son modèle de développement, l'essentiel du budget de l'Etat et des impôts provenant de la rente pétrolière, qui permet aussi de financer les importations dans tous les secteurs. Les tentatives multiples pour sortir l'Algérie de ce modèle et donner naissance à un secteur privé innovant sont paralysées par la bureaucratie et la corruption, autant d'entraves dont les autorités ne parviennent pas, si elles le veulent vraiment, à se débarrasser.

Dans un tel contexte, et en conséquence de prix des hydrocarbures plus faibles que par le passé, peut-on évaluer le risque politique que pourrait représenter la disparition d'Abdelaziz Bouteflika ? Comment peut-on anticiper la stabilité politique du pays ? 

Il n'est évidemment pas possible de répondre à ces questions car l'avenir n'est jamais écrit. Pour l'instant le pays et le régime sont stables. La sortie de la guerre civile des années 1990 s'est faite par étapes et aujourd'hui les groupes terroristes ont pratiquement disparu d'Algérie. Le pays s'est beaucoup transformé en 15 ans d'investissements massifs même si, comme on l'a vu, le modèle économique du futur reste à inventer. Les Algériens n'ont pas un niveau de vie élevé, mais ils sont entrés pour beaucoup dans la société de consommation, ont acheté une voiture et un appartement, souvent à crédit plus ou moins remboursable, mais après? Il y a en Algérie comme dans le reste du Maghreb une très forte instabilité sociale, beaucoup de manifestations quotidiennes et de vraies poches de misère, notamment rurales. Le problème numéro un est l'absence d'emploi pour les jeunes. On parle de 30% de chômeurs… Et paradoxalement, le pays importe de la main d'oeuvre chinoise pour faire les grands travaux! Ce pays rentier a rendu sa population rentière, ce qui crée des attentes et des habitudes. Est-ce qu'une crise sociale pourrait naître de la succession présidentielle? C'est une hypothèse parmi d'autres, mais les Algériens redoutent la guerre civile (comme en Syrie) et la violence (ils ont connu 10 ans de terroristes). Ils ont la guerre à leurs portes (Sahel et Libye), ce qui est perçu par eux comme une vraie menace. La stabilité veut dire quelque chose pour une population qui reste traumatisée. Les Algériens espèrent que les dirigeants, ou plutôt le petit groupe dirigeant et les diverses forces de sécurité sauront s'entendre sur la suite des évènements et désigner un Président crédible. Ils savent qu'ils auront peu leur mot à dire, mais espèrent la stabilité. Le pire risque serait la dissension à la tête de l'Etat. Restera ensuite à faire rêver les Algériens (très désabusés) à des lendemains meilleurs, un vaste programme.

Selon les dernières statistiques disponibles, la natalité algérienne a été forte lors de ces dernières années, le nombre de naissance étant passé de 580 000 en 2000 à 1.1 million pour l'année 2016. Au regard de cette progression démographique, quels sont les défis qui attendent le pays pour cette prochaine génération ? 

Les défis sont immenses. Ce baby boom est supérieur à ce que la France a jamais connu, et l'Algérie sera plus peuplée que la France dans une génération, mais sans les ressources nécessaires, y compris les plus fondamentales (la terre, l'eau et l'énergie, qui tendanciellement va faire défaut). Les défis sont immenses. Soit les Algériens pourront rayonner dans la région, avec une Libye riche et stabilisée, un Maghreb ouvert dans lequel il sera possible de circuler et d'investir (rappelons que la frontière avec le Maroc est toujours fermée), et un Sahel lui-même démographiquement surchargé mais où tout sera à faire, soit on restera dans la configuration présente et l'avenir sera sombre. Ajoutons qu'il y a un défi scolaire et éducatif incroyable aussi. Car si les Algériens vont tous à l'école et par millions à l'Université, les compétences qu'ils y acquièrent restent très médiocres de l'avis de tous les observateurs. Dernier point, il faut voir si ce baby-boom est un rattrapage après la guerre civile, ou s'il est durable. S'il dure dix ans ou plus, il y a fort à parier que la situation va devenir très, très complexe. Le précédent en Egypte a conduit à une misère de masse et à la révolution. Mais seuls les Algériens peuvent choisir l'avenir qu'ils se réservent?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bherry - 06/12/2017 - 15:38 - Signaler un abus L'avenir pour ce trop plein

    L'avenir pour ce trop plein démographique en Algérie ? Continuer à peupler la France comme c'est le cas depuis 40 ans et continuer le changement de population en France avec la complicité des politiciens français de tout bord et aujourd'hui Macron qui est le continuateur emblématique de cette politique de suicide national .

  • Par Outre-Vosges - 06/12/2017 - 21:02 - Signaler un abus Le problème...

    C'est que tout le monde pense comme bherry... et qu'on vote tout de même immigrationniste.

  • Par alghandy - 07/12/2017 - 10:16 - Signaler un abus Equivalence des diplômes.

    Est-il exact que les diplômes obtenus en algérie sont automatiquement validés en France ?. Si tel est le cas, vu le faible niveau des études scolaires dans ce pays, dont la médecine, et vu le nombre grandissant de médecins algériens qui s'installent en France, ne faut-il pas craindre des erreurs médicales.

  • Par lasenorita - 07/12/2017 - 14:08 - Signaler un abus Heureusement qu'ils ont le pétrole!

    Ce pétrole et le gaz découverts et mis en valeur par les Français non-musulmans!. .L'Algérie a été gouvernée depuis son ''indépendance'' par le F.L.N...ce F.L.N. qui a tué et torturé des milliers de ''civils innocents'' afin que l'Algérie soit ''indépendante'', qui a chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal et qui a nationalisé leurs biens...qui n'a pas respecté les ''Accords d'Evian'', qui a massacré 150.000 Harkis ''désarmés'', qui a tué 5.000 habitants de la ville d'Oran le 5 juillet 1962,qui a enlevé 3.000 non-musulmans dont on n'a pas retrouvé les corps.. Ce F.L.N. qui torture les opposants politiques, qui tire avec des ''balles réelles'' sur ceux qui osent manifester et...qui ose demander à ''la France'' de se repentir pour la ''colonisation française''.. que les Algériens RESTENT dans ''leur'' pays...puisqu'ils sont si heureux en Algérie depuis que le F.L.N. a dit, en 1962,à TOUS les non-musulmans ''nés en Algérie'': ''La valise ou le cercueil''...

  • Par Djib - 07/12/2017 - 14:43 - Signaler un abus A Alger le guignol à casquette de service ...

    demande ) à Macron "quand la France assumera sa période coloniale"?On avait envie de lui répondre: "quand est ce que l'Algérie assumera son indépendance?".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Vermeren

Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en Tunisie. Il a publié Le Maroc en 2010.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€