Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce risque énorme que prend Donald Trump en partant en guerre contre les services de renseignements américains

Bien que Donald Trump semble avoir remporté la première manche du match l'opposant à ses services de renseignements, aucune des deux parties n’a intérêt à entrer dans un conflit ouvert et durable qui nuirait à la sécurité et à l’influence internationale des Etats-Unis.

Tête brûlée

Publié le

Rappelons toutefois que la situation a été très tendue, l’entourage de Trump allant jusqu’à craindre une action physique (d’un dérangé mental ou d’un "terroriste") visant le président avant son investiture. Est-ce un hasard, mais le général devant assurer la sécurité de la cérémonie de prise de fonction du nouveau président a été "démissionné" quelques jours avant la cérémonie.

Bien sur, quelques coups des services ont porté. C’est ainsi qu’ils sont parvenus à écarter Mike Flynn, l’éphémère conseiller à la Sécurité nationale, qui avait décidé de réformer le renseignement américain en profondeur, de mettre un terme à ses dérives et à ses guerres secrètes, pour le recentrer sur la recherche du renseignement. Mais c’est là leur seule victoire.

Les protagonistes sont-ils forcément irréconciliables ou une amélioration pourrait-elle advenir ? 

Il semble aujourd’hui que Donald Trump ait remporté la première manche. Y en aura-t-il une deuxième ? Peut-être pas s’il s’en tient là et n’essaye pas de secouer davantage la fourmilière du renseignement suite à la démission de Mike Flynn. Les services vont probablement se limiter à un jeu d’influence, surement plus feutré qu’avec ses prédécesseurs, et poursuivre certains de leurs objectifs à l’insu du président. Mais aucune des deux parties n’a intérêt à entrer dans un conflit ouvert et durable qui nuirait à la sécurité et à l’influence internationale des Etats-Unis. Curieusement, Donald Trump a d’ores et déjà déclaré qu’il autorisait la reprise des frappes de drones de la CIA partout dans le monde. Il s’agit probablement là d’un marchandage interne, car le nouveau président - s’il semble être un ferme promoteur de la lutte contre le terrorisme - a d’autres objectifs prioritaires, qui concernent surtout l’économie et l’immigration. Toutefois, on ne peut écarter l’hypothèse que certains cercles particulièrement hostiles à Trump restent à l’affut du moindre de ses faux pas pour reprendre leurs attaques.

Cette déstabilisation orchestrée par une partie de l’Establishment et de la communauté du renseignement est extrêmement préoccupante. Cela confirme que depuis les attentats du 11 septembre 2001 et le Patriot Act (2002), les Etats-Unis ne peuvent plus prétendre être la première démocratie au monde : les deux derniers présidents et leurs équipes de juristes n’ont cessé d’accroître les pouvoirs discrétionnaires de la Maison-Blanche au détriment du Congrès et de la Constitution. Ils ont mis leur population sur écoute, envahi illégalement l’Irak (2003) et créé les conditions de la naissance de l’Etat islamique. Ils ont multiplié les assassinats ciblés et les enlèvements extrajudiciaires (renditions) et  légalisé la torture. Ils continuent de soutenir aveuglement l’Arabie saoudite et le Qatar, deux Etats fondamentalistes qui sont les principaux soutiens idéologiques et financiers du terrorisme djihadiste et qui conduisent une guerre d’agression au Yémen. Et quand un nouveau président élu ne répond pas à leurs attentes, ils s’attachent à le déstabiliser.

Les conspirationnistes de tout bord trouveront dans cette situation de quoi nourrir leurs fantasmes. Mais c’est pourtant là une réalité  et elle est particulièrement inquiétante pour les alliés de Washington comme pour le monde.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par nicothebest - 03/04/2017 - 08:37 - Signaler un abus la voix de son maitre

    la voix de son maitre atlantiste a parlé

  • Par ajm - 03/04/2017 - 16:26 - Signaler un abus Gros moyens et faibles résultats.

    Si la CIA était vraiment efficace comme service de renseignement extérieur on le saurait. La CIA n'est pas le Mossad israélien malgré ses gros moyens financiers. S'agissant de la NSA qui écoute la terre entière comment peut-elle tirer quelque chose d'utile de l'énorme quantité d'informations brutes qu'elle récolte ?

  • Par Citoyen Ordinaire - 03/04/2017 - 23:20 - Signaler un abus Ca c'est courageux

    Que l'on aime ou pas le personnage. D'ailleurs si nous vivions vraiment en démocratie, aucun service secret ne devrait être accepté...

  • Par Totor Furibard - 05/04/2017 - 10:39 - Signaler un abus Tout a fait d'accord avec cette analyse.

    La CIA est l'une des organisations les plus dangereuses du monde et est complètement hors de contrôle de l’exécutif (et encore moins de la volonté du peuple). Un nombre incalculable d’assassinats et de renversements de gouvernement légitimes ont été perpétrés par cette agence avec des conséquences catastrophiques pour les populations et même pour "l'occident" dans la plupart des cas. Ils sont responsables de toutes dictatures sanglantes qui ont sévi en Amérique du sud pendant des années, et de la montée en puissance de l'islamisme partout dans le monde. Vouloir la reformer me semble être une évidence.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Denécé

Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€