Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

RGPD : les géants du web ne semblent pas vraiment la respecter mais qu’à ne cela ne tienne, son article 13 est bien parti pour tuer la culture web

En parallèle du RGPD, les législateurs européens, encore chauds de leur précédente production, se sont lancés dans une refonte des lois encadrant le droit de copie en Europe.

Hello darkness my old friend

Publié le
RGPD : les géants du web ne semblent pas vraiment la respecter mais qu’à ne cela ne tienne, son article 13 est bien parti pour tuer la culture web

 Crédit JOHANNES EISELE / AFP

Eh oui, cela fait maintenant un mois que le Règlement Général sur la Protection des Données personnelles (RGPD) est entré en application en fanfare et en Europe. À l’entrée en force de ce règlement, j’évoquais dans un petit billet les problèmes qui allaient se poser ; un mois plus tard, il est bien trop tôt pour faire un vrai bilan, mais on sent déjà poindre quelques grammes de LOL dans ce monde de mèmes.

Dans ce billet, outre l’aspect humoristique que ce règlement notamment destiné à lutter contre les pourriels en avait déclenché une vague inédite, je notais ainsi que les principaux collecteurs de données les plus confidentielles ne se sentaient toujours pas concernés par la loi : les États et leurs administrations continueront donc de nous ficher copieusement, de croiser ces données collectées par la ruse et par la force pour mieux nous surveiller, nous manipuler, nous traire et nous poursuivre le cas échéant, le tout dans l’indifférence complète de la Justice pour laquelle ce règlement est très mignon mais n’est évidemment entendu que pour les entreprises privées et puis c’est tout ou presque.

Bien sûr, ce mois écoulé n’a pas été l’occasion rêvée pour ces États d’accélérer la tendance qu’ils ont simplement continué à surfer tranquillement : ça fiche, ça récolte et ça va croiser comme jamais, ne vous inquiétez pas, tout se déroule comme prévu. La prison numérique avance tranquillou-bilou, et – youpi ! – vous en serez au centre.

Parallèlement, les entreprises ont d’ores et déjà commencé à s’adapter à la nouvelle donne… En tout cas, les plus grosses d’entre elles mettent déjà en place les moyens nécessaires pour que ce RGPD ne soit pas trop gênant, à tel point que certains s’en inquiètent : une étude menée par le Conseil norvégien des consommateurs relève que les réglages proposés par Google et Facebook semblent contrevenir au RGPD même après son entrée en vigueur le 25 mai.

On ne s’étonnera pas qu’une telle étude ait été menée dans un pays en dehors de l’Union, cette dernière ne souhaitant probablement pas constater trop tôt sa redoutable inefficacité. Il n’en reste pas moins que, comme je l’avais prévu, les sociétés américaines n’ont pas fait les efforts que certains s’attendaient à voir apparaître, pouf, le 25 mai passé. Si l’on peut toujours espérer qu’à force de ronchonner et moyennant l’une ou l’autre action en justice, ces entreprises feront effectivement un effort, un jour, peut-être, c’est en tout cas l’illustration assez frappante de la grande relativité de ces règlements imposés au monde numérique où les frontières sont encore plus floues que les géographiques.

De façon générale, légiférer sur le domaine numérique s’avère de plus en plus complexe et fait passer les législateurs – qu’on qualifiera charitablement de « numériquement challengé » – pour d’encombrantes andouilles tant leurs agitations législatives se traduisent souvent par des lois coûteuses, inapplicables et aux effets de bords désastreux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 01/07/2018 - 13:18 - Signaler un abus Oui, parfaitement en accord avec H16!

    Cet excès de régulations et de normes typiquement socialistes, ne s’appliquent que dans les pays les plus en retard en innovation numérique, ne vous demandez-plus pourquoi...en outre, les géants du digital feront tout pour contourner ces normes socialistes, en externalisant plateformes et services dédiés dans les pays restés libres, ce qui contribuera fortement à handicaper, de surcroît, les audacieux potentiels innovateurs européens, et les encouragera à s’externaliser hors d’UE socialiste, eux aussi... »la taxe et la norme socialistes sont de simples solution si contre-productives »...ils devraient le savoir, depuis un siècle d’échecs du socialisme!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€