Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un revenu de base pour tous sans condition : Utrecht, la ville néerlandaise qui passait au revenu universel

La ville d'Utrecht en Hollande est sur le point de mettre en place un système d’allocation universelle. Pour le moment à un stade d'expérimentation, les résultats seront déterminants pour juger de la passivité (ou de la responsabilité) des bénéficiaires face à leur activité professionnelle.

Tulipes, polders et allocs'

Publié le
Un revenu de base pour tous sans condition : Utrecht, la ville néerlandaise qui passait au revenu universel

250 concitoyens d'Utrecht en Hollande auront droit à un revenu unique qui remplaceront les aides solidaires. Crédit Reuters

Atlantico : A partir de cet automne, 250 concitoyens d'Utrecht en Hollande auront droit à un revenu unique qui remplaceront les aides solidaires. Comment un tel système peut-il fonctionner dans des proportions plus importantes ?

Jacques Bichot : L’allocation universelle, alias revenu d’existence ou allocation de vie, ou encore dividende social, revenu inconditionnel garanti ou revenu de citoyenneté, est une idée ancienne qui refait périodiquement surface. Ses origines remontent aux années 1920, époque où l’écossais C. H. Douglas lança l’idée du crédit social, sorte d’allocation universelle financée par la création monétaire.

Le mouvement pour le crédit social est toujours assez actif au Canada. En France, l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence (AIRE) et au niveau mondial le Basic Income Earth Network, militent pour la mise en place d’une allocation universelle.

Le principe est simple : chaque personne recevrait de l’État un montant mensuel déterminé, suffisant pour survivre, qui remplacerait toutes les prestations attribuées aujourd’hui en raison de la pauvreté ainsi que les prestations familiales et (dans certaines versions) les allocations de chômage. La gestion de cette allocation universelle serait beaucoup plus simple que celle des multiples prestations qu’elle remplacerait, et personne ne se trouverait obligé de travailler dans des conditions indignes ou pour des objectifs qu’il réprouve – raison pour laquelle J. B. Jeener a intitulé Délivrer le travail (l’Athanor, 1978) le livre dans lequel il expose les vertus de ce projet.

La justification la plus valable du revenu universel est que la production réalisée aujourd’hui doit beaucoup à un capital que nul ne doit posséder en propre : le stock de connaissances et de savoir-faire accumulé depuis les origines de l’humanité. C’est pourquoi certains de ses partisans parlent de dividende : il s’agit de la rémunération d’un facteur de production autre que le travail, constituant la partie du capital utilisé pour la production des biens et services qui appartient logiquement à l’humanité entière ; cette rémunération devrait donc être répartie également entre tous ses membres.

Le passage de la théorie, séduisante, à la pratique, est rien moins que facile. D’où doit venir l’argent qui va être distribué égalitairement à tout un chacun ? Certains disent de l’impôt, ou de certains impôts, mais lesquels ? D’autres veulent distribuer de la monnaie créée à cet effet, ce qui supposerait de ne plus avoir aucune autre source de création monétaire – donc plus de crédit bancaire. Et dans quel cadre faire fonctionner un tel système ? Le niveau mondial serait le plus logique, mais dans l’état actuel des choses on voit mal la possibilité de donner la même somme à un Africain et à un Nord-Américain.

Gaspard Koenig : Il y a plusieurs manières de concevoir un système d’allocation universelle, qui reflètent des positions idéologiques différentes. L’extrême gauche voudrait un revenu fixe, le même pour tout le monde, qui se surajoute au reste des revenus. Les libéraux conçoivent quant à eux un “impôt négatif”, garantissant à chacun la possibilité d’être autonome (ie de subvenir décemment à ses besoins de base), mais dégressif à mesure que l’individu gagne de l’argent. Dans tous les cas, le revenu universel remplace les aides spécifiques, générant de gigantesques économies dans les coûts de traitement. La logique, c’est de sortir du paternalisme de l’allocation (je te donne tant, mais à condition que tu sois comme cela, et que tu vives comme ceci), pour rendre les citoyens responsables de la manière dont ils utilisent leur allocation de base, versée en cash et sans condition.

Le philosophe Michel Foucault a parfaitement perçu ce caractère révolutionnaire du revenu universel. Voici comment il le décrit dans sa leçon du 7 mars 1979 au Collège de France : « La seule chose importante, c’est que l’individu soit tombé au-dessous d’un certain niveau et le problème est, à ce moment-là, sans regarder plus loin, et par conséquent sans avoir à faire toutes ces investigations bureaucratiques, policières, inquisitoires, de lui accorder une subvention telle que le mécanisme par lequel on la lui accorde l’incite encore à repasser au niveau du seuil. (…) C’est très important par rapport à tout ce qui avait été, encore une fois depuis des siècles, élaboré par la politique sociale en Occident ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 06/07/2015 - 11:45 - Signaler un abus Avenir

    Pour ceux qui, comme moi, ont déjà un ''certain âge'', le concept de ''Revenu Universel'' permet d'imaginer ce que sera l'avenir de l'espèce humaine, dans un avenir… finalement pas si éloigné que cela ! Pour sa mise en place, il faudra, au moins au début, limiter les bénéficiaires à un groupe pré-défini : ou sinon, la première phrase des africains débarquant à Lampédusa serait : ''Où se trouve Utrecht'' ? Autre concept qui sera associé, ce sera l'obligation pour la société de fournir immédiatement un travail, ou une occupation, sur simple demande. Attention, chers camarades anti-communistes primaires ! Ne dégainez pas ici votre redoutable ''Staline-Pol-Pot'' à six coups! Dans ce système, il y aura, plus que jamais, de la place pour l'entreprise privée, qui sera même désormais plus facile que vous ne pourriez le rêver : le salaire que vous offrirez à vos employés ne sera qu'un (modeste) supplément à leur revenu universel. Chers libres-entrepreneurs, vous payerez toujours des impôts, mais plus aucune charge sociale...

  • Par Texas - 06/07/2015 - 12:49 - Signaler un abus Mais c' est Ganeshaland !

    A l' allure des progrès de l' intelligence artificielle , il est effectivement très probable que le ramassage des tulipes sera réalisé par des Humanoîdes . Le revenu universel nous permettra ainsi de philosopher avec les ex-ouvriers agricoles marocains pendant qu' une imprimante 3 D preparera le tajine . On peut être primaire , toujours capitaliste , et visionnaire en même temps .

  • Par Anouman - 06/07/2015 - 21:56 - Signaler un abus Revenu universel

    Parfaitement idiot. Supposons que tout le monde décide de vaquer à ses occupations privées et de juste toucher son revenu universel, qui paiera les impôts pour l'assurer?

  • Par Ganesha - 06/07/2015 - 22:43 - Signaler un abus Bienvenue

    Texas, et même Anouman, bienvenue ! Manifestement, le Revenu de Base, vous découvrez ! Un film documentaire : www.youtube.com/watch?v=gHr3tJvscjE

  • Par Benvoyons - 07/07/2015 - 14:40 - Signaler un abus C'est le nivellement vers le bas. Pourquoi créer de la richesse?

    Pourquoi apprendre? pourquoi se décarcasser?C'est le revenue de régression universelle!

  • Par Ganesha - 07/07/2015 - 16:23 - Signaler un abus 1789

    Non mr Benvoyons, c'est simplement un '''grand Bond en Avant'' pour l'Humanité... Celui que l'on appelle ''Dieu'' a créé cette planète, avec pour seul système social, la ''Lutte pour la Vie'', la ''Loi de la Jungle'' ! Nous, ses humbles créatures, décidons d'appliquer un peu plus la devise de 1789 : vous vous souvenez, après Liberté, il y avait quoi ? Egalité et Fraternité ! On a dû vous l'apprendre à l'école, mais même après de nombreuses décennies, l'idée n'a pas encore vraiment fait son chemin... P.S. Le ''Grand Bond en Avant'' du président Mao s'est assez mal déroulé, essayons donc de mieux réussir celui-ci !

  • Par Ganesha - 07/07/2015 - 17:21 - Signaler un abus Piège

    Cher Benvoyons, je ne voudrais pas vous tendre un piège ! Si vous ne l'avez pas fait, lisez, ou relisez, mon message initial d'hier à 11h45. La grande différence, c'est que dans le Communisme, le ''travail était obligatoire'', tandis que dans le Revenu de Base, il ne sera plus qu'optionnel. Mais il restera tout à fait la place pour l’appât du gain et l'initiative privée. Simplement, il y aura probablement aussi un éventail maximum des revenus et des patrimoines...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Bichot

Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.

Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le dictionnaire de la réforme. L’Harmattan, 2010, Les enjeux 2012 de A à Z. L’Harmattan, 2012, et La mort de l'État providence ; vive les assurances sociales, coécrit avec Arnaud Robinet (Les Belles-Lettres, 2013.)

Voir la bio en entier

Gaspard Koenig

Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€