Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Retraites : la réforme d'Emmanuel Macron coûtera (la bagatelle de) 28 milliards aux entreprises

Emmanuel Macron a décidé de sortir de l’ambiguïté et propose une “réforme systémique des retraites”. Présentée dans une interview au Parisien, il est difficile de savoir exactement en quoi elle consiste. Mais voici ce qu’on peut en retenir (et éventuellement en penser)…

A la caisse

Publié le
Retraites : la réforme d'Emmanuel Macron coûtera (la bagatelle de) 28 milliards aux entreprises

Macron annonce une hausse des cotisations retraites

Premier point, qui fait toujours plaisir à entendre:

Il précise qu’il ne touchera pas durant le quinquennat l’âge de départ à la retraite ni le niveau des pensions.

Oh! quelle promesse téméraire. Rappelons que la retraite fonctionne sur trois paramètres: la durée de cotisations (dont l’âge de départ est l’un des éléments visibles), le montant des retraites, et les cotisations qui servent à les financer.

Donc Macron ne modifiera pas le montant des retraites. Il ne touchera pas à l’âge (ce qui n’exclut pas de modifier la durée de cotisations, annoncée par ailleurs).

Pour le montant des cotisations, en revanche, il ouvre clairement la porte à leur augmentation. Et c’est bien normal, parce que, pour mettre en place ce qui suit, il n’aura pas la choix: il faudra payer plus cher.

Macron veut unifier les régimes

Selon Macron, la réforme doit aboutir à un principe simple:

“L’objectif est de faire converger progressivement l’ensemble des systèmes de retraite en termes de financement, de caractéristiques et de taux de réversion.”

“Un euro versé pour cotisation ouvrira droit aux mêmes droits quels que soient votre secteur ou votre statut (…) Les règles seront les mêmes pour tous les régimes. Ce sera la vraie fin des inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé.”

Comme c’est simple! Fonctionnaire ou salarié, un euro cotisé donnera lieu à la même fraction de retraite. C’est évidemment très séduisant. Toute la question est de savoir combien ça coûte.

Macron veut faire endosser le déficit des fonctionnaires par les salariés du privé

Rappelons en effet que, en l’état, le régime des fonctionnaires n’est pas équilibré. Autrement, les cotisations acquittées par les fonctionnaires ne suffisent pas à équilibrer les pensions civiles. Pour le comprendre, on reprendra juste cette capture d’écran issue de la circulaire de 2016 sur les cotisations employeurs pour les pensions civiles de l’Etat:

En 2013, le Conseil d’Orientation des Retraites a d’ailleurs consacré un rapport à ce sujet, qui montre le tableau suivant:

Des sommes hallucinantes comparées au secteur privé

Dans le privé, les taux sont les suivants:

Autrement dit, le prix à payer pour 1 euro de retraite dans le privé, c’est environ 10% de cotisation employeur, alors que le même euro dans le public, c’est 75 et 126% de cotisation employeur (ce qui rappelle que la retraite des fonctionnaires est aujourd’hui financée par le contribuable, puisque la cotisation employeur n’est rien d’autre que le produit des impôts).

Donc, reposons le problème: si le système du public doit être aligné sur celui du privé, dans un grand régime universel, il va falloir unifier les cotisations employeurs. Et là, ça va faire très mal.

La réforme systémique de Macron va coûter 28 milliards aux entreprises

Donc dire dans la même interview que l’on ne touchera pas au montant des pensions, ni à l’âge de la retraite et que l’on va unifier les régimes revient à dire deux choses très simples.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Flamel - 02/03/2017 - 14:06 - Signaler un abus L'amateurisme macronéconomique...

    Macron annonce "sous forme d'interview" son programme dans "Le Parisien"... le bas-peuple de la province appréciera ! Mais pourquoi pas plutôt dans "Pomme d'api" ou dans "Je lis déjà" , tant qu'il y est ? On aurait dû l'écouter, il l'avait dit sur RTL (la vidéo est encore en ligne) : "On s'en fout, des programmes !" Finalement, ill en a fait un avec des brics et des brocs au dernier moment, juste parce qu'on commençait à lui reprocher de ne pas en avoir... Ce gars "se prend pour Jeanne d'Arc", comme a dit son épouse à une amie, mais il n'est absolument pas préparé pour le job. Mais, de toute façon, ce n'est pas grave : il va inaugurer les comices agricoles pendant 5 ans, puisqu'il va se retrouver d'entrée de jeu en cohabitation avec une assemblée LR-FN, vu la colère qui monte avec le coup d'Etat en cours. Au moins, cela lui donnera le temps de découvrir "la France d'en bas"...

  • Par gerint - 02/03/2017 - 14:15 - Signaler un abus Cette petite salopris sévira pire que Hollande

    Tant pis pour ceux qui l'auront adoubé, hélas pour les autres

  • Par vangog - 02/03/2017 - 15:27 - Signaler un abus Ce Macron est fou!

    un Banquier qui ne sait pas compter, et dont la tête est remplie de fusacqs...grâce à la presse gauchiste et à des promesses tous azimuths, il sera élu, et se plantera. Lorsque Macron sera élu, il prendra alors sa règle à calcul, et verra, comme l'explique aisément Verhaegue, que son alignement des retraites sur celles du public coutera 29 milliards supplémentaires aux employeurs privés. C'est alors que le fausset sera obligé de baisser les prétentions des retraites de la onction publique, afin de ne pas voir toutes les entreprises de France non délocalisées par le pouvoir gauchiste, mettre la clef sous la porte...et retour à la case Juppé de 1995, avec blocage des raffineries, des trains, des centrales nucléaires, des entreprises semi-étatisées..._et le jouvenceau finira par dire, comme Juppé: "Ben, on change rien!"

  • Par clint - 02/03/2017 - 15:39 - Signaler un abus 28 milliards qui sont rien face aux pertes du programme FN !

    Mais comme ce cher Fillon ne parle plus que des juges plus personne ne s'occupe de la débâcle économique du programme de MLP.

  • Par vangog - 02/03/2017 - 19:06 - Signaler un abus @clint 35 milliards, c'est le coût des couches surnuméraires

    du mille-feuille que vous avez cuisiné avec la gauche, depuis dix ans: des fonctionnaires territoriaux indéboulonnables, comme il était prévisible que ça arrive...

  • Par moneo - 02/03/2017 - 22:22 - Signaler un abus je m'étais posé la question

    Dans quel sens Macron va aligner les retraites?soit il aligne les retraites du public sur le privé mais là ça va coincer ou alors il ne l'applique qu' à partir des recrutements d'aujourd'hui et il faudra plus d'une génération pour en voir les effets...OU alors comme dab on sort par le haut cad qu'on augmente les retraites du privé sur celles du public et là catastrophe et incohérence comment peut on augmenter les coûts des entreprises dont par ailleurs on prétend améliorer la compétitivité OU alors ne pas fair payer les entreprises mais copier le système public cad faire payer le contribuable ,ce qui est contradictoire avec le ras le bol fiscal des français d'autant que la suppression de la taxe d'habitation va entrainer encore une hausse de la classe moyenne supérieure ..et c'est lui que le français vont élire? on est chez les fous

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 03/03/2017 - 08:34 - Signaler un abus Oh !! Oh!! Les papys....on se calme !

    Tout est bon dans le Macron !!!! C'est le seul qui aime les retraités. La preuve...........il en a une à la maison...!

  • Par lexxis - 03/03/2017 - 08:58 - Signaler un abus RETRAITÉS: VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU DE CSG!

    Quoi qu'en dise ce beau Monsieur, pour ce qui est du niveau des pensions, l'augmentation de 1,70% de la csg sans compensation pour les retraités indique clairement le montant de pouvoir d'achat qu'ils vont être obligés de sacrifier pour fêter l'élection du candidat. En réalité, on n'a pas encore assez réfléchi à l'ambiguïté intrinsèque du slogan "en marche" qui n'exclut pas bien au contraire faire marcher les gens et de préférence… en rangs!.

  • Par Anguerrand - 03/03/2017 - 11:23 - Signaler un abus L'alignement totaldes retraites des fonctionnaires sur le privé

    devrait normalement rapporter 20 milliards d' € à une condition les aligner sur le privé en tout point. En gros ne pas augmenter les retraités de fonctionnaites 6 mois avant leur depart, et avoir une retraite d'environ 50% du dernier salaire comme le privé et et de ne pas abonder ce salaire dans les 6 mois avant leur retraite. Et dans ce cas c'est 20 milliards que l'on peut économiser soit 100 milliards sur 5 ans. Enfin, l'EGALITÉ serait instauré en France. Le scandales des fonctionnaires privilégiés à nos dépens disparaîtrait et une source d'économie importante payé actuellement par nos impots serait des plus juste.

  • Par totor101 - 03/03/2017 - 11:46 - Signaler un abus 25 ans

    égalité sur la durée des salaires donnant droit à la retraite ..... Mais l il perd les fonctionnaires comme électeurs !

  • Par edac44 - 03/03/2017 - 12:33 - Signaler un abus En compensation des 40 milliards de cadeaux aux entreprises ?

    Source : Le Point Économie =====> Un fonctionnaire moyen émarge au budget de l'État, directement ou indirectement, pendant 73 ans, ce qui est énorme, dont 31 ans de non-activité. On sait que les fonctionnaires, par rapport au privé, travaillent moins et moins longtemps, sont mieux payés, bénéficient de nombreux privilèges particuliers pendant leur carrière et partent à la retraite plus tôt. ===================================================================> Ce que l'on sait moins, c'est que, contrairement au privé, leurs pensions de retraite sont indexées sur les augmentations de salaire des actifs et au minimum sur l'inflation ; et que, pour eux, la réversion au conjoint survivant est automatique, alors que, dans le privé, elle est soumise aux conditions de ressources du survivant. ===================================================================> Chaque embauche coûte 3,5 millions d'euros ! ===================================================================> http://bit.ly/2mhZXCA

  • Par Jean-Benoist - 04/03/2017 - 21:48 - Signaler un abus Le gerontophile a parlé et

    a trouvé la solution pour tuer les entreprises...bravo....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€