Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Retraites en danger : pourquoi on a un vrai intérêt à sauver l’esprit de notre système (mais certainement pas comme on est en train de le faire)

Alors que plusieurs syndicats ont appelé à manifester ce mardi 17 mars, les régimes Agirc et Arrco ont annoncé la semaine dernière que les pensions de retraites complémentaires des salariés et cadres du privé resteront gelées en 2015. C'est un nouveau coup dur pour le système de retraites français.

Métro, boulot, caveau ?

Publié le
Retraites en danger : pourquoi on a un vrai intérêt à sauver l’esprit de notre système (mais certainement pas comme on est en train de le faire)

Les régimes Agirc et Arrco ont annoncé la semaine dernière que les pensions de retraites complémentaires des salariés et cadres du privé resteront gelées en 2015.  Crédit Reuters

Atlantico : Le système de retraites français est-il condamné dans son esprit ? Quelles sont ses principales forces et faiblesses, relativement aux autres modes de financement des retraites, notamment ceux qui font davantage de place à la capitalisation ?

Pierre-François Gouiffès : Rappelons d’abord que les retraites constituent et de très loin le principal poste de dépense publique et qu’il est illusoire de penser pouvoir redresser les finances publiques françaises sans traiter l’enjeu des retraites. Les retraites, c’est 14% du PIB (285 milliards d’euros en 2012), grosso modo la moitié de l’écart de dépenses publiques entre la France et ses partenaires de la zone euro alors que sa population âgée (plus de 65 ans) est inférieure à celle de la zone euro...

Quant aux engagements hors bilan liés aux retraites, ils représentent 82% du PIB pour les seules retraites des fonctionnaires d’Etat… Ce décor étant planté, la décision prise récemment par les régimes de retraite complémentaire AGIRC et ARRCO semble constituer une solution de court terme : sans rien changer de systémique, la seule solution consiste à désindexer, ce qui bien entendu ne traite en rien la soutenabilité à terme du système.

En 1993, la réforme Balladur avait modifié la durée de cotisation et le salaire moyen de référence. 10 ans plus tard, François Fillon a touché à l'ensemble des régimes de retraite, à l'exception des régimes spéciaux, qui ont été révisés en 2008. En 2010, la réforme Woerth a concerné les droits des assurés (relèvement de l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans en 2018) et pris en compte la pénibilité et les interruptions de carrière. En 2012, un nouveau décret a entre autres assoupli les conditions de départ à la retraite pour les personnes ayant eu des carrières longues. En vingt ans, les réformes n'ont cessé de s'enchaîner sans parvenir à enrayer le problème des retraites en France. Comment l'expliquer ?

La France a universalisé son système de retraites au retour de la guerre et renforcé les prestations de retraite ou quasi retraites au moins jusqu’au milieu des années 1980 : préretraites pour régler à la française les crises industrielles, retraite à 60 ans dans les années 1980. A partir du début des années 1990, la question de la pérennité des régimes de retraites est sur l’agenda pour des raisons assez simples : allongement de la durée de la vie, baisse drastique du taux de croissance, chômage de masse. L’approche française se traduit par un empilement de réformes (1993, 2003, 2007, 2010, 2013 sans oublier l’échec cinglant de 1995 sur les régimes spéciaux) qui ne constituent jamais une solution définitive mais permettent de régler provisoirement ses problèmes de financement les plus criants : la branche vieillesse de la sécurité sociale est en déficit quasi permanent depuis 40 ans. Comment expliquer ce phénomène ? On peut éventuellement avoir recours à l’approche de l’analyse économique des choix publics : le poids politique et électoral des bénéficiaires du système pousse à leur maintien en déni de toute considération de solidarité intergénérationnelle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 17/03/2015 - 08:18 - Signaler un abus Quand ce sont les fonctionnaires

    privilégiés, Air France, SNCF, RATP et d'autres qui vont manifester, on le sait à l'avance (heureusement), mais, à chaque fois que les retraités doivent descendre dans la rue, silence assourdissant des médias; je ne l'ai su que ce matin à 5h00, aux infos. Comme ça, plein de mécontents, ne sont pas au courant et d'autres ne peuvent pas s'organiser, faute de temps et de moyens. Bravo encore à une grande majorité de "journalistes", aux ordres.

  • Par lexxis - 17/03/2015 - 08:35 - Signaler un abus LES IMMENSES AVANTAGES DE LA REPARTITION

    Connaissez vous un système de retraite qui 1) dépouille immédiate et sans aucune garantie les cotisants du bénéfice de leurs cotisations? 2 - a permis de verser d'intéressantes retraites à des gens qui n'avaient pas ou peu cotisé, tout en refusant aujourd'hui de verser leur dû à ceux qui cumulent des carrières complètes de cotisation 3) qui soit constamment soumis aux erreurs de gestion des uns et aux mauvais choix des autres? 4) qui se tarit rapidement lorsque le chômage persiste ou en cas de crise économique durable 5) qui est parfaitement hermétique et opaque pour les actifs et extrêmement complexe pour les retraités 6) qui ne comporte aucune garantie de pouvoir d'achat?7) qui se voit adossé de manière contrainte et sans véritable contrepartie des régimes privilégiés qui ont dilapidé leurs propres cotisations 8) qui est piloté par des organismes et caisses divers dans lesquels les retraités ne sont pas représentés du tout ou ont une représentation dérisoire.Mais si, ce système unique, incomparable, juste performant et solidaire, vous le connaissez bien. c'est le nôtre après des décennies de gabegie,de mensonges, de choix partisans, d'irresponsabilité et de lâcheté politique.

  • Par zouk - 17/03/2015 - 10:27 - Signaler un abus Retraites

    Oui, il faut rebâtir le système de retraites, EX NIHILO, englobant TOUS les régimes sans cette multitude de privilèges déversée sur certains seulement. Allons voir en Scandinavie et comprenons enfin que le système par répartition doit être remplacé, ou au moins complété, par un système de capitalisation.

  • Par vangog - 17/03/2015 - 14:14 - Signaler un abus Merci les gauchistes!

    Et ça continue, encore et encore! Les Français n'en ont pas marre de se faire fouetter par les mêmes UPS, depuis quarante ans?...Nous, les Patriotes, restaurerons l'Egalité Républicaine et abolirons ces différences public-prive, ces vases communiquants socialistes pour renflouer les fonds percés des retraites du public, ces départs anticipés à la retraite pour les copains du pouvoir gauchiste, comme Juppé, qui touche sur tous les tableaux, ou Hidalgo, plus jeune retraitée de France, qui se gavent sur le dos des pauvres, après avoir mis notre pays dans l'ornière gauchiste!

  • Par El Flander - 17/03/2015 - 16:38 - Signaler un abus Payez largement toute votre vie et vous verrez!

    J'en ai marre d'avoir payé pour aider des soient disant pauvres qui n'ont fait que de vivre qu'aux crochets de la société de ceux qui ont toujours bossés et versés à des caisses qui actuellement se moquent d'eux. Marre des transferts faits par la Dame de Lille, Mme Aubry qui a spolié la sueur de personnes qui ont nourri ce pays, marre de ces Socialistes qui distribuent, plutôt volent notre argent pour satisfaire leur électorat de fainéants d'assistés. J'en ai marre de ces syndicats qui font semblant de nous défendre mais qui en réalité pillent les caisses de retraite comme les CE d'entreprise. Marre à un tel point que mes prochains votes seront pilotés par le désir de foutre le BORDEL. Fini mes voix pour le PS, fini mon désir de Gauche, vive la merde comme dit Zlatan...

  • Par boulegan - 17/03/2015 - 16:42 - Signaler un abus RETRAITES ET DÉPENDANCE programme du FN ..LOL !

    Garantir le financement des retraites sans en faire peser la charge sur les seuls salariés Les déséquilibres actuels des régimes de retraite doivent être combattus autrement qu’en demandant plus d’efforts aux salariés. Il faut en premier lieu élargir l’assiette du financement des retraites. L’assiette actuelle (les revenus du travail) est trop étroite et pèse sur notre compétitivité. Il convient donc d’élargir cette assiette aux revenus du capital pour financer notamment l’ensemble des prestations qui relèvent du principe de solidarité nationale et non du principe d’assurance : minimum vieillesse, bonifications pour enfants, cotisations du salaire parental, etc. Le déséquilibre du système de retraites est en outre lié à un déséquilibre démographique provisoire. Dans cette situation exceptionnelle, l’affectation à la branche vieillesse d’une fraction du produit des droits de douane sociaux et environnementaux qui seraient mis en place, permettrait de retrouver l’équilibre. Dans l’immédiat, on équilibrera ainsi les comptes de la branche vieillesse du régime général par les recettes des droits de douane.

  • Par 2bout - 17/03/2015 - 16:43 - Signaler un abus "pour renflouer les fonds percés des retraites du public".

    L'Etat ne se sert-il pas directement dans le budget pour payer les pensions de ses agents ? Le problème vangog, c'est que justement il n'a jamais été prévu de constituer des réserves pour payer les retraites des fonctionnaires.

  • Par tubixray - 17/03/2015 - 17:44 - Signaler un abus J'ai cotisé toute ma vie ....

    Et bien, comme Lexxis le rappelle à juste titre, vous avez payé les pensions de retraités du moment et c'est tout ! Quant à l'état il paye les fonctionnaires jusqu'à leur mort. Soyons réalistes, les futurs retraités à partir de 2020 ont vraiment du souci à se faire parce qu'il est peu probable que la réforme dont le pays a besoin soit menée par le gouvernement de 2017 ... qui que ce soit.

  • Par TortugaP - 18/03/2015 - 08:59 - Signaler un abus Si ce n’est pas par répartition …

    Ce sera par capitalisation … Comme aux US, un exemple typique (et representatif) vaut mieux qu un long discours : vous gagnez $30,000, et vous placez 15% dans votre fond de pension tous les ans ($4500 * 40 ans : 180 000 $, investis, donc disons que vous avez dans les $300/350,000 au moment de votre départ a la retraite … en étant optimiste) 75% de ces $350k sont places « sans risque » a 5% et a 25% dans un fond de pension à qui vous demandez, évidement de produire 15%, devenant ainsi le retraité le plus impopulaire du monde … Tout ceci vous donne donc $26,000 de pension, presque votre dernier salaire … Mais quand les taux descendent 1 ou 2% comme en ce moment , et que les actions baissent de 40%, comme en 2008 … vous ne touchez plus que $3 à 4,000 de retraite … A méditer …

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié "Margaret Thatcher face aux mineurs" (Privat, 2007), "Réformes: mission impossible ?" (Documentation française, 2010) et "L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française" (Documentation française, 2013). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€