Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Retraite à 60 ans : derrière l’arbre
de la justice, la forêt du clientélisme ?

Les principaux bénéficiaires du décret sur la retraite à 60 ans ne sont pas forcément ceux auxquels vous pensez...

Travailler, c'est pénible

Publié le - Mis à jour le 8 Juin 2012
Retraite à 60 ans : derrière l’arbre 
de la justice, la forêt du clientélisme ?

Les premiers concernés par le retour à 60 ans ne seraient-ils pas à chercher dans ces immenses bataillons d’agents de l’Etat ? Crédit Reuters

La « contre-réforme » des retraites examinée ce mercredi au Conseil des ministres ne laisse pas d’éveiller un doute : pourquoi tant de hâte, pour une mesure qui s’inscrit dans le temps long de la démographie? Pourquoi un passage par décret, là où la loi c’est-à dire, le passage par le parlement semblait s’imposer ? Pourquoi ne pas en faire un objet de choix de ce fameux « dialogue social » dont le gouvernement nous annonce la résurrection ? Bref, pourquoi prendre en la matière l’exact contre-pied de la « méthode normale » et du respect des « corps intermédiaires »que l’on brandit à tout bout de champ, contre l’ « autoritarisme » du passé récent ?

Du doute à LA question

Le doute conduit naturellement à une question capitale : quelle est donc la population visée par le retour à 60 ans ? « Mais tout simplement ceux qui ont commencé à travailler à 18 ou 19 ans », nous dit-on à l’envi. Et les images de passer en boucle, d’une télévision à l’autre, d’ouvriers du bâtiment et autres déménageurs, éveillant en nous la compassion naturelle pour ces forçats de la « pénibilité »… Mais encore ? Est-on bien sûr que ces derniers seront les principaux bénéficiaires de cette « correction et suppression d’une injustice », comme l’a proclamé le premier ministre ?

Car l’historien, cet obsédé de la chronologie, s’interroge : les ouvriers rentraient-ils vraiment en masse sur le marché du travail à 18 ou 19 ans il y a quarante ans, c'est-à-dire au début des années 70, donc pour la génération née dans les années 50? N’était-ce pas plutôt vers 16 ou 17 ans à l’issue de la scolarité obligatoire, à une époque qui ignorait encore le mot d’ordre des « 80% d’une génération au niveau du bac » ? Or cette situation est déjà –en partie -réglée, on le sait, par les mesures « carrières longues » des réformes Fillon et Woerth. Alors de qui s’agit-il aujourd’hui ?  Et que veut dire, stricto sensu, « commencer à travailler », sinon commencer à cotiser pour la retraite ?

De la question au soupçon

La question tourne alors au soupçon : les premiers concernés par le retour à 60 ans ne seraient-ils pas à chercher dans ces immenses bataillons d’agents de l’Etat, ayant passé à 18 ou 19 ans, un concours de préparation à la fonction publique, les rendant de ce fait « élèves- fonctionnaires » rémunérés par l’Etat pendant leurs études, et ouvrant ipso facto leurs droits à la retraite… ?  Entrent alors en considération, parmi d’autres, les anciens de feu l’école nationale des impôts, les élèves précoces des écoles normales supérieures, quelques milliers d’ « Ipesiens » (élèves enseignants recrutés dans les années 70 pour le second degré)… et surtout des dizaines de milliers d’élèves des écoles normales d’instituteurs, dont le concours, depuis 1969, jusqu’à leur intégration dans les IUFM, 20 ans plus tard, se passait juste après le bac…Instituteurs devenus par la suite et pour la plupart professeurs des écoles, moyennant l’abandon de leur retraite à 55 ans et un forte revalorisation de leur carrière.

La loi d’airain de la pyramide des âges

Le soupçon se renforce quand on regarde la pyramide des âges de ces professeurs des écoles qui montre un pic très net entre 50 et 60 ans : et qui donc auraient été touchés de plein fouet par la réforme Woerth. Celle-ci enclenchait le report de l’âge de la retraite pour tous les salariés nés à partir de 1952, quelle que soit leur durée de cotisation. Or la règlementation est formelle et le décret la laisse intacte : la période de formation rémunérée des agents publics comptent à plein dans le calcul de la retraite. La conclusion est donc claire : les anciens stagiaires de l’Etat vont retrouver, par l’effet direct de la contre-réforme en cours, et grâce au paiement public de leurs lointaines études, le bénéfice de la retraite à 60 ans…

Combien sont-ils ? Et quelle part représentent-ils dans l’ensemble des bénéficiaires ? Difficile de le dire avec précision, faute de statistiques (publiques) récentes.  En  tout cas la mécanique du nouveau dispositif en leur faveur est d’autant plus implacable que leur carrière a été bien plus continue que celles des salariés du privé. Ces derniers devront, eux, se contenter de deux pauvres trimestres supplémentaires de validation pour chômage. A quoi s’ajoute l’effet de la féminisation massive du corps enseignant, qui fera jouer à plein en sa faveur les critères retenus par le décret favorables à la maternité…

Du soupçon au malaise

Or, lorsque l’on rapproche toutes ces données de celles de l’espérance de vie en France, lorsqu’on sait que les instituteurs par exemple sont la catégorie qui détient probablement le record de longévité (hélas, la dernière étude de l’INSEE les prenant spécifiquement en compte remonte à une vingtaine d’années !), le soupçon pourrait bien laisser place à un certain malaise. « Justice » que ne fait-on pas en ton nom ?

A moins qu’il ne faille plutôt rapprocher le nouveau décret sur les retraites  d’autres données, sans doute plus pertinentes en l’occurrence : celles concernant le vote des fonctionnaires et en particulier des enseignants ?

Mais n’en doutons pas : le gouvernement, qui, jusqu’à présent est resté dans le flou artistique (politique ?) sur les bénéficiaires précis de la réforme, ne manquera pas de donner très vite les chiffres, secteur par secteur, métier par métier, statut par statut ; et qu’il dissipera ainsi nos doutes, nos soupçons et notre malaise. ..

Quoiqu’il en soit, l’auteur de cet article vient de découvrir avec ravissement qu’il sera –tout comme la nouvelle Ministre des affaires sociales, sa brillantissime condisciple à l’Ecole normale supérieure- l’un des bénéficiaires du décret.

Elève professeur à 18 ans, normalien à 19, aujourd’hui enseignant à Sciences Po Paris, métier dont la « pénibilité » n’est pas la plus avérée, je n’avais pas le sentiment que le report de ma propre retraite à 62 ans constituait une « injustice » criante. Mais puisque le gouvernement insiste..!

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 07/06/2012 - 07:38 - Signaler un abus Retraite à 60 ans...

    " la première grande mesure sociale de la présidence de F.Hollande" annonçait hier D.Pujadas, journaliste du service public au service de la gauche... En effet, quelle urgence y avait -il à passer par décret si ce n'est impressionner les foules ( et particulièrement les fonctionnaires qui composent le socle de l'électorat du P.S. ) avant les législatives. L'Europe vacille mais la préoccupation majeure du gouvernement et de son président normal est d'intervenir pour favoriser la retraite à 60 ans des fonctionnaires français. Dormez braves gens, le réveil sera difficile...

  • Par Thierry - 07/06/2012 - 08:05 - Signaler un abus Bien vu !

    Ah pas mal ! Ancien élève de l'école normale d'instituteur, je vais moi aussi en profiter. Pour autant, je trouve à mon tour que ce recul sur un principe si durement acquis l'an dernier est une honte. Si je compte bien, depuis leur arrivée aux affaires, pas une seule mesure d'économie, non ? Indécrottables, ces types...

  • Par Anonymous - 07/06/2012 - 08:06 - Signaler un abus Ah le clientélisme!

    Franchement je préfère le clientélisme qui profite au plus grand nombre que le clientélisme des happy few; Bouclier fiscal Suppression de l'ISF Niche fiscale... Tout ça ce n'était pas du clientélisme peut être? Et puis franchement, vous trouvez ça juste que certains cotisent 44 ans alors que ceux qui ont commencé plus tard parce qu'ils ont fait des études, sont mieux payés et ont une espérance de vie plus longue et les moyens de racheter des trimestres, ne cotisent eux seulement 41 ans. Ce serait plutôt ne pas faire de réformes qui serait encore du clientélisme pour les plus riches. Alors votre clientélisme vous pouvez tous vous le mettre où je pense, sans être malpoli!

  • Par Anonymous - 07/06/2012 - 08:13 - Signaler un abus Maintenant si...

    François Hollande proposait de faire une exception spéciale pour les anciens élèves de l'ENS pour qu'il n'en bénéficie pas, vous serez les premiers à vous plaindre d'une "grande injustice", alors cessez de faire les saintes-nitouches. Et franchement, faire instit de 18 à 62 ans, je trouve ça plutot pénibles, les "petites tetes blondes" il faut savoir les suivre à 60 ans passés, surtout quand on fait ça depuis 42 ans! Mais allez y, faite le rien qu'une journée, qu'on rigole! ça vous changera de la tour d'ivoire de Science Po!

  • Par Lounghes - 07/06/2012 - 08:35 - Signaler un abus Moulins à vent

    Prière de me citer une mesure du quinquennat de Sarkozy qui n'était pas clientéliste. Une seule. Lorsqu'on a rien à dire on se tait, plutôt que d'aligner des cuistreries pour soigner sa détestation de François Hollande. Depuis le 15 mai la France a retrouver une sérénité qui nous a fait défaut durant 10 ans, à cause d'un individu qui a confondu politique et analyse psychiatrique. Rien que pour cela, je tire mon chapeau à François Hollande. Pour le reste, attendez que ce gouvernement entre dans les zones de turbulences pour vous défouler sur lui. Pour l'heure tout est fait dans les règles de l'art. Sarkozy a fait adopter le traité de Lisbonne par le parlement, en foulant le non de 2005. Il n'y a pas plus légitime en démocratie que le suffrage universel directe. Promesse de campagne disait-il. Pareil pour le départ à 60 ans pour ceux qui ont toutes leurs annuités. La fumeuse réforme de 2010 qui n'a été faite que pour éviter la dégradation du AAA de la France, n'était qu''improvisation et rafistolage. Elle sera revue et corrigée en profondeur en juillet par tous les acteurs. A part ça, retenez vos coups pour des moments adéquats.

  • Par Djib - 07/06/2012 - 08:52 - Signaler un abus @ lounghes

    quand les petits Torquemada de la gauche qui montent la garde sur les rares sites classés plutôt à droite, se mettent à éructer la bave aux lèvres, c'est bon signe: l'article a tapé juste. Maintenant, sur le fond rappelons à ce garde rose que la gauche avait hurlé contre l'injustice de cette réforme, à grands renforts de manifestations et de tartarinades. Elle en conserve aujourd'hui plus de 90%, avec juste ce petit correctif qui plus est peut-être clientéliste, comme essaye de le démontrer cet article, plutôt bien argumenté.

  • Par ZOEDUBATO - 07/06/2012 - 08:53 - Signaler un abus Faut-il mettre ce gouvernement sous tutelle ?

    Emploi et pouvoir d'achat : politique d'incitation très forte à la délocalisation des industries+ coûts escessifs du travail+financement pat l'Etat d’usines non stratégiques mais obsolètes et/ou non rentables = casse de l(emploi Economie : les dépenses engagées ou promises ont attirées des remarques très sévère de l’U.E, des USA, du G8 et de la Cour des Comptes qui demandent des économies Cohésion sociale : le renforcement du communautarisme est en train de faire éclater la France en clans Solidarité : L’assistanat sans contrôles, le refus de l’intégration des émigrés légaux provoque un rejet de la Solidarité Nationale ressenti en clientélisme Le « toujours plus » du personnel à statuts par ponction sur le pouvoir d’achat des travailleurs du privé commence = le rejet de ces égoïstes Ne faudrait-il pas mettre en place un conseil de tutelle présidé par le Président de la République M.SARKOZY avec l’appui du Conseil Constitutionnel, de la Cour des Comptes et d’un organisme à créer chargé d’auditer les budgets et leurs utilisations pour tous les corps d’Etat ou Public ainsi que les organisme subventionnés ???

  • Par carredas - 07/06/2012 - 08:59 - Signaler un abus @Lounghes

    "... Depuis le 15 mai la France a retrouver une sérénité qui nous a fait défaut durant 10 ans, à cause d'un individu qui a confondu politique et analyse psychiatrique..." Je ne sais pas trop ce que signifie "analyse psychiatrique" pour vous mais je parie que c'est une façon de mettre en doute l'équilibre mental du président sortant... seriez-vous un lecteur de Marianne ? ou un psychiatre ? Libre à vous de trouver que tout est merveilleux depuis l'arrivée de F.Hollande, pouvez-vous dire en quoi selon vous votre président normal devait absolument passer par décret cette mesure sur les retraites plutôt que d'attendre un vote du parlement ? "...Il n'y a pas plus légitime en démocratie que le suffrage universel directe..." dites-vous ? Et cette précipitation à passer par décret ne chiffonne pas le démocrate en vous ?

  • Par golvan - 07/06/2012 - 08:59 - Signaler un abus @anonymous@lounghes

    C'est amusant la réaction des enseignants aussitôt qu'on parle d'eux. Et Sarkozy est parti depuis bientôt un mois mais semble toujours occuper leurs pensées. Le sujet de l'article est l'identification des bénéficiaires d'une réforme des retraites effectuée dans l'urgence avant les élections législatives, et il apparaît que les instituteurs, gros bataillon d'électeurs socialistes, va retrouver grâce à cette mesure la retraite à 60 ans. Voilà, c'est tout. Et ça s'appelle tout simplement, en français ordinaire, du clientélisme. Mais la particularité du clientélisme socialiste c'est qu'il est toujours présenté sous la forme d'une avancée sociale. Quant à l'isf, le bouclier et les niches fiscales, on ne voit pas le rapport avec le sujet des retraites, car il existe d'autres clientélismes socialistes à comparer en dehors des retraites. Pour revenir au sujet des retraites, la pénibilité n'est jamais prise en compte en observant l'espérance de vie des populations concernées car elle entraînerait immédiatement l'élévation de l'âge de la retraite dans de nombreuses catégories de salariés du public et la disparition immédiate de tous les régimes spéciaux, tous liés au domaine public.

  • Par rouv07 - 07/06/2012 - 09:09 - Signaler un abus Et aussi les X

    Les anciens jeunes polytechniciens, élèves fonctionnaires à 19 ans souvent vont donc en profiter. Voila d'autres forçats du BTP méritants ayant souffert de rudes conditions de travail.

  • Par Anonymous - 07/06/2012 - 09:15 - Signaler un abus @golvan

    Je suis jeune, surement bien plus que vous, je finis mes études, je ne pense même pas bénéficier un jour d'une quelconque retraite, ma retraite si j'en ai une sera plutôt à 70 ans qu'à 60, et c'est la votre que je vais payer pendant des années, et que je finance déjà parce que je suis étudiant salarié. J'ai cessé de croire au père noël. Ce que je sais par contre c'est que l'hypocrisie est une valeur qui connait une croissance exponentielle inversement proportionnelle à celle de l'économie et du progrès social. Mais si vous trouvez que partir à la retraite après 41 ans d'annuité c'est du clientélisme, j'ai envie de vous dire que vous avez comme un problème. Je suis de droite, mais pas d'une droite folle et ultralibérale qui croit que c'est en exploitant les plus fragiles que le monde avance, je crois en la justice. Désolé. Je pense que la république française a une devise, et que dans cette devise il y a deux valeurs importantes: EGALITE et FRATERNITE, c'est ni de gauche, ni de droite, c'est juste la France. Et j'ai envie de vous dire, la France tu l'aimes ou tu la quittes, personne ne te regretteras! A bon entendeur

  • Par ISABLEUE - 07/06/2012 - 09:35 - Signaler un abus Comme d'habitude

    les fonctionnaires en première ligne;. le calcul sur les derniers 6 mois est-ce que cela change ?? les vrais travailleurs dans la pénibilité (BTP etc.) est-ce que cela change quelque chose pour eux... AH les décrets de la gauche des assistés n'ont pas finis de faire crever le privé. ca commence..

  • Par Karamba - 07/06/2012 - 09:39 - Signaler un abus Gauche totalitaire

    revancharde, clientéliste, irresponsable. Nous avons besoin d'une vraie opposition face à ces gougnafiers et nous avons l'opportunité de la construire dans les 10 jours à venir.

  • Par golvan - 07/06/2012 - 09:49 - Signaler un abus @anonymous

    Effectivement je ne suis plus étudiant depuis longtemps mais si j'ai compris votre point de vue sur la pénibilité du métier d'instituteur, vous semblez vous destiner à ce métier. Vous pourriez au passage vous dispenser de votre couplet ridicule sur "la France tu l'aimes ou tu la quittes" parce que lorsqu'on est étudiant on ne connaît pas encore grand-chose, en particulier au regard du niveau des études d'histoire en France. Et je me fous de savoir si vous êtes de gauche ou de droite. Le problème des retraites en France et ailleurs dans le monde est un problème économique lié à l'allongement de l'espérance de vie et à la diminution du nombre d'actifs face à l'augmentation du nombre de retraités: c'est tout. Et si l'on prend l'exemple des instituteurs c'est une catégorie qui a une grande espérance de vie, ce qui semble démontrer que la pénibilité de ce métier est limitée. Alors s'il faut travailler plusieurs années supplémentaires parce que l'équilibre des caisses de retraites l'exige, alors les instituteurs devront le faire, voilà tout. Et il n'y a aucune injustice sociale là-dedans. Dernier point: évitez l'agressivité du petit coq outragé: gardez vos forces pour la retraite.

  • Par jean-paul - 07/06/2012 - 10:26 - Signaler un abus hollande dit qu'il privilège les jeunes

    mais il les emmerdent complètement avec ses idées économiques...franchement il s'agit d'un peu d'arithmétique pour voir que cette réforme n'a pas de sens...les socialistes/communistes sont trop idéologiques pour pouvoir faire ça?!

  • Par Ravidelacreche - 07/06/2012 - 10:54 - Signaler un abus Retraite à 60 ans

    Génial, De temps en temps, il faut se reposer de ne rien faire. Jean COCTEAU

  • Par GOGO - 07/06/2012 - 11:36 - Signaler un abus touche pas à mon instit !

    ni à son camping-car !

  • Par ACL - 07/06/2012 - 12:00 - Signaler un abus Génial

    Débusquer les incohérences hollando-socialistes, c'est du bon Atlantico ! Cette mesure démagogique va diminuer le nombre de fonctionnaires mais augmenter le nombre de retraités de la fonction publique pour les quels la charge revient directement au budget de l'état. Les caisses complémentaires AGIRC et ARRCo seront soulagées

  • Par benj117 - 07/06/2012 - 13:07 - Signaler un abus bravo à Monsieur de Voogd!

    c'est pas tous les jours, mais on a parfois quelques bons articles sur Atlantico! Très utile et à diffuser en masse sur le net!

  • Par mateo62 - 07/06/2012 - 13:59 - Signaler un abus Normalité

    Cela commence sérieusement à me gonfler la "normalité" à tous crins anônnée en boucle. Ce positionnement marketing consistant à jouer (ou à feindre) d'être le contraire de Sarkozy est un peu "court" au vu des enjeux qui se profilent pour le pays. Cela fait plus de deux ans que le scénario de l'effondrement en cascade des pays de l'Union est connu, et le scénario se réalise bel et bien : la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Italie, maintenant l'Espagne, et le suivant est la France qui surfe pour quelques jours encore sa notation et les taux d'intérêt bas qui vont avec. Le nouveau gouvernement, normal ou pas (on s'en fout total), a cependant sorti le chéquier pour servir ses clientèles (pas plus, mais pas moins que le gouvernement précédent), et prépare une réforme fiscale pour financer les éternels et récurrents joujoux qu'affectionne le PS. C'est simple, à 49 ans, cela me rappelle totalement 1981. Et nos socialistes "normaux" de remettre en cause le statut d'autoentrepreneur, qu'un million de personnes ont choisi et qui marche, après les augmentations d'allocation, et la présente revisite de la retraite à 2 milliards d'euros l'addition immédiate pour les caisses agirc et arco. Help!

  • Par jerem - 07/06/2012 - 14:16 - Signaler un abus Quel article ! Belle desinformation orientée !

    1- Les francais ont élu un président avec un programme . On ne voit pas pourquoi il attendrait . Sauf a permettre des commentaires d'opposition comme "il ne pourra pas le faire" . 2- le fond du probleme etait la non transposition des mesures sur les carrieres longues lors de la réforme de 2010. on reculait de 2 ans l'age de la retraite sans faire suivre ce régime.On parlait tellement de justice que Woerth lui meme avait indique dans Cpolitique indiquait que cela rapportait 2 millliards (sur le seul dos de deux classes d'age). 3-concernant le prétendu clientelisme . Ainsi donc les jeunes des années 70 , se mettaient a travailler a 16,17ans puis n'envisageaient la question qu'a 20 ans ... Bien sur !!! Seuls les eleves fonctionnaires entamaient une carriere a 19 et 20 ans PITOYABLE !!! Sinon dans vos grande dénonciation pour mieux casser le systeme de retraite, RIEN A DIRE sur le choix politique qui donne des trimestres de cotisations aux femmes ayant eu des enfants alors meme que la durée des vie de femmes est de 8 années toujours supérieurs a celle des hommes ? 8 années de pension et de reversion en plus .... un article a nous faire ? entre 2 conseil des ministres de Bruxelles

  • Par sheldon - 07/06/2012 - 14:34 - Signaler un abus Urgence : la droite pouvait gagner et/ou découvrir l'injustice!

    On comprend mieux l'interdiction faite à Mme Touraine de venir à la chambre discuter du projet avec les députés UMP ! D'ailleurs électoralement la clientèle PS est : 1. les fonctionnaires, bénéficiaires cachés 2. la "diversité visible", alias les banlieues communautaristes 3. les quelques ouvriers qui n'ont pas encore compris que voter PS ne leur servait à rien (cf: clients 1 et 2 !)

  • Par jerem - 07/06/2012 - 14:34 - Signaler un abus Pour le clientelisme, il faut bien nettoyer devant sa porte

    la députée UMP valerie Boyer interrogeait le gouvernement sur l'application de la loi tepa qui permettait a des profs de classes préparatoire de passer en heures supplémentaires DES LA 11eme heure hebdomadaire, au point de permettre une défiscalisation annuel de 30.000 euros sur un revenu de 85.000. La réponse du gouvernement fut étonnante en période de rigueur : "Même si elle (la loi tepa) a pu se traduire, dans certains cas, par des effets d'aubaine significatifs, le Gouvernement n'envisage pas actuellement de mettre en oeuvre des mesures diminuant cette incitation." http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-83083QE.htm MAIS LE MONDE DE L'ENSEIGNEMENT VOUS CONNAISSEZ . Sciences PO a bien des profs de ce format, non? Faudra voir a nous parler dans les grandes largeurs des petits loupés antérieurs qui coutent quotidiennement aux finances.... Sinon les 66% des dons des particuliers a Fondapol , comme en pour l'IFRAP en déduction fiscale (l'etat étant généreux des impots a ne pas percevoir) ..... ca vous inspire quoi comme commentaire sur le clientelisme quand on retrouve Wauquiez et les classes moyennes (dossier d'enquete de Fondapol)

  • Par golvan - 07/06/2012 - 14:40 - Signaler un abus @jerem

    Bonjour à vous ô défenseur de l'intégrité des retraites de la fonction publique. Dans le fond ce que je reproche le plus aux intervenants de gauche sur le sujet des retraites c'est le refus absolu de la réalité comptable. Dès que l'on parle des retraites des salariés du public on est aussitôt attaqué sur des présupposés du genre "alors vous vous préférez Enron" ou bien "vous êtes des ultra-libéraux qui veulent livrer nos retraites aux assurances privées" ou bien encore et là c'est imparable " la droite veut démanteler l'héritage du conseil de la résistance". Bref c'est le Bien contre le Mal. Personnellement je me fous bien de savoir si Hollande est un bon président ou si c'était mieux avant. Je considère que le gouvernement précédent n'a effectué que des réformettes en regard des enjeux démographiques, par la peur de déclencher des grèves terribles dans la fonction publique, et que par conséquent il reste un énorme travail à réaliser pour pérenniser les retraites en France. Et le secteur public bénéficiant de privilèges inacceptables en regard de la justice sociale, il faudra tôt ou tard revenir dessus. Et le plus tôt serait d'ailleurs le mieux.

  • Par jerem - 07/06/2012 - 15:14 - Signaler un abus Alerte ! Tempête dans un verre d'eau : démonstration

    Ainsi donc le decret de la semaine aurait été pris pour des questions de clientelisme à l'endroit de profs fonctionnaires ? le regime de carriere longues a concerné, dans la mouture Fillon (debut àentre 14 et 17 ans) 110.000 personnes en 2006 et 40.000 en 2011. le decret doit bénéficier à 100.000 assurés. Les profs sont 850.000 dont 150.000 dans le privé. Ces braves gens ont connu un regime a 37.5 ans de cotisations . Donc a 100.000 par an .... pour pres d'un million de profs, on aurait fait le plein en 10 ans? Allons donc ! En raisonnant dans l'autre sens pour 1 million de profs sur 37 ans ca ferait 27000 par an ....ouhala ca c'est du clientelisme ou on s’y connaît pas ! A parrt cela, 100.000 bénficiaires pour 44 millions d’electeurs , ca va renverser la table. Mais le versement de la retraite au 1er du mois (donc tjrs tous les 30 jours) a 13 millions de retraités quand les cotisation sont payées par les entreprises le 5 du mois , c’est certainement de la justice rigoureuse non clienteliste. On attend l'article fourdroyant sur le clientelisme féminin. 8 ans d'esperance de vie en plus et pas un trimestre de cotisation supplémentaire ..51% de l'electorat

  • Par jerem - 07/06/2012 - 15:42 - Signaler un abus @golvan

    Cher Golvan, Vous devriez avoir la lecture plus précise des oeuvres de l'Ifrap (propositions pour 2012) et de Fondapol (les classes moyennes) comme de Thomas More (comparaison allemagne france) , toute trois sacrées d'utilité publique . Ca rale sur la dépense publique mais on crache pas sur l'avantage fiscal sur les dons. quand vous aurez fait la lecture croisée de ces 3 cercles de reflexion et recoupé avec le projet 2012 de l'ump , on en saluerait la synergie entre un programme et le sacre d’utilité publique obtenu entre 2003 et 2009. Mais nous sommes d'accord sur la necessite de faire des mises a plat. Le petit problème ce sont ces politiques qui expliquent au privé comme serrer la ceinture sans commencer eux-memes comme manager du public. Souvenez vous de la sequence "jours de carence" en cas d'arret (et non congesà maladie. Au lieu de commencer par mettre de l'equilibre privé public, cela commenca avec un jour en moins pour le privé qui en avait deja 3. Et le score final est de 4 a 1 Cela vaut a droite comme a gauche. Le PS et le bouclier fiscal qui coutait 15 milliards cela devenait insupportable comme Russo debord et le programme PS a 250 milliards.

  • Par carredas - 07/06/2012 - 16:30 - Signaler un abus Le président normal pressé...

    "...Les francais ont élu un président avec un programme . On ne voit pas pourquoi il attendrait..." Par exemple, il pourrait attendre d'avoir une majorité parlementaire pour le mettre en place, où est l'urgence ?

  • Par sud deux sèvres - 07/06/2012 - 16:59 - Signaler un abus bien ciblé

    Un billet que je partage totalement! Une vraie démonstration ,étayée par des faits et des arguments difficilement contestables ! je n'ai rien contre les enseignants ou les fonctionnaires de l'éducation Nationale en position détachée....il y en aurait quand même un peu trop sur les sièges de l'Assemblée Nationale!!!

  • Par DEL - 07/06/2012 - 17:06 - Signaler un abus Il voit cela de sa fenêtre...

    C'est mal connaître les conditions de vie de ce pays que de croire que les gens vont partir en retraite comme cela, d'un seul coup. Autour de moi, je connais beaucoup de gens qui iront beaucoup plus loin que l'âge légal, tout simplement pour des questions de moyens financiers. Personnellement, je pourrais partir maintenant et je ne le fais pas, pour les mêmes raisons. Votre connaissance du citoyen lambda n'est que théorique et vous ignorez à peu près tout des conditions de vie réelles, d'où les énormités, parfois incantatoires ou éructantes, que l'on lit sur le site.

  • Par golvan - 07/06/2012 - 17:11 - Signaler un abus @jerem

    Le problème majeur des retraites en France est la profonde inégalité de traitement entre les privilégiés du système en place et les autres. Par privilégiés il faut entendre ceux qui continuent de percevoir des sommes considérables à la retraite alors qu'un système par répartition, qui repose sur la solidarité des actifs, ne devrait pas servir à continuer d'enrichir certains retraités qui en toute logique ont déjà atteint l'âge de la retraite avec une certaine aisance. La remise à plat du système devrait prendre en compte ce simple rappel sur la finalité d'un système de retraite qui n'a pas vocation à entretenir les inégalités sociales. Et bien évidemment les politiciens, comme vous le dites, ne veulent pas réformer en ce sens de peur qu'on s'intéresse de trop près à leurs propres privilèges, de même pour les militaires etc...Du point de vue de la logique sociale, la réforme des retraites au Canada me paraît plus juste que la nôtre mais les blocages y étaient sans doute moins forts que chez nous. J'aspire à une réforme juste pour la France mais j'avoue être très pessimiste face aux corporatismes conservateurs. Peut-être la pression de l'Europe contraindra-t-elle à une bonne gestion

  • Par jerem - 07/06/2012 - 22:34 - Signaler un abus @golvan

    Je vais être en accord sur la poursuite des mises a plat mais en total desaccord sur le moyen : le forcing européen. Comme pour le traite européen de 2005 qui était la perle qui devait remplacé le traité de nice , on nous enfile les perles par l'europe. La nebuleuse des accords entre les politiques des differents pays ET LE CONTINUEL REFUS DES MEDIAS de faire une information EUROPEENNE dénote de la volonté de l'embrouille. on nous parle des faits divers mais des politiques eco et sociales des 27 pays , que neni. Ah si on va nous parler pologne pour cause d'EURO2012.... Le CSA vient de d'attibuer 6 nouvelles chaines TNT. Le pdg de M6 est pas comptant parce qu'il n'a pas eu sa chaine de tele achat .... Vous avez vu une proposition pour une chaine d'information européenne , comme EURONEWS ? RIEN. Les chaines parlementaires, dans leur début, retransmettaient les débats pour la plus grande part de leur grille. Aujourd'hui on ce sont les nieme chaines d'infos avec des 1/4 h entiers sur des petites phrases. OU EST L'INFORMATION pour faire participer chacun a une reflexion ? et on nous parle d'abandonner encore de la souveraineté a l'aveugle !

  • Par guigou - 07/06/2012 - 22:51 - Signaler un abus Pas tous les instituteurs concernés

    A partir de 1985, le recrutement s'est fait post DEUG. Les instituteurs et Professeurs des écoles recrutés après cette date ne seront pas concernés. Mais où est le problème ? Les salariés qui se font offrir quelques mois ou années de formation interne rémunérée doivent-ils voir ce temps décompté de leurs cotisations ? Ils n'ont pas "travaillé" pendant cette période. Il est inutile de faire du clientelisme auprès des enseignants, 10 ans de lessivage UMP les ont définitivement fachés avec la droite.

  • Par vangog - 08/06/2012 - 00:09 - Signaler un abus @guigou Je ne savais pas que les enseignants votaient en

    proportion des cadeaux faits par un gouvernement, car je pensais que les enseignants avaient de vraies convictions politiques, hormis ces "cadeaux" électoraux qui ont fleuri à gauche durant les trente dernières années. Mais je parle peut-être d'un temps que les moins de vingt ans...

  • Par Mani - 08/06/2012 - 05:52 - Signaler un abus @anonymous

    "Franchement je préfère le clientélisme qui profite au plus grand nombre que le clientélisme des happy few; Bouclier fiscal Suppression de l'ISF Niche fiscale... Tout ça ce n'était pas du clientélisme peut être?" Hmm... admettons pour le bouclier fiscal... Mais pour le reste, vous parlez très visiblement de choses que vous ne connaissez et ne comprenez absolument pas ! L'ISF n'a pas été supprimé ! Quant à "niche fiscale", vous voulez sans doute parler des niches fiscales au pluriel... savez-vous au moins de quoi il s'agit ? Il s'agit d'encourager l'investissement direct dans des domaines stratégiques définis par l'Etat, où il est calculé qu'une intervention directe de l'Etat coûterait plus cher et serait moins efficace qu'un investissement privé direct. Autrement dit, ce n'est pas de l'argent économisé par le contribuable mais dépensé ! Simplement, il est investi directement au lieu de passer par l'Etat, c'est tout. Il est parfois utile de se renseigner avant de répéter docilement des choses entendues ailleurs.

  • Par Anonymous - 08/06/2012 - 09:02 - Signaler un abus Cher Mani

    Merci je sais de quoi je parle, l'ISF n'est pas supprimé, mais a été drastiquement réduit pour se concentrer sur les plus riches des plus riches mais en supprimant le bouclier fiscal, ce qui en réalité n'allait rien rapporter à l'Etat étant donné l'optimisation fiscale (Holdings dans les paradis fiscaux, niches fiscales) pratiquées par les ultra-riches comme Liliane Bettencourt. Allez voir ceci par exemple: http://mobile.sicavonline.fr/index.cfm?action=m_actu&ida=481123 Quand aux niches fiscales qui favorisent l'investissement, vous devez parler de la niche fiscale pour l'exploitation de domaine forestier, où celle pour construire des villas dans les Dom-Rom (Girardin)? Sans parler du dispositif Robien dans l'immobilier... Allez donc voir cela: http://www.sudouest.fr/2012/02/09/la-fraude-et-les-niches-fiscales-se-portent-bien-628725-4768.php Maintenant Monsieur, sachez que la docilité se trouve aussi chez vous, chien de garde des niches fiscales...

  • Par Grwfsywash - 08/06/2012 - 12:58 - Signaler un abus Sans être malpoli! ...non plus.

    @ Anonymous - 07/06/2012 - 08:06 Vous citant "...vous pouvez tous vous le mettre où je pense" Dont acte. Merci de cet éclairage sur l'origine de votre pensée!

  • Par Grwfsywash - 08/06/2012 - 13:18 - Signaler un abus Bis repetita ne placent pas toujours.

    @ Anonymous - 07/06/2012 - 09:15 Vous citant de nouveau: "Et j'ai envie de vous dire, la France tu l'aimes ou tu la quittes, personne ne te regretteras! A bon entendeur" Est-ce bien sûr? Le diriez-vous à un "djeune" qui siffle l'hymne national au Stade de France? Désolé de vous référer à mon précédent commentaire à votre propos.

  • Par adieux - 08/06/2012 - 15:12 - Signaler un abus passeport

    vous inquiétez pas à droite, quand ils passent à la retraite les fonctionnaires deviennent des militants de l'UMP des plus farouches. les babyboomer sont la calamités de l'humanité occidental et du japon.

  • Par vangog - 08/06/2012 - 21:09 - Signaler un abus @Anonymous si l'ISF et le bouclier fiscal ne devaient "rien

    rapporter à l'état" comme vous l'affirmez avec une naïveté consternante, pourquoi l'ISF a t'il rapporté 4.46 ME en 2011, ce qui est un record et malgré la suppression de sa première tranche? (1998: 1,69 ME; 2007:3,07; 2009:3,29 ME; 2011;4.46 ME). Peut-être, parce que, avec les médias gauchistes bêlants et sarkophages, vous refusez d'avouer que les réformes de Sarko ont atteint leur but: redistribuer la fiscalité confiscatoire vers les investissemnts productifs et éviter la fuite des évadés fiscaux. Ah, idéologie, quand tu nous tiens!...

  • Par jo bat - 10/06/2012 - 20:57 - Signaler un abus aer

    tu parles de social..sarko social pour les riches..hollande social pour les fonctionnaires..Qui vas faire du sociale pour les ouvriers du bâtiment pas bayrou en tout cas il a perdu son tracteur...remettre l'allocation équivalent retraite aurait été mieux..le retour des "Misérables" qui bosse, qui trinque c'est nous les gars du bâtiment...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences Po. Il est également formateur accrédité en "political speechwriting" au secrétariat général du Conseil des ministres européens à Bruxelles.
 

Il est l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€