Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le retour en grâce du gras ? Les régimes basés sur le beurre et le fromage pourraient améliorer votre santé

Viande, produits laitiers, etc. : autant d'aliments riches en acides gras saturés dont la consommation pourrait réduire la pression artérielle, la glycémie, le risque de maladies cardiaques, et favoriser la perte de poids selon une récente étude conduite par le professeur associé à l'université de Bergen (Norvège), Simon Dankel.

Miam !

Publié le - Mis à jour le 3 Mars 2017
Le retour en grâce du gras ? Les régimes basés sur le beurre et le fromage pourraient améliorer votre santé

Atlantico : Une étude publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition a révélé une perte de poids chez un groupe d'hommes d'âge moyen, en surpoids, ayant adopté un régime riche en aliments à base d'acides gras saturés et pauvre en aliments riches en glucides.

Une réduction de la pression artérielle, du risque de maladies cardiaques, et de la glycémie ont également été observées. Quels sont effectivement les bienfaits connus sur notre santé de ces acides gras saturés ? Dans quels aliments sont-ils contenus ? 

Guy-André Pelouze : Dans cette étude, les patients ont été répartis au hasard dans deux groupes : un groupe qui a consommé un régime riche en gras puisque la ration alimentaire était de 50 grammes de sucres, 90 grammes de protéines et 170 grammes de gras. Dans l'autre groupe, les patients ont consommé 275 g de sucres, 90 grammes de protéines et 70 grammes de gras. Dans les deux groupes, la ration alimentaire a été de 2 091 calories par jour alors que le groupe régime riche en gras partait d’une ration calorique de 2 864, et l’autre de 2 541 calories par jour. L’étude a duré trois mois. Elle est aussi intéressante car le protocole prévoyait de limiter au maximum les produits très transformés, d’éviter les acides gras trans et de limiter aussi les huiles végétales riches en acides gras oméga 6 comme le tournesol, le carthame, le maïs. La consommation de fruits et de légumes a été pour les deux groupes supérieure ou égale à 500 grammes par jour.

Il s'agit bien sûr d'une seule étude qui devra être confirmée, et surtout prolongée dans le temps, pour tirer des conclusions au sujet d’un régime à long terme. Ce travail présente pourtant un intérêt majeur car il s'agit d'une étude comparative avec distribution des patients dans les deux groupes au hasard. De surcroît,  les deux groupes de patients ont consommé les mêmes aliments qui leurs étaient fournis mais dans des proportions différentes au point de vue des nutriments. Ces études, même si le nombre de patients est limité, sont beaucoup plus significatives que les grandes études observationnelles où on essaie de déduire de certaines corrélations des causes concernant des maladies. En effet, dans une étude observationnelle, les aliments sont différents et leur composition seulement approchée : ainsi, de nombreux biais peuvent se glisser, et au final les corrélations ne sont que des pistes mais pas des preuves.

Le principal résultat de cet essai norvégien est qu’un régime qui diminue les calories,  mais riche en graisses saturées,  n’est pas inférieur à un régime riche en sucres pour diminuer la graisse viscérale (celle qui se trouve dans le ventre et augmente le tour de taille). De même, pour les autres paramètres comme les triglycérides, la sécrétion d’insuline, l’hémoglobine glyquée et l’insulinorésistance, le régime riche en graisses saturées est aussi efficace. Pour autant,  il faut rappeler que dans ce régime,  la quantité de sucres (amidons, sucres simples) est très réduite.

Dans le régime traditionnel français, les graisses saturées sont présentes dans les viandes, les fromages, la crème fraîche et le beurre (voir ici). Les graisses végétales riches en acides gras saturés (palme ou coco) sont peu utilisées en France comme graisses de cuisson mais sont présentes dans les produits industriels. A ce sujet,  il faut rappeler que ces graisses sont parfaitement saines à condition de ne pas avoir été partiellement hydrogénées. Cette transformation, dont les effets sur la santé humaine ont été longtemps ignorés, conduit à la formation d’acides gras trans qui sont fortement athérogènes. Les personnes qui consomment beaucoup de produits industriels, comme les viennoiseries ou les biscuits, peuvent ingérer des quantités significatives d’acides gras trans.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 03/03/2017 - 13:48 - Signaler un abus A propos de l'orthodoxie des recommandations

    Salim Yusuf qui est un des cardiologues épidémiologistes les plus en vue à déclaré: Greater fat intake (even saturated fat) was protective More carbohydrates were harmful Higher fat dairy was beneficial Saturated fat from meat was neutral More vegetable intake wasn't any better Voilà Et bien sûr combien d'articles vont être écrits par des personnes peu averties en répétant comme un leitmotiv que les graisses saturées sont dangereuses.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guy-André Pelouze

Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.

Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€