Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Austérité budgétaire : ce moment fatidique où les Etats ont jeté leurs manuels d'économie

Le prix Nobel d'économie Paul Krugman s'insurge contre les politiques d'austérité mises en œuvre actuellement par les élites mondiales, notamment en Europe. Extraits de "Sortez-nous de cette crise... maintenant !" (2/2).

Perte de contrôle

Publié le

Au cours des mois d’épouvante qui ont suivi la chute de Lehman Brothers, à peu près tous les grands Etats ont convenu qu’il fallait enrayer l’effondrement brutal de la dépense privée, et ils ont usé de mesures budgétaires et monétaires expansionnistes – plus de dépenses, moins d’impôts et une large émission de monnaie – pour limiter la casse. Ils suivaient en cela les recommandations des manuels, et appliquaient les leçons durement apprises de la Grande Dépression.

Mais en 2010, une chose curieuse s’est produite : le gros de l’élite mondiale des décideurs – les banquiers et les fonctionnaires du Trésor qui façonnent l’opinion commune – a décidé de jeter aux orties les manuels et les leçons de l’histoire et déclaré que tout ce qui était blanc serait noir.

C’est-à-dire qu’il est soudain devenu de bon ton d’appeler à la réduction des dépenses, à l’augmentation des impôts et à la hausse des taux d’intérêt malgré le chômage de masse.

Et quand je dis soudain, je pèse mes mots : la prépondérance des partisans de l’austérité immédiate – les « austériens », pour reprendre le joli surnom que leur a trouvé l’analyste financier Rob Parenteau – était déjà largement assise dès le printemps 2010, quand l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a émis son rapport sur les perspectives économiques. L’OCDE est un groupe de réflexion établi à Paris et financé par un club d’Etats développés, ce qui explique que son nom soit souvent utilisé pour désigner l’ensemble du monde économiquement avancé – l’adhésion y est plus ou moins synonyme de statut économique. Il s’agit donc par définition d’une institution marquée par les conventions, où chaque document se négocie paragraphe par paragraphe pour éviter de froisser tel ou tel participant de haut rang.

Et au printemps 2010, quel conseil croyez-vous qu’ait donné à l’Amérique ce façonneur d’opinion commune, alors que l’inflation était faible, le taux de chômage très élevé et les coûts de l’emprunt public proches d’un plancher record ? Il fallait que l’Etat américain s’emploie sans délai à réduire son déficit budgétaire et que la Réserve fédéral relève radicalement les taux d’intérêt à court terme avant la fin de l’année.

Par bonheur, les autorités américaines n’ont pas suivi ce conseil. Il y a bien eu un peu de resserrement budgétaire « passif » à mesure que la relance Obama s’estompait, mais contentée de maintenir les taux d’intérêt bas ; elle s’est lancée dans le programme d’achat d’obligations avec l’espoir de donner un peu plus de vigueur à la reprise. En Grande-Bretagne, en revanche, les urnes ont confié le pouvoir à une coalition de conservateurs et de libéraux-démocrates qui a pris les recommandations de l’OCDE au pied de la lettre et imposé un programme de coupes préventives dans les dépenses publiques, malgré le fait que le pays, à l’instar des Etats-Unis, affrontait à la fois un fort taux de chômage et de très faibles coûts d’emprunt.

Pendant ce temps, sur le continent européen, l’austérité budgétaire faisait rage – et la Banque centrale européenne entreprenait début 2011 de relever les taux d’intérêt, malgré la profonde dépression qui affligeait l’économie de la zone euro et l’absence de toute menace convaincante d’inflation.

Mais l’OCDE n’était pas seule à exiger des restrictions monétaires et budgétaires malgré la dépression. D’autres organismes internationaux s’y sont mis, comme la Banque des règlements internationaux (BRI) établie à Bâle ; de même que d’éminents économistes comme Raghuram Rajan, de Chicago et des voix influentes du monde des affaires comme Bill Gross, de Pimco. Et en Amérique, les ténors républicains se sont emparés de toute la panoplie des arguments en faveur de l’austérité pour appuyer leur propre revendication de réduction des dépenses et de raréfaction du crédit. Evidemment, il y a bien eu quelques individus et organisations pour ne pas suivre la tendance – fait particulièrement notable et gratifiant, le Fonds monétaire international a persisté à préconiser ce qui m’apparaissait comme une politique saine. Mais je crois qu’il n’est pas injuste de dire qu’en 2010-2011, ceux que j’appelle les Gens Très Sérieux, pour reprendre l’expression de l’animateur de blog Duncan Black – ces personnes dont l’opinion est tenue en haute estime par les individus influents et respectables – ont très nettement basculé dans l’idée que l’heure des restrictions avait sonné, malgré l’absence de quoi que ce soit qui puisse ressembler à un rétablissement complet après la crise financière et ses conséquences.

Que cachait ce basculement soudain du discours politique ? En fait, il y a deux façons de répondre à cette question : on peut choisir de se pencher sur la substance des arguments avancés en faveur de l’austérité budgétaire et de la restriction monétaire, ou alors chercher à comprendre les motivations de ceux qui ont mis tant d’entrain à se détourner de la lutte contre le chômage.

______________________________________________

Extrait de "Sortez-nous de cette crise... maintenant !" chez Flammarion (5 septembre)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ghislfa - 09/09/2012 - 11:26 - Signaler un abus Donc...

    achetez mon bouquin. CQFD

  • Par Satan - 09/09/2012 - 12:14 - Signaler un abus Moi j'ai compris que l'économie française

    n'allait pas le jour où je me suis rendu compte que Quick était propriété de l'état Français (pays qui rappelons le est celui de la gastronomie) et que ce même état fournissait des profs fonctionnaires gratuitement aux établissements scolaires privées catholiques, en plus de les subventionner à plein régimes (alors qu'on ai sois-disant dans un pays laïque).

  • Par troiscentsalheure - 09/09/2012 - 14:32 - Signaler un abus Krugman, l'ami des banquiers ?

    Quand on n'emprunte pas on n'a pas à rembourser des intérêts. En France le plus gros poste de dépense de l'Etat c'est le remboursement des intérêts. Le budget de la France n'est plus équilibré depuis 1974. Obama a augmenté la dette des Etats-Unis de 5000 milliards (quatre fois le montant de la dette de la France). La relance par la dépense publique c'est ce que nous faisons depuis 30 ans. Le remboursement des intérêts a coûté à la France 1306 milliards d'euros pour la période 1980 -2008. 1306 milliards c'est à peu près le budget de l'Etat.

  • Par circulez - 09/09/2012 - 14:43 - Signaler un abus Attention, grave!

    Nous sommes, au niveau international, sous la coupe des banques qui offrent les services de "gestion de fortune". Lisez plutôt "évasion fiscale". Là, vous commencez à comprendre. Ceci signifie que chaque état peine à boucler ses budgets et particulièrement en ce moment, du fait de la faiblesse des rentrées fiscales. Vous aurez un bon aperçu du scandale en lisant "Ces 600 milliards qui manquent à la France" sorti en mars 2012. Mais oui, ça vient de sortir! Et dire qu'on me casse les bazaquettes pour un montant ridicule que j'ai "caché" à l'administration fiscale tatillonne à mon égard de modeste retraité, rendez-vous compte! Donc, solutions: 1-(si cela est possible) éradiquer les paradis fiscaux(lointains, géographiquement, et les européens eh! oui!) 2- ratiboiser sec l'appareil de l'état (une chambre suffit, un peu moins de représentants du peuple (qui mènent un train de vie de nababs, mais pourquoi?) que nous nourrissons trop grassement, pendant que beaucoup de petites gens tirent la guignore. Il faudra, immanquablement que cela survienne. Cela na peut plus durer. Trop c'est trop. Et ce n'est pas propre.

  • Par boblecler - 09/09/2012 - 15:37 - Signaler un abus Il a raison pour économiser

    Il a raison pour économiser il faut déjà gagner de l'argent et on ne le fait pas car l'auteur oublie les accords bilatéraux de libre échange ou l'omc avec les accord sur les matières premières avec le Brésil et le maroc, celui avec la Chine qu'il faut combattre et il faut virer l'incompétent de barroso avec flattulance!!!

  • Par Superchon - 09/09/2012 - 18:38 - Signaler un abus Krugman aime bien les chiffres

    Il aime si bien les chiffres qu'il peut leurs faire dire n'importe quoi. Ce monsieur n'est pas très rigoureux et est connu pour trafiquer la réalité à son avantage. Méfiez-vous de ses conseils. http://ow.ly/dzLcV http://ow.ly/dzLfN

  • Par Benvoyons - 09/09/2012 - 23:21 - Signaler un abus Paul Krugman et pourquoi vous ne feriez vous pas une erreur

    de raisonnement????? Because votre prix Nobel? L’histoire économique prouve que les certitudes ne font pas bon ménages avec l'économie. La relance américaine ne relance rien elle tourne dans le vide. La méthode européenne est basé sur le changement des coûts de structures des États en Europe et une réduction des charges sur les entreprises pour obtenir une réduction de la dette et réduire les pertes industrielles. La différence avec 1929: il y a beaucoup plus de pays participants à l'économie mondial et le monde ne dépend pas seulement des USA. Il y a plusieurs pays qui restent avec des 8 à 10% par an de dynamiques. Donc l’Europe peut rester encore sur 3 ans dans une phase de réduction de la dette et de la phase de transformation de ses coûts industriels. Ce qui a été une erreur en 1929 ne l'est pas aujourd'hui et je dirais même que les USA ont tord. En 1929 il y a eu une erreur provoquant une monstrueuse récession, cela ne veut pas dire qu'à chaque problème économique la relance est la solution, et pour l'Europe sûrement pas à part notre Nain Pays Bas il n'y a personne pour relancer avec de la dette des États.

  • Par Inconnu - 10/09/2012 - 09:24 - Signaler un abus Paul Krugman ?

    Et prix Nobel ! Pas clair, cet économiste (Il a quelque chose à vendre !) Quelle "démonstration" brouillonne : pourquoi veut-il emberlificoter son public ? Bidonnage pour un appareil bancaire ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Krugman

Professeur émérite de l'université de Princeton, Paul Krugman est un économiste américain qui a obtenu le prix Nobel d'économie.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont "Sortez-nous de la crise... maintenant !" chez Flammarion.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€