Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Républicains, En Marche, ou PS... pourquoi les européennes seront des élections à haut risque pour tous les partis

Dans 9 mois, les Européens devront élire de nouveaux députés. Mais les problèmes pour les partis pourraient intervenir avant même d'avoir à mettre un bulletin dans l'urne...

Déjà décisif

Publié le
Républicains, En Marche, ou PS... pourquoi les européennes seront des élections à haut risque pour tous les partis

 Crédit FREDERICK FLORIN / AFP

Atlantico : Les élections européennes se tiendront au mois de mai 2019. Si certain comme la France Insoumise (FI) et Europe Écologie Les Verts (EELV) ont déjà leurs listes, certains semblent avoir plus de mal à se décider. C'est le cas de Républicains (LR) et du Parti socialiste (PS) notamment. L'un doit avancer avec les propos relativement eurosceptique de son leader Laurent Wauquiez, l'autre peine à exister politiquement. Pourquoi les candidats aux Européennes ont-ils du mal à émerger dans ces partis ? 

Christophe Bouillaud : Dans les deux cas, pour ces deux partis de gouvernement, il y a deux problèmes à résoudre. 

Premièrement, aussi bien le PS que LR ont une ligne ambigüe sur les affaires européennes.

Leurs dirigeants depuis les années 1990 sont en pratique des participants loyaux aux majorités politiques qui gèrent l’UE, mais leurs électorats respectifs restent divisés sur la question européenne. De fait, il existe du coup un espace pour des minorités de dirigeants dans chaque parti prêts à en profiter pour s’affirmer contre leurs pairs mieux placés, ou bien des partis proches par l’idéologie jouant cette critique de l’Europe pour concurrencer le bloc dirigeant du parti principal. LR doit ainsi ne pas oublier qu’il existe DLF, et le PS doit affronter sur ce terrain européen les Insoumis et aussi Génération(s) de B. Hamon.

L’euroscepticisme affiché de L. Wauquiez complique ce schéma classique, dans la mesure où cette fois-ci c’est le chef des LR lui-même qui prétend jouer le jeu habituel de la minorité et des concurrents. Cela revient à sortir de cette ambiguïté, et l’on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment quand on veut rassembler. Certes, en préemptant les thèmes des eurosceptiques de droite, il pense contrer leur concurrence. Mais il risque de perdre des électeurs au profit de LREM. De fait, toute une partie des Républicains ne veut surtout pas être limité à l’euroscepticisme de peur de perdre les électeurs centristes et libéraux. Symétriquement, la situation est la même au PS, où « l’Europe sociale » est le Godot qu’on attend vainement depuis les années 1970, et que les duettistes de la France insoumise et de Génération(s) proposent de nouveau aux électeurs de gauche sous une forme prétendument durcie (« plan B », etc.)

Deuxièmement, au-delà de la question de la ligne politique à adopter, il y a le rôle de l’élection européenne comme test de popularité pour celui qui la mène. Avec le retour de la circonscription nationale unique, la tête de liste sera très exposée, et elle sera rendue responsable du succès ou de l’échec du parti. Les deux leaders de LR et du PS sont installés de manière fragile à la direction de leurs partis respectifs. Ils ne peuvent donc pas se permettre un échec électoral qui rouvrirait le jeu. Il faut donc, par prudence, envoyer des seconds couteaux à la bataille, mais, là encore, le risque est que ces remplaçants se révèlent si nuls que leur nullité soit tout de même imputée à la direction. Le PS en particulier manque d’une tête de liste crédible, et certains chevaux de retour qui proposent actuellement leurs bons et loyaux services risquent d’emmener le PS par le fond. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 07/08/2018 - 08:56 - Signaler un abus Pour la démocratie, ne votez pas !

    "Les Européens devront élire de nouveaux députés" ? Il n'y a aucune obligation ! Et s'il devait y en avoir une, ce serait de mettre un terme à cette mascarade européenne.

  • Par Ganesha - 07/08/2018 - 09:25 - Signaler un abus Fan-Club

    Il y longtemps que j'ai compris : Atlantico est la feuille de chou qui regroupe le fan-club des Ripoublicains ! Ceci explique le caractère surréaliste et grotesque de cet article, qui essaie de rêver à d'autres perspectives que celles qui attendent un parti complètement discrédité par l'échec retentissant des décennies qu'il a passé au pouvoir. Sans oublier les innombrables scandales de corruption ! Bon amusement jusqu'au 26 Mai 2019 : après, il faudra ouvrir les yeux, et regarder la réalité en face !

  • Par vangog - 07/08/2018 - 10:13 - Signaler un abus La science-pipologie dans toute son impuissance, c’est Bouillaud

    Cet idéologue biberonné au très vieux lait marxiste, n’est même pas capable d’évoquer le seul parti qui gagnera -encore- les élections européennes. Hé ho, Bouillaud! Ce n’est parce que tes juges rouges nous ont volé tout notre argent (vieille méthode marxiste de musellement des opposants ...) que les patriotes RN ne gagneront pas les élections. Le projet d’Europe des Nations est le seul projet viable pour l’Europe, pour se débarrasser des technocrates, de la CEDJ, de la CEDH, des lobbyistes du capitalisme de connivence avec la gauche, pour restaurer l’identité européenne et les frontières de l’Europe...on parie, Bouillaud?...

  • Par zen-gzr-28 - 07/08/2018 - 12:04 - Signaler un abus Notre nation délaissée

    par le super pro européen, de plus en plus isolé, ces élections vont mobilisées les abstentionnistes ?

  • Par Allegro - 07/08/2018 - 15:51 - Signaler un abus les commentaires reflêtent l'aspect biaisé de l'auteur

    Et parfois la folie douce ou juste haineuse du commentateur. C'est mignon de vouloir faire vivre Hamon (pour tuer le PS) et le mythe de l'europhobie de tous, sauf du messie fils de dieu (i.e. Benalla).

  • Par Anouman - 07/08/2018 - 17:26 - Signaler un abus Calcul

    C'est embêtant ces partis qui hésitent: si je dis cela je perd à droite je gagne à gauche mais si je dit ceci c'est le contraire. Il est quand même plus simple d'avoir des convictions et de s'y tenir. Un avion à géométrie variable peut être plus efficace dans différentes circonstances mais plus compliqué à mettre au point et entretenir. Et je ne vois pas ce que Trump vient faire là-dedans.

  • Par SD.. - 08/08/2018 - 02:47 - Signaler un abus On prend les paris ?

    Abstention : moi je dis supérieure à 70%!

  • Par cloette - 08/08/2018 - 10:45 - Signaler un abus paris

    tendance LR en tête ( car euro sceptique)

  • Par kelenborn - 08/08/2018 - 11:31 - Signaler un abus Pauvre Bouillaud

    Il se fait taper dessus à la fois par Vangode et Ganesha! faut le faire!!! Pourtant, c'est vrai que ce qu'il raconte ou rien c'est la même chose! Pas certain qu'une participation faible favorise Manuléon! Pour les électeurs déçu c'est un bon avertissement sans trop de frais! Par ailleurs, il n'y a , pour l'heure aucun espace sérieux entre le RN et Macron sur la droite, entre LFi et Macron sur la gauche...le drame du PS est consommé depuis longtemps, celui de Wauquiez est plus récent

  • Par kelenborn - 08/08/2018 - 11:33 - Signaler un abus ????

    paris tendance LR en tête ( car euro sceptique) dommage que ne serait plus la

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€