Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 14 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Répression des Ouïgours : les Etats-Unis montrent les dents à la Chine sur la question des droits de l’Homme

L'administration américaine réfléchit à l'idée de sanctionner La Chine en réponse à la politique menée par Pékin à l'encontre la communauté ouïghour.

Géopolitique de la sanction

Publié le
Répression des Ouïgours : les Etats-Unis montrent les dents à la Chine sur la question des droits de l’Homme

 Crédit OZAN KOSE / AFP

Atlantico : L'administration américaine considérerait l'opportunité de sanctionner La Chine en réponse à la politique menée par Pékin à l'encontre la communauté ouïghour. Cela serait une des premières mesures prise par cette administration en matière de violation des droits de l'homme. Comment interpréter cette inflexion de Washington ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Cette inflexion de la politique étrangère américaine n’est pas seulement déterminée par l’opportunisme prêté à l’Administration Trump. « Des membres du Congrès ont demandé au secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, et au ministre des Finances, Steven Mnuchin, d’imposer des sanctions à sept hauts fonctionnaires chinois », affirmeThe New York Times (Edward Wong, « U.S.

Weighs Sanctions Against Chinese Officials Over Muslim Detention Camps », 10 septembre 2018). De fait, sources d’information et rapports officiels appellent l’attention sur la situation des Ouïghours au Turkestan (cf. question 2). Au préalable, rappelons les données de la question. D’ethnie turco-musulmane, les Ouïghours sont quelque 11,5millions, répartis dans le Sin-Kiang (Xinjiang), une région à la périphérie nord-ouest de la Chine, mais la question implique aussi l’Asie centrale, autrefois soviétique. Vaste territoire, le Sin-Kiang (1,6 million km²) comprend un total de 23 millions d’habitants et le transfert de populations d’ethnie Han donne aux autorités chinoises les moyens de le siniser. A bien des égards, cette région a un caractère stratégique et Pékin entend en renforcer le contrôle politico-militaire. Dans cette situation géopolitique entremêlée, il faut reconnaître aux populations d’ethnie turque le privilège de l’antériorité ; la présence de tribus ouïghoures est très anciennement attestée. Jusqu’au VIe siècle après J.-C., les espaces centre-asiatiques sont dominés par des peuples indo-européens (Scythes, Tokhariens et Sogdiens). C’est alors que des nomades Türük, issus de l’Altaï, font irruption dans l’Histoire. Au VIIIe siècle, les clans Türük sont éclipsés par les Ouïghours. Ceux-ci sont à leur tour marginalisés par les Arabes de Transoxiane à l’ouest, les Chinois à l’est. En 751, à Talas, les Arabes battent les Chinois qui se replient alors, laissant place aux Ouïghours. Ces derniers fondent un « empire » dont le territoire correspond à peu près à la Mongolie actuelle. Cet « empire des steppes » s’effondre en 840. De nombreux Ouïghours trouvent refuge dans les oasis situées au sud des monts Tian-Chan (les Monts célestes). C’est bien plus tard, aux XVIIe et XVIIIe siècles, que les Chinois conquièrent le Turkestan oriental, qu’ils nomment le « Xinjiang » (« nouvelle frontière »). Le discours chinois se réfère à cette époque afin de légitimer l’actuelle domination de Pékin sur le Sin-Kiang, mais il fait l’impasse sur la longue histoire de cette région.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 15/09/2018 - 14:17 - Signaler un abus Et les Tibétains? Ça fait quarante ans qu’ils sont persécutés

    par les socialistes chinois (les copains idéologiques de Mosco-le-peureux...). La population de Lhassa a été presque entièrement déportée dans les camps de la mort socialistes, et remplacée par des fascistes chinois-de-souche ...parmi les zélites bien-pensantes, personne ne s’en est ému ...par proximité idéologique avec le socialisme, sans doute?...

  • Par philippe de commynes - 15/09/2018 - 19:30 - Signaler un abus Et à quand des sanctions contre l'arabie séoudite ?

    (pour la répression intérieure, pour la sanglante guerre au Yemen) Non, je plaisantes, il faut vraiment être très naïf pour croire à la posture droitdelhommiste des Usa ( ou alors de très mauvaise foi ...) Mais le plus incroyable est encore de pouvoir nous pondre un tel pensum sur les Ouigours et la Chine en réussissant à ne pas parler du parti islamique du Turkestan ( terroristes ouigurs) allié à Al-qaeda ( al nosra et d'autres acronymes encore) fortement présent dans l'enclave d'Idlib. Cela rappelle la politique américaine de la fin des années 90 : soutenir les plus radicaux des islamistes du moment que cela pouvait nuire aux adversaires des USA : Tchétchènes, Talibans ..., en faisant bien peu de cas d'Al qaida, " Al qaida, ce sont des agités, mais ils ne sont pas vraiment dangereux, ils finiront bien par se calmer ... et on vu le 11/09 ... et aujourd'hui encore les dirigeants US semblent toujours faire aussi peu de cas d'Al qaida, qui pour rappel (al nosra et tout ses avatars)représente la principale force militaire rebelle de la poche d'Idlib...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€