Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les représentants des musulmans de France prennent enfin la défense des chrétiens d'Orient mais pourquoi pas tous et si tard ?

De longs mois après que l'Etat islamique a commencé à imprimer sa marque en Irak et en Syrie, le Conseil français du culte musulman a enfin émis un appel solennel dénonçant "les actes terroristes qui constituent des crimes contre l'humanité". Une condamnation qui n'est pas sans lien avec le changement de discours des Etats du Golfe, qui voient leur créature leur échapper.

Patience et longueur de temps

Publié le
Les représentants des musulmans de France prennent enfin la défense des chrétiens d'Orient mais pourquoi pas tous et si tard ?

Une mosquée de Paris. Crédit Reuters

Atlantico : Dans un appel solennel lancé ce mardi 9 septembre, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a dénoncé "sans ambiguïté les actes terroristes qui constituent des crimes contre l'humanité", et déclaré "solennellement que ces groupes, leurs soutiens et leurs recrues ne peuvent se prévaloir de l'islam". Les exactions commises par l’EI contre les minorités ne datant pas d’hier, comment expliquer que "l’Appel de Paris" n’intervienne qu’aujourd’hui ? Peut-on parler de retard dans la prise de position officielle des musulmans de France ?

Mohamed Chérif Ferjani : Par rapport à la gravité des crimes commis par ce soi-disant Etat islamique et de ce que ce dernier représente, la réaction du CFCM est tardive, c'est le moins qu’on puisse dire. Mieux vaut tard que jamais, dira-t-on, mais tout de même… Le CFCM est en retard, mais il n'est pas le seul : Beaucoup de pays arabes, en dehors de ceux qui sont la cible directe des djihadistes, ont mis du temps à réagir ; de même que l'Europe et les Etats-Unis ont tardé à adopter une attitude claire par rapport à l'EI, dans lequel il n'ont vu pendant bien longtemps qu'un caillou opportun dans la chaussure de Bachar el Assad. On n'était pas très éloigné de la logique selon laquelle "l'ennemi de mon ennemi est mon ami" ! C'était une erreur que de fermer les yeux sur leurs crimes d'Etat champignon, sur ses soutiens et bailleurs de fonds que tout le monde évite de nommer, et pour cause ! Comme l'Arabie saoudite, le Qatar, les riches donateurs des pays du Golfe et d’ailleurs qui ont placé une partie de leurs fortunes dans les différents pays d’Europe et de l’Amérique du Nord. Il ne faut pas non plus oublier la Turquie, qui a, le moins qu’on puisse dire, ouvert ses frontières aux djihadistes et fermé les yeux sur leurs agissements.

Le retard des représentants musulmans français à s'exprimer s'explique aussi par le fait que l'islam de France est divisé. Ses instances ne sont pas totalement autonomes par rapport à certains pays comme l'Arabie Saoudite, le Qatar, mais aussi par rapport aux pays dont sont originaires les musulmans de France (comme le Maroc, l'Algérie ou la Tunisie). Il faut aussi prendre en compte l’influence de l'Organisation Mondiale des Frères musulmans, qui depuis qu'elle a été décapitée en Egypte, a désormais son siège à Ankara, et exerce une influence sur l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). A cause de ces divisions, les composantes de ces instances qui parlent au nom de l'islam de France se surveillent mutuellement, et craignent de prendre des positions dont pourraient tirer parti d’autres composantes. Par ailleurs, les responsables des différentes instances sont surveillés par les expressions de l'islam radical, djihadiste ou non, mais aussi par les autorités des pays d'accueil et d'origine. Ils sont soumis à différentes  pressions et se sentent surveillés de tous les côtés. Tout cela n'est pas pour aider à une réaction rapide ; bien au contraire, cela incite à l'attentisme avant une quelconque prise de position et favorise les attitudes timorées par prudence et par manque de conviction et de courage.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 10/09/2014 - 09:50 - Signaler un abus S'ils le font maintenant et

    sur le bout des lèvres, c'est qu'ils constatent qu'ils sont montrés d'un doigt accusateur par les français et qu'ils sont mis dans le même sac, à cause de leur silence assourdissant. Quand ils sont dans la rue dans leur uniforme religieux, ils lisent la haine du peuple envers eux et commencent à suer froidement. Il est trop tard et nous ne sommes pas dupes.

  • Par assougoudrel - 10/09/2014 - 09:58 - Signaler un abus Soit disant état islamique...

    Les dirigeants des autres états musulmans sont silencieux. Eux, ils sont chez eux, mais ceux qui sont sur notre Sol sont impardonnables, eux qui hurlent au racisme quand une mosquée est tagguée. Ils sont dans le pays sensé être celui du Droit de l'Homme. Il est trop tard monsieur Bourbakeur.

  • Par Benvoyons - 10/09/2014 - 10:10 - Signaler un abus Mr Mohamed Chérif Ferjani bien sûr il y a des musulmans qui

    rejettent toutes les formes de violence (comme dans toutes les communautés), mais que peuvent-ils faire? Rien car tous est dit dans le Coran avec toutes les possibilités politiques. C'est à dire que leurs cris et bien mettraient en évidence la non observation des paroles du prophète, du Coran. Contrairement a ce que vous dites toutes les religions n'intègrent pas et n'imposent pas pas la vie politique et n'intègre pas la domination des adeptes sur le Monde. Toutes les religions ne demandent pas de tuer ou de soudoyer l'autre pour imposer sa religion dans le monde. Tout est écrit dans le Coran et il n'est pas transformable par ses meilleurs adeptes sans être tués par les autres adeptes. Le Coran est comme une machine infernale, personne ne sait l'arrêté. Le Coran dispose de tout et de son contraire; Tu ne tueras pas! Mais aussi tu peux tuer! Sans qu'aucune personne ne puisse dire que l'un a plus raison que l'autre sans remettre en cause le Coran. D'ailleurs cette religion a été créé sur une adaptation de deux autres religions pour mieux les asservir. Problème les deux autres religions n'imposent pas de tuer pour devenir.

  • Par assougoudrel - 10/09/2014 - 11:40 - Signaler un abus Dans ce cas

    ces gens n'auraient jamais dû etre admis sur les territoires occcientaux et comme il est trop tard, tous les assasins d'enfants et de citoyens tués par des tarés genre Mohamed Mérah (je ne suis pas sûr de l'orthographe), devront être jugés et passés par le Rasoir National (ils verront ce qu'est la décapitation à la française). On ne va quand même pas se laisser égorger comme des moutons sous prétexte que leur bible dit qu'ils faut tuer les indidèles au nom de je ne sais quel dieu (miniscule). Comme chez eux (pas d'glises ni de temples et synnagogues), plus de mosquées et autres lieux douteux qui servent de caches d'armes et où on montent la tête de gamins que leurs parent ne fond que pondre pour des allocs, leur crient la haine qu'ils ont pour nous, les sous-chiens et qui pleurent quand ils partent faire leur"guerres sainte. Drôle de République qu'est la France. Pour le moment, il peuvent décapiter, violer, voler au nom de leur coran. Ironie du sort, si un jour, ils décident de fabriquer leur propres guillotines made in Moyen Orien.

  • Par ELLENEUQ - 10/09/2014 - 11:55 - Signaler un abus Houh les énormes menteurs, avec leurs faux gros nez !

    Al-Takia tactique à forte connotation politique, en vue de s'approprier le pouvoir sur un pays ou sur l'ensemble de l'humanité tôt ou tard, œuvre pour l'extinction de la diversité et de la richesse humaine à travers des techniques bien sophistiquées qu'on va résumer à travers ces trois principaux points : 1) Tout d'abord, la diversité des méthodes utilisées afin de toucher un maximum d'adeptes en fonction de leurs différents niveaux. 2) Ensuite, l'utilisation de la procédure par étape afin d'infiltrer les esprits progressivement et les soumettre en douceur à leur emprise. 3) Enfin, la force d'adaptation aux différentes situations qui se présentent en fonction de leur force et moyens du moment.

  • Par Anguerrand - 10/09/2014 - 14:15 - Signaler un abus Pour une fois!

    Même le 11 septembre quand les tours jumelles sont détruites, pas un mot, bien au contraire, beaucoup se sont réjouis, mais la c'est autre chose, des sunnites tuent des chiites ou inversement et ils se sentent ( un peu) concerné et pour être crédibles ils font semblant de s'intéresser aux chrétiens. Trop beau pour être parfaitement sincères. Je n'y crois pas une seconde, les chrétiens étaient chez eux sur ces terres, 6 siècles avant l'arrivée du " prophète".

  • Par superliberal - 10/09/2014 - 19:34 - Signaler un abus Les Musulmans ont peur...

    La majorité a peur...on a malheureusement déjà vu ça ailleurs et à d'autres époques. Ils sont sous pression de la part de la minorité fanatisée qui gagne du terrain doucement mais sûrement....malheureusement l'histoire a montré que c'est souvent la minorité qui prend le dessus.

  • Par vangog - 10/09/2014 - 22:46 - Signaler un abus Elle est aussi peu convaincante, qu'elle est trop tardive

    cette déclaration du CFCM! Attendre que les fous-de-dieu aient le dessous dans la guerre de communication mondiale où ils ont échoué à entraîner la population musulmane, n'est ni digne, ni courageux. Ce CFCM devra être dissous par le peuple, lorsque le FN lui aura rendu son pouvoir, pour les motifs d'incompétences et de risque de collusion avec les islamistes...

  • Par Texas - 11/09/2014 - 14:31 - Signaler un abus Explicite

    Remerciements à l' auteur qui souligne les financements privés au Radicalisme Islamique , et les divergences politiques au sein de l' Islam Sunnite . Vers un nouveau Schisme ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mohamed Chérif Ferjani

Mohamed Chérif Ferjani est professeur à l'Université de Lyon et chercheur au GREMMO. Ses travaux portent notamment sur l’histoire des idées politiques et religieuses dans le monde musulman ainsi que sur les questions de la laïcité et des droits humains dans le monde arabe. Il a publié, entre autres, Le politique et le religieux dans le champ islamique (Fayard, Paris, 2005). Il est signataire de l’Appel à la communauté internationale pour sauver les chrétiens d'Irak.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€