Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Remède anti-migraines : ces scientifiques recommandent de ne plus manger de glucides

Des scientifiques de l'université Sapienza de Rome (Italie) pensent avoir trouvé la solution aux migraines qui vous gâchent la vie : un régime pauvre en glucides. Étude à l'appui.

Arrêtez le sucre

Publié le
Remède anti-migraines : ces scientifiques recommandent de ne plus manger de glucides

Des chercheurs italiens pensent avoir mis la main sur une découverte qui pourrait grandement faciliter la vie du milliard de personnes qui sont sujets aux migraines à travers le monde : un régime très faible en glucides qui viendrait à bout du mal de tête Crédit Flickr/quinn.anya

S'il y a bien quelque chose que vous détestez, ce sont les migraines. Elles vous arrivent de manière totalement aléatoire, et leur fréquence ne font qu'augmenter lorsque vous regardez la télévision ou travaillez devant un écran d'ordinateur. Et les antalgiques ne suffisent parfois pas à calmer vos céphalées. Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, la découverte qui va suivre pourrait bien vous intéresser.

Pistes encourageantes

Des chercheurs italiens de l'université Sapienza de Rome (Italie) pensent avoir mis la main sur une découverte qui pourrait grandement faciliter la vie du milliard de personnes qui sont sujets aux migraines à travers le monde : un régime très faible en glucides qui viendrait à bout du mal de tête le plus tenace.

Une découverte relayée par le site Quartz.

Les scientifiques ont décidé d'observer plus en profondeur les conséquences d'un régime faible en glucides sur la fréquence des migraines des cobayes après qu'une de leurs études précédentes a donné lieu à un résultat étonnant : deux sœurs jumelles en surpoids qui, après avoir expérimenté un régime faible en glucides dans le but de mincir, ont assuré ne plus souffrir des migraines dont elles souffraient pourtant fréquemment.

Cette fois-ci, l'équipe de chercheurs menée par Cherubino Di Lorenzo est allée plus loin en étudiant deux groupes de femmes en surpoids, qui ont suivi respectivement deux différents types de diète : pauvre et très pauvre en glucides. Les résultats ne se sont pas fait attendre : les femmes qui avaient suivi un régime très pauvre en glucides ont vu leur migraines disparaître au bout d'un mois, avant de revenir plus brutalement encore après être revenues à un régime "classique". L'autre groupe de femmes au régime moins drastique en glucides a connu une baisse du nombre de leurs céphalées au bout de trois mois seulement. Des pistes encourageantes. Mais qu'est ce qui explique cela ?

Remède miracle ?

"Nous avons conclu que le régime cétogène était la raison de cette amélioration", confie Cherubino Di Lorenzo dans une interview accordée au site médical Research Gate. Un régime cétogène, vous dites ? Présenté pour la première fois en 1921 comme une manière de traiter les crises d'épilepsie, chez l'enfant en particulier, le régime cétogène a pour principe de priver le corps humain de glucides, et selon les versions, de lipides également, précise le site News Hub. Pour pallier ce manque d'approvisionnement en énergie, le foie va alors faire de la cétogenèse, c’est-à-dire produire ce qu'on appelle des corps cétoniques, qui viendront alimenter les organes et le cerveau de la même manière que les glucides, à l'exception près qu'ils sont bien plus facilement assimilés par notre corps. À côté des corps cétoniques, le glucide est presque mauvais pour la santé, tant il excite et participe au vieillissement cellulaire. "Les corps cétoniques conduisent davantage d'énergie que le glucose, causent moins de stress oxydant, et permettent au cerveau et aux muscles de fonctionner plus efficacement", détaille Di Lorenzo.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€