Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Remboursements des prothèses dentaires : le reste à charge zéro promis par Emmanuel Macron risque de décevoir bien des mâchoires

Un pas de plus vers la soviétisation des soins en France ? L’Assurance maladie a présenté son projet pour réduire le reste à charge des patients lors de la pose d’une prothèse dentaire. Seulement, le remboursement varierait suivant la dent à soigner.

Santé

Publié le
Remboursements des prothèses dentaires : le reste à charge zéro promis par Emmanuel Macron risque de décevoir bien des mâchoires
Ce n’est une surprise pour personne : les soins en optique et dentaires sont les soins les plus chers en France. La Drees estimait même que le reste à charge pour les patients couvrait entre 20 et 25% des dépenses quand la Sécurité Sociale est censée prendre en charge moins de 30% pour les premiers et 40% pour les seconds.
 
Promesse d’Emmanuel Macron accompagné d’Agnès Buzyn, l’idée du reste à charge zéro pour les patients continue de faire son bout de chemin. L’Assurance-Maladie vient d’ailleurs de publier le compte-rendu des négociations conventionnelles concernant les chirurgiens-dentistes.
Un document qui devrait tout aussi bien plaire aux patients qu’aux praticiens. 
 
Un remboursement très variable selon la dent à soigner
 
Pas besoin d’éplucher le document pour voir comment le reste à charge zéro peut s’appliquer. L’idée est simple : en diminuant la qualité des prestations de soins. De ce fait, les frais à rembourser seront moindre.
 
Premier exemple en page 11, l’Assurance-maladie précise que les paniers de soins seront différenciés selon la localisation de la dent et le matériau utilisé. En clair, les soins concernant les dents antérieures dites « visibles » dans le document (incisives et canines) seront mieux remboursés que ceux pratiqués sur les prémolaires, eux-mêmes mieux remboursés que les soins sur les molaires.
 
Deuxième effet « kiss-cool », les remboursements seront moindres si la qualité du matériau utilisé est supérieure. 
 
Soviétisation et machine à gaz
 
Le reste à charge zéro ne sera pas non-plus universel ni universalisé. Plus précisément, il y aura trois niveaux de reste à charge : zéro, modéré et tarif libre du médecin. On commence déjà à apercevoir la complexité du système qui est en train de se mettre en place. Une situation que résume parfaitement le site Capital.fr :
 
Pour une couronne céramo-métallique actuellement remboursée par la Sécurité Sociale à 75,25€ alors que le tarif moyen de la prothèse est de 540€. Le patient n’aurait [avec le nouveau système] rien à débourser si sa dent à soigner était une incisive, une canine ou une première prémolaire. Il devrait assumer un “reste à charge modéré” s’il s’agissait de sa deuxième prémolaire ou de sa première molaire (le tarif plafonné pourrait être fixé à 520 euros). Enfin, s’il devait soigner sa deuxième molaire, le patient serait soumis au tarif librement fixé par le dentiste.
 
Il faudra maintenant que les spécialistes expliquent pourquoi un même soin n’est pas remboursé de la même manière suivant l’emplacement de la dent. Mais les professionnels de santé dénoncent aussi ce nouveau système car il fait craindre le risque d’une baisse de la qualité des soins pratiqués.
 
Le dentiste posera des prothèses en céramique jusqu’à la première prémolaire, au-delà ce sera du métal, comme dans les années 1970.
 
Les incohérences des discours politiques
 
Pour les professionnels, le compte n’y est absolument pas. Catherine Mojaïsky, présidente de la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires, estime que « la difficulté, c’est que les assureurs vont devoir payer mais sans augmenter les cotisations. Le gouvernement fait finalement payer aux autres les promesses qui ont été faites« . 
 
Mais les professionnels de santé et les assureurs ne sont pas les seuls à être impactés par les discours alambiqués de nos hommes et femmes politiques. Ce document de travail met aussi fortement l’accent sur la prévention avec par exemple la création d’un examen bucco-dentaire pour les enfants de trois ans. Dans le même temps, les promotions sur le Nutella n’ont jamais été aussi fortes. 
 
Avec ce document, le gouvernement réussi un pari incroyable : arriver à mettre sur les dents et les praticiens et les patients. Reste maintenant à savoir ce qui sera finalement décidé. La prochaine réunion avec les syndicats est prévue pour mi-mars. 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bobby Watson - 23/02/2018 - 10:15 - Signaler un abus J'ai une dent...

    ... contre les promesses démagogiques du candidat Macron , devenu président dans les circonstances que l'on sait. N'oublions pas que c'est cette proclamation assez incongrue qui avait lancé sa candidature. Et que la hausse induite des cotisations a été le premier angle d'attaque des médias contre Fillon.

  • Par assougoudrel - 23/02/2018 - 13:09 - Signaler un abus La solution macron

    on enjolive devant et au fond de la bouche, on met de la fonte chinoise qui risque de rouiller. Belle façade comme LREM ou Bribique.

  • Par zen-gzr-28 - 23/02/2018 - 22:05 - Signaler un abus L'apparence

    Tout est apparence chez Macron.

  • Par zen-gzr-28 - 23/02/2018 - 22:05 - Signaler un abus L'apparence

    Tout est apparence chez Macron.

  • Par gerint - 24/02/2018 - 08:41 - Signaler un abus Tout en façade, rien dans le fond

    C’est un élément capital de la méthode Macron sur de nombreux sujets destinés à séduire. Moi je m’en fous car j’ai les moyens de payer pour le fond et tant pis pour les autres mais c’est déjà le cas aujourd’hui.

  • Par Tande - 24/02/2018 - 09:05 - Signaler un abus nouvelle impoosture

    Honnêtement, qui a pu croire à une telle promesse? Quant à l'URSS, la Sécu en était déjà la dépositaire, si l'on peut dire, dès sa naissance... Si EM était un vrai libéral, et non un bateleur pour salles chauffées par ses communicants, il pèserait sur les tarifs des assurances et des mutuelles, ce qui permettrait une meilleure prise en charge. Là, c'est Orwell.

  • Par Raymond75 - 24/02/2018 - 09:42 - Signaler un abus Le génie de la complexification

    Voilà le vrai génie de la France !!!

  • Par assougoudrel - 24/02/2018 - 10:27 - Signaler un abus La ministre de la Santé ainsi

    que son patron, savent-ils que, délaisser les dents du fond, occasionnerait d'autres problèmes, car si on ne peut pas mastiquer correctement, c'est l'estomac et l'appareil digestif qui seront mis à rudes épreuves. Depuis des millénaires, les chinois savaient déjà que pour être en bonne santé il faut un ventre parfait, ce que l'occidental découvre maintenant. Même nos nos anciens disaient "ça va bien", "ça va pas mal", "ça ne va pas"; ils parlaient du tube digestif. Alors, négliger les dents du fond...

  • Par clclo - 24/02/2018 - 14:14 - Signaler un abus exactement a l'image de EM

    Brillant devant merdique au fond

  • Par pc85 - 24/02/2018 - 23:37 - Signaler un abus On a le droit de croire Macron ...

    on a aussi le droit d'être c..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Adrien Pittore

Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€