Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Remaniement : Stéphane Le Foll se succède à lui-même, alors que son concept d’”agro-écologie” n’a fait que soumettre un secteur en crise à de nouvelles contraintes

Le futur ministre de l'Agriculture se retrouve avec l'un des dossiers les plus chauds et urgentissimes du gouvernement après le remaniement, la crise agricole, laissée de côté par son prédécesseur. Ah zut, c'est la même personne, Stéphane Le Foll n'a pas réussi à passer le bébé...

Mal en pis

Publié le

S'il avait dû arrêter son mandat de ministre de l'Agriculture ce 11 février, Stéphane Le Foll n'aurait pas laissé un souvenir inoubliable au Panthéon des ministres de l'agriculture. Jusqu'à présent son action, quasi unique, a porté sur l'environnement, mais d'une manière telle qu'elle ne pouvait qu'être rejetée par une grande partie des acteurs... Avec le nouveau gouvernement, il est temps de dresser son bilan des précédents, et de tracer ses objectifs.

Le gouvernement a été annoncé par Twitter, sur le compte de l'Elysée. 

L'échec de l'agro-écologie, le 4 pour 1000 bien vu

En appelant cette action "agro-écologie", il avait d'emblée lancé un message clair et entendu comme tel : l'agriculture devait perdre sa "culture" pour être réduite à l' "agro" et faire place à l' "écologie", en toutes lettres, pas celle de la protection de la nature, celle de ses amis les Verts (la nuance est de taille...).

En politisant ainsi à outrance ses vues sur l'agriculture, il leur a donné un caractère stigmatisant, et a donc créé une réaction de rejet. Alors que s'il avait accompagné les décisions européennes, qui vont en direction des demandes sociétales des citoyens européens donc d'un respect de l'environnement, il aurait reçu une oreille largement plus attentive, et obtenu des résultats plus probants dans la direction souhaitée... Pour prendre un exemple précis, la volonté de réduction des pesticides des programmes Ecophyto aurait pu être citée en exemple, si elle avait été calculée pour être progressive, avec un accompagnement, la recherche de solutions alternatives... Là, ce fut un peu comme si on supprimait un pont au-dessus d'une autoroute, sans chercher à créer le moindre autre passage par ailleurs. Evidemment, ça a coincé, et ça continuera (donc) de coincer sur ces bases là...

Soulignons une action positive, qui malheureusement surtout symbolique, toujours dans le domaine environnemental, celle de la contribution à la COP 21, avec le 4 pour 1000 (c'est-à-dire l'augmentation de 4 pour 1000, ou 0,4 % par an, du carbone organique dans les sols). Cet objectif fixé à l'ensemble de la planète (même s'il n'est pas accompagné de contraintes officielles ni de contrôles) vise à protéger les sols agricoles, et nous en avons besoin. Il est donc d'initiative française, sous la forme d'une incitation et d'un éveil à la prise de conscience : sur ce point, on peut estimer que les choses ont été bien faites.

Stéphane Le Foll est, jusqu'à présent, le ministre d'une profonde crise agricole

Mais malheureusement pour Stéphane Le Foll, l'agriculture ne se résume pas à son seul volet environnemental. Sa "loi d'avenir" (il avait déjà commencé la réforme de la langue française avec ce pléonasme, connaissez-vous une loi du passé ?) ne comportait aucun volet concernant la compétitivité, rien sur les filières, rien sur la concurrence, la commercialisation, l'export, d'éventuelles protections pour l'import, etc. Que de l'environnemental, que du mot "agro-écologie" à tous les paragraphes. Or, aujourd'hui, qu'observe-t-on ? Nous sommes en pleine crise agricole. La question n'est pas de savoir comment entretenir l'espace agricole et comment produire, mais combien d'agriculteurs resteront dans un ou deux ans pour obéir à d'éventuelles nouvelles règles.

A ce niveau, aucune réponse n'a été apportée, à aucun moment. L'été dernier, après de multiples manifestations dans tout le pays jusqu'à un défilé de tracteurs dans Paris, une enveloppe a été annoncée. Des mesures énoncées, mais juste avec des mots, sans action réelle, concrète derrière. L'enveloppe en question (là encore, nous étions dans une action très politique) a évité la poursuite des manifestations pendant les élections régionales, ce qui a contribué à offrir au parti au pouvoir un score inespéré. Mais dès janvier, c'est-à-dire dès l'enveloppe consommée dans certains cas, ou le constat qu'elle n'arrivait décidément pas dans d'autres, les manifestations ont repris... Car rien, dans le fond n'a été réglé... Aucune solution n'a été proposée, et pire même, les solutions proposées par autrui ont systématiquement été rejetées sans que la moindre attention leur soit portée. Ce fut le cas notamment de la proposition de loi pour améliorer la compétitivité en agriculture venue du Sénat (et donc de l'opposition par rapport à la majorité gouvernementale, lire la tribune que nous avions publiée alors), que l'Assemblée aurait pu, pourtant, amender à sa guise, pour peu qu'elle eut été examinée en séance.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/02/2016 - 00:59 - Signaler un abus "Les plus nazes restent aux manettes"...

    car l'efficacité n'est pas l'objectif de cet anti-France ( on ne s'appelle pas Hollande, impunément...), mais sa victoire, en 17. Ce que n'a pas compris ce crétin, c'est qu'à force de rassembler, autour de lui, des nobliaux arrivistes sans convictions, mais plein d'ambitions, il s'est coupé de toute la base militante, et, par dessus-tout, de toute la base populaire. Et le peuple de France, longtemps manipulé par des intellectuels-de-gauche sans âme, refuse toute compromission avec ses anciens persécuteurs...ces Pompili, Cosse, Placé sont finis avant-même d'avoir commencé! Car ils ont choisi un tocard pour accéder au pouvoir...les agriculteurs ont les pieds sur terre, et ils n'accepteront pas d'être gouvernés par un rêveur comme Le Foll. Ses délires d'agro-ecologie sont totalement déconnectés des réalités économiques. C'est la plus grosse erreur de Flamby, et ça lui coûtera son trône, en 2017, et, peut-être, sa tête de monarque poudré...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€