Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Remaniement : pourquoi le nom du successeur de Stéphane Travert à l'agriculture n'a aucune importance

Depuis le départ de Gérard Collomb de l'Intérieur, les rumeurs vont bon train quant à un remaniement gouvernemental. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert est donné sortant dans bien des analyses, apparemment au profit du député Modem Marc Fesneau. Mais finalement peu importe, car quel que soit le nom du successeur, il lui faudra suivre la ligne tracée depuis l'Elysée.

WikiAgri

Publié le
Remaniement : pourquoi le nom du successeur de Stéphane Travert à l'agriculture n'a aucune importance

 Crédit ALAIN JOCARD / AFP

S'il est logique que des ministres soient nommés pour appliquer une politique gouvernementale, doivent-ils pour autant être inféodés à la maison-mère ? N'ont-ils pas aussi la mission induite de recueillir les remontées du terrain, de les confronter aux feuilles de route reçues, et le cas échéant d'émettre quelques propositions de leur cru pour rapprocher une analyse générale des réalités du terrain en question ?

Le ministre de l'Agriculture du gouvernement Macron - Philippe reçoit une mission essentielle : mettre en oeuvre la promesse électorale de l'ancien candidat, à savoir faire en sorte que les états généraux de l'alimentation soient une réussite, qu'à leur terme les producteurs agricoles aient obtenu une construction du prix telle qu'ils soient sûrs d'être rémunérés correctement, parallèlement à quelques efforts supplémentaires (mais cela ils en ont l'habitude) en direction de la qualité sanitaire ou encore de l'environnement.
Il reste bien sûr à définir ce que l'on met derrière chacun de ces mots, et aussi, tout de même, à répondre à toutes les autres questions qui taraudent le monde agricole français... Un exemple entre de nombreux autres, si la carte des zones défavorisées établie par les services administratifs se révèle en contradiction avec la définition de ces aides européennes par rapport aux caractéristiques des terres, alors il faut savoir la réviser... Clairement, ça n'a pas été le cas en plusieurs lieux, dans l'Aude comme WikiAgri l'a suivi de près (et où Stéphane Travert s’est déplacé, mais dans la seule préfecture, pas vraiment le meilleur endroit pour vérifier la pertinence sur le terrain des choix faits sur le papier), ni dans les Deux-Sèvres, ni dans plusieurs autres départements.
 
Le moins que l'on puisse écrire est que Stéphane Travert présente un bilan plus que mitigé sur son passage au 78 rue de Varenne. Les états généraux de l’alimentation ne suscitent pas le moindre engouement, et pour personne, ni dans le monde agricole, ni pour ceux qui souhaitaient y intervenir pour l’inciter à aller vers davantage de vertus environnementales ou autres. Ils ont même réussi l’exploit d’une forme d’unanimité contre eux, pas pour les mêmes raisons selon les horizons. 45 députés seulement (sur 577) étaient présents dans l’hémicycle au moment du vote de la loi qui en a découlé, preuve de l’absence totale d’enthousiasme pour le texte, quel que soit le camp politique, y compris le majoritaire.
 
Parallèlement, le ministre « sortant » (si l’on en croit les rumeurs les plus récentes), s’est montré particulièrement aux ordres et obéissant. Sans doute était-ce le ton donné par l’Elysée, de contrôler ainsi (notamment) ce secteur. Pour autant, un peu moins d’obséquiosité et davantage d’initiative (évidemment dans la consultation) n’aurait certainement pas fait de mal. Mais pour cela, il fallait aussi se déplacer au-delà des salons préfectoraux, quitte à enfiler parfois une paire de bottes...
 
Le prochain ministre de l’Agriculture est visiblement choisi d’abord en fonction des équilibres politiques avant de penser à l’immense tâche qui l’attend dans un secteur en crise profonde dans plusieurs de ses filières, et cela depuis plusieurs années. Je ne m’autorise évidemment aucun procès d’intention envers ce successeur, qu’il s’agisse de Marc Fesneau ou d’un autre. Mais une chose sûre : si le mode de fonctionnement n’évolue pas, si les desiderata de l’Elysée restent considérés comme des ordres qu’il faut surtout se garder d’interpréter au risque de perdre son poste, alors rien n’évoluera pour l’agriculture française. Dans toute politique, le juste équilibre vient lorsque les programmes sont mis à l’épreuve de la réalité. Et puis, finalement, à regarder de près l’exemple de Travert, l’obséquiosité poussée à son extrême n’empêche pas de se voir remercié...
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par morsang - 11/10/2018 - 16:40 - Signaler un abus Loi alimentation"encore une minute M.le bourreau"

    Loi alimentation "Macron met la pression sur les filières agricoles"On sait qu'une des conditions à une amélioration des prix était que la profession s'organise.Il apparait que cela traine un peu(le Monde du 11 aout)Pour Macron l'heure est au respect des engagements mais les interprofessions sont loin d'être en ordre de marche poursuit le quotidien.Rendons cette justice au Président que pour la première fois de tous les temps il ne s'est pas contenté d'abonder le puits sans fond qu'est l'économie agricole mais a demandé un effort d'organisation à la profession

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio en entier

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€