Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Remaniement à la peine : la macronie rattrapée par la politique

On ne va pas vous faite le coup de "un seul être vous manque et tout est dépeuplé", et pourtant cela y ressemble un peu quand on observe le feuilleton du remaniement gouvernemental.

Arrivera, arrivera pas...

Publié le
Remaniement à la peine : la macronie rattrapée par la politique

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Certes, la machine continue de tourner mais quelque chose s'est grippé au niveau des commandes. Comme toujours en pareil cas ; comme si la démission surprise de Gérard Collomb et son difficile remplacement jetaient soudain une lumière crue sur ce que l'on voyait poindre: un désaccord au sommet, mais aussi la faiblesse du vivier  de la macronie qui n'a pas su faire émerger de nouveau talents. Edouard Philippe et Emmanuel Macron ne sont pas, ou plus,  d'accord et à terme, on sait comment cela se termine...Il n'est pas (encore ) question de rupture, mais le grain de sable est dans la machine et on n'en est qu'au début du processus .Pour le moment l'urgence consiste à reformer une équipe gouvernementale, à trouver un nouveau locataire pour la Place Beauvau...et à préparer les élections européennes.

Puisque l' équipe en place ne donne pas entière satisfaction, il était question de procéder à un  remaniement élargi afin de relancer la machine à la manière d'un moteur tournant au ralenti qui retrouverait toute sa puissance. Edouard Philippe plaidait en ce sens et l'a fait savoir. Emmanuel Macron ne disait rien .Dans les Ministères on a fait les cartons en attendant les annonces. Par exemple, le départ de la Ministre de la Culture, Françoise Nyssen était donné pour imminent;  mais hier, elle défendait encore sa proposition de loi sur les "fake news" à la tribune de l'Assemblée. Avec une épée de Damoclès sur la tête.

Le scénario (aujourd'hui caduc), souhaité par Matignon était le suivant : le premier ministre présente la démission de son gouvernement avant d'être reconduit dans la foulée avec une équipe renouvelée. Et pour conférer de la solennité à cette démarche, il prononce un discours de politique générale sanctionné par un vote de confiance à l'Assemblée. Cela ne devait poser aucun problème compte tenu de l'ampleur de la majorité. Puisque le Président de la République disait attendre les propositions du Premier Ministre et qu'Edouard Philippe se posait en protecteur et jouait les pompiers de service... Mais Emmanuel Macron ne l'entend pas ou plus de cette oreille. Après une semaine de tractations diverses et une journée de valses-hésitations, l'Elysée a fait savoir hier soir que le remaniement "n'occasionnerait pas la démission du gouvernement". Une décision prise en commun ou une véritable divergence entre Matignon et l'Elysée?

Pour montrer qu'il n'y a pas péril en la demeure, Emmanuel Macron s'est offert une ballade dans Paris dans la soirée à l'issue de sa rencontre avec les startuppers de la Station F. Le chef de l'Etat ne s'est pas contenté d'encourager les entrepreneurs au dynamisme, il a aussi vanté les mérites du système social français, manière de rappeler que la baisse des charges c'est bien, mais qu'il y a des limites, celles qui permettent de garantir les soins médicaux aux entrepreneurs qui se plaignent. A la même heure Edouard Philippe, tout à son intérim de Ministre de l'Intérieur, se rendait dans un commissariat du 19e arrondissement, un secteur sensible avant d'effectuer une tournée avec la BAC ( Brigade anti-criminalité). Quant à son "successeur" au Ministère de l'Intérieur, on l'attend toujours et on continue de se perdre en conjectures sur le bon " profil", politique ou technicien ou  politique et technicien, car l'une des hypothèses consisterait à scinder le poste en deux, l'un des Ministres étant plus spécifiquement chargé de la Sécurité ...Cette configuration a déjà existé sous François Mitterrand et sous la première cohabitation (Pasqua-Pandraud)... Problème: les candidats qui correspondraient au poste ne sont pas nombreux, sinon inexistants dans la galaxie des Marcheurs. On cite toujours les mêmes noms, ceux de Christophe Castaner, Jean-Yves Le Drian, qui sont ministres. Et ceux qui dans l'opposition ou au Centre passaient pour "macron-compatibles",  deviennent soudain très prudents et ne veulent pas se brûler les ailes dans une macronie mouvante qui n'a pas encore trouvé ses repères, ni révélé de nouveaux talents. C'est précisément la mission assignée à la nouvelle équipe dont s'est entouré Gilles Le Gendre, le nouveau patron du groupe La République en Marche de l'Assemblée. Cinq vice-présidents sont chargés d'épauler les élus (- de juin2017), manquant d'expérience politique,  dans leur travail d'élu "local" et dans leurs relations avec les médias. Après plus d'un an, la REM, dont la majorité des membres ont été élus "sur la vague", découvre les vertus de la politique de terrain . Pour cette nouvelle équipe, il s'agira aussi de prévenir et soigner les états d'âme de députés en proie au doute sur leur propre fonction et qui se sentent désarmés dans une Assemblée où les oppositions de droite et de gauche reprennent des couleurs, autrement dit où les clivages du vieux monde ressurgissent.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 10/10/2018 - 08:59 - Signaler un abus Il devient pathétique le mignon arc en ciel

    aprèsles insultes, le mépris et les taxes..le voilà embêté car ils ne se bousculent plus au portillon pour un maroquin..ou alors il va faire les poubelles..

  • Par Citoyen-libre - 10/10/2018 - 09:27 - Signaler un abus Les médias en font trop

    D'une part, comme beaucoup l'ont dit, ce remaniement est un non évènement, et d'autre part l'administration française est tellement structurée, que l'Etat peut largement se passer du ministre, pendant un temps relativement long. Partout, il y a des directions qui sont en charges des procédures, qu'elles peuvent actionner sans ministre. Les belges sont restés sans gouvernement pendant de nombreux mois, sans problème particulier. En réalité, toute cette agitation ne concerne que le microcosme parisien constitué des médias et des politiques.

  • Par vauban - 10/10/2018 - 09:39 - Signaler un abus Mme Hausser regarde par le mauvais bout de la lorgnette

    Je pense comme beaucoup de commentateur sur les ondes’ que le premier ministre ne veut pas endosser les conneries du président et imposé à celui ci une démarche imprévue par Macron qui découvre l’inconfort de l’impuissance la communication hallucinante et les affichages avec des personnalités estra et perverties,sans parler de délinquants notoires cela se paye Cash

  • Par Pharamond - 10/10/2018 - 10:10 - Signaler un abus Obsession

    Ce remaniement devient une obsession des médias":comment,ce n'est pas encore fait? C'est un drame..etc". Le Général de Gaulle avait déclaré un jour:"la politique de la France ne se fait pas à la corbeille".Pour le paraphraser,on pourrait dire:"la politique de la France ne se fait pas dans les rédactions".

  • Par gilbert perrin - 10/10/2018 - 10:19 - Signaler un abus oui , BON !!!! ENFIN !!!!! globalement pour qui nous prennent ?

    à citoyen libre je rappelle quand même que, bien si cela est ainsi en FRANCE, parce que le pays est mal géré, ce ne sont pas les fonctionnaires qui ont pour role de faire la politique, ni les médias ??? et POURTANT c'est bien ce qu'on nous impose !!! je ne suis pas moi, satisfait de ce laisser aller et, j'en fait porter l'entière responsabilité au parlement GODILLOT…..plaise ou plaise pas…..il y a quand même bien des solutions pour remédier à tout cela, mais les uns comme les autres attendent QUOI ? qu'on pense à eux ???? EN OUTRE je le dis CLAIREMENT tous ces élus ont reçu une mission dont il doivent rendre des comptes ??? quels comptes vous ont ils rendus ? gilbert perrin

  • Par alexpouch - 11/10/2018 - 17:16 - Signaler un abus faute

    Pitié, balade et non pas ballade !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€