Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Remaniement : ce dont Macron aurait bien besoin

A quelques heures de l'annonce du remaniement, les options pour Emmanuel Macron et son gouvernement semblent de plus en plus délicates. Daniel Cohn-Bendit a d'ailleurs refusé la proposition.

Choix cornélien

Publié le
Remaniement : ce dont Macron aurait bien besoin

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico : Benjamin Griveaux a annoncé que l'équipe d'Edouard Philippe sera "au complet" ce mardi. Le remaniement sera donc annoncé d'ici là après la démission de Nicolas Hulot du gouvernement qui a pris de court Emmanuel Macron. Mais concrètement au vu des dissensions en interne et les enjeux à venir, de quoi aurait grandement besoin le président pour ce remaniement ? Quelles sont ses options ?

 
Christophe Bouillaud : Le vrai apport dont on aurait bien besoin le gouvernement Philippe serait celui de personnalités ayant une profondeur politique et surtout ayant eu à affronter le suffrage universel, autrement dit des politiciens sachant sentir les mouvements de l’opinion publique et sachant s’exprimer librement selon leur inspiration du moment sans avoir recours à ces éléments de langage. Le côté « armée des clones » de la communication gouvernementale actuelle offre certes une cohérence sans faille, mais il donne aussi l’impression d’avoir affaire à des personnalités sans profondeur intellectuelle aucune, voire sans opinions politique bien arrêtées.
LREM n’a certes pas beaucoup de personnalités de ce genre en réserve. Si l’allié du Modem en  dispose, dont bien sûr le chef du Modem lui-même, F. Bayrou,  ces dernières ont été grillées par les affaires les concernant l’année dernière qui les ont menées à la démission. Il resterait à débaucher des personnalités au PS ou chez les Républicains. Au PS, il ne reste pas beaucoup de personnalités de premier plan à débaucher, en dehors de l’hypothèse évoquée ces jours-ci de Ségolène Royal. Cela donnerait d’ailleurs un côté vaudeville à l’affaire, puisque l’ex-compagnon de cette dernière, le père de ses enfants, F. Hollande, ne désespère pas de ses chances de retour en politique. Chez les Républicains, des personnalités pourraient peut-être se laisser tenter par l’expérience ministérielle, mais cela supposerait vraiment un virage à droite encore plus marqué qu’actuellement. De fait, en dehors de cette hypothèse de séduire des personnalités issus de l’un des deux anciens partis de gouvernement, il ne reste guère d’option. Il vaut mieux trouver quelque personnalité de la société civile à promouvoir, et ne pas trop attendre de ce remaniement en termes de popularité pour l’exécutif. 
 

Daniel Cohn-Bendit a refusé la proposition faite par Emmanuel Macron. Quel message et quelles conséquences cela pourrait-il avoir ?

 
C’est assez logique qu’un Daniel Cohn-Bendit ne puisse pas entrer dans un gouvernement Philippe. Il ne l’aurait fait qu’au prix de choix en matière d’environnement que ne peut pas avaliser un ancien responsable des affaires publiques chez Areva. La contradiction aurait été trop grande. D. Cohn-Bendit, l’un des leaders historiques du Parti vert européen (dont EELV est la version française), n’allait pas se vendre,  en plus à son âge, pour rien de tangible tout de même, et son prix était sans doute bien trop élevé en matière de politiques publiques pour qu’E. Macron puisse le payer sans se couper des intérêts qui le soutiennent. Cela veut dire que le prochain Ministre de l’environnement sera nécessairement tout aussi impuissant que N. Hulot – ou tout aussi dans les « tous petits pas ». La meilleure option désormais pour E. Macron est de « prendre sa perte », c’est-à-dire d’admettre aux yeux du monde qu’il n’est qu’un dirigeant très peu préoccupé de l’avenir écologique du monde. Après le départ d’Hulot et le refus de D. Cohn-Bendit, il devrait admettre qu’il ne fera plus jamais croire aux Français qu’il veut mener une politique écologique forte. De toute façon, d’un côté, personne de vraiment intéressé à ce sujet dans le public ne le croira plus, et, de l’autre côté, est-ce que l’écologie et la sauvegarde de l’environnement et de la biodiversité intéressent vraiment le cœur de l’électorat macroniste : les retraités aisés, les entrepreneurs et les cadres supérieurs du secteur privé ? Je ne le crois pas. Un quelconque ministre spécialiste en « greenwasching »  leur suffira. 
 
En réalité, ce choix d’abandonner les prétentions écologiques de LREM n’aura pas grandes conséquences : il faut en effet se souvenir que l’environnement n’est pas une préoccupation majeure des Français et que les partis écologistes (EELV, CAP 21, etc.) stagnent électoralement depuis  des décennies. Ce n’est pas un hasard si l’on ne fait que des « petits pas » depuis quarante ans. 
 

Au final est-ce que le problème ne serait pas tant une question d'hommes, mais plutôt de politique menée ?

 
Oui, sur le plan plus général de la popularité déclinante d’Emmanuel Macron et du gouvernement Philippe, il s’agit avant tout de l’effet qui commence à se faire sentir de politiques publiques qui ne correspondent pas à ce que voudraient les Français. La hausse du pouvoir d’achat par exemple n’est pas au rendez-vous – pour des raisons d’ailleurs qui ne dépendent bien sûr pas toutes de l’action du pouvoir depuis mai 2017, comme avec la remontée des prix de l’énergie fossile. 
 
On se doit de noter que ce n’est pas du tout l’inaction, ou les « petits pas », en matière de transition écologique qui chagrinent l’immense majorité des électeurs, mais des préoccupations fort matérialistes de court terme (salaires, marché de l’emploi) ou de moyen terme (retraites). Si demain le gouvernement Philippe pouvait doubler le SMIC et permettre ainsi à chaque salarié ainsi augmenté de s’acheter à crédit un rutilant SUV diesel bien polluant lors de son usage et bien gourmant en matières premières pour sa production, je parie fort qu’il serait tout d’un coup fort populaire. Nos concitoyens  les moins favorisés veulent que « la fête commence » pour eux aussi. Et puis, si l’on s’éloigne de ces rêves consuméristes, comme dirait N. Sarkozy, il y a plus important que le climat : l’immigration. Factuellement, du point de vue des préoccupations exprimées dans les sondages, et dans les urnes, il a entièrement raison. La planète se meurt peut-être, mais il reste plus important pour la plupart des gens de savoir qui forme leur voisinage immédiat. 
 
Bref, ce n’est pas l’inaction face à la menace d’un bouleversement irréversible du climat qui peut faire échouer ce quinquennat aux yeux des Français, mais l’incapacité à répondre à des demandes bien plus banales. On peut le regretter, mais notre démocratie est court-termiste.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 03/09/2018 - 09:17 - Signaler un abus Article inutile

    Il faut arrêter de prendre les français pour des idiots. Le dernier gouvernement s'était entouré de ministres médiatiques qui considéraient que leur bureau était sur les plateaux de télé. On a vu le résultat aux dernières élection. Tout le monde se fout du prochain remaniement, à part les journalistes. C'est encore une opération de com. Les gens savent que notre pays est à la ramasse de l'Europe et que ça suffit. Nous avons la même politique depuis 30 ans, qui appauvrit toujours les mêmes et qui enrichie ou protège toujours les mêmes. Imaginer Cohn Bendit au gouvernement, ça aussi c'est prendre les français pour des cons.

  • Par Bobby Watson - 03/09/2018 - 09:26 - Signaler un abus Article révélateur

    Christophe Bouillaud ne pose pas la question de savoir quelle personnalité serait utile à la France et aux Français, mais .... à Macron. Ce cynisme des commentateurs, fussent-ils couverts de diplômes universitaires, est proprement révoltant. Symptôme d'une démocratie en décomposition.

  • Par J'accuse - 03/09/2018 - 09:38 - Signaler un abus Un autre masque tombe

    Un portefeuille ministériel a deux utilités possibles: servir des alliés politiques ou servir de caution médiatique. Hulot appartenait à la deuxième catégorie, et Macron essaye de trouver un profil équivalent en popularité pour remonter dans les sondages. Mais les Français ont désormais compris à quoi servait ce ministère: à rien d'autre qu'à faire croire que Macron se soucie de protéger l'environnement, alors qu'il s'en fout totalement.

  • Par vangog - 03/09/2018 - 10:25 - Signaler un abus La bonne transition écologique est vers le nucléaire propre!

    L’échec de l’écologisme punitif doit servir de catalyseur à la prise de conscience des Français qu’ils ne doivent plus se laisser manipuler, via des politiciens veules, par aucun lobby, qu’il soit de la grande finance internationaliste, du club des cinq de la grande distribution, ou de l’écologisme régressif...il existe une écologie intelligente et progressiste, qui génère la croissance. Et cette écologie se nourrit de nucléaire propre, d’abandon des coûteuses énergies faussement renouvelables, de protection des petits agriculteurs, de circuits-courts, de concurrence et rendements préservés grâce au glyphosate...

  • Par Haddock36 - 03/09/2018 - 10:47 - Signaler un abus On se réjouit

    que Mr Cohn Bendit, dont les cordes vocales sont les seules qu’il possède à son arc decompétence ait, pour une fois, fait preuve d’une surprenante sagesse en déclinant le Ministère de l’écologie. Plus consternant et inquiétant, en revanche, est de savoir que Le Président Macron ait pu envisager un tel choix. Ce dernier, soit par mépris profond à l’égard de la majorité des français, soit par manque total de sens politique, collectionne depuis quelque temps des âneries dignes d’un collégien totalement immature. L’invitation de rappeurs à l’Elysée, la proposition faite à Kohn Bendit s’ajoutent à un longue liste de stupidités dont « La France n’a pas de culture » n’était pas des moindres. Avec 3 ans encore de Présidence, les français ont tout lieu d’être très préoccupés.

  • Par patafanari - 03/09/2018 - 11:29 - Signaler un abus Leonarda au ministère!

    Une spécialiste du recyclage des déchets. Elle saurait comment retraiter François Hollande.

  • Par Thierry27 - 03/09/2018 - 12:08 - Signaler un abus Et la France dans tout ça ?

    On se fiche complètement de savoir "ce dont E. Macron aurait bien besoin". Ce qui compte c'est ce dont la France aurait besoin. Dès qu'il y a une nouvelle économique, Atlantico titre "bonne (ou mauvaise) nouvelle pour E. Macron". Mais on s'en fiche de Macron ! La une d'Atlantico désormais c'est au moins 3 ou 4 titres avec le nom du président et 1 voire 2 avec sa bobine. Chaque jour ! L'overdose de l'autocrate qui concentre tout, ça suffit. Parlez-nous de la France. Si Macreux est incapable de développer une équipe forte, profonde, compétente et légitime et se retrouve seul décideur, c'est son problème et c'est ce qui va le couler. Tant pis pour lui.

  • Par domdom99 - 03/09/2018 - 12:35 - Signaler un abus Comme des pasteques

    Les politicards soit disant "Écologistes" sont en fait des pastèques. Vert sur le dessus mais bien rouges à l’intérieur. ......

  • Par Poussard Gérard - 03/09/2018 - 13:00 - Signaler un abus Gonflé de prétendre que macron

    fait un virage à droite.. Sncf? ce sont les contribuables qui remboursent les 35 milliards de dettes Csg?? ce sont les retraités qui sont ponctionnés?? Réforme du travail??pas touche aux 35 heures et fin 2019 les heurs supplémentaires ne sont pas défiscalisées comme Sarko l'a fait Taxes nouvelles et augementaition des impôts?? toujours les mêmes visés, les classes moyennes et les ouvriers Politique familiale de droite? vous plaisantez..encore un coup de rabot sur ceux qui bossent et qui vont voir les allocs diminuer..

  • Par GP13 - 03/09/2018 - 15:01 - Signaler un abus @haddock36

    Tout à fait d'accord. Au départ on aurait pu croire à un bobard pour rire. Hélas, ce n'était pas le cas, et cette ahurissante promotion du vieux soixante huitard, bel et bien envisagée, en dit long sur la déconnexion du réel de notre adolescent de président.

  • Par DANIEL74000 - 03/09/2018 - 16:12 - Signaler un abus DIRE ET FAIRE

    Un gouvernement de 15 ministres au maximum avec des équipes réduites. A quoi servent tous ces ministres et leurs armées de fonctionnaires ?

  • Par ajm - 03/09/2018 - 21:46 - Signaler un abus Ministre potiche souhaitable

    Il est hautement souhaitable que le remplaçant de Hulot soit le plus inactif possible, tant ce qu'il est convenu de nommer "écologie " est devenu un concentré ahurissant de sottises, de foutaises pseudo scientifiques et de véritable et authentique extrémisme de gauche.

  • Par valencia77 - 03/09/2018 - 22:29 - Signaler un abus happy to have left

    Cohn Bendit? Glad I took my Honky Jewish asses out of this idiotic country. Anyway it is absolutely useless to talk about ecology until a draconian birth control is imposed worldwide. A subject carefully avoided by all politicians.

  • Par Paul Emiste - 04/09/2018 - 11:14 - Signaler un abus Tiens?!

    Cohn Bendit ministre de l´éducation national pour une révolution chère à Libération des années 70, dans les jardins d´enfants et en maternelle?!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€