Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réguler le Web : la très mauvaise réponse inspirée aux Etats par le scandale de la NSA

Suite au scandale des écoutes de la NSA, de nombreux acteurs veulent confier la gestion d’internet, la définition de ses règles et la supervision de son contenu aux Etats. Décryptage comme chaque semaine dans la chronique du "Buzz du biz".

Le buzz du biz

Publié le
Réguler le Web : la très mauvaise réponse inspirée aux Etats par le scandale de la NSA

Confier la gestion d’internet aux Etats érigerait des barrières aux échanges et au commerce. Crédit Reuters

L’affaire des écoutes de la NSA semble avoir été un choc pour une partie des commentateurs et pour les gouvernements européens (choc certainement un peu feint) : oh, surprise, les espions espionnent ! En France, ce sont plus de 70 millions d’appels téléphoniques qui auraient été enregistrés en 2 mois, comme le révélait le journal Le Monde. Evidemment, ce n’est pas très sympathique, ni très agréable. Le risque est qu’en réaction, l’Union européenne organise la "balkanisation" du web.

La course à la régulation

En réaction à la révélation du scandale PRISM, la présidente du Brésil, Dilma Roussef, a pris la parole à l’ONU pour inviter les Etats à s’affranchir de l’hégémonie américaine sur internet et à récupérer leur propre souveraineté numérique (si cette expression a un sens).

Elle peut compter sur le soutien de la Turquie, de l’Indonésie ou de l’Inde. En Allemagne, c’est Deutsche Telekom qui considère qu’il serait préférable de "conserver le trafic internet allemand à l’intérieur des frontières nationales" ou de le limiter à l’espace Schengen.

En France, Fleur Pellerin, ministre du Numérique, a proposé de créer une autorité de régulation européenne de l’internet, cette fois en prétendant se défendre contre les "géants" du numérique. 

L’Union européenne n’est pas en reste : elle prépare sa réglementation sur la protection des données dans le but, notamment, de les faire échapper à un contrôle américain … et pour mieux les soumettre à un contrôle européen.

La régulation, c’est la mort d’internet

Les déclarations se sont multipliées et les initiatives se succèdent. La logique à l’œuvre est toujours la même : réguler internet (chacun avait en effet remarqué qu’en la matière, l’absence de supervision étatique est un manque cruel qui empêche le Web de fonctionner). Le problème, c’est que cela pourrait coûter très cher au Web (et aux consommateurs).

Le premier coût, c’est celui de la liberté. La régulation étatique, c’est forcément et nécessairement une contrainte, un contrôle arbitraire. Ce n’est pas un hasard si les pays qui sont le plus en faveur de la régulation d’internet sont aussi les moins démocratiques. Il y a un an, en décembre 2012, lors du sommet consacré à ces questions à Dubaï, plusieurs pays (Chine et Russie notamment) avaient justement proposé de confier la régulation d’internet à chaque Etat.

Le deuxième coût est fiscal. En ces temps de disette, les Etats ont des intentions bien prosaïques : renflouer leurs caisses en faisant contribuer les entreprises du net. Ce n’est pas une nouvelle, Madame Filippetti le répète à qui veut l’entendre depuis des mois.

Le troisième coût pèsera sur la créativité du réseau. Pour le Mercatus Center, think tank américain, réguler internet, c’est prendre le risque de tuer la poule aux œufs d’or, en introduisant une centralisation dans un système dont le succès repose au contraire sur l’atomisation et la crowdsourcing. Le débat peut paraître ennuyeux, mais comme l’écrivait The Economist : "les règles d’internet déterminent sa rapidité, sa sécurité, son accessibilité, sa flexibilité et son unité. En conséquence, elles ne sont pas importante seulement pour les fanas de l’informatique, mais pour toute personne qui est engagée dans le monde moderne".

Au final, si les revendications régulatrices l’emportaient, il y aurait un risque de "balkanisation" d’internet. Confier la gestion d’internet, la définition de ses règles, la supervision de son contenu aux Etats, c’est re-créer des frontières dans un univers décloisonné. C’est ériger autant de barrières aux échanges et au commerce. Ces obstacles constitueraient autant de freins à l’économie numérique et lui font courir un risque grave.

Face à cette menace, il existe une source d’optimiste qui consiste à espérer, comme le fait Bill Gates, que le projet est trop fou pour être réalisable.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par iznogoud - 21/11/2013 - 13:59 - Signaler un abus La liberté a toujours fait peur aux politicards

    Déjà à la lointaine époque du Minitel, les politicosaures voulaient contrôler sous prétexte de piraterie, pédophilie, et autres plaies d'Egypte..... La seule chose qui a changé est le prétexte (même les politicosaures sont toujours les mêmes qu'à l'époque !!!)

  • Par gliocyte - 21/11/2013 - 14:03 - Signaler un abus Projet "trop fou"?

    Bill Gates n'a pas mesuré le degré de folie de la Gauche au pouvoir en France. Tous ces politiques sont des aliénés, la construction d'un centre spécialisé qui pourra tous les recevoir est la seule solution réaliste qui pourra sauver notre pays.

  • Par boulegan - 21/11/2013 - 18:24 - Signaler un abus Sans tomber dans la psychose …

    Quand on voit l’espace de liberté d’expression qui grâce à internet existe sur ce site notamment ,on peut redouter puissamment que cette respiration gène les médias traditionnels pour la plupart infectés par une idéologie d’un autre siècle. Le premier prétexte venu serait le bienvenu pour retrouver le monopole de leur vérité bien-pensante .VIGILANCE

  • Par dupduo - 21/11/2013 - 18:38 - Signaler un abus Réflexion trop Simpliste,

    A force de crier liberté, non régulation, non réglementation vous faites le jeu des adversaires de l'europe . Alors si pour vous liberté et libéralisme c'est un monde ou les chinoix contrôlent techniquement les éléments réseaux, ou les américains vous écoutent, ou les sociétés internet américaines ne rendent quasiment plus de compte ni sur la data ni sur leurs impôts, alors ami libéral je ne vous suivrai pas. Relisez Adam Smith, vous ne pouvez commercer qu'avec des gens ayant les mêmes mœurs que vous. Sinon vous êtes un idiot utile. Vous devriez sortir de Sciences Po ou relire les pères du libéralisme

  • Par cloette - 21/11/2013 - 20:09 - Signaler un abus vigilance

    Ne pas tomber de Charybde en Scylla! Une vigilance s'impose envers ce gouvernement avec lequel on tombe de haut . Encore trois ans ,il faut tenir !

  • Par cloette - 21/11/2013 - 20:13 - Signaler un abus à dupduo

    Mais mon avis ,c'est que l'ultra_libéralisme avec la liberté en moins est plus le risque de ce gouvernement qu'aucun autre , ne vous y trompez pas !

  • Par sam75 - 21/11/2013 - 20:58 - Signaler un abus Ca marche trop bien

    Internet fonctionne bien, donc rien d'etonnant que les dirigeants veuillent changer tout cela. Une chose qui fonctionne ca doit leur etre insuportable.

  • Par jean fume - 21/11/2013 - 21:06 - Signaler un abus Tout à fait exact.

    Toujours cette vielle rengaine de la peur des états, sur tout qui peut échapper à leur contrôle. A une autre époque, c'était les ondes radio qui dépassaient les frontières, qui suscitaient les mêmes réflexions stupides. Si une agence d'un pays a un comportement délictueux, c'est aux pays qui ont subit un préjudice de demander des comptes à l'état dont dépend l'agence en question. Mettre un frein à la liberté de circulation des information, est d'une stupidité sans commune mesure, qui consisterait à ramener le web à l'époque du minitel ! Le pillage des données est un risque inhérent à ce qu'est le web. Le sachant, c'est à chacun de prendre ses disposition pour se doter des moyens de s'en protéger, et d'adopter des comportements en conséquence. Ce qui n'a rien à voir avec la liberté de circulation des informations.

  • Par jerem - 21/11/2013 - 22:11 - Signaler un abus on recapitule

    l'etat americain a exerce ses pleins pouvoirs sur des opérateurs privés pour espionner des individus et donc la propositions qu'aurait relever certins spécialistes serait donc de confier en direct la gestion aux etats ...... et oui .... ca parait tellement coherent entre le constat et la proposition. On en revient toujours aux monopoles , aux oligopoles et aux petits accords entre amis .... mais il faut encore nous faire la partition du "ciel ils veulent reguler" c'est vrai que facebook est un monstre de libertés sans aucune exploitation en sous main avec en guise de contre pouvoir ..... le cours de bourse ?

  • Par vangog - 22/11/2013 - 01:28 - Signaler un abus @jean fume Vous avez raison

    La Liberté est un bien trop précieux pour la laisser aux mains de politiciens, qui chercheront toujours prétexte d'une dépossession quelconque pour restreindre toujours plus nos libertés. Internet est un outil précieux qui, par sa dimension planétaire, peut faire perdre à nos vieux politiciens, journalistes et analystes, leur fonctionnement unidimensionnel archaïque, pour y substituer une vision plus globale et corrélée au temps...quel bond en avant pour eux! C'est aussi ce qui leur fait peur et les incite à vouloir réglementer et légiférer toujours plus...

  • Par Le gorille - 22/11/2013 - 03:04 - Signaler un abus Et le sens d'Internet ?

    Si les creusets (pas à chenilles) à idées, américains ou français, se penchaient u peu sur la composition du mot : "Internet", autrement dit un "filet entre" tous, peut-être que l'on s'égosillerait moins... Rage impuissante (les États) ou peur panique (l'article), pensez au téléphone arabe, à Radio cocotier ou au Tam-Tam, qui ont déjà tracé le chemin : impossible d'endiguer le flot d'informations... Donc, cool-cool Raoul, les loups ne se mettront rien sous la dent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€