Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Régimes et prises de poids : les études scientifiques qui démontrent que tout ce que qu’on croyait savoir sur les calories était faux

Plusieurs études scientifiques montrent que certains aliments - à niveaux de calories égaux - sont plus efficaces que d'autres pour perdre du poids car ils requièrent plus d’énergie de l’organisme pour être totalement digérés.

A la diète

Publié le 4 octobre 2012
 
Toutes les calories ne se valent pas. Selon le type de nourriture que vous consommez, leur impact sera très différent.

Toutes les calories ne se valent pas. Selon le type de nourriture que vous consommez, leur impact sera très différent. Crédit Reuters

Des études scientifiques remettent en cause le classement des calories établi il y a plus d'un siècle par le chimiste Wilbur Olin Atwater. Et tout ce qu'on croyait savoir sur les calories vole en éclats. Quelques kilos en trop, et vous imaginez que le seul moyen de les perdre est de compter les calories ? S’ensuit un combat de tous les instants fait d’additions et de soustractions, avec pour règle numéro un d’essayer de ne pas dépasser les 2 000 calories par jour comme le préconisent les nutritionnistes ? Tenir des comptes ne vous amuse pas et vous trouvez cela déjà assez compliqué comme ça. Les dernières études scientifiques sur les calories ne devraient pas vous enchanter. En effet, toutes les calories ne se valent pas. Selon le type de nourriture que vous consommez, leur impact sera très différent. Même si un bon gros donut à la crème et un sandwich au poulet ont le même nombre de calories, il n’est pas conseillé de remplacer le sandwich par le donut au déjeuner. Et pas seulement parce que leur valeur nutritive n’a rien à voir, mais aussi parce que le donut fera bien plus de mal à vos cuisses !

L’explication se trouve en fait dans la nature même de l’aliment consommé. Sa texture et sa consistance influencent en effet la quantité d’énergie requise pour digérer le tout. Quels aliments sont plus facile à digérer et sont donc au final plus calorique ? Les aliments mous, beaucoup transformés, mais aussi cuits brûlent moins de calories. L’homme n’a pas besoin d’autant les mâcher et économise donc de l’énergie. Par ailleurs, la cuisson permet de décomposer les protéines qui sont alors plus facilement digestes, et tue également les bactéries, le système immunitaire a donc moins de travail. Moins de calories sont donc nécessaires pour consommer ces différents aliments, qui se retrouvent au bout du compte plus caloriques ! Au contraire, les aliments riches en fibre nécessitent une plus longue mastication et sont plus difficiles à digérer, l’homme brûle donc plus de calories lorsqu’ils les consomment.

Si les hommes naissent égaux, ce n’est donc pas le cas des calories ! Vous avez encore du mal à le croire ? L’étude publiée dans la revue américaine Journal of the American Medical Association au mois de juin dernier devrait finir de vous achever ! Les chercheurs ont testé pendant un mois trois types de régimes différents mais avec plus ou moins le même nombre de calories – environ 1 600 – sur 21 personnes obèses âgées de 18 à 40 ans et ayant déjà perdu du poids : un régime pauvre en graisses, un autre pauvre en glucides, de type Atkins, et enfin un régime à faible indice glycémique. L’objectif : découvrir quel régime permet de brûler le plus grand nombre de calories par jour. Les chercheurs se sont alors rendu compte que les participants qui suivaient le régime faible en graisses brûlaient le moins de calories au quotidien. Par ailleurs, leur taux de graisses dans le sang augmentait tandis que celui du « bon cholestérol » diminuait, le tout augmentant les risques de maladies cardiaques. Selon les scientifiques, le régime à faible indice glycémique se révélait être le plus efficace. David Ludwig, directeur de la New Balance Foundation Obesity Prevention Center de l'Hôpital pour Enfants de Boston et en charge de l’étude, déclarait ainsi que « les sujets brûlaient 150 calories de plus en suivant le régime à faible indice glycémique qu'avec le régime pauvre en calories » ajoutant que « les régimes pauvres en glucides et à faible indice glycémique ne déclenchent pas de système de réaction à la faim car ils n'entraînent pas d'augmentation et de chute du taux de glucides dans le sang ». L’étude confirme donc que les aliments peu transformés et lents à digérer comme les haricots, les légumineuses, et les légumes qui ne sont pas des féculents permettent de brûler plus de calories que des aliments au départ aussi caloriques mais qui nécessitent moins d’énergie pour être consommé. Ludwig expliquait d’ailleurs au Boston Globe que « les calories ne sont pas égales » et que « la qualité des calories entrant affectent le nombre de calories sortant ».

Les emballages dans les supermarchés ne prennent pas en compte toutes ces nuances sur les calories, et sont ainsi erronés. A votre prochain régime, pensez donc plutôt à la qualité, et non plus à la quantité des calories que vous consommez.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ntzsch - 05/10/2012 - 10:39 - Signaler un abus Faire du neuf avec du vieux.

    Je lis là des choses connues depuis quelques décennies.
    Quant aux calories utilisées par une mastication intensive, cela me fait un peu rire. C'est infinitésimal.

  • Par vinz26 - 04/10/2012 - 13:32 - Signaler un abus Le sucre

    Je vous donne l'astuce, elle est simple, une étude dont je n'ai plus la source à prouvé que les sucres rapides (que l'on ne stock pas) passaient en priorité dans notre consommation d'énergie.
    Ainsi, si vous mangez une choucroute, ça ne posera pas trop de problème mais si vous terminez par un dessert fort sucré, le corps va utiliser l'énergie du sucre et stocker le reste du repas. Notez que l'alcool est aussi sucré, il faut donc y faire attention aussi dans ce sens là.
    Par contre, si vous mangez du sucré pure à jeun, aucun risque de prendre du poid.
    Bref, pour dire au final que le tueur question prise de poids, c'est la patisserie, surtout en fin de repas !

  • Par roudoudou - 04/10/2012 - 11:02 - Signaler un abus Juste faire des efforts...

    Pour maigrir, il suffit de faire des efforts : pas de grignotage, pas de soda, peu d'alcool, 3 repas par jour en mangeant de tout en quantité raisonnable (ne jamais se resservir) et en privilégiant les légumes, les fruits et les protéines (viande, poisson, laitages), au resto jamais de dessert, 2 litres d'eau par jour et du sport 3 fois par semaine.
    Le reste n'est que littérature.

  • Par campaillou - 04/10/2012 - 10:45 - Signaler un abus ce genre d'études n'apportent rien.

    j'invite chacun a remarquer une chose fondamentale. si on fais reference aux anciens et a notre histoire, on trouve des recettes simples et EFFICACE pour palier a tous nos maux modernes. manger equilibré et en fonction de la saison. le bas de laine a l'ancienne (or). la viande produite sur place et le tour est joué!!!le reste c'est juste du plus.......

  • Par phillis - 04/10/2012 - 09:25 - Signaler un abus Encore une étude!

    j'ai vu un reportage cet été sur les types de régimes avec test à l'appui. Un exemple deux groupes de militaires à qui ont donnait la même ration mais pour l'un d'eux elle était mixé avec un verre d'eau. Ensuite des écographies étaient réalisées durant la matinée. Le groupe dont les aliments avaient été mixés gardait plus longtemps dans l'estomac leur ration. Autre expérience 2 groupes même ration en calories mais plus riches en protéines pour l'un d'entre eux. Ce groupe là a éprouvé une sensation de faim plus tardivement que l'autre!

Fermer