Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réformes de l’économie : la sociologie des conflits sociaux français n’est plus ce qu’elle était

Notre époque connait une multiplication des mouvements de plus en plus divers. Et étonnament, ces mouvements s'ouvrent de plus en plus à des populations inattendues.

Politico Scanner

Publié le
Réformes de l’économie : la sociologie des conflits sociaux français n’est plus ce qu’elle était

Atlantico : Alors que l'élection présidentielle a été marquée par un clivage électoral marqué, avec une victoire d'Emmanuel Macron bâtie largement sur les catégories supérieures, renvoyant à une thématique de lutte des classes qui est aujourd’hui exploitée politiquement, comment peut on évaluer l'évolution des mouvement sociaux, dans leur composition ? Assise-t-on au même phénomène ?

Nous vivons largement sur une représentation des mouvements sociaux ou de la pratique manifestante qui serait une activité plutôt propre aux forces de gauche, aux classes populaires (ouvriers au premier chef) ou à des groupes privés de relais institutionnels, à des minorités radicalisées aussi. On peut soutenir que ces clichés ont eu un répondant dans l'histoire. Mais déjà les manifs d'anciens combattants de 1934, celles du mouvement Poujade dans les années 1950 montraient que la réalité était plus complexe.

Un ensemble de travaux français, allemands, états-uniens montrent une triple banalisation du recours aux mouvements sociaux et à ce qu'on nomme leurs répertoires d'actions (manifs, occupation d'espaces publics). Le fait de manifester est désormais considéré massivement, aussi longtemps que des violences ne se multiplient pas, comme une activité normale et légitime en démocratie, non comme l'expression suspecte de la « rue ». Les sondages sont clairs sur ce point. En second lieu le recours au répertoire des mouvements sociaux n'est plus exclusivement de gauche, s'il le fut jamais : Manif pour tous, Bonnets rouges bretons, pères divorcés plutôt antiféministes se hissant sur de grues sont là pour en témoigner. Enfin on peut aussi parler d'un décloisonnement social par la multiplication des groupes qui recourent à ces actions : chauffeurs d'Uber, motards en colère, petits entrepreneurs « pigeons », forains hier. Pour reprendre le titre d'un volume produit voici vingt ans par deux grands spécialistes, Sidney Tarrow et David Meyer, nous vivons dans une « Social Movement Society ». On peut ajouter à ces tendances le fait que de plus en plus de groupes de pression, même sans grande base sociale, utilisent des formes d'action qui sont celles des mouvements sociaux. Des cabinets de consultants se sont même fait une spécialité de fournir du montage d’événements, de constituer des bases militantes un peu bidons de pseudos adhérents recrutés par un clic sur un site web. L'usage des mouvements sociaux devient plus que jamais, et avec des acteurs plus divers, une arène de la lutte politique.

Il a également été démontré que le vote en faveur de Jean Luc Mélenchon avait été "étonnamment" hétérogène sur le plan des catégories sociales, assiste-t-on à un phénomène similaire au sein des mouvements sociaux ?

Oui de façon générale comme cela vient d'être souligné. Oui plus spécifiquement dans la nébuleuse qui peut s’agréger autour des « insoumis ». La force relative du vote Mélenchon a été de conjurer une forme de « fracture sociale » électorale. Il a su agréger du vote populaire reconquis sur le Front National, un vote jeune, mais aussi des chômeurs et un soutien significatif dans des milieux plus intellectuels. C'est un atout et une ressource. C'est aussi un défi très difficile que de pouvoir fédérer efficacement tant des différences. Observer les cortèges manifestant en donne une idée quand se côtoient de fortes délégations de syndicalistes parfois âgés, des gens du public et des salariés du privé qui, eux, rejoignent le cortège sur l'heure de la pause de midi, mais aussi dans un certain nombre de villes des jeunes dont certains ne cachent pas une envie d'en découdre avec les forces de police.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erik Neveu

Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.

Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€