Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme de la zone euro : un vent d’espoir ?

Dans un contexte marqué par le choc du Brexit, les incertitudes politiques allemandes et le rebond d’une économie encore convalescente, la Commission européenne présente une feuille de route marquant des étapes-clés, réalistes et décisives, en vue de l’achèvement de l’euro.

Commission européenne

Publié le
Réforme de la zone euro : un vent d’espoir ?

Ce programme manifeste une volonté de réunification de l’Union autour de la zone euro. Les responsables européens devraient maintenant s’en saisir avec détermination. L’accord franco-allemand attendu au printemps sur ce point sera capital.

Sur fond de Brexit, la reprise est inégale et les réformes de l’euro restent inachevées.

Le Brexit constitue une opportunité. Le départ du Royaume-Uni modifie en profondeur les équilibres internes de l’Union. Les trois-quarts de la population de l’Union et 86% de sa production sont désormais dans la zone euro.

L’Angleterre a par ailleurs longtemps entretenu un flou déstabilisateur sur la construction européenne. En refermant la porte d’une Europe à deux vitesses, le Brexit ouvre celle d’un recentrage de l’Union.

En nette reprise, les économies de la zone euro restent pourtant affaiblies et divergentes. La zone euro reste en effet marquée par la lourde chute de l’investissement. La France se situe au milieu de deux pôles, au Nord et au Sud, fortement divergents quant à la production, au chômage et à la dette publique. Condition de la stabilité de l’euro, la convergence des économies reste à réaliser.

Les réformes de la zone euro doivent être achevées. Entrepris sous la pression de la crise, en 2010, un intense travail législatif a redéfini l’ensemble des outils économiques de la zone euro. Pourtant, le « Rapport des Cinq Présidents » de l’Union de 2015 souligne l’urgence de renforcer la gouvernance économique, pilier fragile de l’euro.

Le « paquet » de la Commission pour l’achèvement de l’euro comprend les points suivants.

La création du Fonds monétaire européen. Établi en 2012 par un traité intergouvernemental, le Mécanisme européen de stabilité (MES), arme anticrise de la zone euro, serait transformé en Fonds monétaire européen (FME) et intégré au droit de l’Union. Filet de sécurité pour l’Union bancaire, il interviendrait dans le futur budget de la zone euro, qualifié de Mécanisme de stabilisation, pour protéger les investissements des États membres.

L’instauration d’un Ministre de l’économie et des finances. Cette fonction de Ministre serait créée par une simple fusion des fonctions de Vice-président de la Commission en charge de l’euro et de Président de l’Eurogroupe. Doté ainsi de moyens exécutifs, ce Ministre serait le coordinateur unique de fonctions multiples. Il présiderait le FME et ainsi le budget de la zone euro. Il serait la voix unique de l’euro sur les plans européen et mondial.

Enfin, l’Union bancaire, bien avancée depuis 2012, devrait être achevée avec un programme de réduction des risques et un système européen de garantie des dépôts. L’accès au MES/FME et à l’Union bancaire est ouvert à tous les pays non euro. La perspective clairement dessinée est celle de l’adhésion de tous les pays de l’Union à la zone euro (À l’exception du Danemark, en raison de sa clause d’exemption (opt-out) de l’UEM).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 02/01/2018 - 10:45 - Signaler un abus TOUS ENSEMBLE TOUS ENSEMBLE ,Ouais Ouais Ouais. Tous .......etc

    "C’est d’une Europe réunie et forte, qu’il est aujourd’hui question. Une Europe porteuse d’espérance." ... Avec la mondialisation "heureuse", on nous la déjà fait celle là.

  • Par vangog - 02/01/2018 - 11:19 - Signaler un abus Des bonnes et des mauvaises choses!

    Si l’union bancaire permet une concentration des banques européennes qui leur évitera de ponctionner les comptes des particuliers, lors de l’eclatement de la prochaine bulle obligataire, c’est une bonne chose. Mais si le gouvernement budgétaire par l’UE poursuit la politique de la BCE, déflationniste et anti-productive, alors l’UE va vers une nouvelle crise monétaire d’atant plus rapide que Donald fait faire un bond en avant à l’Amérique...l’UE des Neo-trotskystes immigrationnistes est totalement larguée. Le Danemark a raison de conserver son Opt-out...

  • Par Anouman - 02/01/2018 - 20:15 - Signaler un abus Ministre

    S'il suffisait de nommer un ministre de l'économie pour que tout roule on s'en serait aperçu. Et quelle conclusion: "endiguer l’inquiétante montée des voix populistes. C’est d’une Europe réunie et forte, qu’il est aujourd’hui question. Une Europe porteuse d’espérance." Ou comment décrédibiliser son propos en deux lignes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Perrut

Dominique Perrut est docteur en sciences économiques (Paris-1), chercheur et consultant dans le secteur financier à Paris. Egalement l’auteur de communications, articles et ouvrages portant sur les intermédiaires financiers, la régulation et l’Europe financière (L’Europe financière et monétaire, Nathan ; Le système monétaire et financier français, Seuil, coll. Points).

Professeur associé des universités, il enseigne l’économie européenne en France et en Europe (1992-2012). Il participe aux travaux de plusieurs Think Tanks et ONG européens.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€