Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme de la SNCF : ces doutes dans la tête compliquée des Français

Un soutien de la réforme qui n'est pas écrasant et une solidarité vis-à-vis des cheminots... Les Français ne savent pas vraiment que faire de cette réforme de la SNCF.

Tu veux ou tu veux pas ?

Publié le
Réforme de la SNCF : ces doutes dans la tête compliquée des Français

Les récentes enquêtes d’opinion semblent montrer que l’opinion publique est majoritairement en faveur du projet de réforme de la SNCF, mais deux éléments nuancent ce constat : d’une part, ce soutien n’est pas écrasant puisqu’il est de l’ordre de 6 Français sur 10, un niveau finalement pas si fort que cela pour une réforme que le gouvernement motive par la dette de l’entreprise et la dégradation du service qu’elle propose aux usagers; d’autre part, l’opinion manifeste dans le même temps des signes de compréhension vis-à-vis des grévistes même si cette compréhension sera mise à rude épreuve par la durée des grèves

Si tous les analystes s’accordent sur l’idée que le printemps 2018 n’est pas l’hiver 1995 (Emmanuel Macron n’étant pas en porte-à-faux avec le message de sa campagne contrairement à Jacques Chirac en 1995) et moins encore le printemps 1968, on peut néanmoins observer trois éléments potentiellement problématiques pour l’exécutif : tout d’abord, le train des réformes semble aujourd’hui bien chargé (trop chargé ?) ; ensuite, les passagers à bord commencent à discuter de la vitesse du train et des raisons d’être monté à bord avec moins d’enthousiasme et plus de divergences d’opinions ; enfin, plusieurs convois semblent hésiter sur la convergence de leur destination finale. 

Ces opinions divergentes se retrouvent bien dans les discussions de la communauté POP by BVA.

La tonalité et le contenu des opinions exprimées rappellent les grands ressorts des argumentaires d’opinion dans les situations de conflits d’interprétation. Ainsi, le registre fataliste et désabusé est utilisé par plusieurs membres de la communauté, comme le résume l’un des membres à propos des différentes mobilisations : « sauf à s'aveugler, la mondialisation durera (…) et donc les adaptations seront nécessaires ».

Ou alors le registre de la dénonciation des syndicats soupçonnés de jouer contre l’intérêt du pays : un membre de la communauté parle des « habitués des manifs », un autre déclare que la «CGT a été et restera toujours limitée dans ses réflexions, elle ne comprend que les manifestations au lieu de construire l'avenir des Français avec le gouvernement ».

Enfin, le registre de la dénonciation du gouvernement qui brade le service public : « la grève, les blocus, les gels d'activités sont des bons moyens de négociations (…) je soutiens les grévistes et même si cela va m'occasionner quelques dérangements (…) sans services publics ont fait quoi ? » nous dit une membre de la communauté.

D’autres dénoncent un gouvernement qui veut « diviser pour mieux régner » et laissent ainsi éclater leur colère : « comme pour La Poste, France Télécom, EDF/GDF, l’Etat sabote ces établissements pour monter les clients contre ces mêmes établissements, ce qui a pour effet de remonter la population contre ces fonctionnaires pour mieux l'offrir au privé qui va licencier, augmenter les prix et gaver ses actionnaires ! ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 14/04/2018 - 13:07 - Signaler un abus Les gauchistes n’ont pas les bonnes solutions...

    Et ça dure depuis quarante ans...voir le baissage de culotte généralisé des préfets Macron à Tolbiac, à NDDL, devant les cheminots privilégiés...un encouragement à la convergence des brutes fascistes!

  • Par Deudeuche - 15/04/2018 - 08:42 - Signaler un abus Offrir au privé chiche!

    Pour en finir avec le statut de la fonction publique et de la dette abyssale !

  • Par guy bernard - 15/04/2018 - 09:22 - Signaler un abus remettre une entreprise dans l'Etat de Droit

    Les Gaulois avaient peur que le ciel leur tombe sur la tète et les français, manipulés et casaniers, ont la même frayeur. les journalistes, les syndicats, les économistes véreux et les politiques tiennent par intérêt des discours alarmants, mais la reforme réelle se limite à remettre une entreprise dans l'Etat de Droit par son changement de statut. on pourra alors apprécier la situation réelle sur la base de certitudes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections (Panel électoral français de 2002 et Panel électoral français de 2007, Baromètre politique français). Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques.  En 2014 il a publié Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? aux éditions de La Documentation Française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€