Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme des retraites : les étonnantes fake news de FO fonctionnaires

La réforme des retraites que prépare Emmanuel Macron (avec son porte-voix Jean-Paul Delevoye) commence à agiter le landerneau syndical. On lira avec délectation l’interview, par le journal du syndicat FO, du responsable maison du dossier, Philippe Pihet. Il y concentre une série de perles, dont de très belles fake news concernant la retraite des fonctionnaires.

Solidarité

Publié le
Réforme des retraites : les étonnantes fake news de FO fonctionnaires

Philippe Pihet est un homme sympathique et agréable. On l’aime bien, notamment pour ses qualités de pince-sans-rire: il est capable de sortir de très bonnes blagues avec l’air le plus sérieux du monde. Il vient de donner une nouvelle démonstration de son talent dans une interview donnée… aux journalistes de FO (les seuls qui apprécient son humour à sa juste valeur).

Quelques perles de Philippe Pihet sur la réforme des retraites

On relèvera d’abord les meilleures vannes de Pihet sur la réforme systémique des retraites que prépare Emmanuel Macron. On ne résistera pas au plaisir de partager celle-ci avec nos lecteurs:

Fidèles à notre conception du syndicalisme, nous porterons les revendications de l’organisation, nous avons commencé à le faire.

Sur un plan général, nous rappellerons par exemple qu’il est totalement illusoire de penser que tout le monde doit être traité de la même façon. 

On ne pouvait pas mieux dire. Si les syndicalistes se mettaient à réclamer une égalité de traitement pour tous les citoyens, et singulièrement pour tous les salariés, Dieu seul sait où irait cette société. Dans la novlangue de Philippe Pihet, la vocation du syndicalisme est de lutter contre l’illusion selon laquelle tout le monde pourrait être traité de la même façon. 

Voilà qui s’appelle combattre pour l’égalité.

L’universalité de la sécurité sociale à géométrie variable

Une fois de plus, c’est la question de l’universalité de la sécurité sociale qui est au cœur du débat. Comme le rappelle très bien Philippe Pihet:

Le système actuel est le fruit de l’histoire, il mêle le contributif et la solidarité. Penser que demain il n’y ait plus que du contributif est méconnaître la réalité de la vie.

On souscrit volontiers à ce constat. Les organisations syndicales (dont celles de Philippe Pihet) commettent en effet consciencieusement le même mensonge aporétique (dirait Emmanuel Macron) sur l’origine de la sécurité sociale et se trouvent confrontées à la même contradiction depuis plusieurs décennies. 

Officiellement, la sécurité sociale est une conquête de la Résistance, en 1945, sur l’obscurantisme et le néant social qui existait jusqu’alors. Cette thèse totalement bouffonne et mensongère a été redite dans le film « La Sociale », réalisé par un propagandiste mélenchonien. 

Elle ne permet évidemment pas de comprendre pour quelle raison les organisations syndicales continuent à lutter becs et ongles contre l’absorption des régimes spéciaux dans un grand régime universel. 

Et c’est bien le propos de Philippe Pihet aujourd’hui: on est pour l’universalité de la sécurité sociale, mais à condition qu’elle ne s’applique pas à ceux qui bénéficient d’un régime spécial. Comme les fonctionnaires par exemple. 

Le terrible aveu de FO sur les insuffisances de la sécurité sociale

En creux il y a évidemment les aveux que les syndicalistes ne peuvent commettre sur la sécurité sociale dont ils sont administrateurs dès l’origine donc parties prenantes: la sécurité sociale est un système dégradé de protection sociale. Ses prestations sont si mauvaises que tous ceux qui peuvent y échapper la fuient à toutes jambes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Papy Geon - 02/03/2018 - 12:15 - Signaler un abus Mettons surtout les retraites des cadres sur la table…

    Oui, les retraites des cadres fonctionnaires, qui culminent à des altitudes incompréhensibles, et qui plus est, sans commune mesure avec le temps passé à travailler pendant leur période d’activité. La forêt des nombreux petits salaires, et donc des « petites retraites » des fonctionnaires, cache une autre forêt dont on ne parle jamais : celle des pensions de retraites mirobolantes des ex-cadres dits de « haut niveau ». Il est urgent d’aller fouiller un peu dans cette seconde forêt, car la population est nombreuse. Les responsables syndicaux, qui sont probablement assimilés à des cadres d’un bon niveau, ne s’y aventurent que très rarement, c’est étonnant.

  • Par Borgowrio - 02/03/2018 - 13:03 - Signaler un abus Ils se goinfrent depuis un demi siecle

    Très bon , lucide ... La justice sociale n'est pas l'affaire des syndicats , ils préservent leurs "acquis sociaux " peu importe qui les payent

  • Par walchp - 02/03/2018 - 15:29 - Signaler un abus Marc Blondel l'avait dit littéralement

    Le gouvernement s'occupe de l'intérêt général, moi je défends des intérêts particuliers !!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 02/03/2018 - 20:02 - Signaler un abus Le problème est insoluble car

    Le problème est insoluble car aucun gouvernement n'aura le courage d'affronter les 27% "d'actifs" fonctionnarisés....... Tous le savent bien et préfèrent laisser pourrir la situation..... La solution serait que l'état ne s'occupe plus que du régalien et impose une reconversion à tous les autres fonctionnaires mais " faut pas rêver " !

  • Par pierre de robion - 02/03/2018 - 23:11 - Signaler un abus Le statut encore et toujours!

    Les fonctionnaires ont signé un contrat, si leur employeur, l'Etat, estime qu'il faut le revoir, ce doit être négocié avec les anciens (avec compensations) et appliquer le nouveau seulement aux nouveaux entrants. Ceci dit, comme il s'agit d'une bombe, pire que le déficit, beaucoup de pédagogie pourrait, peut-être, permettre d'éviter l'implosion du système, remède aussi efficace que douloureux et surtout susceptible de conduire à toutes les aventures!

  • Par gilbert perrin - 03/03/2018 - 09:56 - Signaler un abus le statut dse fonctionnaires a été signé par des fonctionnaires.

    Comment voulez vous que çà change !!!! soyez sérieux ????

  • Par gilbert perrin - 03/03/2018 - 09:57 - Signaler un abus supprimer les fonctionnaires des fonctionséectives ????

    pourquoi pas ? il n'y aurait plus de juges et parties....

  • Par vangog - 03/03/2018 - 11:04 - Signaler un abus Très bêtement,la loi Notre a étendu le statut de la fonction

    publique à tous les fonctionnaires territoriaux (dont les effectifs ont été le plus augmentés par gauche et droite archaïque lors des dix dernières années: 1,9 millions d’agents territoriaux!). L’objectif était évident: augmenter le nombre des privilégiés, afin de réduire les risques de fronde populaire (Ooooooh, populiste!)

  • Par gilbert perrin - 03/03/2018 - 11:12 - Signaler un abus focntion publique tous ou personne !!!

    s'ils doivent exercer une fonction publique, pourquoi cette différence ? et TOUT LE MONDE au meme regime que les VIEUX : PAIN SEC et EAU ??? si vous ne pensez pas comme moi, pour QUI VOUS PRENEZ VOUS ? D'OU SORTEZ VOUS ???

  • Par Deudeuche - 03/03/2018 - 14:02 - Signaler un abus On répète la solution transformer

    75% des fonctionnaires en contractuels comme dans les armées qui dépendent de.....l’Etat!

  • Par gilbert perrin - 03/03/2018 - 19:04 - Signaler un abus tous payés de la même manière..

    le privé n'est pas plus "con" que la fonction publique, et en tant qu'honnêteté y'a pas photo : assiduité, cadence etc.... dans le privé on est payé en fonction du travail effectué, il n'y a pas d'avancement systèmatique, les jours d'absence sont déduits... et les jours de carence, ce sont 3 jours contre 1 au public ???? traitement INJUSTE des UNS sur le dos des autres ....

  • Par 2bout - 03/03/2018 - 21:50 - Signaler un abus Si à son terme,

    la réforme des retraites que prépare Macron modifie de façon sensible les règles vers plus d'égalité - Article Premier de La déclaration des droits de l'homme et du citoyen : Les hommes naissent et DEMEURENT libres et EGAUX en droits - alors, même si face à Macron aux prochaines présidentielles se présente Sophie Marceau, je voterai pour Macron !

  • Par gilbert perrin - 04/03/2018 - 07:34 - Signaler un abus je n'ai pas voté MACRON et j'en suis fier

    tant pis pour les naïfs qui ont cru son cinéma ....

  • Par lexxis - 04/03/2018 - 12:13 - Signaler un abus LA SOLUTION!

    Il est entendu dans toutes les bonnes consciences ( surtout de gauche!) que le pays ne saurait fonctionner sans de très nombreux fonctionnaires qui sont la gloire de la France avec, c'est entendu, les meilleurs services publics du monde (tous ceux qui viennent de passer une ou deux nuits dans leur véhicule coincés par 20 ou 30 centimètres de neige sur nos fabuleuses autoroutes ne sont pas tous d'accord!). Mais nul ne saurait nier que ces fabuleux services n'existeraient pas sans l'apport déterminant du secteur privé qui produit les richesses nécessaires à l'impôt. Si bien que comme le secteur public ne peut se passer du secteur privé qui lui procure les moyens de fonctionner, il faut en toute logique et en toute équité" aligner le privé sur le public quant aux avantages statutaires et de retraites de la fonction publique. Après, même s'il n'y a plus de sous, il n'y aura plus de jalousie et très rapidement, vous verrez, on aura aussi moins de fonctionnaires....

  • Par Liberte5 - 04/03/2018 - 15:20 - Signaler un abus Comment penser que cela puisse changer......

    quand l'on sait que c'est la Haute fonction publique qui dirige la pays. Pour bien asseoir leur pouvoir les hauts fonctionnaires ont joué sur trois leviers. Premièrement gonfler le plus possible le nombre de fonctionnaires (tous les ans ils augmentent) pour avoir une bonne assise électorale. Pour mémoire 90 fonctionnaires pour 1000 habitants en France et 50 pour 1000 en Allemagne. Deuxièmement: garder son statut de fonctionnaire en étant élu et donc faire voter des lois qui les favorisent et d'autres qui pénalisent les entreprises et les salariés du privé. Les fonctionnaires étant majoritaires à l’assemblée nationale.Troisièmement: organiser des passerelles entre les entreprises et l'état ce qui permet une porosité et un capitalisme de connivence. La hte fonction publique tient ainsi tous les pouvoirs entre ses mains. La démocratie représentative est donc une vaste fumisterie pour les gogos. Encore un point: la presse est subventionnée donc muselée. Pouvoir qui est toujours le même malgré les pseudos alternances et au seul service des hauts fonctionnaires. Seule question comment casser ce pouvoir?

  • Par Labarthe - 04/03/2018 - 16:34 - Signaler un abus Une comparaison est très difficile.

    D’une part il y’a proportionnellement beaucoup plus de diplômés de l’enseignemen supérieur dans la fonction publique que dans le privé, d’autre part, à niveau égal, à responsabilités égales, les salaires sont bien plus élevés dans le privé ce qui compense un calcul de retraite plus désavantageux. Soulignons aussi qu’a niveau égal les responsabilités peuvent être beaucoup plus importantes dans le public que dans le privé : niveau B (bac) gérant de véritables services. En fait, la grande différence c’est la garantie de l’emploi. Toutefois cette garantie de l’emploi existe aussi, bien que non écrite dans les grands groupes privés. Enfin n’oublions pas que, vu la dynamique libérale actuelle, la suppression des droits ou avantages de certains finit par toucher tous les travailleurs. Affaiblis, à merci de la classe des dirigeants, ils ne pourront plus faire valoir leurs droits et se défendre. « Classe des dirigeants » qui est de plus en plus fermée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€