Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme du marché du travail : pourquoi les rapports de force les plus favorables aux travailleurs ne se trouvent pas dans les pays qui appliquent la vision de la France insoumise

Tandis que les députés poursuivent l'examen de la réforme du Code du travail, la France insoumise elle appelle à une grande manifestation ce mercredi 12 juillet d'opposition au texte.

Plein emploi

Publié le
Réforme du marché du travail : pourquoi les rapports de force les plus favorables aux travailleurs ne se trouvent pas dans les pays qui appliquent la vision de la France insoumise

Atlantico : Est-il juste de dire que le plein emploi protège d'avantage le salarié que le code du travail ?

Aurélien Véron : Après 40 ans de chômage de masse, qui peut nier que la croissance ininterrompue de notre Code du travail – 1 nouvelle page tous les trois jours – a contribué à inverser ce massacre social ? Au contraire, il l’a nourri. Mais les défenseurs les plus virulents de notre Code du travail ne seraient-ils pas les premiers bénéficiaires de ce chômage élevé ? Car après tout, qui sont leurs soutiens les plus indéfectibles ? Les chômeurs et les employés les moins qualifiés du secteur privé, ceux qui risquent le plus de se retrouver au chômage.

Leur manque de culture économique ne leur permet pas de comprendre qu’en relevant les murailles autour des emplois, ils en resteront encore plus durablement exclus.

 

Le Code du travail peut fixer quelques principes très généraux pour limiter certains abus d’employeurs indélicats, en particulier dans les moments difficiles où la précarité favorise les mauvaises pratiques. Mais il n’a jamais « protégé l’emploi ». Au contraire, il le rend plus fragile en le rendant imprévisible aux yeux de l’employeur averse au risque. Alors que la plupart des éléments contenus dans le Code du travail concernent les conditions de travail et devraient par conséquent être négociés au niveau de chaque entreprise entre partenaires sociaux intelligents et de bonne composition. 

 

La confiance et la qualité des relations sociales au sein d’une entreprise découlent naturellement de l’espace  consacré à ces négociations internes. La motivation des salariés et la culture d’entreprise en découlent directement. Si les Français sont si nombreux à aimer leur entreprise, faisons-leur confiance pour négocier de bons accords conformes à leurs attentes grâce à leurs représentants syndicaux… légitimes, c’est à dire choisis dès le 1er tour parmi des listes affiliées aux grandes centrales ou parmi des listes indépendantes souvent bien plus représentatives des salariés qui ne se retrouvent pas dans les filiales des grandes centrales syndicales, essentiellement au service de la fonction publique et non des entreprises privées.

 

Concrètement, comment le plein emploi protège-t-il le salarié ? 

C’est une lapalissade de dire que le plein emploi protège le mieux le salarié. Un salarié n’est pas en position de force parce qu’il peut attaquer son employeur pour n’importe quel motif. Ce n’est pas la base d’un contrat respecté par les parties, par conséquent d’une relation saine et durable. En revanche, lorsqu’un employé sait que son employeur aura du mal à trouver un remplaçant s’il quitte l’entreprise, il sait qu’il dispose d’un avantage pour négocier leurs conditions de travail et de rémunération. Résultat, dans un univers où le chômage structurel a quasiment disparu, les entreprises qui traitent mal leurs forces vives se retrouvent en difficulté si elles ne sont suffisamment attractives dans un contexte où la demande de travail surpasse largement l’offre. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Labarthe - 13/07/2017 - 17:05 - Signaler un abus Une vision onirique

    Isoler le travailleur et même l'Homme alors que nous sommes dans un monde ou jamais les rapports de forces n'ont été si violents et même si cruels. C'est vraiment un vision totalement hors sol. 150 ans du luttes et d'avancées sociales annulées. Votre discours est inouï et incroyablement dangereux!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 13/07/2017 - 22:23 - Signaler un abus @labarthe

    Faut se réveiller mon pote, y'a plus de travailleurs, y'a que des feignasses qui font semblant de bosser mais sont en arrêt maladie et/ou dans les manifs avec Mélanchouille. ....Le modèle proposé par Mélanchouille a explosé à la gueule des vénézuéliens, Et c'était prévisible...

  • Par Vm - 14/07/2017 - 08:24 - Signaler un abus Article intelligent

    et qui montre à quel point notre pays est baigné de pensée collectiviste : et oui les syndicats ont besoin de pauvres et de chômeurs et ne veulent surtout pas que cela change.

  • Par Djib - 14/07/2017 - 09:13 - Signaler un abus En théorie oui, sauf que le plein emploi

    notamment pour les emplois peu ou pas qualifiés, devient une utopie dans un monde où la démographie explose et où les "mondialistes" en favorisant les migrations, ont organisé la mise en concurrence intrenationale des travailleurs. L'apparition de "travailleurs pauvres", ce mode de travail constituant avec le chômage la nouvelle alternative, montre bien que les salariés ont perdu la partie.

  • Par Phlt1 - 14/07/2017 - 09:44 - Signaler un abus Et si on arrêtait

    le manichéisme.?. Il faudra dire un jour que tous ceux qui prônent des solutions et des systèmes qui ne fonctionnent pas sont des crétins, de Mitterrand à Mélenchon en passant par Hamon, Aubry, Besancenot, etc..!. Des vrais crétins, qui n'ont qu'une idée en tête: être eux protégés par le système qu'ils dénoncent. Pour autant, est-ce que la situation de l'emploi est satisfaisante.?. Et est-ce qu'aujourd'hui le plein emploi permet aux travailleurs de vivre correctement.?. La réponse est non.!. Les solutions sont ailleurs, elles sont à mettre en place en tenant compte de la robotisation et de l'IA et de bien d'autres paramètres. Tout reste à faire.

  • Par essentimo - 14/07/2017 - 15:35 - Signaler un abus et si les syndicats

    devaient se contenter des cotisations des syndiqués ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aurélien Véron

Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la liberté. Un projet qui pourrait se concrétiser par un Etat moins dispendieux et recentré sur ses missions régaliennes ; une "flat tax", et l'ouverture des assurances sociales à la concurrence ; le recours systématique aux référendums ; une autonomie totale des écoles ; l'instauration d'un marché encadré du cannabis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€